Archives de catégorie : Études

André-Marie Ampère à la Société d’encouragement

(1808-1824)

André-Marie Ampère est présent à la Société d’encouragement durant une période de 16 ans, de 1808 à 1824.

Il ne figure donc pas parmi les fondateurs ou les premiers membres. Il est en effet encore à Lyon, dont il part en décembre 1804, au moment de la fondation de la Société. Il ne figure pas non plus sur la liste des souscripteurs lyonnais de la Société de l’an XI, qui regroupe pourtant un grand nombre de membres de l’élite économique, sociale et culturelle de la ville.

Cependant des liens l’unissent plus ou moins directement avec certains des fondateurs de la Société. Ils peuvent être, sinon la raison centrale, du moins une des causes de sa présence dans les cercles dirigeants de l’institution à partir du début de 1808.

C’est dans sa ville natale, où il est un des principaux animateurs du cercle théologico-philosophique qui se constitue au tournant du xixe siècle autour du libraire Ballanche et où il préside la Société chrétienne, groupe de laïcs qui s’efforce d’approfondir les racines de la foi, qu’il va se lier d’amitié avec deux autres jeunes lyonnais qui vont avoir un rôle majeur dans la création de la Société d’encouragement, en premier lieu Camille Jordan, ancien membre du conseil des 500, “fructidorisé” mais qui a pu revenir à Lyon, mais aussi le camarade de collège et ami de ce dernier, Joseph Degérando, qui rend périodiquement visite à sa famille et à ses proches. Ce dernier, membre du bureau consultatif des arts et manufactures du ministère de l’Intérieur, va en effet élaborer, au printemps et à l’été de 1801, au fil de multiples discussions avec Camille Jordan, qui est alors à Paris, le projet de la Société ; il en rédige le programme et en devient le secrétaire.

Lorsque Ampère monte à la capitale, à la fin de 1804, sur la recommandation de Delambre et qu’il est patronné par Lagrange pour obtenir un poste à Polytechnique, il va se lier plus étroitement avec Degérando, qui est à l’époque secrétaire général du ministère de l’Intérieur. Ce rapprochement peut être favorisé par un vécu social et politique similaire : tous les deux sont originaires de familles appartenant aux élites sociales et culturelles lyonnaises—le père d’Ampère, noble, était négociant en soie et celui de Degérando, d’origine italienne, architecte réputé— ; ils ont tous deux souffert durement au moment de la répression de l’insurrection lyonnaise de 1793 : Degérando, qui avait pris les armes, a échappé de peu à l’exécution et a dû fuir Lyon; Ampère a perdu son père, guillotiné.

Ampère, tout comme Degérando, va fréquenter assidument le cercle d’Auteuil, au sein de laquelle se retrouvent les Idéologues, Destutt de Tracy, Cabanis et surtout Maine de Biran dont les idées le fascineront durablement. Ampère se frotte à la philosophie des sensations chère à Degérando sans toutefois devenir, comme ce dernier, plus déiste que croyant. Cela n’empêche pas les deux hommes de fréquenter les mêmes cercles religieux, de la Société chrétienne de Lyon au groupe théosophique qui se réunit chez la baronne de Krudener ; cette attirance commune pour le spiritualisme et les débats des idéologues explique sans doute pour quelle raison ils forment, avec Maine de Biran, Degérando, les deux frères Cuvier, Royer-Collard et le jeune Guizot, la Société psychologique Il s’intéresse également aux questions d’éducation, chères aux idéologues. Hostile au libéralisme économique pour ce qu’il engendre d’inégalités sociales, sa croyance dans la puissance de la science ne le rend cependant pas hostile au développement de l’industrie et au progrès technique comme vecteur d’amélioration des conditions de vie. Il développe des idées rousseauistes, où prime la recherche du bonheur dans le cadre d’une vie en société, là où Degérando, confiant comme lui dans la capacité du progrès technique, « source de toutes les richesses », s’efforce par des démarches concrètes, d’atténuer les inégalités sociales, voire d’améliorer la condition des individus..

