Quatre sources de l’histoire de la Société d’encouragement

Parmi les sources relatives à l’histoire de la Société d’encouragement, il semble important d’attirer l’attention des chercheurs sur quatre documents imprimés qui ont été publiés par la Société afin de se présenter et/ou de commémorer son histoire et son activité. Ces imprimés peuvent d’abord leur permettre de comprendre ce que les dirigeants voulaient mettre en évidence, dans des contextes évidemment différents ;  ils fournissent également  des informations sur ses activités, notamment des listes de concours et de récompenses qui peuvent nourrir des bases de données.

La notice de 1818

Le premier de ces documents est une brochure publiée en 1818 par l’agent général de la Société, Etienne Guillard-Sénainville, Notice sur les travaux de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, Paris, Huzard, 1818. Cette brochure, rédigée à la demande des dirigeants, a pour but de présenter, quelques années après le changement de régime, l’activité passée et actuelle de la Société.

Sa publication est à mettre en parallèle avec celle de deux autres ouvrages du secrétaire -adjoint de la Société, Claude-Anthelme Costaz, ancien chef du bureau des Manufactures au Ministère de l’Intérieur durant le Consulat et l’Empire : le premier intitulé : Mémoire sur les moyens qui ont amené le grand développement de l’industrie française depuis vingt ans, Didot, 1816, et le second, publié en même temps que la notice, intitulé : Essai sur l’administration de l’agriculture, du commerce, des manufactures et des subsistances, Huzard, 1818 . Dans ces deux ouvrages Claude-Anthelme Costaz entend défendre les acquis de la Révolution que sont le libéralisme économique et la propriété industrielle, et le rôle du Ministère de l’Intérieur comme instrument, en particulier par son activité réglementaire, d’une politique économique d’état, tous éléments dont il estime qu’ils sont indispensables au développement de l’économie  française. La notice souligne, quant à elle, en contrepoint, que l’activité de la Société s’est inscrite dans ces acquis et dans ce dispositif, mais d’une manière plus globale, dans une logique de nationalisation des procédés techniques étrangers et de promotion des techniques nationales, dont les origines sont bien plus anciennes et que le nouveau régime ne peut que soutenir.  Ces trois ouvrages précèdent la parution, en 1819, de celui du président de la Société et ancien ministre de l’Intérieur, Jean-Antoine Chaptal, De l’industrie française, 2 tomes, Renouard, 1819, qui reprend et développe l’argumentaire de ses deux collaborateurs dans ce qui se veut être un bilan approfondi du développement de l’économie française dans les décennies écoulées. 

Si les deux ouvrages de Costaz ont été numérisés et sont disponibles en ligne, le premier sur Google Books et le second sur Gallica, ainsi que celui de Chaptal, celui de Guillard-Sénainville ne l’est pas, à notre connaissance, et nous avons décidé de le mettre en ligne

La notice de 1850

Le second de ces documents a été publié en 1850  par la Société, à la veille de son cinquantenaire. Il s’agit d’une longue notice, rédigée par un membre du comité des arts mécaniques de la Société , Théodore Olivier, professeur au Conservatoire et proche, de longue date, du président Jean-Baptiste Dumas, avec qui il a participé à la fondation de l’Ecole centrale. Sous le titre Histoire de la fondation de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale ou Recueil des procès-verbaux des séances de cette société, Huzard, 1850. Il s’agit cette fois de mettre en évidence les origines de la Société, à travers une recherche dans les archives, notamment les premiers procès-verbaux du conseil d’administration, que la notice reproduit in extenso. L’accent est mis sur les fondateurs, dont la liste est publiée. Vient ensuite une seconde partie, qui récapitule les donations et les fondations destinées à distribuer des récompenses, notamment les plus importantes, les grands prix ; l’ouvrage énumère enfin, dans différents domaines, les récompenses décernées par la Société depuis sa création.

Cet ouvrage n’a donc pas les mêmes visées que le précédent : il s’agit ici, non seulement de souligner l’importance de son activité depuis 18001, mais également de rappeler le contexte de la création, la période consulaire, et de valoriser les personnalités éminentes de la politique, de la science, de la technique et du monde de l’entreprise, au premier rang desquels Chaptal, qui ont contribué à cette création. Cette publication reflète également les ambitions de Dumas d’apparaître, dans le contexte de ce milieu du siècle, comme ce que Chaptal avait pu être  pour la science de ses premières décennies : celui qui exerce le magistère sur ses confrères, et celui qui a l’oreille du pouvoir. La publication tisse également un lien entre la fondation de la Société, et ce qui peut être considéré comme une nouvelle ère, marquée par son nouvel hôtel de l’industrie qui sera inauguré quelques mois plus tard, et par des changements d’orientation  dans les formes de son activité, justifiées par sa nécessaire adaptation aux temps présents.

Cette publication, faite en cahier tiré à part, mais relié dans certaines collections du Bulletin de la Société, n’est pas toujours aisée à trouver. Nous la mettons également en ligne 

Les articles du bulletin de 1923

Le troisième document  est formé par un ensemble d’articles publié dans le bulletin de 1923, à l’occasion de la commémoration organisée par la Société pour le centenaire de l’ordonnance royale approuvant ses statuts,  approbation équivalent à une déclaration d’utilité publique, et qui, en lui conférant une personnalité morale, allait lui permettre, toute première association civile non caritative dans ce cas, de recevoir des donations et des legs. Cette commémoration  anticipée par rapport à la date réelle de l’ordonnance – 1824 – entend également marquer la réforme des statuts qui venait d’être faite, pour moderniser le fonctionnement de la Société; elle veut surtout souligner, mais aussi, de manière plus large, la place éminente d’une Société, alors à son apogée en nombre de membres et en termes de ressources, dans la période de l’immédiat après-guerre, dans le paysage des sociétés savantes à vocation scientifique et technique, en France et à l’étranger ainsi que le rôle d’experte qu’elle a joué auprès des pouvoirs publics, durant le conflit et dans la période de la Reconstruction. Pour bien souligner l’importance de cette commémoration, à côté des nombreuses délégations présentes la Société accueille en grande pompe d’importantes personnalités, dont le président de la République, Alexandre Millerand, ingénieur de formation, qui est un de ses membres.

Les articles parus dans le Bulletin montrent que cette commémoration est marquée par l’évocation du passé et des principales activités que la Société a eues : il publie notamment, comme en parallèle de la publication de 1850, une liste des récompenses qu’elle a décernées  depuis cette date. Mais cette dimension rétrospective est éclipsée par le nombre et l’étendue des articles relatant les diverses manifestations et visites qui marquent ces journées, au cours desquelles la Société présente à ses invités des réalisations jugées représentatives de la technique française contemporaine, laboratoires de recherche, aérodrome du Bourget, station radio-électrique de Sainte-Assise, etc…On trouve également d’importants développements sur la question des réparations, l’accent étant mis sur les destructions dans les régions occupées durant le conflit.

Ce bulletin est consultable en ligne sur le site du Conservatoire numérique.

L’ouvrage du cent cinquantenaire

La Société, qui n’avait pas commémoré son centenaire en 1901, peut-être du fait de la proximité de l’exposition universelle à laquelle elle avait participé et au cours de laquelle ses membres avaient joué un rôle souvent important dans les multiples congrès organisés à cette occasion, va décider, à l’automne 1951, de commémorer son cent cinquantenaire, en présence de délégations de nombreuses institutions scientifiques, et de personnalités politiques comme le ministre Claudius Petit. L’organisation se fait sur le modèle de celle de 1923, sous la forme d’une suite de journées, au cours desquelles sont organisées des conférences.  Par la suite, l’ensemble des discours et des conférences prononcées pour l’occasion vont être réunis dans un petit volume édité par la Société, sous le titre de Le cent cinquantième anniversaire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale et les problèmes actuels de l’économie française 1801 – 1951, Paris, la Société, 1952.

Dans cet ouvrage, la dimension rétrospective est développée dans une large première partie sous le titre « Le rôle historique de la Société d’encouragement », confiée à l’un des dirigeants, Louis Ragey, directeur du CNAM, qui n’est pourtant pas un spécialiste de l’histoire des institutions savantes ni de l’histoire des techniques. Après avoir retracé la période de fondation, vraisemblablement à partir du travail d’Olivier, il fait une rétrospective des activités marquantes de la Société jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Les questions contemporaines sont abordées dans les deux autres parties : dans celle intitulée « La Science dans l’industrie », on trouve des rapports de visites organisées à l’occasion de la commémoration, par exemple aux laboratoires de recherche et d’essais de l’IRSID à Saint-Germain-en-Laye et d’hydraulique de Chatou, aux usines Peugeot de Sochaux et au futur barrage de Donzère, ainsi que des conférences traitant des techniques nouvelles dans différents domaines, transports terrestres, aviation, télécommunications. Dans la partie intitulée « Les problèmes économiques actuels », la forme adoptée est celle de rapports : après une présentation de la situation des principales branches industrielles, sont abordées des questions plus générales telles que la reconstruction, les financements, les charges salariales, les matières premières, la concurrence internationale. L’agriculture et le domaine colonial sont examinés à part.

Certaines des conférences sont l’oeuvre de personnalités éminentes de l’époque, ce qui illustre le rayonnement que la Société entend donner à sa commémoration : on peut mentionner Louis de Broglie et Edouard Belin sur les télécommunications,  René Barthélemy sur la télévision, de Maurice Ponte sur le radar ou de Louis Armand sur la SNCF, pour la première partie. Les rapports de la seconde partie sont également faits par des responsables de premier plan : ainsi René Duchemin  pour les colonies françaises, les présidents des grands syndicats de branches industrielles (métallurgie, constructions mécaniques, chimie..). Il semble que le rapport de synthèse sur la situation et les problèmes économiques du pays soit fait par le président de la Société  à l’époque, l’ingénieur et  constructeur Albert Caquot.

Ces questions, qui n’avaient que peu été abordées dans la commémoration de 1923, sont ici largement développées et marquent bien le contexte dans lequel se fait cette commémoration : celui des espoirs, mais aussi des difficultés de la Seconde Reconstruction, ainsi que les rapports entre les milieux patronaux, dont la Société est de plus en plus proche, et l’Etat, devenu un acteur incontournable de l’économie. Cette proximité est soulignée dans la synthèse sur l’économie française, où les doléances patronales sont largement mises en avant, ainsi que l’hostilité au libre-échange et, en filigrane, à l’amorce d’une entente économique entre pays européens de l’ouest.

Cet ouvrage, difficile à trouver, a été numérisé par les soins de la commission d’histoire : il est disponible en ligne


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.