Exposition Louis Jacques Thenard à l’Hôtel de l’Industrie, 4 place Saint-Germain-des-Prés 75006 Paris Samedi 1er décembre 2018 à 16h00

Une exposition consacrée à Louis-Jacques Thenard (1757-1877), organisée par la Mairie de la Louptière Thenard avec le soutien d’ARKEMA et de la Commission d’Histoire de la Société
d’Encouragement, et le parrainage du groupe d’histoire de la chimie (Société chimique de France) et de Mediachimie (Fondation de la Maison de la Chimie), à l’occasion du bicentenaire de l’eau
oxygénée dont Thenard est « le découvreur ».
Cette exposition vous fera découvrir l’histoire du deuxième président de la Société d’Encouragement et de son invention, dont les applications actuelles sont étonnantes.
Nous serons ravis de vous retrouver autour d’un verre de l’amitié à cette occasion.
Inscription obligatoire par mail, contact@industrienationale.fr

Journées Européennes du Patrimoine 2018 : visites commentées de l’Hôtel de l’Industrie

Sur inscription dans la limité des places disponibles

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2018, la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale ouvre au public les portes de son hôtel particulier : l’Hôtel de l’Industrie, situé au 4 place Saint Germain-des-Prés à Paris 6ème.La Commission Histoire de la Société d’Encouragement organise des visites commentées de l’Hôtel de l’Industrie, qui vous permettront de découvrir sur les traces de ses membres éminents comme Jean-Antoine Chaptal, Louis Pasteur, Gustave Eiffel, Marie Curie ou Peugeot, ce lieu chargé d’histoire. C’est dans une des salles de l’Hôtel de l’Industrie par exemple, que les frères Lumière firent leur première projection, acte fondateur en 1895 de l’industrie du cinéma.

2 Visites d’une heure, groupe de 20 personnes, entrée libre
inscription : contact@industrienationale.fr

Vient de paraitre ! Entre reconstruction et mutations, les industries de la chimie entre les deux guerres

Entre reconstruction et mutations, les industries de la chimie entre les deux guerres

De Gérard Emptoz, Danielle Fauque et Jacques Breysse

Entre reconstruction et mutations, les industries de la chimie entre les deux guerres De Gérard Emptoz, Danielle Fauque et Jacques Breysse - EDP Sciences

SOMMAIRE

Entre reconstruction et mutations, les industries de la chimie entre les deux guerres

Gérard Emptoz, Danielle Fauque, Jacques Breysse

AVANT-PROPOS                                                                                      3

REMERCIEMENTS                                                                                 5

SOMMAIRE                                                                                               7

 

INTRODUCTION                                                                                     9

Danielle FAUQUE et Gérard EMPTOZ

L’entre-deux-guerres, entre reconstructions et mutations

 

 

PREMIÈRE PARTIE

LES  CHIMISTES FRANÇAIS RÉORGANISENT LEURS RÉSEAUX

Danielle FAUQUE                                                                                        23

Les congrès de chimie industrielle et leurs travaux : une institution de la Société de chimie industrielle dans l’entre-deux-guerres

André GRELON                                                                                           59

Les ingénieurs chimistes en France entre les deux guerres. Une analyse à partir d’une lecture de L’ingénieur chimiste (1919-1939)

Gérard EMPTOZ                                                                                         157

Un groupe d’experts au service de la chimie et de ses industries : le Comité des arts chimiques de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale

 

 

DEUXIÈME PARTIE

LES RÉGIONS DU SUD-EST, ENTRE TRADITION ET MODERNITÉ

Hervé JOLY                                                                                                 167

Les entreprises chimiques moyennes de la région lyonnaise : Quel

avenir hors des grands groupes ?