Arrivé trop tard dans la capitale pour fréquenter le salon de Madame de Staël, lieu de rencontre des idéologues, des écrivains et des artistes, mais aussi de tous les rhônalpins et genevois, et où avait été conçu le projet de Société d’encouragement, mais qui est alors en exil, il fréquente tout naturellement le salon de sa compatriote lyonnaise Madame Récamier, dont on sait les liens qui l’unissent à Ballanche et, plus tard, sa liaison avec le fils d’Ampère, Jean-Jacques. Il y retrouve naturellement Degérando et son épouse, mais aussi tous les rhônalpins et genevois de la capitale, notamment la famille grenobloise des Périer que Jordan et Degérando avaient connu en exil à Colmar; le chef de famille, Scipion Périer, industriel et banquier, est alors une des figures importantes d’une économie en plein redressement. Il y rencontre également le genevois, botaniste et enseignant, Pyramus de Candolle, qui a connu Jean-Jacques Rousseau, dont Ampère vénère la mémoire, et évidemment le mari de la maîtresse de maison, le banquier Récamier. Il est probable qu’il fréquente également le salon des frères Delessert, banquiers et industriels d’origine genevoise, où les les rhônalpins peuvent côtoyer entrepreneurs, hommes d’affaires et savants.  

C’est sans doute grâce à ces appuis qu’il est désigné en 1807 par le ministre de l’Intérieur Champagny pour occuper la place laissée vacante par Hennebert au secrétariat du bureau consultatif des manufactures, chargé d’examiner pour le compte du ministre les inventions qui lui sont soumises, de proposer des subventions et de valider la forme des brevets d’invention. Degérando, qui a été membre de ce bureau consultatif jusqu’en l’an X, est nommé par le successeur de Chaptal, Champagny, en novembre 1804, quelques mois avant l’arrivée d’Ampère à Paris, secrétaire général du ministère de l’Intérieur ; il a, de ce fait, une grande influence sur les nominations. Nul doute que la présence de deux autres rhônalpins, l’entrepreneur et démonstrateur au Conservatoire Joseph Montgolfier, et l’industriel François Bardel, au sein du bureau consultatif, et que le soutien de personnalités comme Scipion Périer, membre influent du conseil général des arts et manufactures mis également en place par Chaptal auprès de son ministère, ont pu avoir une influence déterminante dans cette nomination. Ampère n’a cependant aucune expérience des questions industrielles—encore qu’il ait un temps envisagé de monter une fabrique d’acide sulfurique à Lyon— et sa nomination est certainement liée au désir de ses amis de l’inscrire plus étroitement dans leur réseau, tout en lui procurant une source supplémentaire de revenus.

Il est par contre possible de s’interroger sur les raisons de son élection, quelques mois plus tard, comme membre du comité des arts mécaniques de la Société lors de la séance générale du 27 février 1808, en remplacement d’un autre lyonnais, le fabricant de soie et tribun Camille Pernon qui démissionne pour raisons de santé. Si, comme on l’a vu, il croit dans l’industrie comme source de progrès, à l’image de son ami Degérando, on attend autre chose des membres des comités que du secrétaire de la Société, capable de parler des questions techniques en termes généraux et élevés : ils doivent faire montre d’une capacité et d’une qualité d’expertise qui puisse garantir la validité des jugements de la Société, lorsqu’elle est amenée à évaluer, à sélectionner puis à promouvoir les inventions qu’elle a sollicitées ou qui lui sont proposées.

Parmi les raisons de cette arrivée, on peut évoquer en premier lieu la place qu’il a trouvée dans le réseau des rhônalpins fondateurs ou premiers membres de la Société et qu’il a rencontrés chez Madame Récamier ou chez Benjamin Delessert, et dont il peut retrouver certains au bureau consultatif : Périer et Delessert lui-même font partie des fondateurs, Bardel et Montgolfier également ; Récamier a un rôle central dans la collecte des fonds. C’est cependant l’importance de son ami Degérando dans la nouvelle institution qui semble l’élément le plus important : véritable concepteur du projet au printemps de l’an IX, comme on l’a vu, à l’issue de multiples discussions avec son ami Jordan et avec d’autres personnalités qui avaient formulé des idées similaires, dans les salons de madame de Staël, des frères Delessert ou de madame Récamier, il l’a fait accepter par Chaptal durant l’été et qui l’a mis en œuvre à l’automne. Chaptal, élu président de la nouvelle institution, laisse la main à Degérando, qui en est le secrétaire. Il paraît logique, en second lieu, que le secrétaire du bureau consultatif, entre les mains de qui passent un grand nombre de projets et d’inventions, participe aux travaux d’une institution qui veut encourager l’invention utile, en étroite collaboration avec les pouvoirs publics. Son prédécesseur, Hennebert, faisait d’ailleurs partie des fondateurs de la Société. Enfin et surtout, Chaptal et son entourage mettent en avant dans le projet de la Société, la démarche de « science utile » : le savant conseille le producteur, « l’artiste », pour l’aider à « mettre en arts » ses pratiques, donc à sortir de l’empirisme et à les améliorer. Dans le comité de mécanique, à côté d’un ingénieur mathématicien comme Prony, d’un entrepreneur comme Bardel, de spécialistes des machines comme Molard ou Gengembre, le mathématicien et professeur de mécanique qu’est alors Ampère pourrait donc sortir du domaine théorique pour se pencher sur les inventions des « artistes ».

Ampère, toutefois, ne va pas consacrer beaucoup de temps actif à la Société, où il n’a laissé trace que de quelques mentions, six au total dont quatre rapports de sa main en 16 ans de participation, souvent sur des instruments scientifiques, pour la plupart de constructeurs peu connus, un ouvrage sur la conversion des mesures en 1810, une balance hydrostatique en 1813, un globe « géo-céleste » en 1816 et un « arithmographe » en 1815, encore dans ce dernier cas, s’agit-il seulement de reconnaître l’antériorité de l’inventeur, par rapport au Sliding Rule anglais qui vient d’être présenté à la Société. Il n’est mentionné comme membre de commissions chargée d’examiner des inventions qu’une seule fois, en 1811, pour examiner un modèle d’escalier, conjointement avec Bardel et Molard. Présentant dès son arrivée à la Société un échantillon de filets de pêche sur lequel son collègue Bardel fait un rapport, visiblement en relation avec ses fonctions au bureau consultatif, il est également mentionné dans des rapports de ce dernier au ministre de l’Intérieur, ainsi l’étude comparative des moyens de chauffage en 1807, qui est publiée dans le bulletin

Il est vrai qu’à partir de 1808, il est nommé inspecteur général de l’Université, sans doute en raison de son intérêt pour les questions éducatives et pour sa religiosité qui peut rassurer ceux qui craindraient une université empreinte des idées philosophiques. Cette fonction l’oblige à de fréquents voyages. Au cours de l’un d’entre eux, il adresse d’ailleurs à la Société quelques observations sur les métiers à tisser la laine de la région de Rouen et sur ceux destinés à fabriquer les filets de pêche, sujet qui l’intéresse visiblement. Il est élu à l’Institut en 1814 : c’est sans doute en cette qualité qu’on le trouve mentionné dans un rapport de 1814, publié dans le bulletin, et adressé au nouveau directeur des Manufactures où les membres du comité consultatif des arts et manufactures, successeur du bureau, défendent le procédé de fabrication des glaces par la soude artificielle. Sa dernière mention dans le bulletin provient d’un rapport de Francoeur, autre mathématicien et son collègue au comité de mécanique, qui indique que la balance bascule portative qu’il présente à fait l’objet d’un rapport favorable d’Ampère à l’Académie des sciences ; cela montre d’une part qu’Ampère a centré son activité d’examen sur l’Académie, et d’autre part, son intérêt pour les balances.

Finalement, alors qu’il va occuper la chaire de physique du Collège de France et que ses travaux scientifiques l’occupent de plus en plus, il donne en 1824 sa démission du comité où il n’avait pratiquement plus aucun rôle et où il sera significativement remplacé par un authentique praticien, Emmanuel Molard, « Molard jeune », directeur-adjoint du Conservatoire et constructeur ; alors que la Société, et tout spécialement le comité de mécanique, a besoin d’experts pour accompagner l’industrialisation du pays, Molard jeune apparaît comme particulièrement qualifié pour prendre le flambeau de l’expertise des machines des mains de son frère aîné, Claude-Pierre ; ce dernier en effet, s’il reste membre du comité de mécanique, préfère désormais s’impliquer davantage à l’Académie des sciences où il est élu en 1815.

