Archives de catégorie : Études

Albert Caquot, un acteur essentiel du développement de la société d’encouragement à la fin des années 40 et au début des années 50

 

La Société d’encouragement, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, doit trouver un nouveau souffle; elle y parviendra grâce à une équipe de dirigeants de grande qualité, parmi lesquels l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Albert Caquot (1881 – 1976). 

Si la carrière d’ingénieur et de haut-fonctionnaire technique d’Albert  Caquot est aujourd’hui bien connue, son rôle de dirigeant de la Société l’est moins. Nous voudrions aujourd’hui le mettre en valeur dans cet article.

Quatre sources de l’histoire de la Société d’encouragement

Parmi les sources relatives à l’histoire de la Société d’encouragement, il semble important d’attirer l’attention des chercheurs sur quatre documents imprimés qui ont été publiés par la Société afin de se présenter et/ou de commémorer son histoire et son activité. Ces imprimés peuvent d’abord leur permettre de comprendre ce que les dirigeants voulaient mettre en évidence, dans des contextes évidemment différents ;  ils fournissent également  des informations sur ses activités, notamment des listes de concours et de récompenses qui peuvent nourrir des bases de données.

La notice de 1818

Le premier de ces documents est une brochure publiée en 1818 par l’agent général de la Société, Etienne Guillard-Sénainville, Notice sur les travaux de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, Paris, Huzard, 1818. Cette brochure, rédigée à la demande des dirigeants, a pour but de présenter, quelques années après le changement de régime, l’activité passée et actuelle de la Société.

Sa publication est à mettre en parallèle avec celle de deux autres ouvrages du secrétaire -adjoint de la Société, Claude-Anthelme Costaz, ancien chef du bureau des Manufactures au Ministère de l’Intérieur durant le Consulat et l’Empire : le premier intitulé : Mémoire sur les moyens qui ont amené le grand développement de l’industrie française depuis vingt ans, Didot, 1816, et le second, publié en même temps que la notice, intitulé : Essai sur l’administration de l’agriculture, du commerce, des manufactures et des subsistances, Huzard, 1818 . Dans ces deux ouvrages Claude-Anthelme Costaz entend défendre les acquis de la Révolution que sont le libéralisme économique et la propriété industrielle, et le rôle du Ministère de l’Intérieur comme instrument, en particulier par son activité réglementaire, d’une politique économique d’état, tous éléments dont il estime qu’ils sont indispensables au développement de l’économie  française. La notice souligne, quant à elle, en contrepoint, que l’activité de la Société s’est inscrite dans ces acquis et dans ce dispositif, mais d’une manière plus globale, dans une logique de nationalisation des procédés techniques étrangers et de promotion des techniques nationales, dont les origines sont bien plus anciennes et que le nouveau régime ne peut que soutenir.  Ces trois ouvrages précèdent la parution, en 1819, de celui du président de la Société et ancien ministre de l’Intérieur, Jean-Antoine Chaptal, De l’industrie française, 2 tomes, Renouard, 1819, qui reprend et développe l’argumentaire de ses deux collaborateurs dans ce qui se veut être un bilan approfondi du développement de l’économie française dans les décennies écoulées. 

Si les deux ouvrages de Costaz ont été numérisés et sont disponibles en ligne, le premier sur Google Books et le second sur Gallica, ainsi que celui de Chaptal, celui de Guillard-Sénainville ne l’est pas, à notre connaissance, et nous avons décidé de le mettre en ligne

La notice de 1850

Le second de ces documents a été publié en 1850  par la Société, à la veille de son cinquantenaire. Il s’agit d’une longue notice, rédigée par un membre du comité des arts mécaniques de la Société , Théodore Olivier, professeur au Conservatoire et proche, de longue date, du président Jean-Baptiste Dumas, avec qui il a participé à la fondation de l’Ecole centrale. Sous le titre Histoire de la fondation de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale ou Recueil des procès-verbaux des séances de cette société, Huzard, 1850. Il s’agit cette fois de mettre en évidence les origines de la Société, à travers une recherche dans les archives, notamment les premiers procès-verbaux du conseil d’administration, que la notice reproduit in extenso. L’accent est mis sur les fondateurs, dont la liste est publiée. Vient ensuite une seconde partie, qui récapitule les donations et les fondations destinées à distribuer des récompenses, notamment les plus importantes, les grands prix ; l’ouvrage énumère enfin, dans différents domaines, les récompenses décernées par la Société depuis sa création.

