Le comité des arts chimiques de la SEIN dans l’entre-deux-guerres

Durant les vingt années qui séparent les deux conflits mondiaux, l’importance de la chimie dans la composition de la Société d’encouragement (SEIN) est renforcée par la présence des chambres syndicales spécialisées (par exemple la chambre syndicale de la grande industrie chimique) et des grandes entreprises (par exemple Saint-Gobain ou Rhône-Poulenc). Le comité des arts chimiques poursuit ses activités au service de la science et de l’industrie chimiques et réunit de nombreuses spécialités des secteurs publics et privés  : y figurent de grands ingénieurs et des membres de l’Académie des Sciences comme Henry Le Châtelier, Albert Portevin ou encore André Wahl. 

Tout en participant aux diverses organisations et manifestations professionnelles mises en place à partir de 1919, ils font des mises au point, des rapports sur des domaines techniques particuliers (la métallurgie, les combustibles, les engrais chimiques) et animent des conférences sur des sujets d’actualité (le pétrole, la synthèse de l’ammoniac, les métaux légers). Ils poursuivent aussi la politique de remise de récompenses à des chercheurs ou à des entrepreneurs porteurs d’innovation.

L’étude des activités de ce comité permet donc de suivre les évolutions scientifiques et techniques dans de nombreux domaines de la chimie et d’identifier la nature des encouragements qu’ils ont pu donner à l’ensemble du secteur.

Gérard Emptoz, professeur honoraire d’histoire des sciences à l’Université de Nantes  a présenté une communication sur ce sujet à l’occasion du congrès de la Société française d’histoire des sciences et des techniques, qui s’est tenue à l’Université Claude Bernard de Lyon du 28 au 30 avril  2014. Les actes de ce colloque doivent paraître ultérieurement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *