Aux sources de l’invention : la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (années 1800 – années 1930)

Présenter la Société d’encouragement et son patrimoine

Ce texte est issu de trois communications faites  successivement en 2014, 2015 et 2016, devant le séminaire d’initiation à l’histoire des techniques de Liliane Hilaire-Perez et Marie Thébaud-Sorger. EHESS-Centre Alexandre Koyré, sur les Archives de l’invention.

L’intention première de cet article était donc de présenter les fonds patrimoniaux de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (la SEIN), et de souligner leur intérêt comme archive pour l’histoire de l’invention. Mais il m’est très rapidement apparu nécessaire de faire découvrir le lieu et la matrice de cette archive : la SEIN,  les circonstances et les raisons de sa création, ses grandes orientations, doivent être évoquées; de même est-il nécessaire de parler de ce qui est au cœur de son action : l’Encouragement et les formes qu’il a pu prendre.

S’il est indispensable en effet, à mon sens, de réaffirmer, auprès des chercheurs et futurs chercheurs, comme des dirigeants présents et futurs de la Société, et aussi du public, l’importance de ces fonds patrimoniaux, dont le maintien pérenne dans les lieux où ils ont été constitués, et dont ils font partie intégrante, comme la bibliothèque, doit demeurer garanti, il n’en n’est pas moins important de les mettre en perspective historique : il n’existe pas en effet, à l’heure présente, d’histoire générale de la Société, seulement des études thématiques et/ou orientées sur des périodes spécifiques que les notes de ce texte, ainsi que la bibliographie détaillée que le lecteur trouvera à la fin, présentent, pour les plus significatives d’entre elles.

Suite du texte 

 

Boris Vian ingénieur – Projection de “Bison, Pitou, Bimbo et les autres” – 1er juillet 2014

Boris Vian, l’ingénieux ingénieur

1513251_731740260178151_1296022051_n

 Mardi 1er juillet à 12h

 Projection du film : Bison, Pitou, Bimbo et les autres

 réalisé par Jean-François Belhoste (École Pratique des Hautes Études)

et Philippe Denizet (École Centrale Paris).

 Auditorium de l’INHA

Galerie Colbert, 2, rue Vivienne ou 6, rue des Petits-Champs,
Métro : Bourse ou Palais-Royal

 

Le film Bison, Pitou, Bimbo et les autres retrace la formation de Boris Vian à l’École Centrale de 1939 à 1942, son passage à l’Association française de Normalisation-AFNOR, la création en 1947-48 du Club Saint-Germain dans les caves de la Société d’Encouragement pour l’Industrie nationale, et la façon dont il en a fait la matière de ses premiers romans comme L’Écume des jours et L’Automne à Pékin.

Le film s’appuie, en particulier, sur le témoignage de deux de ses anciens camarades Jean Lhespitaou et Alfred Jabès, de Nicole Bertolt (Cohérie Boris Vian), d’Anne Mary (Bibliothèque nationale de France) et de Daniel Blouin (Société d’Encouragement, des anecdotes restituent l’esprit facétieux et potache des Centraliens, son parcours est évoqué dans l’appartement de la Cité Véron, où l’orchestre des Centraliens accompagne le propos en musique.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Les collections de chimie de la Société d’encouragement

Serge Benoit et Gérard Emptoz, « Les collections de chimie de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale », Revue d’histoire des sciences, tome 69-1, janvier-juin 2016, p. 137-151

La chimie a toujours joué un rôle essentiel dans les activités de la Société, et les collections d’imprimés, ouvrages et périodiques, conservés reflètent cette importance .

Dans leur article qui vient de paraître dans la revue d’Histoire des Sciences, Serge Benoit et Gérard Emptoz présentent l’organisation et le fonctionnement de la bibliothèque  à partir de la fin du XIXème siècle; ils retracent ensuite l’évolution des fonds de chimie, en soulignant l’importance qu’ils ont pu avoir dans le contexte parisien, notamment dans la période qui a précédé la Première Guerre mondiale et au cours de cette dernière. avant de conclure sur les raisons du déclin de la Société comme centre de documentation chimique durant l’Entre-deux-guerres.

