Archives de catégorie : Études

Les bois indigènes et la SEIN (1804-1813)

Dans la première décennie de la Société, sous le Consulat et l’Empire, un des principaux pôles de son activité est la « nationalisation » des machines, des procédés et des produits étrangers.

Les « bois indigènes », les essences issues du sol français, qui peuvent être employées à des fins multiples sont donc l’objet son attention?

Dans une communication au séminaire de Jean-François Belhoste, en mars 2017, Daniel Blouin a étudié l’activité de la Société dans ce domaine, en relation avec les recherches récentes sur l’utilisation de ces bois indigènes dans l’ébénisterie, en remplacement des bois importés.

Cette communication est accessible ici

Les symboles gravés de la Societé d’encouragement


Pour se donner une identité, la Société d’encouragement a cherché dès ses premières années à se doter de symboles, qui allaient figurer sur les médailles qu’elle décernait aux personnes qu’elle souhaitait récompenser, ou comme en-têtes sur ses actes officiels et sa correspondance.

L’étude de cette symbolique permet de comprendre ce que la Société entendait donner comme image d’elle-même, et d’en montrer les évolutions. Elle permet également d’apprécier la qualité de certaines des gravures , preuve que les relations entre la Société et les milieux artistiques ont toujours été étroites.

Pour accéder à l’article

 

Aux sources de l’invention : la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (années 1800 – années 1930)

Présenter la Société d’encouragement et son patrimoine

Ce texte est issu des communications faites  au séminaire d’initiation à l’histoire des techniques de Liliane Hilaire-Perez et Marie Thébaud-Sorger. EHESS-Centre Alexandre Koyré, sur les Archives de l’invention.

L’intention première de cet article était donc de présenter les fonds patrimoniaux de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (la SEIN), et de souligner leur intérêt comme archive pour l’histoire de l’invention. Mais il m’est très rapidement apparu nécessaire de faire découvrir le lieu et la matrice de cette archive : la SEIN,  les circonstances et les raisons de sa création, ses grandes orientations, doivent être évoquées; de même est-il nécessaire de parler de ce qui est au cœur de son action : l’Encouragement et les formes qu’il a pu prendre.

S’il est indispensable en effet, à mon sens, de réaffirmer, auprès des chercheurs et futurs chercheurs, comme des dirigeants présents et futurs de la Société, et aussi du public, l’importance de ces fonds patrimoniaux, dont le maintien pérenne dans les lieux où ils ont été constitués, et dont ils font partie intégrante, comme la bibliothèque, doit demeurer garanti, il n’en n’est pas moins important de les mettre en perspective historique : il n’existe pas en effet, à l’heure présente, d’histoire générale de la Société, seulement des études thématiques et/ou orientées sur des périodes spécifiques que les notes de ce texte, ainsi que la bibliographie détaillée que le lecteur trouvera à la fin, présentent, pour les plus significatives d’entre elles.

Suite du texte

 

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale et les frères Lumière, au tournant des XIXème et XXème siècles : une question d’images

Une manifestation tenue à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale a permis de commémorer, le 22 mars 2015, les cent-vingt-ans de la toute première projection du cinématographe Lumière. Pour préparer cet événement, la commission d’histoire de la Société a cherché à comprendre les circonstances de cette projection et son importance dans la démarche des frères Lumière, comme dans les projets de la Société.

En s’appuyant sur une brève intervention de Daniel Blouin en introduction du colloque « l’Imaginaire des techniques », tenu à l’hôtel de la Société en novembre 2013[1], un texte plus développé a été présenté par Gérard Emptoz à l’occasion de la commémoration de 2015.

La commission d’histoire a souhaité approfondir la question par de nouvelles recherches : une version revue et complétée a fait l’objet d’une nouvelle communication de Daniel Blouin, le 19 janvier 2016, au séminaire de Jean-François Belhoste « Histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles) », à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, dans le cadre du cycle consacré aux premiers temps du cinéma, dans ses dimensions technique, économique et de spectacle. Nous la mettons en ligne sur le carnet de recherches de la commission d’histoire

[1] Colloque Imaginaire des Techniques, 14 et 15 novembre 2013, organisé par Anne-Françoise Garçon, publication en cours.

