Tous les articles par Commission d'histoire

Les symboles gravés de la Societé d’encouragement


Pour se donner une identité, la Société d’encouragement a cherché dès ses premières années à se doter de symboles, qui allaient figurer sur les médailles qu’elle décernait aux personnes qu’elle souhaitait récompenser, ou comme en-têtes sur ses actes officiels et sa correspondance.

L’étude de cette symbolique permet de comprendre ce que la Société entendait donner comme image d’elle-même, et d’en montrer les évolutions. Elle permet également d’apprécier la qualité de certaines des gravures , preuve que les relations entre la Société et les milieux artistiques ont toujours été étroites.

Pour accéder à l’article

 

Aux sources de l’invention : la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (années 1800 – années 1930)

Présenter la Société d’encouragement et son patrimoine

Ce texte est issu des communications faites  au séminaire d’initiation à l’histoire des techniques de Liliane Hilaire-Perez et Marie Thébaud-Sorger. EHESS-Centre Alexandre Koyré, sur les Archives de l’invention.

L’intention première de cet article était donc de présenter les fonds patrimoniaux de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (la SEIN), et de souligner leur intérêt comme archive pour l’histoire de l’invention. Mais il m’est très rapidement apparu nécessaire de faire découvrir le lieu et la matrice de cette archive : la SEIN,  les circonstances et les raisons de sa création, ses grandes orientations, doivent être évoquées; de même est-il nécessaire de parler de ce qui est au cœur de son action : l’Encouragement et les formes qu’il a pu prendre.

S’il est indispensable en effet, à mon sens, de réaffirmer, auprès des chercheurs et futurs chercheurs, comme des dirigeants présents et futurs de la Société, et aussi du public, l’importance de ces fonds patrimoniaux, dont le maintien pérenne dans les lieux où ils ont été constitués, et dont ils font partie intégrante, comme la bibliothèque, doit demeurer garanti, il n’en n’est pas moins important de les mettre en perspective historique : il n’existe pas en effet, à l’heure présente, d’histoire générale de la Société, seulement des études thématiques et/ou orientées sur des périodes spécifiques que les notes de ce texte, ainsi que la bibliographie détaillée que le lecteur trouvera à la fin, présentent, pour les plus significatives d’entre elles.

Suite du texte

 

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale et les frères Lumière, au tournant des XIXème et XXème siècles : une question d’images

Une manifestation tenue à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale a permis de commémorer, le 22 mars 2015, les cent-vingt-ans de la toute première projection du cinématographe Lumière. Pour préparer cet événement, la commission d’histoire de la Société a cherché à comprendre les circonstances de cette projection et son importance dans la démarche des frères Lumière, comme dans les projets de la Société.

En s’appuyant sur une brève intervention de Daniel Blouin en introduction du colloque « l’Imaginaire des techniques », tenu à l’hôtel de la Société en novembre 2013[1], un texte plus développé a été présenté par Gérard Emptoz à l’occasion de la commémoration de 2015.

La commission d’histoire a souhaité approfondir la question par de nouvelles recherches : une version revue et complétée a fait l’objet d’une nouvelle communication de Daniel Blouin, le 19 janvier 2016, au séminaire de Jean-François Belhoste « Histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles) », à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, dans le cadre du cycle consacré aux premiers temps du cinéma, dans ses dimensions technique, économique et de spectacle. Nous la mettons en ligne sur le carnet de recherches de la commission d’histoire

[1] Colloque Imaginaire des Techniques, 14 et 15 novembre 2013, organisé par Anne-Françoise Garçon, publication en cours.

Le comité des arts chimiques de la SEIN dans l’entre-deux-guerres

Durant les vingt années qui séparent les deux conflits mondiaux, l’importance de la chimie dans la composition de la Société d’encouragement (SEIN) est renforcée par la présence des chambres syndicales spécialisées (par exemple la chambre syndicale de la grande industrie chimique) et des grandes entreprises (par exemple Saint-Gobain ou Rhône-Poulenc). Le comité des arts chimiques poursuit ses activités au service de la science et de l’industrie chimiques et réunit de nombreuses spécialités des secteurs publics et privés  : y figurent de grands ingénieurs et des membres de l’Académie des Sciences comme Henry Le Châtelier, Albert Portevin ou encore André Wahl. 

Tout en participant aux diverses organisations et manifestations professionnelles mises en place à partir de 1919, ils font des mises au point, des rapports sur des domaines techniques particuliers (la métallurgie, les combustibles, les engrais chimiques) et animent des conférences sur des sujets d’actualité (le pétrole, la synthèse de l’ammoniac, les métaux légers). Ils poursuivent aussi la politique de remise de récompenses à des chercheurs ou à des entrepreneurs porteurs d’innovation.

L’étude des activités de ce comité permet donc de suivre les évolutions scientifiques et techniques dans de nombreux domaines de la chimie et d’identifier la nature des encouragements qu’ils ont pu donner à l’ensemble du secteur.

Gérard Emptoz, professeur honoraire d’histoire des sciences à l’Université de Nantes  a présenté une communication sur ce sujet à l’occasion du congrès de la Société française d’histoire des sciences et des techniques, qui s’est tenue à l’Université Claude Bernard de Lyon du 28 au 30 avril  2014. Les actes de ce colloque doivent paraître ultérieurement.

Jomard et la Société d’encouragement

Edme-François Jomard (1777-1862), un des tout premiers polytechniciens, a eu une vie et une trajectoire professionnelle tout à fait passionnantes, auxquelles s’est attaché Yves Laissus, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale, dans son ouvrage, Jomard, le dernier égyptien, publié en 2004 chez Fayard.

Ingénieur cartographe, enrôlé dans l’aventure de l’expédition d’Egypte, promu ensuite coordinateur de la monumentale publication de la Description de l’Egypte Jomard deviendra sous la Restauration, le premier conservateur des cartes et plans à la Bibliothèque nationale, dont il sera par la suite un des administrateurs.  Il n’oubliera cependant pas sa chère Egypte, dont il soutiendra les efforts de modernisation, en organisant notamment l’accueil des élèves égyptiens dans différentes écoles techniques françaises. Son intérêt constant pour les questions d’éducation et de formation explique sa contribution à la création en 1815 de la Société pour l’instruction élémentaire, ainsi qu’à nombre de sociétés savantes, comme la Société de Géographie. Jomard, membre depuis l’été 1815 de la Société d’encouragement, en deviendra en 1816 l’un des secrétaires et occupera ce poste durant 29 ans.  Il apportera à la Société non seulement son expertise sur les questions graphiques, mais aussi son souci constant de promotion et de diffusion des progrès techniques, qui ne valaient, à ses yeux, que s’ils bénéficiaient au plus grand nombre. Il jouera un rôle central dans le soutien apporté par la Société aux nouvelles techniques de reproduction, la lithographie puis la photographie ; il s’efforcera également de jouer un rôle de passeur des réalisations étrangères, notamment anglaises : c’est dans ce contexte qu’il sera un des promoteurs de la création d’un réseau ferroviaire en France.

Pour commémorer le cent-cinquantenaire du décès de Jomard, et rendre hommage au travail d’Yves Laissus, une journée d’études a été organisée en novembre 2012 à l’Ecole Polytechnique, sous la responsabilité de Patrice Bret, secrétaire général du comité Lavoisier à l’Académie des Sciences.  Les communications viennent de paraître dans un numéro spécial du bulletin de la Société des amis de la bibliothèque de l’X (SABIX), Edme-François Jomard (1777-1862), Bulletin SABIX, n° 45, avril 2014.  L’une d’elles, faite par Daniel Blouin, membre de la commission d’histoire de la SEIN, traitait plus spécifiquement du rôle et de l’action de Jomard à la SEIN : elle a été publiée dans le numéro spécial sous le titre « Animer et inciter, Jomard et la Société d’encouragement pour l’industrie nationale », p. 67-80. qui est désormais en ligne.

Lire l’article

Les brevets, sources de l’invention

Dans le cadre du séminaire d’initiation à l’histoire des techniques EHESS-Centre Koyré, le 17 mars 2014, cette introduction sur l’intérêt des brevets d’invention  comme source pour l’histoire des techniques, accompagnée d’une bibliographie sommaire sur les brevets, a été présentée par Gérard Emptoz, professeur honoraire à l’Université de Nantes (centre François Viète), membre de la commission d’histoire de la Société  d’encouragement pour l’industrie nationale. 