Cet ouvrage n’a donc pas les mêmes visées que le précédent : il s’agit ici, non seulement de souligner l’importance de son activité depuis 18001, mais également de rappeler le contexte de la création, la période consulaire, et de valoriser les personnalités éminentes de la politique, de la science, de la technique et du monde de l’entreprise, au premier rang desquels Chaptal, qui ont contribué à cette création. Cette publication reflète également les ambitions de Dumas d’apparaître, dans le contexte de ce milieu du siècle, comme ce que Chaptal avait pu être  pour la science de ses premières décennies : celui qui exerce le magistère sur ses confrères, et celui qui a l’oreille du pouvoir. La publication tisse également un lien entre la fondation de la Société, et ce qui peut être considéré comme une nouvelle ère, marquée par son nouvel hôtel de l’industrie qui sera inauguré quelques mois plus tard, et par des changements d’orientation  dans les formes de son activité, justifiées par sa nécessaire adaptation aux temps présents.

Cette publication, faite en cahier tiré à part, mais relié dans certaines collections du Bulletin de la Société, n’est pas toujours aisée à trouver. Nous la mettons également en ligne 

Les articles du bulletin de 1923

Le troisième document  est formé par un ensemble d’articles publié dans le bulletin de 1923, à l’occasion de la commémoration organisée par la Société pour le centenaire de l’ordonnance royale approuvant ses statuts,  approbation équivalent à une déclaration d’utilité publique, et qui, en lui conférant une personnalité morale, allait lui permettre, toute première association civile non caritative dans ce cas, de recevoir des donations et des legs. Cette commémoration  anticipée par rapport à la date réelle de l’ordonnance – 1824 – entend également marquer la réforme des statuts qui venait d’être faite, pour moderniser le fonctionnement de la Société; elle veut surtout souligner, mais aussi, de manière plus large, la place éminente d’une Société, alors à son apogée en nombre de membres et en termes de ressources, dans la période de l’immédiat après-guerre, dans le paysage des sociétés savantes à vocation scientifique et technique, en France et à l’étranger ainsi que le rôle d’experte qu’elle a joué auprès des pouvoirs publics, durant le conflit et dans la période de la Reconstruction. Pour bien souligner l’importance de cette commémoration, à côté des nombreuses délégations présentes la Société accueille en grande pompe d’importantes personnalités, dont le président de la République, Alexandre Millerand, ingénieur de formation, qui est un de ses membres.

Les articles parus dans le Bulletin montrent que cette commémoration est marquée par l’évocation du passé et des principales activités que la Société a eues : il publie notamment, comme en parallèle de la publication de 1850, une liste des récompenses qu’elle a décernées  depuis cette date. Mais cette dimension rétrospective est éclipsée par le nombre et l’étendue des articles relatant les diverses manifestations et visites qui marquent ces journées, au cours desquelles la Société présente à ses invités des réalisations jugées représentatives de la technique française contemporaine, laboratoires de recherche, aérodrome du Bourget, station radio-électrique de Sainte-Assise, etc…On trouve également d’importants développements sur la question des réparations, l’accent étant mis sur les destructions dans les régions occupées durant le conflit.

Ce bulletin est consultable en ligne sur le site du Conservatoire numérique.

L’ouvrage du cent cinquantenaire

La Société, qui n’avait pas commémoré son centenaire en 1901, peut-être du fait de la proximité de l’exposition universelle à laquelle elle avait participé et au cours de laquelle ses membres avaient joué un rôle souvent important dans les multiples congrès organisés à cette occasion, va décider, à l’automne 1951, de commémorer son cent cinquantenaire, en présence de délégations de nombreuses institutions scientifiques, et de personnalités politiques comme le ministre Claudius Petit. L’organisation se fait sur le modèle de celle de 1923, sous la forme d’une suite de journées, au cours desquelles sont organisées des conférences.  Par la suite, l’ensemble des discours et des conférences prononcées pour l’occasion vont être réunis dans un petit volume édité par la Société, sous le titre de Le cent cinquantième anniversaire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale et les problèmes actuels de l’économie française 1801 – 1951, Paris, la Société, 1952.