La bibliothèque de la Société d’encouragement : un projet logique, une histoire complexe

L’histoire de la bibliothèque de la Société d’encouragement est complexe : forme d’action jugée majeure par les fondateurs de la Société, la mise à disposition d’une documentation, technique, ouvrages, périodiques, textes manuscrits, documents iconographiques, fut sans doute, de tous leurs projets, celui qui fut réalisé le plus tard, puisque près de quatre-vingt-dix ans s’écoulèrent avant l’ouverture effective.

Pour lire l’article

 

Histoires de bouteilles : La SEIN et l’innovation dans la préparation et le conditionnement des boissons (des années 1820 au début du XXème siècle)

 

Cette note correspond d’abord au texte d’une communication orale faite en avril 2012 au séminaire de Jean-François Belhoste. Dans le cadre du cycle « connaissance des matériaux : de la production à l’usage », une session avait en effet été consacrée à l’évolution de la fabrication des bouteilles, en relation avec l’évolution de la consommation de vin et donc des « usages de table », en relation également avec l’essor des marchés de consommation et donc les problèmes de transport, et enfin bien sûr en relation avec les problèmes de garde. Mon intervention était consacrée à la présentation de trois axes d’innovation suivis par la société dans les années 1820-1840 : sur la résistance des bouteilles, sur leur bouchage, et sur leur étiquetage, essentiellement pour les vins mousseux de Champagne.

Mais il m’a semblé intéressant d’élargir ici la perspective, en montrant comment la société avait également suivi, en étroite relation avec les questions précitées, trois autres questions : celle de la fabrication et du conditionnement des eaux gazeuses, dans les années 1820-1880, celle du bouchage et du débouchage rapide des bouteilles, et enfin celle de la fabrication semi-mécanisée puis mécanisée des bouteilles dans la seconde moitié du XIXème siècle.

La démarche d’encouragement sur tous ces thèmes constitue en effet un très bon exemple de la façon dont la société conduit l’innovation dans une filière : elle mène, tout d’abord, des actions parallèles dans des domaines proches, par exemple celui des eaux gazeuses et celui des vins mousseux; mais elle est également capable de relancer, dans le temps, des questions mal résolues, comme celle de l’homogénéité des caractéristiques des bouteilles qui ne sera réglée qu’à la fin du XIXème siècle

Il m’a enfin paru intéressant de souligner à quel point, sur le long terme, ces efforts d’innovation ne sont pas uniquement le produit de considérations techniques, mais qu’ils reflètent une demande sociale en constante évolution.

Le présent travail est encore en cours de finition et de relecture ; il manque encore, notamment, l’appareil critique qui lui conférera une assise plus scientifique. J’ai indiqué par contre, en caractères italiques gras les numéros des planches de la présentation, accessible par un autre lien, auxquelles le texte se réfère. 

 Daniel Blouin, Commission d’histoire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale

Gibus et la chapellerie (années 1810 – années 1860)

Le chapeau est un accessoire indispensable de l’homme (et de la femme, mais on ne le traitera pas ici) du XIXème siècle, comme il l’était de ses devanciers, et il le restera encore durant une bonne partie du XXème siècle. Il a été aussi l’objet d’un intérêt constant de la Société d’encouragement, durant la période qui va du Premier Empire au Second. Ce ne sont évidemment pas les variations de la mode ou des pratiques vestimentaires qui la préoccupent, mais bien davantage les matériaux et les techniques de fabrication. La Société va récompenser des chapeliers jugés innovants et contribuer à la diffusion de leurs produits et de leurs procédés. Parmi les noms figure celui de Gibus, tellement célèbre alors qu’il finira par laisser son nom au chapeau sous toutes ses formes. Le soutien à l’innovation chapelière et à ses acteurs est un bon exemple de la démarche constante de la Société en faveur des produits ou des procédés liés à l’équipement domestique ou à celui des personnes. L’article en ligne veut aller toutefois au-delà de la présentation de l’activité de la Société dans ce domaine : en croisant diverses sources, il souhaite montrer comment un petit métier, artisanal à l’origine, s’est progressivement transformé en une véritable industrie, avec des mutations géographiques marquées, en relation étroite avec les progrès scientifiques et techniques, mais aussi avec une demande croissante et de plus en plus diversifiée.