 

 

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale et les frères Lumière, au tournant des XIXème et XXème siècles : une question d’images

Une manifestation tenue à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale a permis de commémorer, le 22 mars 2015, les cent-vingt-ans de la toute première projection du cinématographe Lumière. Pour préparer cet événement, la commission d’histoire de la Société a cherché à comprendre les circonstances de cette projection et son importance dans la démarche des frères Lumière, comme dans les projets de la Société.

En s’appuyant sur une brève intervention de Daniel Blouin en introduction du colloque « l’Imaginaire des techniques », tenu à l’hôtel de la Société en novembre 2013[1], un texte plus développé a été présenté par Gérard Emptoz à l’occasion de la commémoration de 2015.

La commission d’histoire a souhaité approfondir la question par de nouvelles recherches : une version revue et complétée a fait l’objet d’une nouvelle communication de Daniel Blouin, le 19 janvier 2016, au séminaire de Jean-François Belhoste « Histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles) », à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, dans le cadre du cycle consacré aux premiers temps du cinéma, dans ses dimensions technique, économique et de spectacle. Nous la mettons en ligne sur le carnet de recherches de la commission d’histoire

[1] Colloque Imaginaire des Techniques, 14 et 15 novembre 2013, organisé par Anne-Françoise Garçon, publication en cours.

Séminaire du réseau « Penser la technique en société » 2014-2015

Le séminaire du Réseau Penser la Technique en Société se tiendra le
3ème mercredi de chaque mois à la SEIN (4, place  Saint-Germain-des-Prés, 75006 PARIS) et par webconférence à partir du  lien suivant http://universiteparis.adobeconnect.com/pensertechsoc/

____________________________________

Les technologies posent des questions vives aux sociétés
contemporaines. Il importe donc de développer une authentique pensée  de la technique et de son inscription dans les temps des sociétés.
Voilà pourquoi le réseau « Penser la technique en société » d’HeSam
Université s’est doté d’outils communs de réflexion autour des
thématiques partagées : durabilité des technologies, analyse des
processus techniques, mises en récit de la technique, régimes de
conception, de création et d’innovation, rôle de l’action dans
l’élaboration des savoirs, relation technique-esthétique, fonction des  expériences et des expérimentations, diffusion de la culture technique  et industrielle. La confrontation des théories et des études de cas  est indispensable pour réduire le cloisonnement et le silotage autour  de ces objets cruciaux.
Trois axes sont privilégiés :

1. Étude des acteurs et des protagonistes, construction des  
expertises. Mise en regard de la formation des ingénieurs et experts
techniques avec l’étude de la puissance créatrice des designers
(innovating by design) et artisans (lay knowledge, vernacular
knowledge) ; étude des évolutions expertises et des techniques des
acteurs « récepteurs » de la conception (consommateurs, usagers,
lead-users, prescripteurs, critiques…) ; vieillissement des
matériaux et des structures ; étude des dispositifs collectifs de
conception (entreprise, écoles, laboratoires, studios…) ;

2. Durabilité des objets : préservation, les diverses formes de
l’obsolescence, régime normal des objets, obsolescence physique,
culturelle et programmée ; qui posent de multiples problèmes aussi
bien de conservation des objets, que de gestion des déchets ;
dynamique de l’identité des objets ;

3. Régimes de conception : ingenium et design, régimes de la pensée
opératoire, conception innovante, dont il faut comprendre
l’historicité pour démêler les dynamiques et temporalités propres dans  les processus de conception, d’innovation.