Dans cet ouvrage, la dimension rétrospective est développée dans une large première partie sous le titre « Le rôle historique de la Société d’encouragement », confiée à l’un des dirigeants, Louis Ragey, directeur du CNAM, qui n’est pourtant pas un spécialiste de l’histoire des institutions savantes ni de l’histoire des techniques. Après avoir retracé la période de fondation, vraisemblablement à partir du travail d’Olivier, il fait une rétrospective des activités marquantes de la Société jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Les questions contemporaines sont abordées dans les deux autres parties : dans celle intitulée « La Science dans l’industrie », on trouve des rapports de visites organisées à l’occasion de la commémoration, par exemple aux laboratoires de recherche et d’essais de l’IRSID à Saint-Germain-en-Laye et d’hydraulique de Chatou, aux usines Peugeot de Sochaux et au futur barrage de Donzère, ainsi que des conférences traitant des techniques nouvelles dans différents domaines, transports terrestres, aviation, télécommunications. Dans la partie intitulée « Les problèmes économiques actuels », la forme adoptée est celle de rapports : après une présentation de la situation des principales branches industrielles, sont abordées des questions plus générales telles que la reconstruction, les financements, les charges salariales, les matières premières, la concurrence internationale. L’agriculture et le domaine colonial sont examinés à part.

Certaines des conférences sont l’oeuvre de personnalités éminentes de l’époque, ce qui illustre le rayonnement que la Société entend donner à sa commémoration : on peut mentionner Louis de Broglie et Edouard Belin sur les télécommunications,  René Barthélemy sur la télévision, de Maurice Ponte sur le radar ou de Louis Armand sur la SNCF, pour la première partie. Les rapports de la seconde partie sont également faits par des responsables de premier plan : ainsi René Duchemin  pour les colonies françaises, les présidents des grands syndicats de branches industrielles (métallurgie, constructions mécaniques, chimie..). Il semble que le rapport de synthèse sur la situation et les problèmes économiques du pays soit fait par le président de la Société  à l’époque, l’ingénieur et  constructeur Albert Caquot.

Ces questions, qui n’avaient que peu été abordées dans la commémoration de 1923, sont ici largement développées et marquent bien le contexte dans lequel se fait cette commémoration : celui des espoirs, mais aussi des difficultés de la Seconde Reconstruction, ainsi que les rapports entre les milieux patronaux, dont la Société est de plus en plus proche, et l’Etat, devenu un acteur incontournable de l’économie. Cette proximité est soulignée dans la synthèse sur l’économie française, où les doléances patronales sont largement mises en avant, ainsi que l’hostilité au libre-échange et, en filigrane, à l’amorce d’une entente économique entre pays européens de l’ouest.

Cet ouvrage, difficile à trouver, a été numérisé par les soins de la commission d’histoire : il est disponible en ligne

Les collections imprimées de la bibliothèque de la société d’encouragement

 

Alors que le long travail de classement et d’inventaire des collections imprimées qui forment la bibliothèque de la Société d’encouragement est en voie d’achèvement, et que le classement de ce fonds patrimonial, à côté des archives de la Société, en souligne l’intérêt pour le chercheur, il a semblé nécessaire à la commission d’histoire de le présenter brièvement, tel qu’il se présente actuellement. Pour l’histoire de la constitution de ce fonds, le lecteur peut se reporter à l’article publié dans ce blog par Daniel Blouin et Gérard Emptoz : « Constitution, usages et valorisation des collections de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, (Années 1800-Années 2000) un projet fondateur, une mise en œuvre tardive, une sauvegarde récente »,  en septembre 2019 : http://histoiresein.hypotheses.org/686 

La composition et l’organisation du fonds imprimé de bibliothèque

En février 2021, le fonds de bibliothèque de la SEIN est riche de 35 751 imprimés. Cet ensemble se décompose en 17.419 volumes et 1.182 titres français et étrangers de périodiques, à quoi on ajoutera 81 « Recueils factices », des brochures et des pièces isolées contenues dans 157 cartons, ainsi que des catalogues commerciaux groupés dans 31 cartons.

L’Hôtel de l’industrie, installé depuis 1851 à l’adresse actuelle, a connu de nombreux réaménagements, ce qui fait que les collections se trouvent dans plusieurs emplacements. La salle principale est celle de la bibliothèque historique, créée en 1890 sur deux niveaux, la salle inférieure destinée aux ouvrages, la galerie supérieure ou mezzanine destinée aux périodiques.  Le reste des collections est réparti dans d’autres salles, soit prévues d’origine pour abriter des volumes, comme la salle Montgolfier et celle des Trois consuls, soit affectées à cet usage en raison des vicissitudes des réaménagements de l’Hôtel : on compte au total onze emplacements différents.

Qu’il s’agisse de monographies, sous forme d’ouvrages, de brochures ou de périodiques, c’est une bibliothèque de sciences, de techniques et d’industries, qui correspond aux activités historiques de la SEIN. Les collections ont été constituées au fil du temps par des acquisitions, des dons et des échanges avec des sociétés savantes dans le monde entier.

