Tous les articles par danielblouin

Bibliographie de la societe d’encouragement

Cette bibliographie (à jour au mars 2020) fait le bilan de  tous les ouvrages ou articles à caractère historique qui font référence à  la Société d’encouragement, que ce soient des études centrées sur ses aspects généraux, sur  des aspects ou des personnages spécifiques, comme des études faisant largement références à son activité.

Consulter la bibliographie

Charles-philibert de Lasteyrie (1759-1849)

Je voudrais, dans cette note, évoquer un des principaux dirigeants de la Société d’encouragement dans ses premières décennies, Charles-Philibert de Lasteyrie, et l’activité qu’il a déployée, dans et hors de la Société. La plupart des matériaux qui ont été employés pour rédiger ce texte avaient été rassemblés à partir de la fin des années 1990, dans le cadre d’une collaboration avec Aymard de Lasteyrie, descendant de Charles-Philibert ; il souhaitait écrire une biographie de son ancêtre : en plus des archives qu’il avait conservées, notamment des correspondances, il avait accumulé un ensemble graphique considérable, essentiellement des productions lithographiques ; il s’était rapproché de la commission d’histoire pour que nous tirions des archives de la Société, les matériaux nécessaires à la compréhension du rôle que son ancêtre avait pu y jouer. Des circonstances professionnelles m’avaient fait reporter ce projet ; lorsqu’il m’a enfin été possible de m’y intéresser de nouveau, à la fin des années 2000, la disparition brutale de M. de Lasteyrie l’a laissé inabouti. C’est donc un devoir de mémoire qui m’a conduit à reprendre ces notes et à en faire une synthèse. J’espère qu’elle jettera un éclairage sur une personnalité attachante mais mal connue, un homme des Lumières marqué par une immense curiosité, une croyance indéfectible dans le progrès technique et dans les capacités créatrices de l’homme, qui ne devaient pas, selon lui, mettre de côté l’utilité sociale, mais qui devaient être à son service, comme l’ultime finalité.

Voir la biographie

Autour du 22 mars 1895

A l’occasion du colloque « Les ingénieurs font le cinéma », organisé les 17 et 18 octobre 2019 par l’association Centrale histoire et la fondation Pathé, autour du centralien de l’année Jacques Marette, qui s’est tenu  à la fondation Pathé et à la Société d’encouragement, Daniel Blouin, au nom de la commission d’histoire de la Société, a présenté une nouvelle lecture de la soirée du 22 mars 1895, vue sous l’angle de la Société

Lire ici

La Société d’encouragement et les Centraliens : Une relation etroite (années 1830 – années 1840)

Le 30 novembre 2017, la Société d’encouragement accueillait l’Association des centraliens, pour la journée d’études annuelle consacrée au « centralien de l’année »; cette journée était organisée par la section Centrale-histoire de l’Association. Son maître d’oeuvre en était Jean-François Belhoste, centralien, directeur d’études à l’Ecole pratique  des Hautes Etudes, et membre de la commission d’histoire de la Société.

Cette journée était consacrée à l’ingénieur et constructeur de chemins de fer Philippe Vitali, dont la carrière, dans la seconde moitié du XIXème siècle, s’est étendue au monde entier.  Elle a été l’occasion pour la commission d’histoire de rappeler les liens entre la Société d’encouragement et l’Ecole centrale, en particulier dans les années 1830 – 1840 : la communauté de dirigeants, la contribution au recrutement d’élèves jugés méritants, et au financement de leurs études, assorti d’un suivi de leur scolarité, et enfin, le rôle que la Société a joué, dans les premiers temps des chemins de fer, par l’intermédiaire de son bulletin comme source d’information, et comme pôle de ralliement des premiers ingénieurs ferroviaires.

Cliquez ici pour accéder à l’article

 

Les usines de constructions mécaniques de la goutte d’or (années 1820-années 1850)

Dans le cadre du séminaire de Jean-François Belhoste « Connaissance des matériaux : de la production à l’usage » où une session a été consacrée aux activités du quartier de la Goutte d’Or sur la longue durée, du XVIIème au XIXème siècle, une présentation a été faite des usines de constructions mécaniques qui se sont installées au nord de la butte de la Goutte d’Or à la fin des années 1830 et qui seront actives jusqu’au début des années 1860, dans le cadre d’un lotissement de cette zone.

Le texte de cette communication est donné ici sous la forme d’une note de recherche, susceptible d’être complétée ou modifiée par la suite.

Lire le texte

Saint-Germain-des-Prés dans les murs de l’hôtel de l’industrie : l’aventure du club Saint-Germain

Cette note est issue d’une communication faite au cours de la séance du 1er novembre 2013 du séminaire « Histoire de la culture scientifique et technique » de Jean-François Belhoste, directeur d’études à l’Ecole pratique de hautes études, à la figure de Boris Vian. Parmi les multiples facettes du personnage, celle qui se rapporte à la Société d’encouragement est sans doute l’une des plus méconnues. Elle s’est marquée dans les relations qu’il a pu avoir, en tant que centralien et ingénieur avec certains dirigeants de la Société, ainsi qu’à sa participation à certaines de ses activités ; ce point reste toutefois à creuser. Ici, l’accent sera mis sur l’autre aspect du lien entre Vian et la Société, l’aventure du club Saint-Germain.

La Société d’encouragement et Louis Vicat

Dans le cadre des journées du Patrimoine 2017, et de la découverte de son hôtel aux visiteurs, la Société d’encouragement a organisé, en partenariat avec la Société Vicat, et la fondation Louis Vicat qu’elle vient de créer, une exposition consacrée à Louis Vicat, l’homme et l’ingénieur dont les découvertes sur les matériaux de construction artificiels, chaux et ciments résistant à l’action de l’eau, ont permis l’essor significatif des travaux publics et de la construction.

La Société a voulu souligner, à l’aide de documents tirés de ses collections d’archives et d’imprimés, le rôle qu’elle a joué pour encourager Louis Vicat tout au long de sa carrière, en particulier les récompenses qu’elle lui a plusieurs fois décerné.

Une étude rédigée par Daniel Blouin et Gérard Emptoz, membres de la commission d’histoire, présente ce rôle et peut être consultée ici

La Société d’encouragement et l’image (années 1800-années 1920)

Daniel Blouin

Commission d’histoire de la Société d’encouragement

Pour garantir la  propriété intellectuelle de cette étude, aucune copie de ce texte, si ce n’est à titre de brève citation, et aucune copie des illustrations qu’il contient ne peut être effectuée.

L’image reproduite comme objet d’étude et comme support

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale, fondée en 1801, sous le Consulat, par un groupe de savants, de hauts fonctionnaires et d’entrepreneurs, sous la direction de son premier président, le chimiste et homme politique Jacques-Antoine Chaptal, pour promouvoir l’innovation au service du développement productif, s’est intéressée dès ses toutes premières années, aux questions d’images. Cet intérêt allait se marquer durablement, par le soutien aux différentes techniques de production, de reproduction et de transmission d’images, que ce soit la reproduction, par différents procédés, de figures sur des supports variés, dans les années 1800, la lithographie dans les années 1820, 1830 et 1840, la photographie à partir des années 1840, les premiers pas du cinéma à la fin du XIXème siècle, la reproduction à distance photoélectrique d’Edouard Belin à la veille de la Première Guerre mondiale.

Le Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, publié à partir de 1802, est le support majeur de cette politique de promotion ; on y rend compte des concours organisés par la Société pour la découverte de nouvelles techniques ou pour leur perfectionnement, des récompenses décernées à l’issue de ces concours, on y insère également des articles sur des procédés soumis à la Société et jugés suffisamment novateurs. Le bulletin contribue donc à valoriser les nouvelles techniques de reproduction d’images. A l’appui des articles, des gravures sont fréquemment insérées, d’un nombre et d’un format inusités dans les publications techniques de l’époque, la présence de reproductions faites avec les nouvelles techniques en renforce d’autant plus la valorisation.