Pierre LASZLO                                                                                            195

Un voyage d’étude d’ingénieurs-chimistes de Clermont-Ferrand en

1933

Virginie FONTENEAU                                                                               229

Le cas des thèses d’ingénieur-docteur à Lyon : une nouvelle façon de

penser l’enseignement et la recherche en chimie dans l’entre-deux guerres

 

TROISIÈME PARTIE

DES SUCCÈS ET DES LIMITES AUX INNOVATIONS DANS D’AUTRES RÉGIONS

Erik LANGLINAY                                                                                      263

La création de l’Office national industriel de l’azote (ONIA) et la construction d’une filière chimique nationale (1919-1931)

Jacques BREYSSE                                                                                      293

Eugène Houdry (1892-1962) : Une personnalité majeure en terme

d’innovation industrielle

Philippe MARTIN                                                                                                       321

Reconfiguration territoriale de l’industrie française des engrais dans l’entre-deux-guerres : le cas du superphosphate dans l’estuaire de la Loire

Marcin KRASNODEBSKI                                                                          359

Âge d’or ou crise : la chimie des résines en Aquitaine dans l’entre- deux-guerres

POSTFACE par Pierre LAMARD                                                             391

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE                                                 399

LISTE DES AUTEURS                                                                             405

INDEX                                                                                                         407

 

Feuilleter…

EDP Sciences – Collection : Hors Collection – mars 2018

Hommage à Edouard-Léon Scott de Martinville – Les premiers enregistrements sonores au monde de la voix

 

Édouard-Léon Scott de Martinville

 

La commission d’histoire a le plaisir de vous inviter à la cérémonie qui se tiendra le lundi 19 septembre 2016 dans les locaux de l’Hôtel de l’industrie, siège de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (SEIN), 4 place Saint Germain des Prés, 75006 Paris.

Organisée par la SEIN pour célébrer l’inscription au Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO des premiers enregistrements du son qu’Edouard-Léon Scott de Martinville a réalisés entre 1853 et 1860, la cérémonie se déroulera sous la patronage de la Commission nationale française de l’UNESCO, de l’Académie des sciences et de l’Institut national de la propriété industrielle. Avec la SEIN, ces deux dernières institutions  conservent en effet, dans leurs archives, les enregistrements originaux que l’inventeur avait soumis pour des expertises dans les années 1855-1860.

En présence des chercheurs des Etats-Unis qui ont contribué à mettre en valeur ces archives en relation avec leurs collègues français, la cérémonie sera l’occasion de mettre en valeur des documents historiques d’un intérêt exceptionnel pour l’histoire de l’acoustique et de l’enregistrement sonore, vingt ans avant l’invention du phonographe. Aussi, sur la base de ces recherches franco-américaines,  l’UNESCO a décidé d’inscrire ces archives au patrimoine international.

Vous trouverez ici le programme de la manifestation qui comportera des conférences, une exposition et un concert.

Bien cordialement.
Gérard Emptoz
Président de la Commission d’histoire de la SEIN

invitation_S_martinville_2.png

 

 

 

 

 

Lundi 19 septembre 2016

à l’Hôtel de l’Industrie, 4 place Saint Germain-des-Prés, 75006 Paris

14h30 : Conférences scientifiques
-Evocation de la vie et de la carrière de Edouard-Léon Scott de Martinville (1817-1879), par M.  Laurent Scott de Martinville (descendant de l’inventeur du phonautographe)
-Les cercles parisiens de la science et de la technique,
par M. Gérard Emptoz (Président de la Commission d’histoire de la SEIN)
-L’univers parisien des constructeurs d’instruments, par M.  Paolo Brenni (Consiglio Nazionale delle Ricerche, Scientific Instruments Society)
-La place du phonautographe dans l’histoire de l’enregistrement du son, par M. Henri Chamoux (chercheur, ENS Lyon).

16h30 : Visite de l’exposition :  De Scott de Martinville à nos jours -160 ans d’histoire sonore.

17h00 : La reconstitution sonore des premiers enregistrements de Scott de Martinville, par David Giovannoni (Association for Recorded Sound Collections, First Sounds).