La période couverte par la majorité des collections s’étend du début du XIXe jusqu’à la seconde Guerre mondiale. Cet ensemble patrimonial, dont l’histoire a pu être reconstituée récemment par la Commission d’histoire, reste accessible à toute demande extérieure de consultation.

 

Ses ouvrages

La plupart des disciplines techniques sont représentées dans cet ensemble de 17.419 volumes : on peut citer par ordre d’importance décroissante : agriculture et agroalimentaire, mines et métallurgie, génie civil et transports, chimie industrielle, machines et mécanique, économie sociale, enseignement, économie, sciences pures, etc … 

Il convient d’ajouter à cet inventaire le remarquable fonds donné en 1834 par l’un des fondateurs et vice-président de la Société, l’érudit et philanthrope Charles Philibert de Lasteyrie : il est riche de 809 ouvrages anciens allant de la fin du xvie jusqu’au début du xixe siècle, en plusieurs langues, un fonds principalement riche en ouvrages d’agronomie. 

De nombreux dons d’autres dirigeants et de sociétaires, souvent ingénieurs des Grands Corps de l’État ont aussi étoffé les collections dans beaucoup de domaines.

Certains ouvrages de la bibliothèque présentent une iconographie très riche. On trouve à côté de gravures parfois superbes contenues dans certains d’entre eux, des atlas de grande dimension, dans les domaines de la mécanique, du génie civil ou parfois dans des domaines scientifiques comme l’astronomie.

Une part conséquente de ces ouvrages (plus de 50%) date de la période 1881-1939, période où la Société s’est impliquée dans la valorisation de la science industrielle, dans le cadre de la seconde industrialisation, et où elle a joué un rôle significatif, grâce à une bibliothèque pleinement fonctionnelle, dans la production de bibliographies spécialisées. On note cependant, à côté du fonds Lasteyrie déjà mentionné, un nombre significatif d’ouvrages (près de 10% du fonds) remontant aux premières décennies de l’histoire de la Société :  ce sont notamment des traités fondamentaux de chimie industrielle ou de mécanique, alors que la Société entendait, par la promotion de la technologie, s’impliquer pleinement dans le soutien à la première industrialisation.

Ses périodiques 

Le fonds de périodiques, fort de 1.182 titres, compte un total de 11.337 volumes. Si les deux-tiers environ des titres sont en français, une des spécificités de cet ensemble est la forte présence de publications scientifiques et techniques notamment britanniques et allemandes, mais aussi américaines ou italiennes, majeures dans leur domaine. Cette importance est sensible dès le début du xixe siècle

Le fonds offre également une grande diversité de thèmes : on rencontre des publications plus généralistes comme celles de la Smithsonian Institution de Washington, à côté de grandes séries comme les Annales des Mines ou le Génie civil. Si le fonds conserve des périodiques purement scientifiques, souvent de chimie, de physique mais aussi de géologie, il est constitué, pour la plus grande part, par des périodiques techniques, dont le nombre de titres et la diversité vont en augmentant, surtout à partir des années 1890, pour les raisons évoquées plus haut de production de bibliographies spécialisées. Ces titres couvrent principalement le domaine de la chimie appliquée, ceux de la sidérurgie et d’autres domaines des techniques du feu comme la céramique et la verrerie, les domaines de la mécanique et du génie civil, les domaines de la seconde industrialisation, telles l’électricité, l’automobile et l’aéronautique, et enfin le domaine de l’agriculture.

Quant au Bulletin de la SEIN, paru entre 1801 et 1943, plusieurs collections en sont conservées, dont une complète préservée sur place et enregistrée à la BNF. 0n compte aussi une collection quasi-complète de la revue L’industrie nationale parue entre 1948 et 2003 à la suite du Bulletin.

La collection du bulletin a aussi été entièrement numérisée et est accessible sur le site du CNUM. Les lecteurs désirant faire des reproductions numériques de qualité sur les planches originales peuvent néanmoins accéder aisément aux volumes, de même qu’est possible la consultation des exemplaires rares des trois premières années, dont les collections extérieures ne conservent que des rééditions. La majeure partie de la collection de l’Industrie nationale est également numérisée et n’est consultable que sur place.

Ses collections des brochures et de tirés à part

Ces collections sont un des éléments les plus originaux de la bibliothèque : elles ont composées de brochures biographiques concernant souvent des dirigeants de la Société, mais surtout par la documentation envoyée, dès les premières années de la Société, par les inventeurs qui désiraient obtenir son appréciation sur les sujets les plus divers, machines, constructions, outillages, procédés. Ces documents de la première moitié du XIXe siècle forment un ensemble de 81 « Recueils factices » représentant 1523 pièces. Il convient d’ajouter à ce premier ensemble 4695 brochures, tirés à part, notices diverses, envoyées à la Société à partir de la seconde moitié du xixe siècle et placées dans 157 cartons. On trouve enfin 767 catalogues commerciaux de la même période placés dans 31 cartons.