____________________________________

Séance 1 – mercredi 19 novembre 2015, 17h-19h
Sezin TOPCU, La France nucléaire. L’art de gouverner une technologie  contestée, Seuil, coll. Sciences Humaines, 2013
Discutante : Laurence Raineau (CETCOPRA)

Séance 2 – mercredi 17 décembre 2015, 17h-19h
Stéphane LEMBRE, L’école des producteurs. Aux origines de l’enseignement technique en France (1800-1940), Presses universitaires  de Rennes, coll. Carnot, 2013

Séance 3 – mercredi 14 janvier 2015, 17h-19h
Thomas LE ROUX, Michel LETTE (dir), Débordements industriels. Environnement, territoire et conflit, XVIIIe-XXIe siècle, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2013
Discutants : Aurélien Cohen et Laure Dobigny (CETCOPRA)

Séance 4 – mercredi 18 février 2015, 17h-19h
Alain BELTRAN, Jean-Pierre WILLIOT, Les routes du gaz, Histoire et
enjeux du transport du gaz, Le Cherche Midi, coll. Beaux Livres, 2012

Séance 5 – mercredi 18 mars 2015, 17h-19h
Martina SCHIAVON, Itinéraires de la précision. Géodésiens, artilleurs,  savants et fabricants d’instruments de précision en France, 1870-1930,  Presses Universitaires de Nancy, 2013

Séance 6 – mercredi 15 avril 2015, 17h-19h
Tim INGOLD, Making: Anthropology, Archaeology, Art and Architecture,  Routledge, London, 2013.
Discutants : Sophie Poirot Delpech et Gérard Dubey (CETCOPRA)

Séance 7 – mercredi 20 mai 2015, 17h-19h
Pamela H. SMITH, Amy MEYERS, Harold J. COOK, Ways of Making and  Knowing: The Material Culture of Empirical Knowledge, University of  Michigan Press, Bard Graduate Center Cultural Histories of the  Material World Series, 2014

Séance 8 – mercredi 17 juin 2015, 17h-19h
Cathy DUBOIS, Michel AVIGNON, Philippe ESCUDIER, Observer la Terre  depuis l’espace. Enjeux des données spatiales pour la société, Dunod,  coll. Quai des sciences, 2014
Discutants : Pierre de Jouvancourt et Alexandre Duclos (CETCOPRA)

Le programme au format pdf

Congrès des sociétés savantes 2015, Reims, Réseaux et société : appel à communications

congrès_cths_flyer_web-1_Page_1 congrès_cths_flyer_web-1_Page_2

 

 

 

 

 

 

 

Appel à communication dans le cadre du 140e congrès national des sociétés historiques et scientifiques dédié au thème « Réseaux et Société  »  qui se tiendra à Reims du 27 avril au 2 mai 2015.

Les sciences et les techniques en réseaux disposent d’un colloque particulier (p. 28 de l’AAC) et les communications de jeunes docteurs/doctorants seront les très bienvenues.

LA SIDERURGIE FRANÇAISE ET LA MAISON DE WENDEL PENDANT LES TRENTE GLORIEUSES (1945-1975)

« LA SIDÉRURGIE FRANÇAISE ET LA MAISON DE WENDEL PENDANT LES TRENTE GLORIEUSES (1945 – 1975) »

Journée d’études à l’’occasion du versement d’’archives « Wendel » aux
Archives nationales. 26 septembre 2014

Archives Nationales – Site de Pierrefitte-sur-Seine

Programme :

10h00-10h15 : Accueil par Monsieur Hervé Lemoine, conservateur général,
Directeur du Service interministériel des Archives de France ; Madame Agnès
Magnien, conservatrice générale, Directrice des Archives Nationales ;
Monsieur François de Wendel, Président de la Fondation de Wendel

10h15-10h25 : Philippe Mioche, Professeur, Université d’Aix-Marseille,
TELEMME : introduction de la matinée

10h25-10h30 : Présidence, Jean Noël Jeanneney, Professeur émérite à Sciences
Po, ancien ministre

10h30-11h00 : Magali Lacousse, conservatrice en chef, responsable-adjointe
du Département des archives privées, Archives nationales et Louis Le Roch
Morgère, conservateur général, Directeur des Archives nationales du Monde du
travail : le fonds Wendel conservés à Pierrefitte et à Roubaix

11h00-11h10 : Discussion

11h10-11h20 : pause

11h20-11h40 : Pascal Raggi, Maitre de conférences, Université de Lorraine –
CRULH, « Les usines De Wendel en Lorraine pendant les « Trente Glorieuses » :
innovation technique et restructurations entrepreneuriales ».

