La Société d’encouragement et les pierres factices . La recherche de matériaux pour le cadre de vie (début des années 1800 – début des années 1830).

Dès ses premières années, la Société s’intéresse à la question des matériaux préparés utilisables dans la construction et le décor, que l’on appelle alors les pierres factices, un intérêt qui sera récurrent jusqu’aux années 1860 .

Elle est par exemple, en première ligne dans l’examen des procédés de fabrication des ciments romains de Parker, que le “transfuge” anglais John Smith présente aux autorités françaises au temps de la paix d’Amiens. Après avoir cherché à améliorer les procédés de préparation des plâtres, largement utilisés dans la construction parisienne, elle examine , durant la période de l’Empire, des matériaux de décor, cartons pierres, mortiers, mastics, présentés par divers inventeurs.

Cet intérêt s’amplifie durant la période de la Restauration, avec le recours croissant à ces matériaux : Elle examine les multiples procédés ou préparations qui lui sont soumis, cartons pierres, marbres factices, matériaux de moulage destinés le plus souvent à des décors intérieurs, mais aussi parfois extérieurs, tels les mastics de Dihl. 

Dès l’examen des ciments romains, elle s’était convaincue de l’intérêt de la mise au point d’un matériau polyvalent, permettant à la fois de réaliser des éléments de premier et second œuvre ainsi que des éléments décoratifs isolés d’extérieur, statues, vasques, vases, etc… susceptibles de résister aux intempéries : elle décide, en 1821, d’ouvrir sur ce thème un concours, que l’on appellera rapidement concours des pierres factices  : elle examinera dans ce cadre différentes solutions, basées sur les mastics, les mortiers, ou des combinaisons des deux.. Mais elle donnera vite la préférence aux solutions basées sur les ciments hydrauliques, en valorisant les travaux de d’ingénieurs tels Vicat, Lacordaire; elle décernera finalement le prix en 1831 aux réalisations de la cimenterie du Point-du-Jour de Brian et Saint-Léger.

Cette démarche aux multiples aspects, preuve d’un intérêt toujours en éveil pour toutes les solutions, même si elles se révélaient à l’usage d’une fiabilité limitée, est présentée dans un ensemble de trois études. Elles étaient initialement destinées à servir de base à une communication sur la Société d’encouragement et les pierres factices (1800-1830), au Congrès international d’histoire de l’art prévu à Lyon en juin 2024. Des raisons personnelles m’empêchant d’être présent à ce Congrès, je mets donc les textes de ces études en ligne : 

La première porte sur la démarche de la Société dans les années du Consulat et de l’Empire.

La deuxième porte sur l’examen des procédés et des matériaux de décor dans les années de la Restauration.

La troisième porte sur le concours des pierres factices

Les décennies suivantes sont marquées par un intérêt plus discontinu, mais néanmoins réel , pour les matériaux de décor d’intérieur comme pour les ciments hydrauliques, mais la Société, malgré la création d’une commission du ciment, semble alors renoncer à toute tentative de globalisation de la question, comme elle l’avait fait avec son concours des années 1820. Il est d’ailleurs significatif que, dans les années 1860, alors que cette commission reçoit des documents d’inventeurs comme Coignet ou Monier dont les réalisations auraient pu l’intéresser à cet égard, elle ne cherche pas à les valoriser.  J’ai donc choisi de ne pas présenter cette période dans l’immédiat.   

Daniel Blouin

 



Citer ce billet
danielblouin (2024, 1 février). La Société d’encouragement et les pierres factices . La recherche de matériaux pour le cadre de vie (début des années 1800 – début des années 1830). Histoire & innovation. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqb1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.