Les deux situations ne sont toutefois pas comparables, même si les deux hommes ont été collègues au comité de mécanique : Claude-Pierre Molard, cheville ouvrière du Conservatoire, homme « modeste » mais extrêmement actif à la Société, a sans doute trouvé dans cette élection la récompense de l’ascension sociale d’un fils de paysan et d’un travail de plusieurs décennies. Ampère, toujours entouré de son réseau, a été sollicité par l’ensemble de ses fonctions et de plus en plus par ses découvertes ; son entrée au Collège de France lui ouvre de nouvelles perspectives de recherches ; il n’a pas su s’intéresser réellement à la “science utile”, comme l’auraient souhaité Chaptal et son ami Degérando.

Daniel Blouin,

Commission d’histoire,

06 2024.

Mentions et rapports d’Ampère à la Société d’encouragement (1808-1824)

1807- 1808 : il présente un échantillon de filet de pêche fabriqué par le mécanicien Barret pour lequel Bardel fait un rapport. Intervention sans doute liée à sa place au bureau consultatif

1809 : il est membre de la commission chargée d’examiner en 1807, au Conservatoire, différents moyens de chauffage, aux côtés de Bardel, de Montgolfier, ses deux collègues du bureau consultatif et de Gay-Lussac qui vient d’entrer au bureau en remplacement de Conté. Le bulletin publie le compte rendu des essais.

Dans le compte rendu des travaux du conseil publié dans le bulletin de 1809, on mentionne une lettre au conseil dans laquelle Ampère présente quelques observations sur des objets techniques qu’il a pu observer au cours de sa tournée d’inspection dans les départements du nord-ouest : il mentionne notamment les métiers à filer la laine basés sur les mêmes techniques que ceux destinés à filer le coton, ainsi que la fabrication des filets de pêche et les métiers employés à Dieppe.

En 1810, il fait un rapport au nom d’une commission spéciale sur un ouvrage présentant la conversion des mesures anciennes en mesures nouvelles, notamment dans le département de l’Indre.

En 1811, il fait partie d’une commission chargée d’examiner un modèle de construction d’escalier proposé par un menuisier parisien, avec Gengembre, rapporteur, et Mérimée.

1813 Rapport sur une balance hydrostatique de M. Barré. Mais il n’est plus au bureau consultatif.

En 1814, il fait partie de la commission chargée par le comité consultatif (nouveau nom du bureau) d’étudier le mémoire de Pajot-Descharmes adressé au directeur général des manufactures, en réponse aux fabricants de verre blanc qui demandent l’importation de soudes naturelles. La commission soutient Pajot-Descharmes lorsqu’il explique que les fabricants doivent apprendre à utiliser les soudes factices. Ces rapport est publié dans le bulletin.

En 1816, il est rapporteur d’une commission chargée par la Société d’examiner l’arithmographe circulaire de Gattey qui se plaint de ne pas avoir été mentionné comme précurseur dans la présentation faite par Jomard du Sliding Rule quelques mois plus tôt.

En 1817, il rapporte sur un globe “géo-céleste” de Georges en soulignant son utilité pour l’enseignement.

En 1823, le rapport de Francoeur sur la balance bascule portative de Quitenz perfectionnée par Rolley mentionne qu’elle a fait l’objet d’un rapport favorable d’Ampère à l’Académie des sciences.

Jean-Baptiste Dumas, la Société d’encouragement et la salubrité de la ville

Années 1850-1890

Communication faite au séminaire de l’EPHE Les techniques dans l’espace parisien de Jean-François Belhoste, directeur d’études (janvier 2013)

La science industrielle au service de l’utilité sociale et des politiques édilitaires

La Société, sous l’influence notamment des philanthropes, s’est largement intéressée, dès sa fondation, aux questions techniques liées à l’utilité sociale, susceptibles d’améliorer la vie quotidienne ou le cadre de vie : l’accent mis, dès les années 1800, sur les questions de chauffage et de ventilation et d’éclairage en sont de bons exemples.

Durant les « années Dumas » (1845 – 1884) et, principalement, dans les années 1850-1870, les questions édilitaires redeviennent des topiques importants dans l’activité de la Société : ces questions sont abordées oralement devant le Conseil par des interventions de dirigeants de la Société ou d’intervenants extérieurs invités dans le cadre de communications publiques et, de plus en plus de conférences, forme nouvelle que Dumas entend promouvoir. Dans le cadre du bulletin de la Société, son principal organe de communication, ces questions sont présentées par le biais de rapports, de notes—en fait des articles originaux ou repris—de notices—des résumés bibliographiques—, et bien évidemment, par les comptes rendus, souvent extensifs et parfois illustrés, des communications et des conférences mentionnées précédemment.

