Archives de catégorie : Archives et documents

Saint-Germain-des-Prés dans les murs de l’hôtel de l’industrie : l’aventure du club Saint-Germain

Cette note est issue d’une communication faite au cours de la séance du 1er novembre 2013 du séminaire « Histoire de la culture scientifique et technique » de Jean-François Belhoste, directeur d’études à l’Ecole pratique de hautes études, à la figure de Boris Vian. Parmi les multiples facettes du personnage, celle qui se rapporte à la Société d’encouragement est sans doute l’une des plus méconnues. Elle s’est marquée dans les relations qu’il a pu avoir, en tant que centralien et ingénieur avec certains dirigeants de la Société, ainsi qu’à sa participation à certaines de ses activités ; ce point reste toutefois à creuser. Ici, l’accent sera mis sur l’autre aspect du lien entre Vian et la Société, l’aventure du club Saint-Germain.

Le discours de fondation de Gérando en 1801

Note sur le discours de fondation de Gérando du 9 brumaire de l’an X.

 Le 1er vendémiaire de l’an X (14 octobre 1801), un groupe de 14 personnes se réunissait pour promouvoir l’idée de ce qui allait devenir la société d’encouragement pour l’industrie nationale. L’intérêt rencontré par ce projet, en particulier auprès de Chaptal, alors ministre de l’intérieur, amena à la convocation d’une assemblée de fondation le 9 brumaire (1er novembre). Cette réunion, à la préfecture de la Seine, alors place Vendôme, se tint devant une centaine de personnes, parmi lesquelles, outre Chaptal « le premier magistrat de la République [et] ses deux collègues, [qui] ont voulu un instant reparaître comme de simples citoyens ». La tâche de justifier cette fondation et présenter les finalités de la nouvelle société fut confiée à Joseph de Gérando, un jeune intellectuel de 29  ans, mais qui avait déjà acquis une certains notoriété et bénéficiait de l’amitié d’un grand nombre des fondateurs, dont Chaptal.

Nous présentons ici le texte imprimé de ce discours de fondation, publié par la société  à l’occasion de son cinquantenaire, en 1851 : bien qu’empreint d’une rhétorique assez fréquente à l’époque ; il n’en est pas moins d’un grand intérêt, car il précise clairement les enjeux de la création de la société dans le contexte de l’époque.

On peut trouver ici l’étude de ce document