Une bibliothèque d’intérêt majeur pour l’historien des sciences et des techniques

Le rapprochement, initié en 2017 et encore en cours, de l’ensemble des collections de la SEIN bibliothèque avec le SUDOC, fait d’ores-et-déjà apparaître que 4234 ouvrages ne se trouvaient qu’à la SEIN par rapport à toutes les bibliothèques du SUDOC et que 40 périodiques représentant 224 volumes ne se trouvaient également qu’à la SEIN.

Il convient d’ajouter que la bibliothèque de la SEIN permet aux chercheurs parisiens la consultation sur demande d’ouvrages, certes présents dans la base du SUDOC, mais qui ne sont accessibles que dans des bibliothèques de province.

On soulignera également que les lecteurs sont accompagnés par la Commission d’histoire dans leurs recherches dans la bibliothèque de la SEIN. L’accès aux ouvrages, même anciens se fait directement, sans les délais souvent demandés dans d’autres bibliothèques dont les fonds anciens peuvent être dans des réserves parfois éloignées.

En tout état de cause, les fonds contiennent des ouvrages d’une grande importance pour l’historien des sciences, des techniques et des entreprises, que ce soient les ouvrages d’agronomie anciens de la collection Lasteyrie, les ouvrages de chimie appliquée des premières décennies du xixe siècle, les atlas présentant de grandes réalisations de génie civil ou les ouvrages traitant des questions d’organisation et de normalisation.

Par ailleurs les collections de brochures, notices, pièces, catalogues comprennent des pièces parfois uniques, ou souvent difficiles à trouver dans les autres bibliothèques ; elles fournissent aux chercheurs des informations souvent très détaillées, accompagnées parfois d’une intéressante iconographie.

Les périodiques les plus anciens, français et étrangers, notamment allemands et anglais, constituent une source précieuse et riche en iconographies, sur les débuts de la première industrialisation en Europe. Les grandes collections de périodiques techniques étrangers de la fin du xixe siècle et des premières décennies du xxe siècle, telles les revues métallurgiques anglaises ou américaines et les revues chimiques allemandes, dont la Société se plaisait déjà à souligner l’importance, représentent une autre source essentielle d’information pour les recherches.

Un fonds dont l’inventaire est en voie d’achèvement

L’inventaire des collections, informatisé, est formé de deux bases de données Access, l’une consacrée aux monographies, l’autre aux publications en série ou périodiques.

Cet inventaire est actuellement pratiquement achevé.

Afin de compléter les manques dans des bases de données et les normaliser, la SEIN a fait intervenir en 2019 une société d’ingénierie documentaire, la société GRAHAL. Ce travail complémentaire a notamment permis d’ajouter 462 monographies et 5547 volumes de périodiques additionnels. Ces ajouts sont actuellement en cours de vérification pour intégration dans les deux bases Access existantes.

 

Daniel Blouin, Gérard Emptoz, Jean-Pierre Soleilhavoup

Février 2021

 

Charles-Philibert de Lasteyrie (1759-1849)

Je voudrais, dans cette note, évoquer un des principaux dirigeants de la Société d’encouragement dans ses premières décennies, Charles-Philibert de Lasteyrie, et l’activité qu’il a déployée, dans et hors de la Société. La plupart des matériaux qui ont été employés pour rédiger ce texte avaient été rassemblés à partir de la fin des années 1990, dans le cadre d’une collaboration avec Aymard de Lasteyrie, descendant de Charles-Philibert ; il souhaitait écrire une biographie de son ancêtre : en plus des archives qu’il avait conservées, notamment des correspondances, il avait accumulé un ensemble graphique considérable, essentiellement des productions lithographiques ; il s’était rapproché de la commission d’histoire pour que nous tirions des archives de la Société, les matériaux nécessaires à la compréhension du rôle que son ancêtre avait pu y jouer. Des circonstances professionnelles m’avaient fait reporter ce projet ; lorsqu’il m’a enfin été possible de m’y intéresser de nouveau, à la fin des années 2000, la disparition brutale de M. de Lasteyrie l’a laissé inabouti. C’est donc un devoir de mémoire qui m’a conduit à reprendre ces notes et à en faire une synthèse. J’espère qu’elle jettera un éclairage sur une personnalité attachante mais mal connue, un homme des Lumières marqué par une immense curiosité, une croyance indéfectible dans le progrès technique et dans les capacités créatrices de l’homme, qui ne devaient pas, selon lui, mettre de côté l’utilité sociale, mais qui devaient être à son service, comme l’ultime finalité.