17h30 : Discours de clôture
Mme Agnès Paillard,  Présidente du conseil d’administration de l’INPI,
Mme Catherine Bréchignac, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, Ambassadeur délégué à la science, la technologie et l’innovation,
M. Daniel Janicot, Président de la Commission nationale Française pour l’UNESCO.

18h15 : Remise des certificats
M. Franck La Rue, Directeur général pour l’information et la communication à l’UNESCO,
en présence de Mme Iskra Paneska, responsable du Programme Mémoire du monde à l’UNESCO et de
M. Gérald Grunberg, Président du Comité français du Programme Mémoire du monde.

18h45 : Variations musicales  et  curiosités techniques sur le thème d’Au Clair de la Lune
à partir du premier  enregistrement effectué  en 1856 par Edouard-Léon  Scott de Martinville,
avec Karol Beffa , compositeur,  pianiste,  Ophélie Gaillard,  violoncelliste et  Perrine Hanrot mezzo-soprano.

20h00 :  Concert de Karol Beffa et d’Ophélie Gaillard :
Bach, improvisations sur des thèmes proposés par le public, Fauré.
En l’honneur de l’inscription  des enregistrements d’Edouard-Léon Scott de Martinville au Registre international de la Mémoire du monde.

 

Aux sources de l’invention : la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (années 1800 – années 1930)

Présenter la Société d’encouragement et son patrimoine

Ce texte est issu des communications faites  au séminaire d’initiation à l’histoire des techniques de Liliane Hilaire-Perez et Marie Thébaud-Sorger. EHESS-Centre Alexandre Koyré, sur les Archives de l’invention.

L’intention première de cet article était donc de présenter les fonds patrimoniaux de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (la SEIN), et de souligner leur intérêt comme archive pour l’histoire de l’invention. Mais il m’est très rapidement apparu nécessaire de faire découvrir le lieu et la matrice de cette archive : la SEIN,  les circonstances et les raisons de sa création, ses grandes orientations, doivent être évoquées; de même est-il nécessaire de parler de ce qui est au cœur de son action : l’Encouragement et les formes qu’il a pu prendre.

S’il est indispensable en effet, à mon sens, de réaffirmer, auprès des chercheurs et futurs chercheurs, comme des dirigeants présents et futurs de la Société, et aussi du public, l’importance de ces fonds patrimoniaux, dont le maintien pérenne dans les lieux où ils ont été constitués, et dont ils font partie intégrante, comme la bibliothèque, doit demeurer garanti, il n’en n’est pas moins important de les mettre en perspective historique : il n’existe pas en effet, à l’heure présente, d’histoire générale de la Société, seulement des études thématiques et/ou orientées sur des périodes spécifiques que les notes de ce texte, ainsi que la bibliographie détaillée que le lecteur trouvera à la fin, présentent, pour les plus significatives d’entre elles.

Suite du texte

Boris Vian ingénieur – Projection de “Bison, Pitou, Bimbo et les autres” – 1er juillet 2014

Boris Vian, l’ingénieux ingénieur

1513251_731740260178151_1296022051_n

 Mardi 1er juillet à 12h

 Projection du film : Bison, Pitou, Bimbo et les autres

 réalisé par Jean-François Belhoste (École Pratique des Hautes Études)

et Philippe Denizet (École Centrale Paris).

 Auditorium de l’INHA

Galerie Colbert, 2, rue Vivienne ou 6, rue des Petits-Champs,
Métro : Bourse ou Palais-Royal

 

Le film Bison, Pitou, Bimbo et les autres retrace la formation de Boris Vian à l’École Centrale de 1939 à 1942, son passage à l’Association française de Normalisation-AFNOR, la création en 1947-48 du Club Saint-Germain dans les caves de la Société d’Encouragement pour l’Industrie nationale, et la façon dont il en a fait la matière de ses premiers romans comme L’Écume des jours et L’Automne à Pékin.

Le film s’appuie, en particulier, sur le témoignage de deux de ses anciens camarades Jean Lhespitaou et Alfred Jabès, de Nicole Bertolt (Cohérie Boris Vian), d’Anne Mary (Bibliothèque nationale de France) et de Daniel Blouin (Société d’Encouragement, des anecdotes restituent l’esprit facétieux et potache des Centraliens, son parcours est évoqué dans l’appartement de la Cité Véron, où l’orchestre des Centraliens accompagne le propos en musique.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Bibliographie de la societe d’encouragement

Cette bibliographie (à jour au mars 2020) fait le bilan de  tous les ouvrages ou articles à caractère historique qui font référence à  la Société d’encouragement, que ce soient des études centrées sur ses aspects généraux, sur  des aspects ou des personnages spécifiques, comme des études faisant largement références à son activité.

Consulter la bibliographie

Charles-philibert de Lasteyrie (1759-1849)

Je voudrais, dans cette note, évoquer un des principaux dirigeants de la Société d’encouragement dans ses premières décennies, Charles-Philibert de Lasteyrie, et l’activité qu’il a déployée, dans et hors de la Société. La plupart des matériaux qui ont été employés pour rédiger ce texte avaient été rassemblés à partir de la fin des années 1990, dans le cadre d’une collaboration avec Aymard de Lasteyrie, descendant de Charles-Philibert ; il souhaitait écrire une biographie de son ancêtre : en plus des archives qu’il avait conservées, notamment des correspondances, il avait accumulé un ensemble graphique considérable, essentiellement des productions lithographiques ; il s’était rapproché de la commission d’histoire pour que nous tirions des archives de la Société, les matériaux nécessaires à la compréhension du rôle que son ancêtre avait pu y jouer. Des circonstances professionnelles m’avaient fait reporter ce projet ; lorsqu’il m’a enfin été possible de m’y intéresser de nouveau, à la fin des années 2000, la disparition brutale de M. de Lasteyrie l’a laissé inabouti. C’est donc un devoir de mémoire qui m’a conduit à reprendre ces notes et à en faire une synthèse. J’espère qu’elle jettera un éclairage sur une personnalité attachante mais mal connue, un homme des Lumières marqué par une immense curiosité, une croyance indéfectible dans le progrès technique et dans les capacités créatrices de l’homme, qui ne devaient pas, selon lui, mettre de côté l’utilité sociale, mais qui devaient être à son service, comme l’ultime finalité.

Voir la biographie

Autour du 22 mars 1895

A l’occasion du colloque « Les ingénieurs font le cinéma », organisé les 17 et 18 octobre 2019 par l’association Centrale histoire et la fondation Pathé, autour du centralien de l’année Jacques Marette, qui s’est tenu  à la fondation Pathé et à la Société d’encouragement, Daniel Blouin, au nom de la commission d’histoire de la Société, a présenté une nouvelle lecture de la soirée du 22 mars 1895, vue sous l’angle de la Société

Lire ici

La Société d’encouragement et les Centraliens : Une relation etroite (années 1830 – années 1840)

Le 30 novembre 2017, la Société d’encouragement accueillait l’Association des centraliens, pour la journée d’études annuelle consacrée au « centralien de l’année »; cette journée était organisée par la section Centrale-histoire de l’Association. Son maître d’oeuvre en était Jean-François Belhoste, centralien, directeur d’études à l’Ecole pratique  des Hautes Etudes, et membre de la commission d’histoire de la Société.

Cette journée était consacrée à l’ingénieur et constructeur de chemins de fer Philippe Vitali, dont la carrière, dans la seconde moitié du XIXème siècle, s’est étendue au monde entier.  Elle a été l’occasion pour la commission d’histoire de rappeler les liens entre la Société d’encouragement et l’Ecole centrale, en particulier dans les années 1830 – 1840 : la communauté de dirigeants, la contribution au recrutement d’élèves jugés méritants, et au financement de leurs études, assorti d’un suivi de leur scolarité, et enfin, le rôle que la Société a joué, dans les premiers temps des chemins de fer, par l’intermédiaire de son bulletin comme source d’information, et comme pôle de ralliement des premiers ingénieurs ferroviaires.