Si l’intérêt pour les procédés graphiques peut être lié au souci de la qualité et de la signification des illustrations du bulletin, l’enjeu principalement affirmé pour la Société, et conforme à son objectif, est de permettre la production et la reproduction en série d’œuvres graphiques au moindre coût, afin d’en faciliter la plus large diffusion, et ce, dans un double but, faciliter l’accès d’œuvres de caractère artistique au plus grand nombre, tout en favorisant le développement de nouvelles activités industrielles, renforcer la valeur ajoutée de l’illustration dans les ouvrages, qu’ils soient destinés au grand public ou à un lectorat spécialisé : c’est surtout pour cette dernière raison que la Société s’est intéressée très précocement aux usages techniques des images et de leur reproduction.

Lire la suite

Les bois indigènes et la SEIN (1804-1813)

Dans la première décennie de la Société, sous le Consulat et l’Empire, un des principaux pôles de son activité est la « nationalisation » des machines, des procédés et des produits étrangers.

Cette « nationalisation » semble d’autant plus nécessaire lorsque les matières premières sont difficilement accessibles, du fait des guerres, ce qui est le cas pour la fabrication de produits alimentaires comme le sucre, ou de certains produits de luxe, comme les tissus teints. Il faut trouver des matières premières « indigènes », parfois les mettre en production, comme la betterave dans le cas du sucre, et  imaginer des processus de production qui peuvent être différents.

L’ébénisterie est dans ce cas :  la pénurie des bois exotiques oblige à trouver des substituts. Les « bois indigènes », les essences issues du sol français, et qui peuvent être employées à des fins multiples, peuvent se substituer aux bois importés, mais souvent pour des placages qui demandent un travail particulier de sciage, puis de collage, ou comme support de teintures.

La Société va s’employer, par ses concours, par ses encouragements, à stimuler l’inventivité des fabricants; elle va également fournir aux inventeurs son expertise sur les procédés et les produits nouveaux.

C’est cette activité de la Société que Daniel Blouin a étudié, en relation avec les recherches récentes sur l’utilisation de ces « bois indigènes » dans l’ébénisterie, qui seront évoquées plus loin. Ce texte a fait l’objet d’une communication au séminaire EPHE de Jean-François Belhoste, en mars 2017.

Cette communication est accessible ici

Les collections de chimie de la Société d’encouragement

Serge Benoit et Gérard Emptoz, « Les collections de chimie de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale », Revue d’histoire des sciences, tome 69-1, janvier-juin 2016, p. 137-151

La chimie a toujours joué un rôle essentiel dans les activités de la Société, et les collections d’imprimés, ouvrages et périodiques, conservés reflètent cette importance .

Dans leur article qui vient de paraître dans la revue d’Histoire des Sciences, Serge Benoit et Gérard Emptoz présentent l’organisation et le fonctionnement de la bibliothèque  à partir de la fin du XIXème siècle; ils retracent ensuite l’évolution des fonds de chimie, en soulignant l’importance qu’ils ont pu avoir dans le contexte parisien, notamment dans la période qui a précédé la Première Guerre mondiale et au cours de cette dernière. avant de conclure sur les raisons du déclin de la Société comme centre de documentation chimique durant l’Entre-deux-guerres.

 

 

Gibus et la chapellerie (années 1810 – années 1860)

Le chapeau est un accessoire indispensable de l’homme (et de la femme, mais on ne le traitera pas ici) du XIXème siècle, comme il l’était de ses devanciers, et il le restera encore durant une bonne partie du XXème siècle. Il a été aussi l’objet d’un intérêt constant de la Société d’encouragement, durant la période qui va du Premier Empire au Second. Ce ne sont évidemment pas les variations de la mode ou des pratiques vestimentaires qui la préoccupent, mais bien davantage les matériaux et les techniques de fabrication. La Société va récompenser des chapeliers jugés innovants et contribuer à la diffusion de leurs produits et de leurs procédés. Parmi les noms figure celui de Gibus, tellement célèbre alors qu’il finira par laisser son nom au chapeau sous toutes ses formes. Le soutien à l’innovation chapelière et à ses acteurs est un bon exemple de la démarche constante de la Société en faveur des produits ou des procédés liés à l’équipement domestique ou à celui des personnes. L’article en ligne veut aller toutefois au-delà de la présentation de l’activité de la Société dans ce domaine : en croisant diverses sources, il souhaite montrer comment un petit métier, artisanal à l’origine, s’est progressivement transformé en une véritable industrie, avec des mutations géographiques marquées, en relation étroite avec les progrès scientifiques et techniques, mais aussi avec une demande croissante et de plus en plus diversifiée.

