Les bois indigènes et la SEIN (1804-1813)

Dans la première décennie de la Société, sous le Consulat et l’Empire, un des principaux pôles de son activité est la « nationalisation » des machines, des procédés et des produits étrangers.

Cette « nationalisation » semble d’autant plus nécessaire lorsque les matières premières sont difficilement accessibles, du fait des guerres, ce qui est le cas pour la fabrication de produits alimentaires comme le sucre, ou de certains produits de luxe, comme les tissus teints. Il faut trouver des matières premières « indigènes », parfois les mettre en production, comme la betterave dans le cas du sucre, et  imaginer des processus de production qui peuvent être différents.

L’ébénisterie est dans ce cas :  la pénurie des bois exotiques oblige à trouver des substituts. Les « bois indigènes », les essences issues du sol français, et qui peuvent être employées à des fins multiples, peuvent se substituer aux bois importés, mais souvent pour des placages qui demandent un travail particulier de sciage, puis de collage, ou comme support de teintures.

La Société va s’employer, par ses concours, par ses encouragements, à stimuler l’inventivité des fabricants; elle va également fournir aux inventeurs son expertise sur les procédés et les produits nouveaux.

C’est cette activité de la Société que Daniel Blouin a étudié, en relation avec les recherches récentes sur l’utilisation de ces « bois indigènes » dans l’ébénisterie, qui seront évoquées plus loin. Ce texte a fait l’objet d’une communication au séminaire EPHE de Jean-François Belhoste, en mars 2017.

Cette communication est accessible ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.