Cliquez ici pour accéder à l’article

 

Les usines de constructions mécaniques de la goutte d’or (années 1820-années 1850)

Dans le cadre du séminaire de Jean-François Belhoste « Connaissance des matériaux : de la production à l’usage » où une session a été consacrée aux activités du quartier de la Goutte d’Or sur la longue durée, du XVIIème au XIXème siècle, une présentation a été faite des usines de constructions mécaniques qui se sont installées au nord de la butte de la Goutte d’Or à la fin des années 1830 et qui seront actives jusqu’au début des années 1860, dans le cadre d’un lotissement de cette zone.

Le texte de cette communication est donné ici sous la forme d’une note de recherche, susceptible d’être complétée ou modifiée par la suite.

Lire le texte

Saint-Germain-des-Prés dans les murs de l’hôtel de l’industrie : l’aventure du club Saint-Germain

Cette note est issue d’une communication faite au cours de la séance du 1er novembre 2013 du séminaire « Histoire de la culture scientifique et technique » de Jean-François Belhoste, directeur d’études à l’Ecole pratique de hautes études, à la figure de Boris Vian. Parmi les multiples facettes du personnage, celle qui se rapporte à la Société d’encouragement est sans doute l’une des plus méconnues. Elle s’est marquée dans les relations qu’il a pu avoir, en tant que centralien et ingénieur avec certains dirigeants de la Société, ainsi qu’à sa participation à certaines de ses activités ; ce point reste toutefois à creuser. Ici, l’accent sera mis sur l’autre aspect du lien entre Vian et la Société, l’aventure du club Saint-Germain.

La Société d’encouragement et Louis Vicat

Dans le cadre des journées du Patrimoine 2017, et de la découverte de son hôtel aux visiteurs, la Société d’encouragement a organisé, en partenariat avec la Société Vicat, et la fondation Louis Vicat qu’elle vient de créer, une exposition consacrée à Louis Vicat, l’homme et l’ingénieur dont les découvertes sur les matériaux de construction artificiels, chaux et ciments résistant à l’action de l’eau, ont permis l’essor significatif des travaux publics et de la construction.

La Société a voulu souligner, à l’aide de documents tirés de ses collections d’archives et d’imprimés, le rôle qu’elle a joué pour encourager Louis Vicat tout au long de sa carrière, en particulier les récompenses qu’elle lui a plusieurs fois décerné.

Une étude rédigée par Daniel Blouin et Gérard Emptoz, membres de la commission d’histoire, présente ce rôle et peut être consultée ici

La Société d’encouragement et l’image (années 1800-années 1920)

Daniel Blouin

Commission d’histoire de la Société d’encouragement

Pour garantir la  propriété intellectuelle de cette étude, aucune copie de ce texte, si ce n’est à titre de brève citation, et aucune copie des illustrations qu’il contient ne peut être effectuée.

L’image reproduite comme objet d’étude et comme support

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale, fondée en 1801, sous le Consulat, par un groupe de savants, de hauts fonctionnaires et d’entrepreneurs, sous la direction de son premier président, le chimiste et homme politique Jacques-Antoine Chaptal, pour promouvoir l’innovation au service du développement productif, s’est intéressée dès ses toutes premières années, aux questions d’images. Cet intérêt allait se marquer durablement, par le soutien aux différentes techniques de production, de reproduction et de transmission d’images, que ce soit la reproduction, par différents procédés, de figures sur des supports variés, dans les années 1800, la lithographie dans les années 1820, 1830 et 1840, la photographie à partir des années 1840, les premiers pas du cinéma à la fin du XIXème siècle, la reproduction à distance photoélectrique d’Edouard Belin à la veille de la Première Guerre mondiale.