La musique, un domaine de prédilection de la SEIN

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale s’est intéressée de manière durable au domaine musical et, plus généralement, au domaine du son : entre 1802 et 1940, ce ne sont pas moins de 216 communications, rapports, mémoires, qui ont été publiées dans son Bulletin sur ces thèmes, parfois de manière très développée et illustrée.

Dans une communication faite en août 2011 au Congrès de l’International Committee for the History of Technology (ICOHTEC), tenu à Glasgow, et que nous publions ici, Serge Benoit a abordé les raisons et les aspects de cet intérêt de la Société: il porte aussi bien sur les innovations en matière de facture d’instruments, que sur la démarche des physiciens pour étudier et analyser les ondes sonores.

Au cours du XIXe siècle, la musique étend ses publics, et les instruments trouvent de nouveaux utilisateurs. A côté de l’exigence de qualité –l’exigence de pureté du son -, voulue en tout premier lieu par les compositeurs et les interprètes, on voit bien comment l’exigence esthétique, mais aussi, surtout s’il s’agit d’un instrument de salon, l’exigence de formes sont importantes. Pour séduire de nouveaux publics, de nouveaux instruments, ou de nouveaux registres de jeu sont proposés. On voit dans l’article la fortune des pianos droits, mais aussi l’intérêt pour des instruments plus surprenants à nos yeux contemporains, tel le violonista, ce violon mécanique que mentionne Serge Benoit.

A côté de la demande pour une musique jouée en salle de concert, et pour une musique de salon, la demande pour un jeu plus grandiose, destiné à accompagner les cérémonies religieuses, dans les grandes églises, appelle la mise au point de nouvelles grandes orgues, capables d’un jeu plus varié. Serge Benoit le montre dans l’étude de la question des relations de la Société avec Cavaillé-Coll au milieu du XIXème siècle

Dans les préoccupations de la Société, la question du son et de son réglage, apparaît comme une question récurrente. On le voit dès la Restauration avec l’encouragement à la fabrication de cordes de qualité, cordes et chanterelles en boyau, mais aussi cordes métalliques, un point qui n’entre pas dans le cadre de cette communication. Par contre Serge Benoit, développe largement la question de la recherche, effectuée par Jules Lissajous au milieu du XIXème siècle, sur la définition du la normal, sous l’égide de la Société.

La souplesse d’exécution et le registre des instruments suscitent aussi l’intérêt de la Société : elle porte une grande attention aux mécanismes – ceux des pianos, ou ceux des orgues- et aux dispositifs – notamment les pédales – qui permettent de varier les jeux.

Serge Benoit s’attache également à montrer la dimension économique de la facture et le soutien apporté à l’organisation d’entreprises innovantes comme celle de Pleyel et Wolff.

Il évoque, enfin, dans sa communication, les hommes, les dirigeants de la Société qui se chargent de ces études : un Francoeur, un Lissajous sont des savants et des connaisseurs du domaine musical, surtout le premier qui était à la fois un éminent mathématicien et un bon violoniste.

En conclusion, cet article, comme d’autres travaux récents, souligne, au-delà du domaine musical, l’intérêt de la Société, pour toutes les questions à la fois scientifiques et techniques, qui touchent aussi le domaine de l’art ou celui de l’esthétique. Il n’est que de prendre l’exemple de la lithographie, puis de la photographie, celui des matériaux de moulage pour le décor, le vaste domaine, enfin, des produits d’imitation, destinés à l’équipement de la maison (tapis, tentures, vases,) ou simplement aux personnes (les bijoux en simili par exemple).

