La collection numérisée du bulletin dans le CNUM

Le Bulletin de la société d’encouragement pour l’industrie nationale est une source indispensable, non seulement pour l’histoire de la société, mais aussi, comme l’on souligné depuis depuis longtemps, pour la compréhension de l’évolution des techniques; L’ampleur de la matière traitée,  la qualité des rapports sur les produits et les procédés  présentés, l’intérêt des planches et des illustrations, en font  un ouvrages de référence.

La Société d’Encouragement entreprend de publier un Bulletin comme support de son activité et de sa sociabilité à partir de l’automne de l’an XI/1802. Il est diffusé en priorité auprès des sociétaires, particuliers, entreprises ou institutions comme autres les sociétés savantes, mais aussi aux principales administrations et aux bibliothèques publiques nationales, ainsi qu’à des sociétés savantes et à de grandes bibliothèques étrangères.Il paraîtra sans interruption de l’an XI à 1943.

Publié sous la forme de cahiers mensuels d’un format inusité parmi les publications techniques de l’époque, reliés par année avec, durant les premières décennies, des cahiers annexes, comportant les programmes des concours  et les listes des adhérents, son volume augmente régulièrement: fort de près de 500 pages dès le milieu du XIXe siècle, il s’enrichit très fortement pour avoisiner les 2 000 au début du XXe . Dès le début, il est  accompagné de planches gravées sur cuivre, en hors-texte, accompagnées, dans les années 1820 de quelques essais de gravures lithographiques. A partir de 1855, des gravures sur bois sont également insérées dans le corps du texte. La photographie, enfin, est régulièrement utilisée pour les illustrations à partir du milieu des années 1890.

Ce Bulletin a eu pour finalité première de rendre compte, mois par mois, des travaux de son Conseil composé à l’origine de cinq Comités spécialisés (Arts mécaniques, Arts chimiques, Arts agricoles, Arts économiques, Commerce). Ces Comités remplissent une mission d’expertise des inventions et découvertes qui leur sont soumises, et d’encouragement à l’innovation par le biais de prix, concours et récompenses. Il devient rapidement bien davantage qu’un organe interne de la Société, comportant, en plus des rapports des Comités, des articles de fond originaux et des traductions d’articles techniques, des notices d’actualité; s’ajoutent, des listes de brevets français et étrangers dans la première moitié du XIXe siècle ainsi qe  des listes et des comptes rendus bibliographiques dont le nombre va se multiplier à partir de la fin du XIXe siècle.

De la sorte, le Bulletin s’est affirmé comme un instrument majeur d’information technique et industrielle. Son rayonnement est suffisamment attesté par le nombre de ses articles reproduits in extenso, résumés ou traduits dans nombre de périodiques français et étrangers ou dans les compte rendus des expositions industrielles. Ses illustrations gravées, soucieuses de précision, témoignent pour le début du XIXe siècle de l’avènement d’un nouveau graphisme technique développé autour du Conservatoire des arts et métiers où il est formalisé par Leblanc fils.  La multiplication des gravures insérées dans le corps des articles, dans la seconde moitié du siècle, marque le souci d’éclairer précisément ces derniers.

Ce Bulletin est diffusé auprès de ses sociétaires dans l’ensemble du pays ; il est également, avec la participation financière des autorités, accessible à tous dans toutes les bibliothèques publiques. De plus en plus étoffé et de mieux en mieux illustré, il fait l’objet d’échanges avec les principales institutions et sociétés scientifiques et techniques analogues en Europe, principalement en Angleterre, en Allemagne, en Belgique, mais aussi en Italie et en Espagne. On peut aussi le trouver dans les bibliothèques de grandes institutions des Etats-Unis, notamment celle de la prestigieuse Smithsonian Institution, ainsi qu’en Amérique latine

On peut se reporter à la communication de Catherine Koblentz,  ainsi qu’à sa thèse, pour en comprendre la structure du Bulletin et le rôle qu’il pu jouer dans le développement de l’activité de la Société durant la première moitié du XIXe siècle. La contribution rédigée par Daniel Blouin et Gérard Emptoz, “Constitution, usages et valorisation des collections de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale… (années 1800-années 2000)”, dans Sylvain Wenger (dir), Penser, classer les collections des sociétés savantes, Slatkine, 2018, p. 19-30, permet également de comprendre sa fonction essentielle de diffusion de la documentation reçue par la Société.

Depuis 2008, le bulletin de la Société d’encouragement est numérisé dans le  Conservatoire Numérique (CNUM), ce qui évite les attentes dans les bibliothèques et les manipulations fastidieuses de volumes.  L’accès à la liste des volumes se trouve ici

Dix tables analytiques ont été publiées jusqu’en 1912, et sont également numérisées. Elles permettent donc de retrouver les références d’un mot-vedette de titre d’un article ou d’une planche, ainsi que d’un nom propre. Mais il faut se reporter ensuite au bulletin numérisé correspondant en repartant de la liste annuelle.  La liste des tables numérisées se trouve à la fin de la liste des volumes.

Il existe également une possibilité d’entrée et de recherche par les tables annuelles, où les entrées sont parfois plus détaillées que dans les tables analytiques, mais elle est assez longue, quand on ne recherche pas un volume précis.

La commission d’histoire détient  une collection complète des bulletins et des tables. Toutefois, ces ouvrages étant fragiles, il est conseillé de travailler sur la base du CNUM.  La possibilité d’accès aux originaux est réservée  aux chercheurs qui souhaiteraient reproduire, par photo numérique, des pages des bulletins, en particulier  des planches.

Pour faciliter les recherches dans l’ensemble des bulletins, la commission d’histoire a élaboré un outil d’interrogation dans l’ensemble des tables annuelles, qui  offre une  synthèse des occurrences des mots-clés recherchés. Cet outil est accessible sur un poste de travail dans ses locaux


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.