La Société d’encouragement et la formation technique et professionnelle (début des années 1800-début des années 1920)

La Société d’encouragement naissante avait, dans son programme, “la diffusion des lumières de l’instruction” selon les termes de son secrétaire, Joseph Degérando. Ce volet de son action, qui aurait pu la rapprocher d’institutions comme le Lycée des Arts ou la Royal Institution britannique sera cependant laissé de côté, au profit d’un soutien à des écoles ou institutions.

Elle se préoccupera néanmoins dans la première moitié du XIXe siècle , du développement d’un enseignement technique, par le recrutement d’élèves et parfois le financement de bourses pour l’Ecole vétérinaire d’Alfort dès 1806, les Ecoles d’arts et métiers à partir de 1816, l’Ecole centrale à partir de sa création en 1829. Elle défendra, une première fois en 1848, puis à la fin de l ‘Empire et aux débuts de la IIIe République, la création d’un Institut agronomique. Elle s’intéressera parallèlement à la formation élémentaire, notamment à travers son soutien à la Société pour l’instruction élémentaire à partir de 1815, veillant à ce que l’enseignement mutuel dispensé dans les écoles de cette dernière comporte des notions de géométrie et de dessin pour préparer les futurs travailleurs à leur métier; elle soutiendra également, à partir des années 1830, les cours de dessin de l’école de la rue Monsieur-le-Prince, destinée à former notamment des créateurs de motifs pour les arts industriels. Elle s’intéressera enfin, sous la Restauration à la formation professionnelle des aveugles.  

Dans la seconde moitié du XIXe siècle et jusqu’aux années vingt du XXe siècle,  elle renoncera à un soutien direct aux écoles, mais agira davantage comme un groupe de pression, pour défendre – elle avait amorcé cette politique dès la Monarchie de Juillet – la création d’écoles professionnelles puis l’introduction de matières techniques dans l’enseignement primaire et secondaire. Elle s’intéressera ensuite de plus en plus à l’apprentissage, étant partie prenante de la création, à la fin de l’Empire, de la Société de protection des apprentis; elle encouragera la création par cette dernière, durant les années 1900, de formations en alternance. Elle sera partie prenante, par la constitution d’une commission  spéciale qui sera amenée à examiner des formules très diverses, des longs débats préalables au vote de la loi sur la formation professionnelle en 1921. Elle se donnera enfin, à la fin du premier conflit mondial, une mission de formation des jeunes démobilisés désirant suivre des études d’ingénieurs, en partenariat avec l’Aviation militaire, et décernera un diplôme à l’issue de cette formation.

C’est l’ensemble de cette démarche étendue, comme on le voit, sur la longue durée, qui a été l’objet d’une conférence faite, en décembre 1820, devant les membres de la Bibliothèque des amis de l’Instruction.  Une étude plus développée est en cours de rédaction. Dans l’immédiat, le texte, sous forme de présentation orale, de cette conférence accompagné d’un Powerpoint, est mis en ligne.  

Daniel Blouin, 

Septembre 2023



Citer ce billet
danielblouin (2023, 26 septembre). La Société d’encouragement et la formation technique et professionnelle (début des années 1800-début des années 1920). Histoire & innovation. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pnxg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.