Voir la biographie

Autour du 22 mars 1895

A l’occasion du colloque « Les ingénieurs font le cinéma », organisé les 17 et 18 octobre 2019 par l’association Centrale histoire et la fondation Pathé, autour du centralien de l’année Jacques Marette, qui s’est tenu  à la fondation Pathé et à la Société d’encouragement, Daniel Blouin, au nom de la commission d’histoire de la Société, a présenté une nouvelle lecture de la soirée du 22 mars 1895, vue sous l’angle de la Société

Lire ici

La Société d’encouragement et les Centraliens : Une relation etroite (années 1830 – années 1840)

Le 30 novembre 2017, la Société d’encouragement accueillait l’Association des centraliens, pour la journée d’études annuelle consacrée au « centralien de l’année »; cette journée était organisée par la section Centrale-histoire de l’Association. Son maître d’oeuvre en était Jean-François Belhoste, centralien, directeur d’études à l’Ecole pratique  des Hautes Etudes, et membre de la commission d’histoire de la Société.

Cette journée était consacrée à l’ingénieur et constructeur de chemins de fer Philippe Vitali, dont la carrière, dans la seconde moitié du XIXème siècle, s’est étendue au monde entier.  Elle a été l’occasion pour la commission d’histoire de rappeler les liens entre la Société d’encouragement et l’Ecole centrale, en particulier dans les années 1830 – 1840 : la communauté de dirigeants, la contribution au recrutement d’élèves jugés méritants, et au financement de leurs études, assorti d’un suivi de leur scolarité, et enfin, le rôle que la Société a joué, dans les premiers temps des chemins de fer, par l’intermédiaire de son bulletin comme source d’information, et comme pôle de ralliement des premiers ingénieurs ferroviaires.

Cliquez ici pour accéder à l’article

 

Les usines de constructions mécaniques de la goutte d’or (années 1820-années 1850)

Dans le cadre du séminaire de Jean-François Belhoste « Connaissance des matériaux : de la production à l’usage » où une session a été consacrée aux activités du quartier de la Goutte d’Or sur la longue durée, du XVIIème au XIXème siècle, une présentation a été faite des usines de constructions mécaniques qui se sont installées au nord de la butte de la Goutte d’Or à la fin des années 1830 et qui seront actives jusqu’au début des années 1860, dans le cadre d’un lotissement de cette zone.

Le texte de cette communication est donné ici sous la forme d’une note de recherche, susceptible d’être complétée ou modifiée par la suite.

Lire le texte

Saint-Germain-des-Prés dans les murs de l’hôtel de l’industrie : l’aventure du club Saint-Germain

Cette note est issue d’une communication faite au cours de la séance du 1er novembre 2013 du séminaire « Histoire de la culture scientifique et technique » de Jean-François Belhoste, directeur d’études à l’Ecole pratique de hautes études, à la figure de Boris Vian. Parmi les multiples facettes du personnage, celle qui se rapporte à la Société d’encouragement est sans doute l’une des plus méconnues. Elle s’est marquée dans les relations qu’il a pu avoir, en tant que centralien et ingénieur avec certains dirigeants de la Société, ainsi qu’à sa participation à certaines de ses activités ; ce point reste toutefois à creuser. Ici, l’accent sera mis sur l’autre aspect du lien entre Vian et la Société, l’aventure du club Saint-Germain.

La Société d’encouragement et Louis Vicat

Dans le cadre des journées du Patrimoine 2017, et de la découverte de son hôtel aux visiteurs, la Société d’encouragement a organisé, en partenariat avec la Société Vicat, et la fondation Louis Vicat qu’elle vient de créer, une exposition consacrée à Louis Vicat, l’homme et l’ingénieur dont les découvertes sur les matériaux de construction artificiels, chaux et ciments résistant à l’action de l’eau, ont permis l’essor significatif des travaux publics et de la construction.

La Société a voulu souligner, à l’aide de documents tirés de ses collections d’archives et d’imprimés, le rôle qu’elle a joué pour encourager Louis Vicat tout au long de sa carrière, en particulier les récompenses qu’elle lui a plusieurs fois décerné.