Le Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, publié à partir de 1802, est le support majeur de cette politique de promotion ; on y rend compte des concours organisés par la Société pour la découverte de nouvelles techniques ou pour leur perfectionnement, des récompenses décernées à l’issue de ces concours, on y insère également des articles sur des procédés soumis à la Société et jugés suffisamment novateurs. Le bulletin contribue donc à valoriser les nouvelles techniques de reproduction d’images. A l’appui des articles, des gravures sont fréquemment insérées, d’un nombre et d’un format inusités dans les publications techniques de l’époque, la présence de reproductions faites avec les nouvelles techniques en renforce d’autant plus la valorisation.

Si l’intérêt pour les procédés graphiques peut être lié au souci de la qualité et de la signification des illustrations du bulletin, l’enjeu principalement affirmé pour la Société, et conforme à son objectif, est de permettre la production et la reproduction en série d’œuvres graphiques au moindre coût, afin d’en faciliter la plus large diffusion, et ce, dans un double but, faciliter l’accès d’œuvres de caractère artistique au plus grand nombre, tout en favorisant le développement de nouvelles activités industrielles, renforcer la valeur ajoutée de l’illustration dans les ouvrages, qu’ils soient destinés au grand public ou à un lectorat spécialisé : c’est surtout pour cette dernière raison que la Société s’est intéressée très précocement aux usages techniques des images et de leur reproduction.

Lire la suite

Les bois indigènes et la SEIN (1804-1813)

Dans la première décennie de la Société, sous le Consulat et l’Empire, un des principaux pôles de son activité est la « nationalisation » des machines, des procédés et des produits étrangers.

Cette « nationalisation » semble d’autant plus nécessaire lorsque les matières premières sont difficilement accessibles, du fait des guerres, ce qui est le cas pour la fabrication de produits alimentaires comme le sucre, ou de certains produits de luxe, comme les tissus teints. Il faut trouver des matières premières « indigènes », parfois les mettre en production, comme la betterave dans le cas du sucre, et  imaginer des processus de production qui peuvent être différents.

L’ébénisterie est dans ce cas :  la pénurie des bois exotiques oblige à trouver des substituts. Les « bois indigènes », les essences issues du sol français, et qui peuvent être employées à des fins multiples, peuvent se substituer aux bois importés, mais souvent pour des placages qui demandent un travail particulier de sciage, puis de collage, ou comme support de teintures.

La Société va s’employer, par ses concours, par ses encouragements, à stimuler l’inventivité des fabricants; elle va également fournir aux inventeurs son expertise sur les procédés et les produits nouveaux.

C’est cette activité de la Société que Daniel Blouin a étudié, en relation avec les recherches récentes sur l’utilisation de ces « bois indigènes » dans l’ébénisterie, qui seront évoquées plus loin. Ce texte a fait l’objet d’une communication au séminaire EPHE de Jean-François Belhoste, en mars 2017.

Cette communication est accessible ici

Les collections de chimie de la Société d’encouragement

Serge Benoit et Gérard Emptoz, « Les collections de chimie de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale », Revue d’histoire des sciences, tome 69-1, janvier-juin 2016, p. 137-151

La chimie a toujours joué un rôle essentiel dans les activités de la Société, et les collections d’imprimés, ouvrages et périodiques, conservés reflètent cette importance .

Dans leur article qui vient de paraître dans la revue d’Histoire des Sciences, Serge Benoit et Gérard Emptoz présentent l’organisation et le fonctionnement de la bibliothèque  à partir de la fin du XIXème siècle; ils retracent ensuite l’évolution des fonds de chimie, en soulignant l’importance qu’ils ont pu avoir dans le contexte parisien, notamment dans la période qui a précédé la Première Guerre mondiale et au cours de cette dernière. avant de conclure sur les raisons du déclin de la Société comme centre de documentation chimique durant l’Entre-deux-guerres.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search