Tous les articles par DanielBlouin

La collection numérisée du bulletin dans le CNUM

Le bulletin de la société d’encouragement pour l’industrie nationale, dont la parution débute à la fin de 1802, est une source indispensable, non seulement pour l’histoire de la société, mais aussi, comme l’on souligné depuis depuis longtemps, pour la compréhension de l’évolution des techniques; L’ampleur de la matière traitée, sans cesse croissante jusqu’au début du XXème siècle où il comptera plus de 2000 pages, la qualité des rapports sur les concours et les procédés soumis à la société, l’intérêt des planches et des illustrations, en font  un ouvrages de référence.

On peut se reporter au texte de présentation du bulletin rédigé par Serge Benoit pour le CNUM

dans les premiers temps de l’histoire de la société, on peut se reporter à la communication de Catherine Koblentz , pour en comprendre la structure et le rôle qu’il pu alors jouer.

Depuis 2008, le bulletin de la Société d’encouragement est numérisé dans le  Conservatoire Numérique (CNUM), ce qui évite les attentes dans les bibliothèques et les manipulations fastidieuses de volumes.  L’accès à la liste des volumes se trouve ici

Dix tables analytiques ont été publiées jusqu’en 1912, et sont également numérisées. Elles permettent donc de retrouver les références d’un mot-vedette de titre d’un article ou d’une planche, ainsi que d’un nom propre. Mais il faut se reporter ensuite au bulletin numérisé correspondant en repartant de la liste annuelle.  La liste des tables numérisées se trouve à la fin de la liste des volumes.

Il existe également une possibilité d’entrée et de recherche par les tables annuelles, où les entrées sont parfois plus détaillées que dans les tables analytiques, mais elle est assez longue, quand on ne recherche pas un volume précis.

La commission d’histoire détient  une collection complète des bulletins et des tables. Toutefois, ces ouvrages étant fragiles, il est conseillé de travailler sur la base du CNUM.  La possibilité d’accès aux originaux est réservée  aux chercheurs qui souhaiteraient reproduire, par photo numérique, des pages des bulletins, en particulier  des planches.

Pour faciliter les recherches dans l’ensemble des bulletins, la commission d’histoire a élaboré un outil d’interrogation dans l’ensemble des tables annuelles, qui  offre une  synthèse des occurrences des mots-clés recherchés. Cet outil est accessible sur un poste de travail dans ses locaux

Présentation des archives de la SEIN

Une des sources principales de l’histoire de la société d’encouragement est constituée par ses archives, qui couvrent la période qui va de la  fondation jusqu’au début des années 1980. Elles ont fait l’objet de deux campagnes de classement et d’inventaire, en 1995 et en 2011.

Elles sont accessibles sur rendez-vous auprès de la commission d’histoire de la SEIN, de préférence par couriel à l’adresse sein.histoire@gmail.com.

Le fonds est très important, sinon essentiel, pour l’histoire de la société en elle-même; il est d’un intérêt plus inégal en ce qui concerne l’histoire de l’innovation, en raison de certaines lacunes.

Les principes du classement et les principaux points d’intérêt du fonds sont présentés dans un texte d’introduction. Il est préférable, pour  les chercheurs intéressés, de le  consulter préalablement à une demande de rendez-vous. On peut le lire en ligne ici.

Le bulletin de la SEIN et les inventeurs

A l’occasion de la journée d’étude organisées par le Centre d’Histoire des Techniques du CNAM et par la commission d’histoire de la SEIN en 2004, et dont les actes n’ont pas été publiés, Catherine Koblentz avait présenté, dans le cadre de ses recherches pour son mastère d’histoire des techniques au CNAM, une communication sur le bulletin de la SEIN et les inventeurs (1801-1844). L’intérêt de sa contribution est d’abord, de mettre en évidence, pour les premières années d’activité de la société, la façon dont les relations s’organisent entre elles et les inventeurs, et sur quelles bases elles reposent. Elle montre ensuite comment le bulletin, créé à partir de l’an XI, sert de vecteur à ces relations, en diffusant l’information technique et en conférant une notoriété – l’auteur parle de « crédit symbolique » – aux inventeurs qu’il mentionne. Lire cette communication.