Une étude rédigée par Daniel Blouin et Gérard Emptoz, membres de la commission d’histoire, présente ce rôle et peut être consultée ici

La Société d’encouragement et l’image (années 1800-années 1920)

Daniel Blouin

Commission d’histoire de la Société d’encouragement

Pour garantir la  propriété intellectuelle de cette étude, aucune copie de ce texte, si ce n’est à titre de brève citation, et aucune copie des illustrations qu’il contient ne peut être effectuée.

L’image reproduite comme objet d’étude et comme support

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale, fondée en 1801, sous le Consulat, par un groupe de savants, de hauts fonctionnaires et d’entrepreneurs, sous la direction de son premier président, le chimiste et homme politique Jacques-Antoine Chaptal, pour promouvoir l’innovation au service du développement productif, s’est intéressée dès ses toutes premières années, aux questions d’images. Cet intérêt allait se marquer durablement, par le soutien aux différentes techniques de production, de reproduction et de transmission d’images, que ce soit la reproduction, par différents procédés, de figures sur des supports variés, dans les années 1800, la lithographie dans les années 1820, 1830 et 1840, la photographie à partir des années 1840, les premiers pas du cinéma à la fin du XIXème siècle, la reproduction à distance photoélectrique d’Edouard Belin à la veille de la Première Guerre mondiale.

Le Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, publié à partir de 1802, est le support majeur de cette politique de promotion ; on y rend compte des concours organisés par la Société pour la découverte de nouvelles techniques ou pour leur perfectionnement, des récompenses décernées à l’issue de ces concours, on y insère également des articles sur des procédés soumis à la Société et jugés suffisamment novateurs. Le bulletin contribue donc à valoriser les nouvelles techniques de reproduction d’images. A l’appui des articles, des gravures sont fréquemment insérées, d’un nombre et d’un format inusités dans les publications techniques de l’époque, la présence de reproductions faites avec les nouvelles techniques en renforce d’autant plus la valorisation.

Si l’intérêt pour les procédés graphiques peut être lié au souci de la qualité et de la signification des illustrations du bulletin, l’enjeu principalement affirmé pour la Société, et conforme à son objectif, est de permettre la production et la reproduction en série d’œuvres graphiques au moindre coût, afin d’en faciliter la plus large diffusion, et ce, dans un double but, faciliter l’accès d’œuvres de caractère artistique au plus grand nombre, tout en favorisant le développement de nouvelles activités industrielles, renforcer la valeur ajoutée de l’illustration dans les ouvrages, qu’ils soient destinés au grand public ou à un lectorat spécialisé : c’est surtout pour cette dernière raison que la Société s’est intéressée très précocement aux usages techniques des images et de leur reproduction.

Lire la suite

Les bois indigènes et la SEIN (1804-1813)

Dans la première décennie de la Société, sous le Consulat et l’Empire, un des principaux pôles de son activité est la « nationalisation » des machines, des procédés et des produits étrangers.

Cette « nationalisation » semble d’autant plus nécessaire lorsque les matières premières sont difficilement accessibles, du fait des guerres, ce qui est le cas pour la fabrication de produits alimentaires comme le sucre, ou de certains produits de luxe, comme les tissus teints. Il faut trouver des matières premières « indigènes », parfois les mettre en production, comme la betterave dans le cas du sucre, et  imaginer des processus de production qui peuvent être différents.

L’ébénisterie est dans ce cas :  la pénurie des bois exotiques oblige à trouver des substituts. Les « bois indigènes », les essences issues du sol français, et qui peuvent être employées à des fins multiples, peuvent se substituer aux bois importés, mais souvent pour des placages qui demandent un travail particulier de sciage, puis de collage, ou comme support de teintures.

La Société va s’employer, par ses concours, par ses encouragements, à stimuler l’inventivité des fabricants; elle va également fournir aux inventeurs son expertise sur les procédés et les produits nouveaux.

C’est cette activité de la Société que Daniel Blouin a étudié, en relation avec les recherches récentes sur l’utilisation de ces « bois indigènes » dans l’ébénisterie, qui seront évoquées plus loin. Ce texte a fait l’objet d’une communication au séminaire EPHE de Jean-François Belhoste, en mars 2017.

Cette communication est accessible ici

Les symboles gravés de la Societé d’encouragement


Pour se donner une identité, la Société d’encouragement a cherché dès ses premières années à se doter de symboles, qui allaient figurer sur les médailles qu’elle décernait aux personnes qu’elle souhaitait récompenser, ou comme en-têtes sur ses actes officiels et sa correspondance.

L’étude de cette symbolique permet de comprendre ce que la Société entendait donner comme image d’elle-même, et d’en montrer les évolutions. Elle permet également d’apprécier la qualité de certaines des gravures , preuve que les relations entre la Société et les milieux artistiques ont toujours été étroites.