11h40-12h00 : Eric Godelier, Professeur, Ecole Polytechnique, PREG-CRG, «
Usinor-de Wendel : une course fratricide durant les 30 glorieuses ? »

12h00-12h20 : Ivan Kharaba, Directeur de l’Académie François Bourdon,
TELEMME, « L’union Wendel-Schneider, l’autre histoire de Creusot-Loire
(1970-1985) ».

12h20-12h35 : Discussion

12h35-14h00 : DEJEUNER

14h00-14h05 : Présidence, Isabelle Aristide, Conservatrice en chef,
responsable du Département des archives privées, Archives nationales :
introduction de l’après-midi

14h05-14h35 : Philippe Mioche, Université d’Aix-Marseille. « Entre l’Etat et
le marché ; les Wendel dans la sidérurgie des trente glorieuses, 1945 -1975
».

14h35-14h40 : Discussion

14h40 – 16h00 : ARCHIVES ET HISTOIRE DES ENTREPRISES – Table-ronde :
Modérateur : Philippe Mioche, Université d’Aix-Marseille ; Isabelle
Aristide, Archives Nationale ; Dominique Barjot, Professeur, Université
Paris-Sorbonne (Paris IV) ; Hervé Bousquet, Sanofi-Association des
Archivistes Français ; Jean-Noël Jeanneney, Professeur émérite à Sciences
Po, ancien ministre ; Louis le Roch Morgère, Archives nationales du Monde du
Travail ;

16h00 – 17h00 : Visite du site de Pierrefitte (nombre de place limitée et
sur inscription)

Le comité des arts chimiques de la SEIN dans l’entre-deux-guerres

Durant les vingt années qui séparent les deux conflits mondiaux, l’importance de la chimie dans la composition de la Société d’encouragement (SEIN) est renforcée par la présence des chambres syndicales spécialisées (par exemple la chambre syndicale de la grande industrie chimique) et des grandes entreprises (par exemple Saint-Gobain ou Rhône-Poulenc). Le comité des arts chimiques poursuit ses activités au service de la science et de l’industrie chimiques et réunit de nombreuses spécialités des secteurs publics et privés  : y figurent de grands ingénieurs et des membres de l’Académie des Sciences comme Henry Le Châtelier, Albert Portevin ou encore André Wahl. 

Tout en participant aux diverses organisations et manifestations professionnelles mises en place à partir de 1919, ils font des mises au point, des rapports sur des domaines techniques particuliers (la métallurgie, les combustibles, les engrais chimiques) et animent des conférences sur des sujets d’actualité (le pétrole, la synthèse de l’ammoniac, les métaux légers). Ils poursuivent aussi la politique de remise de récompenses à des chercheurs ou à des entrepreneurs porteurs d’innovation.

L’étude des activités de ce comité permet donc de suivre les évolutions scientifiques et techniques dans de nombreux domaines de la chimie et d’identifier la nature des encouragements qu’ils ont pu donner à l’ensemble du secteur.

Gérard Emptoz, professeur honoraire d’histoire des sciences à l’Université de Nantes  a présenté une communication sur ce sujet à l’occasion du congrès de la Société française d’histoire des sciences et des techniques, qui s’est tenue à l’Université Claude Bernard de Lyon du 28 au 30 avril  2014. Les actes de ce colloque doivent paraître ultérieurement.

Jomard et la Société d’encouragement

Edme-François Jomard (1777-1862), un des tout premiers polytechniciens, a eu une vie et une trajectoire professionnelle tout à fait passionnantes, auxquelles s’est attaché Yves Laissus, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale, dans son ouvrage, Jomard, le dernier égyptien, publié en 2004 chez Fayard.

