La musique, un domaine de prédilection de la SEIN

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale s’est intéressée de manière durable au domaine musical et, plus généralement, au domaine du son : entre 1802 et 1940, ce ne sont pas moins de 216 communications, rapports, mémoires, qui ont été publiées dans son Bulletin sur ces thèmes, parfois de manière très développée et illustrée.

Dans une communication faite en août 2011 au Congrès de l’International Committee for the History of Technology (ICOHTEC), tenu à Glasgow, et que nous publions ici, Serge Benoit a abordé les raisons et les aspects de cet intérêt de la Société: il porte aussi bien sur les innovations en matière de facture d’instruments, que sur la démarche des physiciens pour étudier et analyser les ondes sonores.

Au cours du XIXe siècle, la musique étend ses publics, et les instruments trouvent de nouveaux utilisateurs. A côté de l’exigence de qualité –l’exigence de pureté du son -, voulue en tout premier lieu par les compositeurs et les interprètes, on voit bien comment l’exigence esthétique, mais aussi, surtout s’il s’agit d’un instrument de salon, l’exigence de formes sont importantes. Pour séduire de nouveaux publics, de nouveaux instruments, ou de nouveaux registres de jeu sont proposés. On voit dans l’article la fortune des pianos droits, mais aussi l’intérêt pour des instruments plus surprenants à nos yeux contemporains, tel le violonista, ce violon mécanique que mentionne Serge Benoit.

A côté de la demande pour une musique jouée en salle de concert, et pour une musique de salon, la demande pour un jeu plus grandiose, destiné à accompagner les cérémonies religieuses, dans les grandes églises, appelle la mise au point de nouvelles grandes orgues, capables d’un jeu plus varié. Serge Benoit le montre dans l’étude de la question des relations de la Société avec Cavaillé-Coll au milieu du XIXème siècle

Dans les préoccupations de la Société, la question du son et de son réglage, apparaît comme une question récurrente. On le voit dès la Restauration avec l’encouragement à la fabrication de cordes de qualité, cordes et chanterelles en boyau, mais aussi cordes métalliques, un point qui n’entre pas dans le cadre de cette communication. Par contre Serge Benoit, développe largement la question de la recherche, effectuée par Jules Lissajous au milieu du XIXème siècle, sur la définition du la normal, sous l’égide de la Société.

La souplesse d’exécution et le registre des instruments suscitent aussi l’intérêt de la Société : elle porte une grande attention aux mécanismes – ceux des pianos, ou ceux des orgues- et aux dispositifs – notamment les pédales – qui permettent de varier les jeux.

Serge Benoit s’attache également à montrer la dimension économique de la facture et le soutien apporté à l’organisation d’entreprises innovantes comme celle de Pleyel et Wolff.

Il évoque, enfin, dans sa communication, les hommes, les dirigeants de la Société qui se chargent de ces études : un Francoeur, un Lissajous sont des savants et des connaisseurs du domaine musical, surtout le premier qui était à la fois un éminent mathématicien et un bon violoniste.

En conclusion, cet article, comme d’autres travaux récents, souligne, au-delà du domaine musical, l’intérêt de la Société, pour toutes les questions à la fois scientifiques et techniques, qui touchent aussi le domaine de l’art ou celui de l’esthétique. Il n’est que de prendre l’exemple de la lithographie, puis de la photographie, celui des matériaux de moulage pour le décor, le vaste domaine, enfin, des produits d’imitation, destinés à l’équipement de la maison (tapis, tentures, vases,) ou simplement aux personnes (les bijoux en simili par exemple).

C’est que la SEIN, à son échelle, ne cherche pas uniquement à répondre aux attentes de spécialistes, me semble t’il. Elle inscrit son activité dans une société qui aspire de plus en plus à s’approprier les valeurs, à partager les goûts qui étaient naguère l’apanage d’élites restreintes. Favoriser les perfectionnements de la facture musicale, explorer davantage le domaine du son, c’est participer aussi à la popularisation de la musique dans cette société.

 

Daniel Blouin, commission d’histoire de la SEIN


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *