Présentation des archives de la SEIN

Une des sources principales de l’histoire de la société d’encouragement est constituée par ses archives, qui couvrent la période qui va de la  fondation jusqu’au début des années 1980. Elles ont fait l’objet de deux campagnes de classement et d’inventaire, en 1995 et en 2011.

Elles sont accessibles sur rendez-vous auprès de la commission d’histoire de la SEIN, de préférence par couriel à l’adresse sein.histoire@gmail.com.

Le fonds est très important, sinon essentiel, pour l’histoire de la société en elle-même; il est d’un intérêt plus inégal en ce qui concerne l’histoire de l’innovation, en raison de certaines lacunes.

Les principes du classement et les principaux points d’intérêt du fonds sont présentés dans un texte d’introduction. Il est préférable, pour  les chercheurs intéressés, de le  consulter préalablement à une demande de rendez-vous. On peut le lire en ligne ici.

Le bulletin de la SEIN et les inventeurs

A l’occasion de la journée d’étude organisées par le Centre d’Histoire des Techniques du CNAM et par la commission d’histoire de la SEIN en 2004, et dont les actes n’ont pas été publiés, Catherine Koblentz avait présenté, dans le cadre de ses recherches pour son mastère d’histoire des techniques au CNAM, une communication sur le bulletin de la SEIN et les inventeurs (1801-1844). L’intérêt de sa contribution est d’abord, de mettre en évidence, pour les premières années d’activité de la société, la façon dont les relations s’organisent entre elles et les inventeurs, et sur quelles bases elles reposent. Elle montre ensuite comment le bulletin, créé à partir de l’an XI, sert de vecteur à ces relations, en diffusant l’information technique et en conférant une notoriété – l’auteur parle de « crédit symbolique » – aux inventeurs qu’il mentionne. Lire cette communication.

Gustave Richard, un ingénieur au service de l’information technique

Dans un article publié en 2000,  Serge Benoit avait présenté des éléments de biographie sur un des grands animateurs de la société d’encouragement, agent général et rédacteur  en chef de son bulletin de 1894 à 1913, Gustave Richard.  Ingénieur civil des mines, ce spécialiste de mécanique a rédigé de très nombreux articles et chroniques dans le bulletin, ainsi que, de manière régulière, des notes  bibliographiques. Il a publié également  dans d’autres revues. Cette personnalité, très souvent mentionnée dans la littérature technique, a joué, à l’époque, un rôle très important dans la diffusion de l’innovation technique dans son domaine.

Retrouver l’article

Les premières localisations de la société d’encouragement

En 1996, une étude avait été publiée sur les premières localisations  de la société dans Paris, entre  1801 et 1812. Au-delà de la présentation des débuts de la société, il s’agissait de mettre en évidence les enjeux de ces localisations,  par rapport aux relations que la société pouvait avoir avec le « pouvoir » et le « savoir » et par rapport aux activités qu’elle envisageait.

Retrouver l’article ici.

Des réseaux et des hommes : chronique de la constitution d’un groupe au prisme du comité des arts physiques de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale. Mémoire de Master 2 recherche histoire des techniques – Cnam-CDHTE

 

Des réseaux et des hommes : chronique de la constitution d’un groupe au prisme du comité des arts physiques de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale.

Pour une histoire de la sociabilité technique, industrielle et scientifique dans la France de la seconde moitié du XXème siècle.

Valérie Blondelle Burgos – Mémoire de Master 2 recherche histoire des techniques – CNAM-CDHTE – 2011

 

 

Hommage à Marie Curie le 9 décembre 2011

La Société d’Encouragement pour l’Industrie nationale s’honore d’avoir été une des premières institutions à avoir découvert le talent de la jeune Maria Sklodowska  et de lui avoir confié en 1896 un de ses premiers contrats de recherche. La Société s’est intéressée par la suite aux applications du radium. En 1922, elle a remis sa plus haute distinction, le Grand Prix du marquis d’Argenteuil, à Marie Curie ainsi q u’à Pierre, à titre posthume.

La cérémonie sera l’occasion d’évoquer ces pages marquantes de l’histoire de la Société et de l’histoire de la Science française au début du XXème siècle.

Programme :

  • Présentation de la commémoration par Denis Woronoff.
  • Évocation des travaux de Marie Sklodowska-Curie à la Société d’Encouragement, par  Monsieur Gérard Emptoz, président du Comité des Arts chimiques de la Société.
  • Remise d’un tiré à part du rapport de Marie Curie publié dans le bulletin de la Société d’Encouragement en 1898, à Monsieur Renaud Huyn, directeur du musée Curie.
  • Évocation des travaux ultérieurs de Marie Curie et des applications industrielles de la radioactivité, par Monsieur Jean Cornillault, président du Comité des Arts physiques de la Société.
  • Ouverture par Monsieur Olivier Mousson du pli cacheté déposé par Armet de Lisle en 1915 au nom de la Société du radium.

 

Encourager l’innovation en France et en Europe – Autour du bicentenaire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale Par Serge Benoit , Gérard Emptoz , Denis Woronoff

Du milieu du XVIIIe siècle à la fin du XIXe siècle, une exigence parcourt l’Europe : il faut encourager l’industrie. Cela s’entend, dans l’esprit des Lumières, comme le soutien à la « main habile », à l’« intelligence productive ». Dans ce but, se créent des sociétés, soit à l’initiative des notables, soit sous l’impulsion des pouvoirs publics. Ainsi s’établit, au moins idéalement, la triple alliance des politiques, des savants et des entrepreneurs.
À l’occasion du bicentenaire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, fondée le 1er novembre 1801, une rencontre européenne a entrepris de faire un premier état de ce processus, en soulignant à la fois les convergences et les spécificités nationales et régionales. Par quels moyens opérer ? Le système des concours et des prix s’est-il avéré toujours pertinent ? Quelle place attribuer aux expositions, aux publications, à l’enseignement dans la diffusion de l’innovation ? Quels liens ont tendu à s’établir entre ces sociétés pour former une sorte de réseau national, voire international de l’encouragement ? À ces questions, cet ouvrage propose des réponses rigoureuses et neuves.

Chronique d’une invention : le phonautographe d’Édouard-Léon Scott de Martinville (1817-1879) et les cercles parisiens de la science et de la technique

Cette étude, entreprise par la Commission d’histoire de la Société d’encouragement après la visite récente de chercheurs américains à la poursuite des grands ancêtres de l’enregistrement sonore, nous a conduits sur les traces d’un « artiste » peu connu aujourd’hui, Édouard-Léon Scott de Martinville [1817-1879]. L’activité de cet inventeur, précurseur des études modernes de phonétique acoustique, témoigne du fonctionnement des milieux académiques et industriels du Second Empire, à la charnière de la science et de la technique. Et ses apports se sont avérés aller bien au-delà de ce qu’il avait pu lui-même imaginer.

Serge Benoit, Daniel Blouin, Jean-Yves Dupont et Gérard Emptoz

Retrouver l’article publié dans la revue Documents pour l’histoire des techniques

Histoire & innovation

Le carnet a pour but de présenter les travaux menés par un collectif d’historiens de l’industrie, des sciences et des techniques sur l’histoire et le rôle de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (SEIN).
Cette institution, fondée en 1801, et toujours en activité, s’est donnée comme but, dès sa création, l’encouragement à l’innovation et à la formation dans toutes les branches de l’activité productive.
La commission d’histoire, créée en 1995, regroupe, au sein de la Société, les membres de ce groupe afin d’approfondir la connaissance de cette Institution originale, formée autour de Chaptal par une élite de savants, d’enseignants, de hauts fonctionnaires et de représentants des grandes entreprises, patronnée par les pouvoirs publics – elle fut la première association reconnue d’utilité publique en France – mais affirmant sa liberté de jugement et d’action.
La commission s’attache aujourd’hui aux formes et aux modalités de l’innovation : comment la Société a incité à la création de nouveaux procédés, de nouveaux produits, comment elle les a distingué, soutenu, diffusé en France et parfois au-delà des frontières.
Dans cette recherche figure l’étude de l’institution, de ses règles, de ses procédures, avec l’émergence d’une sociabilité industrielle dont la SEIN est la matrice au début du XIXème siècle, avant de se trouver face à la concurrence de nouveaux modèles.
Un troisième volet est l’étude des acteurs – les dirigeants des différents comités de la Société – et la connaissance des réseaux dans lesquels ils s’inscrivent – réseaux de formation, réseaux de sociabilité commune, liens familiaux ou professionnels -. Une attention particulière est portée aux relations entre la SEIN et les diverses institutions patronales”.
Un autre sujet porte sur les rapports de la Société avec l’Etat et en particulier la législation sur les brevets d’invention.
Le regard que les dirigeants portent sur la situation intérieure et internationale, les prises de position sur les questions économiques, mais aussi commerciales, sociales ou politiques est un objet d’étude important. A cet égard, la compréhension de l’insertion progressive des dirigeants, et de la Société, dans le dispositif organisationnel et idéologique du patronat est un axe prometteur
Un dernier sujet est celui de la place de la Société dans la Ville : en particulier l’hôtel de la place Saint-Germain-des-Prés, son insertion dans l’espace urbain et le rôle qu’il joue dans la politique de représentation, de diffusion et d’animation de la Société.