Ingénieur cartographe, enrôlé dans l’aventure de l’expédition d’Egypte, promu ensuite coordinateur de la monumentale publication de la Description de l’Egypte Jomard deviendra sous la Restauration, le premier conservateur des cartes et plans à la Bibliothèque nationale, dont il sera par la suite un des administrateurs.  Il n’oubliera cependant pas sa chère Egypte, dont il soutiendra les efforts de modernisation, en organisant notamment l’accueil des élèves égyptiens dans différentes écoles techniques françaises. Son intérêt constant pour les questions d’éducation et de formation explique sa contribution à la création en 1815 de la Société pour l’instruction élémentaire, ainsi qu’à nombre de sociétés savantes, comme la Société de Géographie. Jomard, membre depuis l’été 1815 de la Société d’encouragement, en deviendra en 1816 l’un des secrétaires et occupera ce poste durant 29 ans.  Il apportera à la Société non seulement son expertise sur les questions graphiques, mais aussi son souci constant de promotion et de diffusion des progrès techniques, qui ne valaient, à ses yeux, que s’ils bénéficiaient au plus grand nombre. Il jouera un rôle central dans le soutien apporté par la Société aux nouvelles techniques de reproduction, la lithographie puis la photographie ; il s’efforcera également de jouer un rôle de passeur des réalisations étrangères, notamment anglaises : c’est dans ce contexte qu’il sera un des promoteurs de la création d’un réseau ferroviaire en France.

Pour commémorer le cent-cinquantenaire du décès de Jomard, et rendre hommage au travail d’Yves Laissus, une journée d’études a été organisée en novembre 2012 à l’Ecole Polytechnique, sous la responsabilité de Patrice Bret, secrétaire général du comité Lavoisier à l’Académie des Sciences.  Les communications viennent de paraître dans un numéro spécial du bulletin de la Société des amis de la bibliothèque de l’X (SABIX), Edme-François Jomard (1777-1862), Bulletin SABIX, n° 45, avril 2014.  L’une d’elles, faite par Daniel Blouin, membre de la commission d’histoire de la SEIN, traitait plus spécifiquement du rôle et de l’action de Jomard à la SEIN : elle a été publiée dans le numéro spécial sous le titre « Animer et inciter, Jomard et la Société d’encouragement pour l’industrie nationale », p. 67-80. qui est désormais en ligne.

Lire l’article

Gibus et la chapellerie (années 1810 – années 1860)

Le chapeau est un accessoire indispensable de l’homme (et de la femme, mais on ne le traitera pas ici) du XIXème siècle, comme il l’était de ses devanciers, et il le restera encore durant une bonne partie du XXème siècle. Il a été aussi l’objet d’un intérêt constant de la Société d’encouragement, durant la période qui va du Premier Empire au Second. Ce ne sont évidemment pas les variations de la mode ou des pratiques vestimentaires qui la préoccupent, mais bien davantage les matériaux et les techniques de fabrication. La Société va récompenser des chapeliers jugés innovants et contribuer à la diffusion de leurs produits et de leurs procédés. Parmi les noms figure celui de Gibus, tellement célèbre alors qu’il finira par laisser son nom au chapeau sous toutes ses formes. Le soutien à l’innovation chapelière et à ses acteurs est un bon exemple de la démarche constante de la Société en faveur des produits ou des procédés liés à l’équipement domestique ou à celui des personnes. L’article en ligne veut aller toutefois au-delà de la présentation de l’activité de la Société dans ce domaine : en croisant diverses sources, il souhaite montrer comment un petit métier, artisanal à l’origine, s’est progressivement transformé en une véritable industrie, avec des mutations géographiques marquées, en relation étroite avec les progrès scientifiques et techniques, mais aussi avec une demande croissante et de plus en plus diversifiée.

Les brevets, sources de l’invention

Dans le cadre du séminaire d’initiation à l’histoire des techniques EHESS-Centre Koyré, le 17 mars 2014, cette introduction sur l’intérêt des brevets d’invention  comme source pour l’histoire des techniques, accompagnée d’une bibliographie sommaire sur les brevets, a été présentée par Gérard Emptoz, professeur honoraire à l’Université de Nantes (centre François Viète), membre de la commission d’histoire de la Société  d’encouragement pour l’industrie nationale. 