Les brevets, sources de l’invention

Dans le cadre du séminaire d’initiation à l’histoire des techniques EHESS-Centre Koyré, le 17 mars 2014, cette introduction sur l’intérêt des brevets d’invention  comme source pour l’histoire des techniques, accompagnée d’une bibliographie sommaire sur les brevets, a été présentée par Gérard Emptoz, professeur honoraire à l’Université de Nantes (centre François Viète), membre de la commission d’histoire de la Société  d’encouragement pour l’industrie nationale. 

La musique, un domaine de prédilection de la SEIN

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale s’est intéressée de manière durable au domaine musical et, plus généralement, au domaine du son : entre 1802 et 1940, ce ne sont pas moins de 216 communications, rapports, mémoires, qui ont été publiées dans son Bulletin sur ces thèmes, parfois de manière très développée et illustrée.

Dans une communication faite en août 2011 au Congrès de l’International Committee for the History of Technology (ICOHTEC), tenu à Glasgow, et que nous publions ici, Serge Benoit a abordé les raisons et les aspects de cet intérêt de la Société: il porte aussi bien sur les innovations en matière de facture d’instruments, que sur la démarche des physiciens pour étudier et analyser les ondes sonores.

Au cours du XIXe siècle, la musique étend ses publics, et les instruments trouvent de nouveaux utilisateurs. A côté de l’exigence de qualité –l’exigence de pureté du son -, voulue en tout premier lieu par les compositeurs et les interprètes, on voit bien comment l’exigence esthétique, mais aussi, surtout s’il s’agit d’un instrument de salon, l’exigence de formes sont importantes. Pour séduire de nouveaux publics, de nouveaux instruments, ou de nouveaux registres de jeu sont proposés. On voit dans l’article la fortune des pianos droits, mais aussi l’intérêt pour des instruments plus surprenants à nos yeux contemporains, tel le violonista, ce violon mécanique que mentionne Serge Benoit.

A côté de la demande pour une musique jouée en salle de concert, et pour une musique de salon, la demande pour un jeu plus grandiose, destiné à accompagner les cérémonies religieuses, dans les grandes églises, appelle la mise au point de nouvelles grandes orgues, capables d’un jeu plus varié. Serge Benoit le montre dans l’étude de la question des relations de la Société avec Cavaillé-Coll au milieu du XIXème siècle

Dans les préoccupations de la Société, la question du son et de son réglage, apparaît comme une question récurrente. On le voit dès la Restauration avec l’encouragement à la fabrication de cordes de qualité, cordes et chanterelles en boyau, mais aussi cordes métalliques, un point qui n’entre pas dans le cadre de cette communication. Par contre Serge Benoit, développe largement la question de la recherche, effectuée par Jules Lissajous au milieu du XIXème siècle, sur la définition du la normal, sous l’égide de la Société.

La souplesse d’exécution et le registre des instruments suscitent aussi l’intérêt de la Société : elle porte une grande attention aux mécanismes – ceux des pianos, ou ceux des orgues- et aux dispositifs – notamment les pédales – qui permettent de varier les jeux.

Serge Benoit s’attache également à montrer la dimension économique de la facture et le soutien apporté à l’organisation d’entreprises innovantes comme celle de Pleyel et Wolff.

Il évoque, enfin, dans sa communication, les hommes, les dirigeants de la Société qui se chargent de ces études : un Francoeur, un Lissajous sont des savants et des connaisseurs du domaine musical, surtout le premier qui était à la fois un éminent mathématicien et un bon violoniste.

En conclusion, cet article, comme d’autres travaux récents, souligne, au-delà du domaine musical, l’intérêt de la Société, pour toutes les questions à la fois scientifiques et techniques, qui touchent aussi le domaine de l’art ou celui de l’esthétique. Il n’est que de prendre l’exemple de la lithographie, puis de la photographie, celui des matériaux de moulage pour le décor, le vaste domaine, enfin, des produits d’imitation, destinés à l’équipement de la maison (tapis, tentures, vases,) ou simplement aux personnes (les bijoux en simili par exemple).