C’est que la SEIN, à son échelle, ne cherche pas uniquement à répondre aux attentes de spécialistes, me semble t’il. Elle inscrit son activité dans une société qui aspire de plus en plus à s’approprier les valeurs, à partager les goûts qui étaient naguère l’apanage d’élites restreintes. Favoriser les perfectionnements de la facture musicale, explorer davantage le domaine du son, c’est participer aussi à la popularisation de la musique dans cette société.

 

Daniel Blouin, commission d’histoire de la SEIN

Séminaire : histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles), année 2012-2013

Lé séminaire de l »EPHE « histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles) », animé par Jean-François Belhoste vient de reprendre ses activités.

Comme les années précédentes, ce séminaire est articulé autour de deux grands thèmes :

  • 1. Technique, science et industrie à Paris.
  • 2. Connaissance des matériaux : de la production à l’usage.

La diversité des origines et des pôles d’intérêt des participants, chercheurs, étudiants en mastère et doctorants en histoire des sciences et des techniques, en histoire de l’art, ou encore en histoire de l’architecture et de l’urbanisme, favorise le dialogue et permet de jeter un regard croisé sur les questions abordées.

Parmi les questions à l’ordre du jour cette  année, citons William le Baron Jenney, centralien et l’un des premiers réalisateurs de gratte-ciels aux Etats-Unis, en relation avec le colloque international qui lui sera consacré au mois de décembre, à l’initiative de Centrale Histoire.

La mode masculine dans la première moitié du XIXème siècle, entre représentations, création et matériaux.

La fabrication d’instruments de musique à Paris au début du XIXème siècle : les hommes, les entreprises, les innovations.

Les Jacob, fabricants de meubles à Paris.

Les banquiers parisiens dans la première moitié du XIXème siècle : les hommes, les réseaux, les activités, et l’implication dans l’industrialisation: on étudiera en particulier le cas des Périer.

L’aérostation : les acteurs, les réseaux et la recherche d’innovations. On étudiera en particulier le cas de Giffard.

 

Ce séminaire a lieu tous les mardis de 12 h à 14 h dans la salle de l’EPHE, à l’INHA, galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

 

 

Histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles)

Le séminaire de Jean-François Belhoste aborde dans sa thématique, comme dans les communications qui y sont faites, des questions qui recoupent souvent les préoccupations de la commission d’histoire.

  • La relation entre technique, science et industrie à Paris. Cette relation, qui apparaît bien dans la démarche inventive de nombreuses personnalités ingénieurs, entrepreneurs, architectes, dont le portrait est fait au fil des contributions à ce séminaire,  peut inclure parfois la participation de la société d’encouragement; ceci  nous permet de mieux délimiter les champs dl’intervention de cette dernière. Mais, au fil des histoires ainsi racontées, nous voyons comment se manifeste  la contribution des  institutions scientifiques ou des écoles supérieures  techniques comme du pouvoir politique, ainsi que leurs interactions; la compréhension du rôle de la société, de son importance comme de ses limites éventuelles  peut ainsi être éclairée par une approche transversale.
  • La connaissance des matériaux : de la production à l’usage. Les sources documentaires qui permettent de  retracer l’exploitation, la transformation et la commercialisation des matériaux, en fonction d’un contexte technique changeant, sont multiples; à côté des archives notariées, des fonds d’entreprises ou des fonds publics, on peut trouver des rapports, relations, mémoires, illustrations,   publiés dans une littérature technique dont le volume va en s’amplifiant durant le XIXème siècle. Parmi ces sources imprimées, le bulletin de la société tient une place importante et parfois unique; il est possible d’en élargir l’apport en montrant dans quelle démarche de la société, s’inscrivait la présentation de l’innovation décrite : préoccupation de fond marquée par l’organisation de concours, souci de valorisation ou coup de projecteur sur un procédé jugé méconnu. A côté de l’histoire du matériau, cela permet aussi de juger des permanences et des transformations dans les pôles d’intérêt de la société d’encouragement.
Ce séminaire est annuel, et se tient toutes les semaines à l’INHA.
Jean-François Belhoste a présenté un bilan de la partie de son séminaire consacrée à l’histoire de la culture scientifique et technique pour l’année 2009-2010, sur le site de l’EPHE