La musique, un domaine de prédilection de la SEIN

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale s’est intéressée de manière durable au domaine musical et, plus généralement, au domaine du son : entre 1802 et 1940, ce ne sont pas moins de 216 communications, rapports, mémoires, qui ont été publiées dans son Bulletin sur ces thèmes, parfois de manière très développée et illustrée.

Dans une communication faite en août 2011 au Congrès de l’International Committee for the History of Technology (ICOHTEC), tenu à Glasgow, et que nous publions ici, Serge Benoit a abordé les raisons et les aspects de cet intérêt de la Société: il porte aussi bien sur les innovations en matière de facture d’instruments, que sur la démarche des physiciens pour étudier et analyser les ondes sonores.

Au cours du XIXe siècle, la musique étend ses publics, et les instruments trouvent de nouveaux utilisateurs. A côté de l’exigence de qualité –l’exigence de pureté du son -, voulue en tout premier lieu par les compositeurs et les interprètes, on voit bien comment l’exigence esthétique, mais aussi, surtout s’il s’agit d’un instrument de salon, l’exigence de formes sont importantes. Pour séduire de nouveaux publics, de nouveaux instruments, ou de nouveaux registres de jeu sont proposés. On voit dans l’article la fortune des pianos droits, mais aussi l’intérêt pour des instruments plus surprenants à nos yeux contemporains, tel le violonista, ce violon mécanique que mentionne Serge Benoit.

A côté de la demande pour une musique jouée en salle de concert, et pour une musique de salon, la demande pour un jeu plus grandiose, destiné à accompagner les cérémonies religieuses, dans les grandes églises, appelle la mise au point de nouvelles grandes orgues, capables d’un jeu plus varié. Serge Benoit le montre dans l’étude de la question des relations de la Société avec Cavaillé-Coll au milieu du XIXème siècle

Dans les préoccupations de la Société, la question du son et de son réglage, apparaît comme une question récurrente. On le voit dès la Restauration avec l’encouragement à la fabrication de cordes de qualité, cordes et chanterelles en boyau, mais aussi cordes métalliques, un point qui n’entre pas dans le cadre de cette communication. Par contre Serge Benoit, développe largement la question de la recherche, effectuée par Jules Lissajous au milieu du XIXème siècle, sur la définition du la normal, sous l’égide de la Société.

La souplesse d’exécution et le registre des instruments suscitent aussi l’intérêt de la Société : elle porte une grande attention aux mécanismes – ceux des pianos, ou ceux des orgues- et aux dispositifs – notamment les pédales – qui permettent de varier les jeux.

Serge Benoit s’attache également à montrer la dimension économique de la facture et le soutien apporté à l’organisation d’entreprises innovantes comme celle de Pleyel et Wolff.

Il évoque, enfin, dans sa communication, les hommes, les dirigeants de la Société qui se chargent de ces études : un Francoeur, un Lissajous sont des savants et des connaisseurs du domaine musical, surtout le premier qui était à la fois un éminent mathématicien et un bon violoniste.

En conclusion, cet article, comme d’autres travaux récents, souligne, au-delà du domaine musical, l’intérêt de la Société, pour toutes les questions à la fois scientifiques et techniques, qui touchent aussi le domaine de l’art ou celui de l’esthétique. Il n’est que de prendre l’exemple de la lithographie, puis de la photographie, celui des matériaux de moulage pour le décor, le vaste domaine, enfin, des produits d’imitation, destinés à l’équipement de la maison (tapis, tentures, vases,) ou simplement aux personnes (les bijoux en simili par exemple).

C’est que la SEIN, à son échelle, ne cherche pas uniquement à répondre aux attentes de spécialistes, me semble t’il. Elle inscrit son activité dans une société qui aspire de plus en plus à s’approprier les valeurs, à partager les goûts qui étaient naguère l’apanage d’élites restreintes. Favoriser les perfectionnements de la facture musicale, explorer davantage le domaine du son, c’est participer aussi à la popularisation de la musique dans cette société.

