Boris Vian, un ingénieur très parisien par Jean-François Belhoste, Mardi 21 janvier à 17 h 30

Boris Vian, un ingénieur très parisien

conférence de Jean-François Belhoste, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes-études, membre de l’association Centrale-Histoire

mardi 21 janvier 2014, à 17 h 30,

1513251_731740260178151_1296022051_n
Archives nationales, hôtel de Soubise, Chambre du Prince, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75004 Paris (M° Hôtel de Ville ou Rambuteau).

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

L’itinéraire personnel de Boris Vian s’inscrit tout entier dans le cadre parisien. Entré à l’Ecole centrale des arts et manufactures, il y fit sa scolarité rue Montgolfier, à deux pas du Conservatoire des arts et métiers, entre 1940 et 1942. Né à Ville d’Avray (Hauts-de-Seine), il avait fait ses classes préparatoires au lycée Condorcet. Et c’est place de la Bourse qu’il trouva son premier emploi à l’Association française de normalisation (Afnor) où il resta jusqu’en 1946 et écrivit ses premiers romans. Amoureux du jazz, Vian passait cependant ses soirées à jouer de la trompette dans les caves, ce qui le conduisit à Saint-Germain-des-Prés où il côtoya Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir au café de Flore et aux Temps Modernes. Son œuvre non seulement se ressent de cette vie toute parisienne, mais exprime aussi, à peine voilée, sa formation axée sur la technique et les sciences appliquées. L’Association des Centraliens a choisi Boris Vian comme « Centralien de l’année 2013 » et la promotion des élèves de cette année porte son nom.

Conférence de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *