L’image multipliée dans les archives de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale : l’exemple des dossiers de concours de la lithographie (années 1820 – années 1840)

Communication faite à la journée d’étude sur : « Formes et fonctions du dessin technique (XVIe-XXe siècle) »,14 octobre 2020, Bibliothèque de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale

Je voudrais, dans mon intervention, vous présenter de manière rapide les archives de la Société, en mettant l’accent sur quelques dossiers, dont l’un sera plus spécialement commenté, et en restant dans la thématique de l’image multipliée. Je voudrais ainsi donner un exemple de ce que nos fonds peuvent apporter au chercheur dans le domaine général de l’image et dans celui, plus spécifique du dessin technique. Vous pourrez par ailleurs regarder tout à l’heure sur les tables et dans les deux vitrines, les documents que je commente, ainsi que les autres dossiers du même ensemble, et qui sont repérés par des étiquettes.

Les sources de documentation sur l’activité de la Société

 Je voudrais d’abord dire quelques mots de nos archives en tant que source de documentation sur l’activité de la Société, ce qui m’amènera à évoquer rapidement le fonctionnement de la Société, et les moyens qu’elle employait pour sélectionner et promouvoir les inventions qu’elle avait jugé utiles.

L’activité de la Société se reflète à travers ses archives

L’activité de la Société était centrée sur son organe délibératif et exécutif, le conseil d’administration, qui recevait les mémoires des inventeurs, ainsi que les mémoires, ouvrages, objets et documents divers, organisait le travail d’examen, écoutait les rapports qui faisaient suite à ces examens, et décidait de récompenser et de promouvoir les inventions qui avaient été jugées utiles. Toute cette activité était consignée dans les procès-verbaux du conseil, dont nous possédons la série à peu près complète. Je vous ai apporté deux registres de des procès-verbaux, dont je vous présenterai l’intérêt, au cours de mon intervention.

Par contre, une grande partie de la correspondance que le secrétariat de la Société entretenait avec les inventeurs, les autorités, les entreprises, et qui aurait pu fournir des informations précieuses, a malheureusement disparu.

Le travail d’examen était réparti, à l’image de la Société de Londres, entre des comités spécialisés : ils étaient à la fondation au nombre de cinq, puis six à partir des années 1870 : mécanique, chimie, arts économiques, – tout ce qui concerne l’équipement de la ville, de la maison, de la personne, agriculture et commerce, encore que ce dernier n’ait longtemps joué aucun rôle. Plus tard un comité de construction et beaux-arts sera créé. Les membres de ces comités proposaient l’organisation de concours, souvent pluriannuels, et examinaient les inventions qui leur étaient transmises par le conseil dans ce cadre, et proposaient de récompenser, prolonger, modifier et clore ces concours. Ils pouvaient également examiner des inventions hors du cadre de ces concours et récompenser celles jugées utiles, c’est ce qu’on appelait les encouragements. Mais il était fréquent que l’examen soit transversal et confié à des membres de plusieurs comités. L’activité de ces comités peut être suivie par des dossiers annuels plus ou moins complets, et par des dossiers de concours souvent lacunaires. Ce n’est pas le cas, toutefois, de l’ensemble des dossiers de concours sur la lithographie, dont je vous ai apporté quelques exemplaires.

On peut ajouter pour parfaire cette brève présentation, que la Société tenait soigneusement sa comptabilité, qui nous permet de suivre de manière extrêmement précise le détail de ses activités, par les dépenses qu’elle pouvait engager en relation avec elles, expériences, déplacements, récompenses, sans parler des dépenses du bulletin. J’ai apporté un registre de comptes pour que vous puissiez découvrir cette source

Le rôle majeur du bulletin

Ce dernier, en effet, créé à l’automne 1802 était le principal organe de promotion de l’activité de la Société, et contenait des rapports sur les inventions jugées utiles, des mémoires originaux et des traductions accompagnées de gravures. Ce bulletin, servi en priorité aux sociétaires, mais également vendu par la suite, d’un format inusité parmi les revues techniques des premières décennies du XIXe siècle, connaîtra un grand succès en France et à l’étranger, comme en témoigne la croissance de sa pagination et du nombre de ses illustrations : il demeure la principale source d’information sur l’activité de la Société. Je vous ai également apporté deux bulletins, afin de vous montrer comment ils complètent, ou remplacent l’information des sources d’archives.

La lithographie, un des temps forts de la question de l’image multipliée

J’ai donc choisi d’inscrire ma présentation dans la problématique de l’image multipliée

L’importance de la question de l’image multipliée

La question de l’amélioration des procédés permettant de reproduire de manière efficace et économique des images sur de supports variés, papier, mais aussi tissus ou céramiques, évoquée par Liliane dans son introduction, puis par Laetitia dans sa communication, à propos notamment du polytypage, a été posée par la Société dès les premiers temps de sa fondation. Elle s’est ensuite vite intéressée à la lithographie naissante, et a soutenu activement, durant les décennies suivantes le développement et les améliorations de ce procédé. Par la suite, à partir de la fin des années 1830, elle s’intéressera aux développements d’une nouvelle technique, la photographie, et à toutes ses possibilités. Elle s’intéressera enfin aux possibilités du cinéma, mais de façon plus marginale.

Plus que sur les besoins propres de la Société, pour sa communication, notamment par le bulletin, cet intérêt reposait sur l’idée, conforme au projet d’utilité sociale sous-jacent dès sa création, que l’image devait être diffusée le plus largement possible, grâce à la diminution des coûts rendue possible par le progrès technique, tout en conservant à l’image une certaine qualité.

Le but était double : tout d’abord didactique, en augmentant la diffusion d’une illustrations scientifique et technique, mais aussi esthétique, en facilitant l’accès à des œuvres à caractère artistique, qu’elles soient des originaux ou des copies.

L’enjeu pour ce groupe d’experts, majoritairement savants et ingénieurs, mais aussi chefs d’entreprise ou « esprits éclairés » qui formaient le conseil de la Société, résidait également dans la valeur ajoutée scientifique et technique qu’ils pouvaient conférer aux progrès du procédé, par la « rationalisation » et l’amélioration des processus chimiques ou physiques, ou des moyens mécaniques qu’il fallait mettre en œuvre pour obtenir ces progrès, et qu’ils pouvaient stimuler, sinon apporter eux-mêmes dans le dialogue qu’ils établissaient avec les inventeurs.

Dans cette présentation de documents d’archives, j’ai choisi de me focaliser sur la question de la lithographie, que la Société a abordé très précocement, et dont elle a été un des principaux promoteurs en France dans la première moitié du XXe siècle.

La lithographie : un procédé pour lequel la Société manifeste un intérêt précoce

Les dossiers d’archives que je vous ai apportés et que vous allez pouvoir consulter tout à l’heure sont ceux d’un ensemble de concours qui retracent un des temps de cet intérêt pour l’image multipliée, lee temps de la lithographie. La Société, après avoir eu connaissance des travaux de Senefelder et des tentatives d’André pour implanter le nouveau procédé à Paris, avait participé fortement, dans les années 1815 à la promotion du nouveau procédé, à l’initiative de l’un de ses dirigeants, son vice-président, Charles-Philibert de Lasteyrie, qui montera la première imprimerie lithographique parisienne en 1815. Outre les travaux de ce dernier, elle va distinguer particulièrement les productions d’Engelmann. Elle va ensuite chercher à démontrer les possibilités du nouveau procédé, eu égard au graphisme technique et publier une lithographie dans son bulletin en 1816, au demeurant, sans résultats probants, malgré la réduction sensible des coûts de production, comme vous vous en rendre compte par vous-mêmes en regardant ce bulletin qui est sur la table.

Au début des années 1820, elle va décider d’accentuer ce soutien, en agissant d’une manière récurrente dans sa démarche, qui consiste à identifier le ou les points sur lesquels il convient d’agir pour améliorer une filière.

Les tout premiers concours, au début des années 1820, vont porter sur la recherche de pierres « indigènes » donc moins coûteuses, et sur celle de supports de substitution, questions qui seront assez rapidement abandonnées, avant d‘être reprises par la suite.

Comme le montre le registre des procès-verbaux du Conseil d’administration, dont on peut voir ici un exemple d’utilisation, la Société va estimer rapidement que l’effort initial n’est pas suffisant

(Doct 1-A, interventions de Jomard, Lasteyrie,  devant le conseil d’administration le 19 juillet 1826)

Ce document montre comment se construisent au sein du conseil les décisions de la Société, en fonction des interventions de différents dirigeants : ici, lors de la séance du 19 juillet 1826, c’est le secrétaire-adjoint, Edme-François Jomard, chargé de la publication de la Description de l’Egypte, et donc spécialiste des questions de gravure, ingénieur-géographe de formation, qui prend l’initiative du débat. Il pose un objectif, le tirage de cartes à bon marché, et un enjeu, un but pédagogique. Il propose au conseil de créer de nouveaux concours sur ce procédé le libellé proposé montre qu’il envisage un champ d’améliorations possibles très large : perfectionner les moyens et procédés de la lithographie, tant pour les instruments…que pour le tirage et l’impression. » Il est soutenu dans sa démarche par Lasteyrie qui estime qu’il y a trop peu d’artistes, mais encore beaucoup de difficultés. Anselme Payen, un « jeune » scientifique, industriel et membre depuis peu du comité de chimie, spécialiste de chimie industrielle et futur professeur de cette discipline à Centrale, intervient à son tour pour souligner que les compositions des encres et des crayons lithographiques sont trop aléatoires. Il voudrait un prix pour un manuel présentant les procédés. Le constructeur-mécanicien Calla, enfin, membre du comité de mécanique, intervient pour demander que l’on distingue dans les concours entre questions de chimie et questions de mécanique. Une commission spéciale est donc constituée

Cette commission spéciale est constituée, d’Edme-François Jomard, de Charles-Philibert de Lasteyrie, d’un « mécanicien », Louis-Benjamin Francoeur, professeur de mathématiques à la Faculté des Sciences, et de trois chimistes : Anselme Payen, Henri-François Gaultier de Claubry, pharmacien et industriel, futur professeur à l’école de pharmacie et d’un personnage incontournable dans l’examen de toutes les questions où sont les jeu les considérations esthétiques et graphique, Léonor Mérimée, secrétaire de l’école des Beaux-Arts. Jomard, Lasteyrie, Francoeur et Mérimée sont en outre depuis longtemps intéressés par la lithographie pour des usages didactiques, par exemple pour la mise au point de tableaux d’enseignement mutuel. Le choix des thèmes, l’élaboration détaillée des concours et leur suivi sera donc un travail d’équipe, même si Payen et surtout Gaultier de Claubry seront le plus souvent chargés des rapports.

L’activité de la commission de la lithographie

Doct 1-B : l’intervention de Payen devant le conseil le 27 septembre 1826)

Le même registre des procès-verbaux relate, quelques semaines plus tard, qu’Anselme Payen va présenter les résultats des travaux de cette commission quelques semaine plus tard, le 27 septembre 1827 : après avoir fait un bilan de l’état actuel du procédé, le rapporteur délivre le verdit de la commission, si les ouvriers et les artistes sont devenus plus habiles, la commission estime qu’il est temps d’appeler à son secours la chimie et la mécanique, pour la délivrer de ses entraves » « l’art lithographique n’a pas connu de progrès technique alors qu’il pourrait s’appuyer sur la chimie et la mécanique ». Il lui faut passer du stade des pratiques empiriques à celui de la rationalisation éclairée, et se soumettre à l’examen des experts de la Société. Il propose un ensemble de 10 concours d’une valeur totale de 6700 f sur les 121 000 f de prix mis au concours cette année-là ; il s’agit donc, cettet, fois, d’agir dans plusieurs directions, d’abord celle des matériels permettant le tirage, rouleaux, procédés d’encrage mécanique et presses, ensuite celle des produits de traçage et d’impression, crayons, encres et vernis, puis deux éléments ponctuels du processus, la préparation des pierres par planage et la correction des travaux par incision, et enfin d’améliorer des techniques dont la commission estime devoir faciliter la mise au point : d’une part, celle de papiers et d’encres permettant l’autographie, et d’autre part, une technique associant l’incision des pierres, héritée de la fin des années 1810, et la lithographie « classique . La commission demande aussi la rédaction d’un véritable manuel, la production d’une « technologie », récompensé par une médaille d’or, d’une valeur de 500 f. Cet ensemble de concours va rapidement évoluer ainsi que les montants proposés, en fonction des clôtures ou des abandons de sujets ; certaines questions étant rapidement résolues, comme celle des presses, que l ;on va voir, d’autres resteront plus longtemps, parfois jusqu’à la fin des années 1840, comme celle des encres, en ayant parfois leur libellé modifié, comme celle de l’incision ; au profit d’une demande de typo-lithographie, notamment pour la production de cartes, dont on a vu l’intérêt que lui portait Jomard, et dont vous verrez des spécimens. D’autres questions sont ajoutées par la suite, comme en 1829, la recherche d’un procédé de lithographie en couleur, sans doute ajoutée devant la demande d’une production qui corresponde à la sensibilité esthétique du public, et que l’on retrouvera dans le soutien à la photographie, et plus tard au cinéma ; d’autres concours seront relancés, tel celui sur les pierres, vite complété par la possibilité de proposer des pierres factices ou des supports en carton ou en métal, comme cela avait été déjà demandé au début des années 1820, dans le but évident de diminuer le temps de préparation des supports et surtout le coût de production. Toutefois, la commission sera de plus en plus amenée à examiner et à récompenser par des encouragements des matériels et des procédés nombreux qui témoignent du dynamisme inventif des lithographes durant la période.

