La Société d’encouragement et l’image (années 1800-années 1920)

Daniel Blouin

Commission d’histoire de la Société d’encouragement

Pour garantir la  propriété intellectuelle de cette étude, aucune copie de ce texte, si ce n’est à titre de brève citation, et aucune copie des illustrations qu’il contient ne peut être effectuée.

L’image reproduite comme objet d’étude et comme support

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale, fondée en 1801, sous le Consulat, par un groupe de savants, de hauts fonctionnaires et d’entrepreneurs, sous la direction de son premier président, le chimiste et homme politique Jacques-Antoine Chaptal, pour promouvoir l’innovation au service du développement productif, s’est intéressée dès ses toutes premières années, aux questions d’images. Cet intérêt allait se marquer durablement, par le soutien aux différentes techniques de production, de reproduction et de transmission d’images, que ce soit la reproduction, par différents procédés, de figures sur des supports variés, dans les années 1800, la lithographie dans les années 1820, 1830 et 1840, la photographie à partir des années 1840, les premiers pas du cinéma à la fin du XIXème siècle, la reproduction à distance photoélectrique d’Edouard Belin à la veille de la Première Guerre mondiale.

Le Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, publié à partir de 1802, est le support majeur de cette politique de promotion ; on y rend compte des concours organisés par la Société pour la découverte de nouvelles techniques ou pour leur perfectionnement, des récompenses décernées à l’issue de ces concours, on y insère également des articles sur des procédés soumis à la Société et jugés suffisamment novateurs. Le bulletin contribue donc à valoriser les nouvelles techniques de reproduction d’images. A l’appui des articles, des gravures sont fréquemment insérées, d’un nombre et d’un format inusités dans les publications techniques de l’époque, la présence de reproductions faites avec les nouvelles techniques en renforce d’autant plus la valorisation.

Si l’intérêt pour les procédés graphiques peut être lié au souci de la qualité et de la signification des illustrations du bulletin, l’enjeu principalement affirmé pour la Société, et conforme à son objectif, est de permettre la production et la reproduction en série d’œuvres graphiques au moindre coût, afin d’en faciliter la plus large diffusion, et ce, dans un double but, faciliter l’accès d’œuvres de caractère artistique au plus grand nombre, tout en favorisant le développement de nouvelles activités industrielles, renforcer la valeur ajoutée de l’illustration dans les ouvrages, qu’ils soient destinés au grand public ou à un lectorat spécialisé : c’est surtout pour cette dernière raison que la Société s’est intéressée très précocement aux usages techniques des images et de leur reproduction.

Lire la suite


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.