Gibus et la chapellerie (années 1810 – années 1860)

Le chapeau est un accessoire indispensable de l’homme (et de la femme, mais on ne le traitera pas ici) du XIXème siècle, comme il l’était de ses devanciers, et il le restera encore durant une bonne partie du XXème siècle. Il a été aussi l’objet d’un intérêt constant de la Société d’encouragement, durant la période qui va du Premier Empire au Second. Ce ne sont évidemment pas les variations de la mode ou des pratiques vestimentaires qui la préoccupent, mais bien davantage les matériaux et les techniques de fabrication. La Société va récompenser des chapeliers jugés innovants et contribuer à la diffusion de leurs produits et de leurs procédés. Parmi les noms figure celui de Gibus, tellement célèbre alors qu’il finira par laisser son nom au chapeau sous toutes ses formes. Le soutien à l’innovation chapelière et à ses acteurs est un bon exemple de la démarche constante de la Société en faveur des produits ou des procédés liés à l’équipement domestique ou à celui des personnes. L’article en ligne veut aller toutefois au-delà de la présentation de l’activité de la Société dans ce domaine : en croisant diverses sources, il souhaite montrer comment un petit métier, artisanal à l’origine, s’est progressivement transformé en une véritable industrie, avec des mutations géographiques marquées, en relation étroite avec les progrès scientifiques et techniques, mais aussi avec une demande croissante et de plus en plus diversifiée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *