Faut-il encourager par la démonstration ? La destinée du cabinet des modèles de la SEIN dans la première moitié du XIXème siècle.

Dès les premières semaines de sa fondation durant l’hiver 1801-1802, la société d’encouragement pour l’industrie nationale avait souhaité se doter d’un cabinet de modèles. Elle renouait ainsi avec une tradition ancienne des institutions savantes, mais elle s’inscrivait aussi dans le souci didactique affirmé sous la Révolution, de faciliter par l’exemple la diffusion des savoirs.
Ce cabinet de modèles qui devait être étoffé par le dépôt des objets primés ou simplement exposés lors des séances générales devait, aux yeux de certains dirigeants constituer à terme un « musée industriel », qui devait être un des pôles d’attraction de la société au même titre que sa bibliothèque technique. Mais pour des raisons à la fois matérielles, le manque de place dans les locaux que la société occupera entre 1801 et 1851, mais aussi stratégiques – la majorité des dirigeants estimera très vite que la priorité devait être accordée à la diffusion du bulletin -, la collection de modèles sera peu à peu cantonnée dans des armoires, puis dans des remises. Lorsque la société s’établira dans son nouvel hôtel en 1851, après avoir tenté de nouveau de leur dédier un espace spécialisé, elle décidera de céder ces modèles à diverses institutions dont le Conservatoire des Arts-et-Métiers, qui en conserve encore aujourd’hui bon nombre dans ses collections.
Chloé Sauvalle, dans son rapport de stage de master 2 soutenu en 2006 à l’Université Paris-VII sous la direction de Pascal Crozet, Liliane Hilaire-Perez et Marie-Sophie Corcy, a étudié ce cabinet des modèles, en ce qu’il représente une histoire commune aux deux institutions, la société d’encouragement et le Conservatoire.
Ce travail très documenté, qui a utilisé les fonds d’archives,jette un éclairage utile à la fois sur la stratégie « mobile » de la société, dans le cadre de laquelle le cabinet apparaît, se structure puis disparaît, et la destinée des objets, une fois ces derniers transférés au Conservatoire.
Chloé Sauvalle qui a eu l’occasion de présenter ses recherches lors des journées d’étude « Cabinets de curiosités, collections techniques et musées d’arts et métiers : origines, mutations et usages, des Lumières à la seconde guerre mondiale » tenues en octobre 2011 à l’Université Paris Diderot, en cours de publication, a accepté notre demande de publication pour l’ensemble de ce travail de master.
Cliquez sur le lien


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *