Il y a 220 ans, la création de la Société d’encouragement

Le 31 octobre 1801 (9 brumaire an X), un petit groupe d’hommes venus d’horizons divers, savants, hauts fonctionnaires, experts techniques, banquiers, entrepreneurs et esprits « éclairés » au sens du xviiie siècle, se réunit en présence du Premier Consul, Bonaparte, à la préfecture de la Seine alors place Vendôme, sous la présidence du grand chimiste et industriel Jean Antoine Chaptal, ministre de l’Intérieur, pour créer officiellement la Société d’encouragement pour l’industrie nationale.

Ses fondateurs ne sont « certains que de leur bonne volonté » ; certains doutent même de la réussite de l’entreprise. Pourtant, deux-cent-vingt années plus tard, la Société est toujours vivante et l’esprit de ses fondateurs toujours présent. C’est ce long parcours que la commission d’histoire voudrait retracer brièvement ici en s’appuyant sur ses recherches dans les fonds patrimoniaux d’archives et d’imprimés de la Société, qu’elle a la charge de gérer et qui sont désormais officiellement classés.

Une institution originale créée sous le patronage de Bonaparte

Cette création intervient alors que le Premier Consul Bonaparte entend remettre en ordre le pays au sortir de la période révolutionnaire. Il a assigné à Chaptal la tâche de relancer son économie et de lui donner les cadres indispensables à son développement. La Société d’encouragement pour l’industrie nationale est donc conçue comme une institution originale, qui associe l’initiative privée et l’initiative publique.

Son programme lui donne pour mission de « seconder l’industrie dans son développement […] par des encouragements sagement conçus et appliqués » ; nous dirions en termes modernes encourager la créativité afin de stimuler l’activité productive, à une époque où il s’agit de capitaliser la dynamique de modernisation issue du xviiie siècle.

Elle semble prolonger l’activité des sociétés savantes du xviiie siècle, par la mise en œuvre de concours comme par l’affichage d’un désir de mobiliser un « esprit public », imprégné de l’idéologie du progrès et de l’utilité sociale de l’invention, ainsi qu”elle le rappellera constamment.

Elle est néanmoins une institution originale dans le paysage français : son refus des formes académiques, son souci d’utilitarisme, son désir d’efficacité sont autant d’emprunts explicites à la Society of Arts britannique, fondée en 1754, sans équivalent en France et à laquelle on attribuait un rôle important dans l’essor technique de la Grande-Bretagne.

Héritière de l’esprit des sociétés savantes apparues durant la période révolutionnaire, qui affirmaient la valeur de l’œuvre des producteurs, elle proclame qu’elle veut mettre sur le même pied le savant et « l’artiste » dont la théorie et la pratique se fécondent mutuellement.

Elle se caractérise également par l’affirmation d’un libéralisme économique hérité de cette période. Elle valorise la démarche entrepreneuriale individuelle et affirme l’importance de la propriété industrielle.

La Société entre dans le dispositif conçu par Chaptal pour accomplir la mission dont il est chargé, en constituant un lieu central de rencontre entre une action publique qui veut prolonger et amplifier celle des régimes précédents et l’initiative privée, capable de répondre aux sollicitations de l’une et de l’autre, tout en associant dans son activité des experts d’état, des savants et des entrepreneurs.

Daniel Blouin,

Commission d’histoire de la Société d’encouragement

Décembre 2020



Citer ce billet
danielblouin (2023, 20 avril). Il y a 220 ans, la création de la Société d’encouragement. Histoire & innovation. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pnxd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.