Colloque sur William Le Baron Jenney, centralien et architecte des premiers gratte-ciels, les 17, 18 et 19 décembre à Paris

William Le Baron Jenney fait partie de ces jeunes étrangers qui sont venus faire leurs études d’ingénieur à l’Ecole centrale : un colloque récent a souligné combien ils furent nombreux depuis sa fondation jusqu’à la fin du XIXème siècle, y compris des étudiants américains.

Le  Baron Jenney, issu d’une famille de la grande bourgeoisie de la côte Est des Etats-Unis, est une de ces personnalités aventureuses qui jalonnent l’histoire du développement de ce pays. Désireux de se former à la carrière d’ingénieur, il choisit la France et l »Ecole centrale : il va vivre et étudier dans un pays qui, dans cette période des débuts du second Empire, est en pleine expansion, notamment grâce à l’essor des chemins de fer, et dans un Paris en pleine mutation urbanistique. Ayant obtenu son diplôme en 1856, avec comme spécialité la construction, et après avoir complété sa formation à l’Ecole des Beaux-Arts, il finira, après maintes péripéties, par s’établir comme architecte et urbaniste aux Etats-Unis, où il est considéré comme l’un des pères des premiers gratte-ciels édifiés à Chicago à partir des années 1880.

Un colloque lui sera consacré à Paris les 17, 18 et 19 décembre : il réunira spécialistes français et américains qui analyseront l’importance et le contexte de sa formation française ainsi que le caractère novateur de ses réalisations dans le cadre de l’expansion urbaine aux Etats-Unis durant le dernier tiers du XIXème siècle.

Voici le programme

Premier numéro d’e-Phaïstos, revue en ligne d’histoire des techniques

Le Centre d’Histoire des Techniques de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (équipe du CH2ST / EA 127) annonce la parution du numéro 1 d’e-Phaïstos, revue en ligne bi-annuelle d’histoire des techniques.
 Les éditeurs ont choisi de mettre l’accent sur la jeune recherche, sur l’ouverture à toutes les disciplines SHS travaillant sur les techniques et la technologie, et enfin sur l’ouverture à l’international.
Ce premier numéro comprend :

– Un dossier sur le patrimoine maritime, coordonné par Déborah Cvikel, de l’université de Haïfa, avec des articles d’Eric Rieth, Vanessa Loureiro, Manuel Montanez, Emilien Afane et Carlos del Cairo Hurtado.

– Différentes rubriques :

– « Un objet, une technique ». Ivan Lafarge ouvre cette rubrique avec un article sur les murs à palisser de Montreuil.
– « Un ouvrage nous a appris ». Bernard Delaunay détaille ici sa lecture de Nicolas Monteix et Nicolas Tran (dir.), Les Savoirs professionnels des gens de métiers. Etudes sur le monde du travail dans les sociétés urbaines de l’Empire romain, Naples, CNRS, Centre Jean Bérard, 2011
– publication de deux positions de thèses : Nicolas Pierrot et Yann Bencivengo.
– « Horizons internationaux ». La rubrique débute par un panorama de la patrimonialisation de l’industrie en Chine, rédigé en anglais par Yanqiu Xu, du Chengdu Municipal Museum (Sichuan; Chine).

Vous pouvez le télécharger ici

Faut-il encourager par la démonstration ? La destinée du cabinet des modèles de la SEIN dans la première moitié du XIXème siècle.