La démarche d’amélioration de la lithographie au prisme d’un dossier du concours sur les presses

 J’ai choisi de mettre l’accent sur un des concours de cet ensemble, celui sur les presses lithographiques, ouvert de 1827 à 1830, et en particulier sur un concurrent dont le dossier me semble bien mettre en évidence à la fois la relation entre la Société et les inventeurs, la manière dont ceux-ci s’efforçaient de répondre à ses propositions, comme l’examen qui était fait de leurs envois ; ils permettent ensuite de présenter la façon dont la Société envisageait la question de l’image multipliée, et plus généralement comment elle procédait dans sa démarche de recherche de l’invention utile, par rapport aux objectifs qu’elle s’assignait.

Le concours sur les presses à la fin des années 1820

Dans le cas du concours sur les presses, je présente d’abord un élément qui n’appartient pas aux archives, mais que chaque concurrent s’était procuré, ou du moins, dont il avait pris connaissance : il s’agit du programme, diffusé annuellement sous forme d’un cahier à part du bulletin, mais pouvant être relié ensuite avec lui, des concours (Doct 2 : programme des concours ouverts en 1826 : présentation générale et concours des presses). Pour chacun d’entre eux, la personne désirant concourir trouvait un programme précis, comportant des attendus et les conditions requises des concurrents : pour la fabrication des presses, le programme, publié dans une première version en 1826, pose, dans les attendus, un triple enjeu : la volonté d’« affranchir les lithographes de la dépendance d’hommes à métier, qui font payer cher leurs routines », le gain de temps dans le tirage, et la limitation des variations de pression, gage de la régularité d’un tirage de qualité..il demande qu’elles puissent être actionnées par une mécanique, et qu’elle assure des tirages d’une qualité au moins équivalente à celle d’ouvriers adroits utilisant des presses à bras. Ce concours est le plus fortement doté des 10, 2400 f , ce qui est logique, compte tenu du coût du matériel. La commission indique que l’évaluation se fera par des essais qu’elle procédera à des essais

Il s’agit donc ici de proposer d’inventer un matériel, visiblement en partant de l’existant, c’est-à-dire la presse d’imprimerie perfectionnée : c’est donc proposer un transfert sinon de technologie, du moins d’éléments de technologie connus.

Le dossier de Brisset

Le dossier dont je souhaite maintenant vous parler est celui d’un concurrent du concours des presses : il s’appelle Pierre-Denis Brisset. Son envoi comporte 7 pièces que vous pourrez voir tout à l’heure sur une table.

1°) Une lettre d’envoi du concurrent ( Doct 3-A : une lettre d’envoi reçue le 28 juin 1828) où le concurrent se présente ainsi que les spécificités de son matériel

2°) Le deuxième document (Doct 3-B : plan à échelle) est un plan à échelle 1/8e également enregistré par l’agent (en pieds pour pouces) de la presse présentée, vue de dessus, de face et de profil, détaillant le mécanisme d’entraînement du chariot.

3°) Le troisième document (Doct 3-C 1°) : détails du plan de format réduit) est un autre plan à échelle de plus petites dimensions (1/14e)  comporte quelques mentions, peut-être ajouté au moment de l’

4°) Le quatrième document est enregistré et signé : il s’agit d’une note présentant rapidement les avantages de cette presse, insistant sur sa solidité et la possibilité de rangement des accessoires, ainsi que les vêtements de l’ouvrier ; il insiste également sur la diminution de la fatigue de ce dernier. Il souligne enfin l’avantage du tirage à droite et à gauche qui empêche que les traits ou liaisons ne s’étalent comme c’est le cas dans une presse ordinaire, où l’on est obligé de retourner la pierre « quand elle fatigue »..

Il termine en donnant ensuite des prix par tirage croissant, mais il est difficile de savoir si ce sont les prix de la machine ?

5°) Le cinquième document, non enregistré, daté et signé du 25 juillet, donc inséré postérieurement dans le dossier, est un certificat du lithographe Renouf, rue d’Enghien, attestant de sa satisfaction à l’usage de la presse « grand aigle », (75 par 106) ce qui paraît surprenant par rapport aux dimensions données par Brisset précédemment, « depuis 6 moi ». Le certificat est également signé par les ouvriers qui en font usage.

6°) Le sixième document, (Doct 3-C 2°) : certificat de Coqueval) également non enregistré, daté et signé du même jour, est un autre certificat d’un lithographe, Coqueval, rue Saint-Denis, également signé par ses deux ouvriers, qui possède deux presses depuis 11 mois, du modèle admis à l’exposition ; il indique que la presse n’a connu depuis ce temps aucune réparation, qu’elle est solide et qu’elle offre la propreté d’un meuble.

7°) Le septième et dernier est un reçu de Brisset en date du 9 décembre 1828, d’un mandat de 400 f qui lui a été délivré par la Société pour sa presse.

On ne possède pas le rapport original effectué sur ce concours des presses pour l’année 1828 par le rapporteur, semble-t-il, Léonor Mérimée, mais on en possède la version imprimée dans le bulletin, (Doct 3-D : rapport de Mérimée sur le concours des presses – 19 novembre 1828) dans le compte-rendu de la séance générale du 3 décembre. Dans la mesure où le rapport, comme le montre le procès-verbal de la séance du conseil du 19 novembre 1828, est adopté sans débat, il est hautement probable, d’après mon expérience, qu’il s’agisse de la version présentée ce jour-là, et ensuite lors de la séance générale.

Ce rapport présente les concurrents qui se sont présentés au concours des presses, au nombre de 4. Il indique, dans le cas de Brisset, qu’il a vu fonctionner la presse chez Langlumé, sans doute parce qu’il est le plus connu des dirigeants, et de plus situé sur la rive gauche : il souligne l’intérêt de pouvoir réaliser des impressions à droite et à gauche ; reprenant la mention de Brisset, il indique la possibilité de faire des tirages de 30 pouces par 20, qui représentent la moitié de la longueur et les deux-tiers de la largeur de la presse. Il mentionne que la presse, en usage chez les deux autres lithographes dont Brisset avait envoyé les certificats, « depuis un an » ; a connu de notables améliorations, ce que l’inventeur laissait entendre. Il rappelle aussi l’usage qui avait été fait de deux presses en campagne en 1822 et la mention honorable de l’exposition de 1827, comme gages de qualité. Il ne reprend pas par contre l’argument de la solidité, ni celui de la facilité d’emploi ? La commission propose d’accorder à l’inventeur un encouragement de 400 f., somme qui peut correspondre au prix d’un tel matériel. Cette pratique de versement d’une récompense en accessit était fréquente depuis les premiers concours, sous le nom d’encouragement ; elle ne doit pas être confondue avec les encouragements, décernés pour des inventions non sollicitées a priori . Elle pouvait prendre la forme d’une médaille, ou d’une somme d’argent. Il est probable que dans le cas de Brisset, la somme était davantage appréciée que la médaille. Cette somme sera, comme on l’a vu dans le dossier, presque immédiatement versée à Brisset qui n’était pas présent à la séance générale, qui se tenait pourtant en soirée, un mercredi. Le registre de comptes présenté (Doct 3-I : extrait du registre de comptes de l’année 1828), atteste du versement de la somme à l’inventeur.

Analyse du dossier

Cet ensemble de documents, même s’il nous manque le rapport original du rapporteur, est extrêmement intéressant, car il nous montre la manière dont les inventeurs, souvent des artisans parisiens, cherchent à se présenter à la Société. Ce qui frappe dans le cas de Brisset, qui donnera plus de détails sur sa carrière dans une lettre à la Société en 1843 (Doct 3-E : lettre de Brisset en janvier 1843) c’est le désir de raconter sa biographie, de façon quelque peu confuse quant à la chronologie, depuis ses tous premiers pas : il se place d’emblée sous le patronage prestigieux de Senefelder pour qui il a fait des presses et qui a commencé à lui apprendre le métier. Il indique avoir ensuite travaillé pour un autre constructeur, qui lui faisait monter et démontrer le fonctionnement des presses, et qui lui a également fait faire des presses dont il s’est attribué le mérite. Brisset souligne qu’il a accepté cet état de fait, mais qu’il a persévéré dans ses efforts inventifs, pour son propre compte. Son humilité et sa persévérance ont donc fini par payer. On remarque ensuite son souci de  précision avec la  présentation d’un plan coté le plus précis possible, comme le demandent les attendus des concours depuis les années 1810.. Par contre, la rédaction de la présentation est assez maladroite, l’auteur aurait pu donner d’emblée la liste des lithographes qui employaient son matériel et les coûts de production de sa machine, par rapport à ceux d’une presse classique, mais peut-être les ignorait-il ? Enfin, la présentation montre un artisan visiblement intimidé par le fait de s’adresser aux sommités scientifiques et techniques qui composent la Société, et qui insiste sur son patriotisme, et sur sa démarche d’autodidacte.

L’ensemble met aussi en lumière les silences de l’examen, puisqu’on ne trouve pas de notes prises par le ou les rapporteurs, sauf peut-être, les annotations sur un des plans, mais il permet néanmoins de comprendre comment le rapporteur travaille, en visitant un des ateliers où fonctionne la presse, et en notant le point qui lui paraît le plus positif d’après les certificats des imprimeurs. Il est de toutes manières difficile d’en savoir plus, il est probable que les notes des rapporteurs étaient des documents personnels, qu’ils conservaient chez eux. En tout état de cause, Brisset est mis en compétition avec un procédé d’impression beaucoup plus novateur, la presse à cylindre de Lefrançois et Benoist, pour lequel le rapporteur manifeste un intérêt prudent, mais suffisamment fort pour proposer un encouragement trois fois supérieur à celui de Brisset.

La poursuite d’une stratégie inventive

Brissset, sans doute encouragé par sa première récompense, et qui désormais , se présente dans l’Almanach comme constructeur de presses lithographiques, continuera à perfectionner sa presse, et participera au concours suivant, organisé en 1830, puisque le concours n’avait pas été clos en 1828. Il retrouve deux autres concurrents de 1828, Engelmann, dont la presse en fer était alors en réparation, et François et Benoist, qui avaient reçu un encouragement de 1200 f pour leur presse à cylindre, et qui ont, eux aussi, perfectionné leur matériel.

Si nous ne possédons pas le dossier de Brisset pour ce nouveau concours, nous avons conservé le rapport manuscrit, que je présente sur une table pour que vous voyez comment il pouvait se présenter, (Doct 4 : le rapport de Gaultier de Claubry le 19 décembre 1830)  (ENC-5/95)). Il estime que la presse de Brisset, en bois, souligne-t-il, est bien conçue, mais qu’elle laisse subsister l’ancien système – ce n’est qu’une presse à bras perfectionnée, qu’on ne pourrait pas actionner par mécanique -, elle ne répond donc pas aux conditions du programme. Brisset ne sera donc que mentionné honorablement.

En fait, on comprend, à la lecture des rapports, que le rapporteur rejette le procédé de Brisset comme trop ancien pour pouvoir être converti à l’énergie mécanique, et donc inapte à une production en grand, ce qui est un des objectifs du concours. Gaultier hésite donc entre le procédé de la presse à cylindre, qui avait déjà été mis en pratique par Lenormand en 1817, proposé par Lefrançois et Benoist, procédé novateur et intéressant en terme de pression, surtout depuis les perfectionnements apportés, mais dont la construction est classique, et celui d’Engelmann, dont la novation réside dans l’usage d’un bâti en métal. Finalement, la Société récompensera les deux modèles.

Quant à Brisset, nullement découragé par le rapport de Gaultier, il continuera à perfectionner sa presse, et finira par déposer en 1833 un brevet de 5 ans pour un modèle bien différent de celui de 1828, ce qui montre que l’organisation de concours et l’examen par la Société pouvait être une étape parfois décisive dans une stratégie inventive. Il cédera en 1843 son affaire à son fils, qui perfectionnera encore ses presses. Mais il s’intéressera, comme c’était déjà le cas en 1833, à divers équipements périphériques, mais importants dans la lithographie , comme la machine à griser qui est présentée dans le dossier de 1843. La maison Brisset existera durant une grande partie du siècle, et que, même si la presse double effet ne semble pas avoir été développée ; sa presse « classique », la « bête à cornes », dans le jargon des lithographes, sera longtemps en usage dans le métier.

 

Daniel Blouin,

Le 14 octobre 2020



Citer ce billet
danielblouin (2022, 26 mai). L’image multipliée dans les archives de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale : l’exemple des dossiers de concours de la lithographie (années 1820 – années 1840). Histoire & innovation. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pnxc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.