Pour accéder à l’article

 

Aux sources de l’invention : la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (années 1800 – années 1930)

Présenter la Société d’encouragement et son patrimoine

Ce texte est issu des communications faites  au séminaire d’initiation à l’histoire des techniques de Liliane Hilaire-Perez et Marie Thébaud-Sorger. EHESS-Centre Alexandre Koyré, sur les Archives de l’invention.

L’intention première de cet article était donc de présenter les fonds patrimoniaux de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (la SEIN), et de souligner leur intérêt comme archive pour l’histoire de l’invention. Mais il m’est très rapidement apparu nécessaire de faire découvrir le lieu et la matrice de cette archive : la SEIN,  les circonstances et les raisons de sa création, ses grandes orientations, doivent être évoquées; de même est-il nécessaire de parler de ce qui est au cœur de son action : l’Encouragement et les formes qu’il a pu prendre.

S’il est indispensable en effet, à mon sens, de réaffirmer, auprès des chercheurs et futurs chercheurs, comme des dirigeants présents et futurs de la Société, et aussi du public, l’importance de ces fonds patrimoniaux, dont le maintien pérenne dans les lieux où ils ont été constitués, et dont ils font partie intégrante, comme la bibliothèque, doit demeurer garanti, il n’en n’est pas moins important de les mettre en perspective historique : il n’existe pas en effet, à l’heure présente, d’histoire générale de la Société, seulement des études thématiques et/ou orientées sur des périodes spécifiques que les notes de ce texte, ainsi que la bibliographie détaillée que le lecteur trouvera à la fin, présentent, pour les plus significatives d’entre elles.

Suite du texte

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale et les frères Lumière, au tournant des XIXème et XXème siècles : une question d’images

Une manifestation tenue à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale a permis de commémorer, le 22 mars 2015, les cent-vingt-ans de la toute première projection du cinématographe Lumière. Pour préparer cet événement, la commission d’histoire de la Société a cherché à comprendre les circonstances de cette projection et son importance dans la démarche des frères Lumière, comme dans les projets de la Société.

En s’appuyant sur une brève intervention de Daniel Blouin en introduction du colloque « l’Imaginaire des techniques », tenu à l’hôtel de la Société en novembre 2013[1], un texte plus développé a été présenté par Gérard Emptoz à l’occasion de la commémoration de 2015.

La commission d’histoire a souhaité approfondir la question par de nouvelles recherches : une version revue et complétée a fait l’objet d’une nouvelle communication de Daniel Blouin, le 19 janvier 2016, au séminaire de Jean-François Belhoste « Histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles) », à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, dans le cadre du cycle consacré aux premiers temps du cinéma, dans ses dimensions technique, économique et de spectacle. Cette version a été récemment revue; nous la mettons en ligne sur le carnet de recherches de la commission d’histoire

[1] Colloque Imaginaire des Techniques, 14 et 15 novembre 2013, organisé par Anne-Françoise Garçon, publication en cours.

Constitution, usages et valorisation des collections de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (années 1800-années 2000) Un projet fondateur, une mise en oeuvre tardive, une sauvegarde récente

 

L’histoire de la bibliothèque de la Société d’encouragement est complexe : forme d’action jugée majeure par les fondateurs de la Société, la mise à disposition d’une documentation, ouvrages, périodiques, textes manuscrits, documents iconographiques, fut sans doute, de tous leurs projets, celui réalisé le plus tard, puisque près de quatre-vingt-dix ans s’écoulèrent avant l’ouverture effective d’une bibliothèque, et le moins durable, puisque cette bibliothèque ne fonctionna qu’une quarantaine d’années.

Une première approche de cette histoire avait été présentée en novembre 2015. Des recherches menées par la suite ont permis de mieux comprendre la place qu’avait tenu la bibliothèque et ses collections dans les projets et les activités de la Société, et d’élaborer un phasage de son histoire; ces travaux ont été présentés, à l’occasion d’un colloque « Penser/Classer les collections techniques » organisé par la Société des Arts de Genève en novembre 2016. 

Ces recherches ont été élargies et approfondies pour une meilleure compréhension de ces différentes phases, comme des permanences dans la manière de voir ses collections, pour la Société. 

Une présentation des résultats de cette nouvelle étape a été faite en février 2019, au séminaire EHESS de Madame Liliane Hilaire-Perez, « L’expérience des techniques : collections, reconstitutions, savoirs et savoir-faire ». 

Pour lire l’article