Dès les premières semaines de sa fondation durant l’hiver 1801-1802, la société d’encouragement pour l’industrie nationale avait souhaité se doter d’un cabinet de modèles. Elle renouait ainsi avec une tradition ancienne des institutions savantes, mais elle s’inscrivait aussi dans le souci didactique affirmé sous la Révolution, de faciliter par l’exemple la diffusion des savoirs.
Ce cabinet de modèles qui devait être étoffé par le dépôt des objets primés ou simplement exposés lors des séances générales devait, aux yeux de certains dirigeants constituer à terme un « musée industriel », qui devait être un des pôles d’attraction de la société au même titre que sa bibliothèque technique. Mais pour des raisons à la fois matérielles, le manque de place dans les locaux que la société occupera entre 1801 et 1851, mais aussi stratégiques – la majorité des dirigeants estimera très vite que la priorité devait être accordée à la diffusion du bulletin -, la collection de modèles sera peu à peu cantonnée dans des armoires, puis dans des remises. Lorsque la société s’établira dans son nouvel hôtel en 1851, après avoir tenté de nouveau de leur dédier un espace spécialisé, elle décidera de céder ces modèles à diverses institutions dont le Conservatoire des Arts-et-Métiers, qui en conserve encore aujourd’hui bon nombre dans ses collections.
Chloé Sauvalle, dans son rapport de stage de master 2 soutenu en 2006 à l’Université Paris-VII sous la direction de Pascal Crozet, Liliane Hilaire-Perez et Marie-Sophie Corcy, a étudié ce cabinet des modèles, en ce qu’il représente une histoire commune aux deux institutions, la société d’encouragement et le Conservatoire.
Ce travail très documenté, qui a utilisé les fonds d’archives,jette un éclairage utile à la fois sur la stratégie « mobile » de la société, dans le cadre de laquelle le cabinet apparaît, se structure puis disparaît, et la destinée des objets, une fois ces derniers transférés au Conservatoire.
Chloé Sauvalle qui a eu l’occasion de présenter ses recherches lors des journées d’étude « Cabinets de curiosités, collections techniques et musées d’arts et métiers : origines, mutations et usages, des Lumières à la seconde guerre mondiale » tenues en octobre 2011 à l’Université Paris Diderot, en cours de publication, a accepté notre demande de publication pour l’ensemble de ce travail de master.
Cliquez sur le lien

Trois articles sur la SEIN dans le bulletin de la société historique du VIème arrdt.

En novembre 2011, Denis Woronoff, Serge Benoit, Daniel Blouin et Gérard Emptoz avaient accueilli dans l’hôtel de la société, 4 place Saint-Germain-des-Prés, le président Bruno Delmas et les membres de la société historique du VIème arrdt,pour une visite commentée de l’hôtel et une série de trois conférences sur l’histoire de la SEIN (Serge Benoit), les 12 premiers présidents de la SEIN (Gérard Emptoz) et l’histoire de l’hôtel (Daniel Blouin).
La version imprimée de ces conférences est  désormais disponible dans le bulletin de la société historique du VIème arrdt , nouvelle série, n° 24, 2011. Ce bulletin peut être consulté à la commission d’histoire, au secrétariat de la SH VIème (à la mairie du VIème arrdt). Il est également accessible dans de nombreuses bibliothèques municipales parisiennes, en particulier celle du VIème arrdt, et existe en usuel à la bibliothèque historique de la Ville de Paris, rue Pavée.

Journée d’étude Usines 3D

La modélisation 3D au service du patrimoine industriel

La journée d’étude  » USINES 3D – Bilan et perspectives d’une recherche ANR », s’est tenue Vendredi 3 février 2012 à la Cité des sciences et de l’industrie. Cette journée a rendu compte d’un travail de recherche historique mené depuis 2008 par le CRHST et le LHEST dans le cadre de l’ANR « Corpus et outils de la recherche en sciences humaines et sociales ». Elle présente la méthode mise en place, les acquis des chantiers engagés et les supports de la dissémination de ses principaux résultats. Par la reproduction en images de synthèse de quatre sites et installations remarquables du patrimoine industriel français, Usines 3D renseigne de façon inédite sur l’histoire du travail en usine et des processus industriels de fabrication.

Grâce à la réalité virtuelle 3D, nous suivons l’impact d’une implantation industrielle ou manufacturière sur son territoire, le poids durable des bâtiments et des infrastructures même après leur disparition du paysage, les traces d’un travail souvent oublié, car en grande partie occulté par les sources historiques classiques. Ces modèles virtuels sont fondés sur l’élaboration de corpus numériques complexes. Ils s’appuient sur le dossier documentaire complet de chaque établissement à reconstituer. Ces sources sont indexées et intégrées à des bases de données informatiques inter-opérables. La reconstitution en 3D restitue l’enveloppe du bâtiment dans son environnement, suit l’évolution des équipements successifs de l’usine et permet la simulation des gestes du travail. La maquette sert donc de plateforme de confrontation des ressources documentaires produites par le corpus. Elle propose une représentation correspondant à un état de la recherche et permettant un approfondissement de l’analyse historique.