C’est que la SEIN, à son échelle, ne cherche pas uniquement à répondre aux attentes de spécialistes, me semble t’il. Elle inscrit son activité dans une société qui aspire de plus en plus à s’approprier les valeurs, à partager les goûts qui étaient naguère l’apanage d’élites restreintes. Favoriser les perfectionnements de la facture musicale, explorer davantage le domaine du son, c’est participer aussi à la popularisation de la musique dans cette société.

 

Daniel Blouin, commission d’histoire de la SEIN

Faut-il encourager par la démonstration ? La destinée du cabinet des modèles de la SEIN dans la première moitié du XIXème siècle.

Dès les premières semaines de sa fondation durant l’hiver 1801-1802, la société d’encouragement pour l’industrie nationale avait souhaité se doter d’un cabinet de modèles. Elle renouait ainsi avec une tradition ancienne des institutions savantes, mais elle s’inscrivait aussi dans le souci didactique affirmé sous la Révolution, de faciliter par l’exemple la diffusion des savoirs.
Ce cabinet de modèles qui devait être étoffé par le dépôt des objets primés ou simplement exposés lors des séances générales devait, aux yeux de certains dirigeants constituer à terme un « musée industriel », qui devait être un des pôles d’attraction de la société au même titre que sa bibliothèque technique. Mais pour des raisons à la fois matérielles, le manque de place dans les locaux que la société occupera entre 1801 et 1851, mais aussi stratégiques – la majorité des dirigeants estimera très vite que la priorité devait être accordée à la diffusion du bulletin -, la collection de modèles sera peu à peu cantonnée dans des armoires, puis dans des remises. Lorsque la société s’établira dans son nouvel hôtel en 1851, après avoir tenté de nouveau de leur dédier un espace spécialisé, elle décidera de céder ces modèles à diverses institutions dont le Conservatoire des Arts-et-Métiers, qui en conserve encore aujourd’hui bon nombre dans ses collections.
Chloé Sauvalle, dans son rapport de stage de master 2 soutenu en 2006 à l’Université Paris-VII sous la direction de Pascal Crozet, Liliane Hilaire-Perez et Marie-Sophie Corcy, a étudié ce cabinet des modèles, en ce qu’il représente une histoire commune aux deux institutions, la société d’encouragement et le Conservatoire.
Ce travail très documenté, qui a utilisé les fonds d’archives,jette un éclairage utile à la fois sur la stratégie « mobile » de la société, dans le cadre de laquelle le cabinet apparaît, se structure puis disparaît, et la destinée des objets, une fois ces derniers transférés au Conservatoire.
Chloé Sauvalle qui a eu l’occasion de présenter ses recherches lors des journées d’étude « Cabinets de curiosités, collections techniques et musées d’arts et métiers : origines, mutations et usages, des Lumières à la seconde guerre mondiale » tenues en octobre 2011 à l’Université Paris Diderot, en cours de publication, a accepté notre demande de publication pour l’ensemble de ce travail de master.
Cliquez sur le lien

Trois articles sur la SEIN dans le bulletin de la société historique du VIème arrdt.

En novembre 2011, Denis Woronoff, Serge Benoit, Daniel Blouin et Gérard Emptoz avaient accueilli dans l’hôtel de la société, 4 place Saint-Germain-des-Prés, le président Bruno Delmas et les membres de la société historique du VIème arrdt,pour une visite commentée de l’hôtel et une série de trois conférences sur l’histoire de la SEIN (Serge Benoit), les 12 premiers présidents de la SEIN (Gérard Emptoz) et l’histoire de l’hôtel (Daniel Blouin).
La version imprimée de ces conférences est  désormais disponible dans le bulletin de la société historique du VIème arrdt , nouvelle série, n° 24, 2011. Ce bulletin peut être consulté à la commission d’histoire, au secrétariat de la SH VIème (à la mairie du VIème arrdt). Il est également accessible dans de nombreuses bibliothèques municipales parisiennes, en particulier celle du VIème arrdt, et existe en usuel à la bibliothèque historique de la Ville de Paris, rue Pavée.

