Archives de catégorie : Publications

Les collections de chimie de la Société d’encouragement

Serge Benoit et Gérard Emptoz, « Les collections de chimie de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale », Revue d’histoire des sciences, tome 69-1, janvier-juin 2016, p. 137-151

La chimie a toujours joué un rôle essentiel dans les activités de la Société, et les collections d’imprimés, ouvrages et périodiques, conservés reflètent cette importance .

Dans leur article qui vient de paraître dans la revue d’Histoire des Sciences, Serge Benoit et Gérard Emptoz présentent l’organisation et le fonctionnement de la bibliothèque  à partir de la fin du XIXème siècle; ils retracent ensuite l’évolution des fonds de chimie, en soulignant l’importance qu’ils ont pu avoir dans le contexte parisien, notamment dans la période qui a précédé la Première Guerre mondiale et au cours de cette dernière. avant de conclure sur les raisons du déclin de la Société comme centre de documentation chimique durant l’Entre-deux-guerres.

 

 

Jomard et la Société d’encouragement

Edme-François Jomard (1777-1862), un des tout premiers polytechniciens, a eu une vie et une trajectoire professionnelle tout à fait passionnantes, auxquelles s’est attaché Yves Laissus, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale, dans son ouvrage, Jomard, le dernier égyptien, publié en 2004 chez Fayard.

Ingénieur cartographe, enrôlé dans l’aventure de l’expédition d’Egypte, promu ensuite coordinateur de la monumentale publication de la Description de l’Egypte Jomard deviendra sous la Restauration, le premier conservateur des cartes et plans à la Bibliothèque nationale, dont il sera par la suite un des administrateurs.  Il n’oubliera cependant pas sa chère Egypte, dont il soutiendra les efforts de modernisation, en organisant notamment l’accueil des élèves égyptiens dans différentes écoles techniques françaises. Son intérêt constant pour les questions d’éducation et de formation explique sa contribution à la création en 1815 de la Société pour l’instruction élémentaire, ainsi qu’à nombre de sociétés savantes, comme la Société de Géographie. Jomard, membre depuis l’été 1815 de la Société d’encouragement, en deviendra en 1816 l’un des secrétaires et occupera ce poste durant 29 ans.  Il apportera à la Société non seulement son expertise sur les questions graphiques, mais aussi son souci constant de promotion et de diffusion des progrès techniques, qui ne valaient, à ses yeux, que s’ils bénéficiaient au plus grand nombre. Il jouera un rôle central dans le soutien apporté par la Société aux nouvelles techniques de reproduction, la lithographie puis la photographie ; il s’efforcera également de jouer un rôle de passeur des réalisations étrangères, notamment anglaises : c’est dans ce contexte qu’il sera un des promoteurs de la création d’un réseau ferroviaire en France.

Pour commémorer le cent-cinquantenaire du décès de Jomard, et rendre hommage au travail d’Yves Laissus, une journée d’études a été organisée en novembre 2012 à l’Ecole Polytechnique, sous la responsabilité de Patrice Bret, secrétaire général du comité Lavoisier à l’Académie des Sciences.  Les communications viennent de paraître dans un numéro spécial du bulletin de la Société des amis de la bibliothèque de l’X (SABIX), Edme-François Jomard (1777-1862), Bulletin SABIX, n° 45, avril 2014.  L’une d’elles, faite par Daniel Blouin, membre de la commission d’histoire de la SEIN, traitait plus spécifiquement du rôle et de l’action de Jomard à la SEIN : elle a été publiée dans le numéro spécial sous le titre « Animer et inciter, Jomard et la Société d’encouragement pour l’industrie nationale », p. 67-80. qui est désormais en ligne.