Avec ce produit multimédia original, le programme répond également aux attentes des entreprises concernées, des villes de tradition industrielle et des institutions patrimoniales soucieuses de proposer des repères concrets et des moyens de transmission des mémoires du travail.

usine 3d

© LHEST/Archéovision
photo de groupe usines 3d

Les intervenants

Bruno Jammes, directeur adjoint de la BSI; Alain Zozime, professeur et vice-président de l’université  d’Évry; Alain Michel, maître de conférences (LHEST, université d’Évry /CRHST, CSI) ;Stéphane Pouyllau, ingénieur de recherche (Adonis, CNRS); Loïc Lespinasse, modeleur (ArchéoVision, CNRS) ;
Robert Vergnieux, ingénieur de recherche (ArchéoVision, CNRS); Jean-Louis Loubet, professeur (LHEST, université d’Évry) ; Nicolas Hatzfeld, professeur (LHEST, université d’Évry); Paul Smith, ingénieur d’études (direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture et de la communication); Serge Benoît, maître de conférences (LHEST, université d’Évry); Olivier Rignault, réalisateur et Alain Michel co-réalisateur; Delphine Usal, technicienne (centre Alexandre-Koyré, CNRS); Alain Pichon, ingénieur d’études (LHEST, université d’Évry); Michel Cotte, professeur honoraire, université de Nantes.

voir les enregistrements des interventions sur  le site de la Bibliothèque des Sciences et de l’Industrie/CSI. Paris.

Crédits

© Bibliothèque des Sciences et de l’Industrie/CSI. Paris.

Réalisation du dossier : Jean-Marc Baholet

Date de mise en ligne : 28 Juin 2012

Autour de l’innovation : les expositions universelles

Rencontres autour de l’histoire des expositions universelles :

nouveaux chantiers de recherche

Paris, Université Paris Diderot Paris 7
mardi 5 juin 2012, de 9 h à 18 h 30

organisées par Liliane Pérez, Université Paris Diderot Paris 7 (ICT), et Christiane Demeulenaere-Douyère, conservateur général du patrimoine, Archives nationales, Paris,

avec le concours du Bureau international des expositions (BIE).

 

PROGRAMME

8h. 45 – 9h.00 accueil

9h. 00 – 9h.15
Liliane PÉREZ : Introduction

9h.15 – 9h.45
Sandrine TOIRON (BIE) : Les fonds documentaires du Bureau international des expositions.

Mondialiser des produits et construire des identités
Présidente de séance : Penny STARFIELD (Université Paris Diderot Paris 7, ICT)

9h.45 – 10h. 15
Dominique PERCHET (Réseau international de la fonte d’art, RIFA) :
Fontes d’art et expositions universelles : entre démarche commerciale et recherche de respectabilité

10h. 15 – 10h. 45
Paulo COELHO MESQUITA SANTOS (Ecole des hautes études en sciences sociales, EHESS / Université de São Paulo, USP)
De l’exposition de Paris de 1889 au bureau officiel des renseignements du Brésil à Paris en 1912: les stratégies, les enjeux et les acteurs liés à la propagande des produits brésiliens en France

10h. 45 – 11h. Discussion

Pause

Le travail, les techniques du corps et l’économie sociale
Président de séance : Arnaud PASSALACQUA (Université Paris Diderot-Paris 7, ICT)

11h. 15 – 11h. 45
Marie-Sophie CORCY (Musée des arts et métiers – Cnam, Paris) :
La muséification des galeries du Conservatoire des arts et métiers : le cas de l’Exposition rétrospective du Travail et des Sciences anthropologiques à l’exposition universelle de 1889

11h45 – 12h.15
Christian CARLETTI (SPHERE, CNRS / Université Paris Diderot-Paris 7) :
Healing technologies : medical electricity on display

12h15 – 12h.30  Discussion

Buffet

Passé/présent aux expositions universelles
Présidente de séance : Marie-Louise PELUS-KAPLAN (Université Paris Diderot-Paris 7, ICT)

14h.00 – 14h. 30
Manuel VIERA DE MIGUEL (Universidad Complutense de Madrid (UCM), programme FPU, projet de recherche “Los lugares del arte” HAR2010-19406) :
Absolutisme, fanatisme et orientalisme : l’image exotique de l’Espagne à travers le kaléidoscope des expositions universelles du XIXe siècle

14h. 30 – 15h. 00
Christiane DEMEULENAERE-DOUYÈRE (Archives nationales, Paris) :
Expositions universelles, archéologie et identité : la révélation du Mexique ancien en 1867 et 1889