 

Daniel Blouin, commission d’histoire de la SEIN

Boris Vian, un ingénieur très parisien par Jean-François Belhoste, Mardi 21 janvier à 17 h 30

Boris Vian, un ingénieur très parisien

conférence de Jean-François Belhoste, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes-études, membre de l’association Centrale-Histoire

mardi 21 janvier 2014, à 17 h 30,

1513251_731740260178151_1296022051_n
Archives nationales, hôtel de Soubise, Chambre du Prince, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75004 Paris (M° Hôtel de Ville ou Rambuteau).

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

L’itinéraire personnel de Boris Vian s’inscrit tout entier dans le cadre parisien. Entré à l’Ecole centrale des arts et manufactures, il y fit sa scolarité rue Montgolfier, à deux pas du Conservatoire des arts et métiers, entre 1940 et 1942. Né à Ville d’Avray (Hauts-de-Seine), il avait fait ses classes préparatoires au lycée Condorcet. Et c’est place de la Bourse qu’il trouva son premier emploi à l’Association française de normalisation (Afnor) où il resta jusqu’en 1946 et écrivit ses premiers romans. Amoureux du jazz, Vian passait cependant ses soirées à jouer de la trompette dans les caves, ce qui le conduisit à Saint-Germain-des-Prés où il côtoya Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir au café de Flore et aux Temps Modernes. Son œuvre non seulement se ressent de cette vie toute parisienne, mais exprime aussi, à peine voilée, sa formation axée sur la technique et les sciences appliquées. L’Association des Centraliens a choisi Boris Vian comme « Centralien de l’année 2013 » et la promotion des élèves de cette année porte son nom.

Conférence de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France

Les paris de l’industrie, 1750-1920 : une exposition, des conférences, un colloque, un ouvrage

EXPOSITION, du 5 décembre 2013 au 7 janvier 2014
 
                     Les paris de l’industrie, 1750-1920
 
 image006
Signe de l’entrée dans la modernité pour les uns, porteur de régression sociale pour les autres, l’ère industrielle est assurément une période de profondes transformations du tissu urbain et d’importants bouleversements du champ économique et social. Cette révolution, qui s’entend sur plusieurs décennies, a non seulement bouleversé les rapports de la société à son environnement, mais elle a aussi apporté de nouveaux risques, largement débattus dans l’espace public : habitants, médecins, ouvriers, administrateurs et entrepreneurs s’interrogent et parfois s’opposent sur la manière d’appréhender ce choc industriel. Cette exposition rend compte de cette mutation extraordinaire, des paris de l’industrie, en prenant appui sur des matériaux souvent peu connus, rarement montrés et jamais réunis, en se focalisant principalement sur les transformations de la capitale, sans oublier les traces subsistant aujourd’hui encore dans le patrimoine. 
 
INFORMATIONS PRATIQUES

Lieu : Réfectoire des Cordeliers, 15, rue de l’Ecole de Médecine, Paris 6e

Dates : 5 Décembre 2013- 7 Janvier 2014

Horaires : Tous les jours de 11 h 00 à 19 h 00, nocturne le jeudi jusqu’à 20 h 30.
Fermé le 25 décembre et le 1er janvier.
Accès : Métro Odéon ou Cluny-la-Sorbonne. RER B, Luxembourg ou Saint-Michel.

Entrée libre

Vernissage, le mardi 10 décembre à 18 h
Exposition organisée par le Comité d‘histoire de la Ville de Paris et placé sous le commissariat scientifique de Thomas Le Roux, chercheur au CNRS, Maison française d’Oxford, Centre de recherches historiques (EHESS).
ACTIVITES CONNEXES 
 
_Cycle de conférences
4 octobre 2013- 14 Janvier 2014, Les paris de l’industrie, au Petit Palais. conférences à venir :
 
_Colloque international
19 et 20 décembre 2013, Risques et accidents industriels, fin XVIIe-fin XIXe siècle,  Conservatoire National des Arts et Métiers
 
 _Livre.
Thomas Le Roux, Les paris de l’industrie, 1750-1920. Paris au risque de l’industrie, Créaphis, 2013.
En librairie en décembre 2013