Lire l’article

Parution : Les expositions universelles en France au XIXe siècle…

  Si les expositions universelles sont au cœur de l’histoire des pratiques culturelles, elles sont aussi l’un des lieux de naissance de la technique comme utopie du    progrès et de la modernité. Parce qu’elles favorisent des rapprochements entre le passé et l’avenir de l’humanité, entre les civilisations du monde, entre la diversité des productions humaines, elles promeuvent un universalisme de la technique. Dans un mouvement réflexif, la technique devient un savoir public, elle intéresse les visiteurs bien au-delà des cercles professionnels. Nouvelle mythologie, elle acquiert une valeur d’identifiant national et le statut de lieu de mémoire. Et pourtant, qu’en est-il, au milieu du xixe siècle et dans le demi-siècle qui suit, des espoirs libéraux et saint-simoniens mis dans l’industrie, à l’heure où l’autonomisation de la technique et les logiques émancipatrices qui lui étaient associées plient sous l’emprise d’une division du travail dont le sens se fait de plus en plus aliénant ? Qu’en est-il aussi de l’admiration pour la technique, alors que s’affirment l’hégémonie des beaux-arts et la sacralisation de l’artiste comme figure du génie ? En lien, quelle place est faite au patrimoine technique éphémère des expositions universelles ?

C’est l’intérêt de ce volume de restituer la complexité des discours, des intentions et des perceptions autour de la technique et de la modernité dans la société française de la seconde moitié du xixe siècle. Cinq thèmes structurent l’ouvrage : les représentations, l’innovation et les savoirs techniques, les produits nouveaux et les stratégies de valorisation, les publics des expositions, le patrimoine technique des expositions.

 

Anne-Laure Carré (Musée des arts et métiers) est spécialiste de l’histoire des matériaux, en particulier du verre, et des liaisons entre art et industrie.

Marie-Sophie Corcy (Musée des arts et métiers) est historienne de la photographie et des techniques visuelles, ainsi que des collections techniques.

Christiane Demeulenaere-Douyère (précédemment aux Archives nationales), historienne des sciences et des techniques, a consacré des travaux aux expositions universelles à partir des fonds des Archives nationales et organisé en 2010 l’exposition Exotiques expositions… Les expositions universelles et les cultures extra-européennes.

Liliane Hilaire-Pérez (Université Paris-Diderot/EHESS) travaille sur l’histoire de l’invention et des savoirs opératoires, en particulier en milieu artisanal.

 

En savoir plus

Trois articles sur la SEIN dans le bulletin de la société historique du VIème arrdt.

En novembre 2011, Denis Woronoff, Serge Benoit, Daniel Blouin et Gérard Emptoz avaient accueilli dans l’hôtel de la société, 4 place Saint-Germain-des-Prés, le président Bruno Delmas et les membres de la société historique du VIème arrdt,pour une visite commentée de l’hôtel et une série de trois conférences sur l’histoire de la SEIN (Serge Benoit), les 12 premiers présidents de la SEIN (Gérard Emptoz) et l’histoire de l’hôtel (Daniel Blouin).
La version imprimée de ces conférences est  désormais disponible dans le bulletin de la société historique du VIème arrdt , nouvelle série, n° 24, 2011. Ce bulletin peut être consulté à la commission d’histoire, au secrétariat de la SH VIème (à la mairie du VIème arrdt). Il est également accessible dans de nombreuses bibliothèques municipales parisiennes, en particulier celle du VIème arrdt, et existe en usuel à la bibliothèque historique de la Ville de Paris, rue Pavée.

Encourager l’innovation en France et en Europe – Autour du bicentenaire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale Par Serge Benoit , Gérard Emptoz , Denis Woronoff

Du milieu du XVIIIe siècle à la fin du XIXe siècle, une exigence parcourt l’Europe : il faut encourager l’industrie. Cela s’entend, dans l’esprit des Lumières, comme le soutien à la « main habile », à l’« intelligence productive ». Dans ce but, se créent des sociétés, soit à l’initiative des notables, soit sous l’impulsion des pouvoirs publics. Ainsi s’établit, au moins idéalement, la triple alliance des politiques, des savants et des entrepreneurs.
À l’occasion du bicentenaire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, fondée le 1er novembre 1801, une rencontre européenne a entrepris de faire un premier état de ce processus, en soulignant à la fois les convergences et les spécificités nationales et régionales. Par quels moyens opérer ? Le système des concours et des prix s’est-il avéré toujours pertinent ? Quelle place attribuer aux expositions, aux publications, à l’enseignement dans la diffusion de l’innovation ? Quels liens ont tendu à s’établir entre ces sociétés pour former une sorte de réseau national, voire international de l’encouragement ? À ces questions, cet ouvrage propose des réponses rigoureuses et neuves.