15h.00 – 15h. 30
Bastien NOËL (École du Louvre, Paris) :
Les antiques à l’exposition universelle de Paris, en 1878

15h.30 – 15 h. 45 Discussion

Pause

Entre émancipations et hégémonies politiques
Présidentes de séance : Sophie COEURÉ et Liliane CRIPS (Université Paris Diderot Paris 7, ICT)

16h.00 – 16h. 30
Anna PELLEGRINO (Université de Padoue, Italie) :
« Paris vaut bien plus que toute exposition ». L’image de Paris dans les récits des ouvriers italiens envoyés aux expositions universelles parisiennes, 1878-1900

16h.30 – 17h. 00
Isabelle WEILAND (Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) :
L’exposition universelle comme instrument d’action diplomatique et politique : la participation de la Tunisie de 1851 à 1900

17h.00 – 17h. 30
Nadia VARGAFTIG (École des hautes études hispaniques et ibériques (EHEHI), Casa de Velázquez de Madrid) :
Solidaires et rivaux : le Portugal et l’Italie à l’exposition coloniale internationale de Paris (1931)

17h.30 – 18h. 00
Alfred Georg FREI (Université de Merseburg, Allemagne / Université Paris Diderot-Paris 7, ICT) :
« Rendre hommage à la volonté et au savoir de l’Allemagne nouvelle… » La contribution de l’Allemagne nazie à l’exposition internationale de 1937, à Paris

18h. 00 – 18h. 30 Discussion

Bâtiment Montréal, 105 rue de Tolbiac, 75013 Paris
Salle des thèses (2e étage)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Contacts :
Liliane Pérez : liliane.perez@wanadoo.fr
Christiane Demeulenaere-Douyère : christiane.demeulenaere@culture.gouv.fr

La restitution 3D en archéologie industrielle

le Jeudi 12 avril 2012 à 17 h 30, à l’Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris  (Salle Dussane), S. Benoit, N. Hatzfeld, J.L. Loubet, A. Michel, enseignants-chercheurs à l’Université d’Evry  et Paul Smith, chercheur au ministère de la Culture et de la Communication, présenteront dans le cadre d’une conférence publique :

la restitution 3D en archéologie industrielle : les réalisations du programme ANR « Usines 3D »

Programme  réalisé par le laboratoire d’histoire économique, sociale et des techniques-EA 4525 de l’Université Evry Val d’Essonne  en collaboration avec  laboratoire Ausonius-Archéotransfert de l’Université de Bordeaux III.

Les sites présentés seront : le haut-fourneau de Marcenay (Côte-d’Or) entre 1742 et 1830, l’atelier C5 de l’usine Renault de Boulogne-Billancourt en 1922, l’usine Clement-Bayard à Levallois-Perret de 1898 à 1988 et les usines Peugeot à Sochaux de 1912 à 2012.

Vers le site de l’UMR 8546 CNRS-ENS Paris

 

Prochaines séances du Club d’histoire de la chimie

Mardi 3 avril. 250 rue Saint-Jacques, 15h-17h30.

La formation des chimistes aux XIXe et XXe siècles

Anne Bidois, maître de conférences en sociologie, Université de Rouen, membre du DySoLa (dynamiques sociales et langagières) :
Des cours de Girardin à l’Institut chimique de Rouen, la formation des chimistes aux XIXe et début XXe siècles à Rouen

Virginie Fonteneau, maître de conférences en histoire de la chimie, GHDSO, Université Paris-Sud 11 :
Quelle formation des chimistes pour l’industrie après la première guerre mondiale ?

Jacques Breysse, CRDHT, CNAM, Paris :
Quelles sciences de l’ingénieur dans la formation des chimistes entre les deux guerres ? Exemples des enseignements donnés à Nancy, Lyon et Toulouse 
(électrochimie).

Mercredi 30 mai. Muséum national d’histoire naturelle, 63 rue Buffon, Paris, 5e, 14h-17h30.

Autour d’ Edme Fremy (1814-1894)
Bernard Bodo, professeur au Muséum, reçoit le Club d’histoire de la chimie et nous fera visiter le laboratoire de Fremy, avec la participation de Danielle Fauque et de
Catherine Kounélis. La séance se terminera par une traversée du Jardin des plantes donnant l’occasion de compléter l’histoire de la chimie au Muséum.

Pour toute information sur ces séances : danielle.fauque@u-psud.fr