L’enjeu est double : la croissance rapide de la population des métropoles, surtout de la métropole parisienne, dont les conditions de logement et d’équipement, pose les problèmes de la disponibilité en eau mais aussi de l’évacuation des rejets urbains, eaux usées ou ordures ;. par ailleurs, dans le cadre de l’industrialisation rapide du pays à cette date, Paris confirme sa place de premier centre industriel, engendrant de la sorte des nuisances considérables—rejets, odeurs, fumées—dans un tissu urbain déjà très dense. Devant la récurrence constatée des épidémies—le choléra en tout premier lieu, qui continue à sévir régulièrement—les maladies respiratoires liées à l’insalubrité et à la pollution, l’influence encore persistante des théories aéristes conduit les médecins et les scientifiques en général, avant la Révolution pastorienne, à associer globalement les « miasmes » et l’état sanitaire général. Les politiques eux-mêmes sont de plus en plus conscients du lien qui peut exister entre mauvaises conditions de vie, concentration des risques et agitation sociale, mais aussi du mécontentement récurrent de l’opinion modérée. Le régime autoritaire et populiste de Napoléon III, en particulier, soucieux de son image sociale, veut afficher sa capacité à faire bouger les lignes en dépassant les intérêts particuliers et en mettant en œuvre des solutions..

Dumas, ancien saint-simonien imprégné de la croyance dans le progrès comme vecteur d’amélioration de la société, rallié au régime impérial, devient, à partir de 1852, sénateur ; il est également nommé président de la commission municipale de Paris, qui deviendra par la suite le conseil municipal de la capitale. A ce titre, il soutient les ambitieux projets édilitaires du préfet de la Seine, Haussmann, inspirés par l’Empereur. Partisan de la science industrielle, il souhaite jouer le rôle de référent scientifique de ces projets en étant « le Chaptal de Napoléon III ». Pour lui, les avancées scientifiques doivent être mises au service des techniques employées dans cette politique édilitaire. La Société doit être, pour Dumas, un des lieux de proposition, d’examen et de débat de ces avancées scientifiques et des moyens techniques mis en œuvre. Il trouve dans le conseil de la Société, composé de la réunion des experts des divers comités, un écho d’autant plus favorable à sa démarche que ce dernier est peuplé de jeunes scientifiques et ingénieurs qu’il a contribué à y faire admettre et qui sont imprégnés de cette idéologie d’une science progressiste ; le conseil compte également dans ses rangs des hygiénistes actifs, souvent membres de la commission de salubrité de la Seine, chargée de conseiller le préfet de Police, responsable de la lutte contre les nuisances.

La Société  poursuivra l’examen de ces questions après la chute de l’Empire et la perte de ses fonctions politiques par Dumas, avec de sensibles inflexions : si la politique édilitaire impériale est largement poursuivie sous la IIIe République, les lieux de débat et de décision vont changer, le progressisme scientifique est confronté à l’arbitrage nécessaire entre des intérêts parfois contradictoires, même si l’idéologie hygiéniste reste toujours très présente. La Société ne peut plus prétendre jouer le même rôle directeur qu’auparavant.

Lutter contre les « miasmes » industriels

La question des activités industrielles est une des premières abordées dans les années 1850 : Paris est à l’époque le premier centre industriel du pays, doté d’activités—notamment basées sur des processus chimiques—génératrices de multiples nuisances. Tout d’abord, celles liées aux processus de fabrication eux-mêmes, en raison de l’utilisation de substances dangereuses, ensuite celles liées aux émanations ou aux rejets de ces substances, enfin et de plus en plus les nuisances dues à la multiplication des fumées incommodantes. Un grand nombre de communications devant le conseil vont être faites sur ces questions, parfois par des scientifiques membres du conseil, parfois par des ingénieurs qui ont conçu des dispositifs de traitement et d’assainissement. Communications publiques, attirant fréquemment un auditoire important et sont relatées dans les journaux, elles connaissent ensuite une large diffusion par leur publication dans le bulletin dans la rubrique, à la dénomination traditionnelle, d’« arts insalubres ».