Sociétés savantes, amateurs et savoirs scientifiques

Créée en 1984 par Roshdi Rashed, Christian Houzel et Michel Paty, l’équipe REHSEIS développe depuis plus  de vingt ans des recherches sur l’épistémologie et l’histoire des sciences exactes —mathématiques, physique, sciences de la vie et de la terre—, ainsi que sur l’histoire des institutions scientifiques, qui est un de nos thèmes de recherches, à la fois pour la société d’encouragement, et pour les autres sociétés analogues.
Le cycle de conférences annuel 2011/2012 est consacré au thème « Sociétés savantes, amateurs et savoirs scientifiques ».

On peut trouver le programme ici

Louis-Jacques Thenard: un savant et un acteur de la première industrialisation.

Louis-Jacques Thenard (1777-1857)  a été le second président de la société d’encouragement. Chimiste – on lui doit entre autres la découverte de l’eau oxygénée – , membre de l’Académie des Sciences, il a été également enseignant au collège de France, à l’Ecole polytechnique et premier titulaire de la chaire de chimie à la Faculté des sciences de Paris.

Dans ses recherches, l’aspect pratique a tenu souvent un grand rôle, par exemple pour la mise au point à partir du cobalt, du « bleu Thénard », qui sera créé, à la demande de Chaptal, pour remplacer le lapis-lazuli. De plus, par son alliance avec la famille Conté-Humblot, Thenard s’est impliqué dans l’activité industrielle de cette dernière.

Il sera fait baron par Charles X, et élu député de l’Yonne; proche de la famille d’Orléans, il sera fait pair de France par Louis-Philippe; au sein des assemblées, il sera un expert écouté dans le domaine des questions industrielles; par ailleurs son accession sous la Monarchie de Juillet au conseil supérieur de l’Instruction publique, puis à la fonction de chancelier de l’Université, lui permettra d’examiner  toutes les  grands sujets relevant de l’enseignement scientifique et technique.

C’est ce grand notable que la société choisira comme président pour succéder à un autre chimiste, Chaptal, en août 1832;  il restera à ce poste durant 13 années, avant de laisser le fauteuil présidentiel à un troisième chimiste, Jean-Baptiste Dumas.

L’article, que l’on peut lire ici, et qui est paru en 1999 dans l’Industrie nationale, présenté les grands aspects de sa personnalité et de son activité.

Son auteur, Gérard Emptoz, professeur d’histoire des Sciences à l’Université de Nantes, a, par la suite, co-écrit avec Marie-Claire Déré, une biographie de Thenard :

Anne-Claire Déré & Gérard Emptoz, Autour du chimiste Jacques-Louis Thenard (1777-1857) – Grandeur et fragilité d’une famille de notables au XIXème siècle, 2008, 436 p.

Le bulletin de la SEIN et les inventeurs

A l’occasion de la journée d’étude organisées par le Centre d’Histoire des Techniques du CNAM et par la commission d’histoire de la SEIN en 2004, et dont les actes n’ont pas été publiés, Catherine Koblentz avait présenté, dans le cadre de ses recherches pour son mastère d’histoire des techniques au CNAM, une communication sur le bulletin de la SEIN et les inventeurs (1801-1844). L’intérêt de sa contribution est d’abord, de mettre en évidence, pour les premières années d’activité de la société, la façon dont les relations s’organisent entre elles et les inventeurs, et sur quelles bases elles reposent. Elle montre ensuite comment le bulletin, créé à partir de l’an XI, sert de vecteur à ces relations, en diffusant l’information technique et en conférant une notoriété – l’auteur parle de « crédit symbolique » – aux inventeurs qu’il mentionne. Lire cette communication.

Gustave Richard, un ingénieur au service de l’information technique

Dans un article publié en 2000,  Serge Benoit avait présenté des éléments de biographie sur un des grands animateurs de la société d’encouragement, agent général et rédacteur  en chef de son bulletin de 1894 à 1913, Gustave Richard.  Ingénieur civil des mines, ce spécialiste de mécanique a rédigé de très nombreux articles et chroniques dans le bulletin, ainsi que, de manière régulière, des notes  bibliographiques. Il a publié également  dans d’autres revues. Cette personnalité, très souvent mentionnée dans la littérature technique, a joué, à l’époque, un rôle très important dans la diffusion de l’innovation technique dans son domaine.

Retrouver l’article