La question qui va être abordée en premier est celle de la salubrité des ateliers : la Société reprend ici une question qu’elle avait commencé à traiter par des études et des concours, principalement à la fin des années 1810, après la création de la Commission départementale de salubrité et après les ordonnances de 1810 et 1815, alors que paradoxalement, certains de ses dirigeants, Chaptal le premier, étaient parmi les plus gros pollueurs de la capitale. Ces concours portent sur la salubrité des ateliers de chapellerie, de bijouterie et de fabrication de plaqué ou l’on utilise le mercure ainsi que sur la salubrité des ateliers de boyauderie et d’émaillage. À partir de la fin des années 1840, elle s’intéresse à la question de la salubrité des ateliers où l’on pratique l’aiguisage, par exemple pour la fabrication d’outillage ou d’armes, d’abord en 1847 par une note d’Arthur Morin, le futur directeur du CNAM, puis par un concours, à l’initiative des fabricants de meules de la région de la Ferté-sous-Jouarre, sur l’amélioration de la salubrité de cette activité. Elle s’intéresse également, mais de manière plus ponctuelle aux protections individuelles, par exemple, en 1862, les masques que pourraient porter les ouvriers émailleurs.

Cette question de la dangerosité de certains produits chimiques, colorants, peintures, ou même médicaments est abordée de plus en plus sous l’angle des conséquences, à la fois pour le fabricant comme pour l’utilisateur ou le consommateur. C’est le plus souvent le cas à travers des résumés ou des traductions d’articles de la presse technique étrangère, mais aussi grâce à des rapports devant le conseil. En ce qui concerne les peintures, en 1849, Chevallier au nom du comité des arts chimiques étudie les couleurs fabriquées par Leclaire, et destinées à remplacer le blanc de plomb par le blanc de zinc, de façon à éviter les dangers qui résultent de l’utilisation des peintures traditionnelles; en 1864, est reproduit un rapport de Hofmann, président de la Chemical Society de Londres, sur les produits chimiques à l’exposition de 1861 qui comporte un long passage sur la question de la dangerosité des peintures à base de plomb. En ce qui concerne les colorants, le vert à base d’arsenic semble inquiéter particulièrement : en 1859 le bulletin publie un mémoire de Chevallier sur les dangers pour les ouvriers employés dans les fabriques, mais aussi pour les consommateurs, des colorants verts à l’arsenic présents dans des produits alimentaires comme dans les enveloppes de ces produits, ou encore dans les tissus et tentures, constatés en France, en Angleterre et en Allemagne ; en 1863, le bulletin reproduit un article allemand sur la question. Les colorants récents sont également concernés : en 1871, une notice (c’est-à dire un résumé d’un article d’une autre revue) traite des risques des vapeurs d’aniline dans les ateliers de teinture alsaciens. Les médicaments peuvent aussi poser problème : une notice de la même année traite de l’assainissement des usines fabriquant du sulfate de quinine,

Ce souci environnemental se marque bien lorsque la Société aborde la question des rejets des établissements polluants En 1856, un membre du comité des arts chimiques, Bareswill, présente les méthodes employées par Frédéric Kuhlmann dans sa manufacture. En 1860, un ingénieur civil, Félix Foucou, présente le travail amené à la savonnerie Arlot, à la Villette, sur l’assainissement des fumées de combustion dues à la combustion des graisses pour la production de suif. En 1863, c’est au tour des procédés de fabrication d’un solvant pour l’industrie du caoutchouc, le sulfure de carbone, présentés par Anselme Payen, membre du conseil, et de l’assainissement d’une fabrique de toile émeri parisienne, par deux membres du conseil, les chimistes Chevallier et Duchesne. En 1874, c’est la question de l’assainissement des eaux ammoniacales de l’usine de gaz de Vaugirard qui est longuement traitée, de même que la question de la salubrité de la Seine en aval de Paris l’année suivante, mais on verra que ce dernier sujet sera surtout traité sous l’angle des effluents des égouts. La question des rejets dans l’atmosphère est abordée de nouveau en 1879 par la publication du rapport d’une commission royale anglaise sur ce sujet, ce qui montre que la Société cherche fréquemment à favoriser l’avancée des problèmes par la confrontation avec les recherches et les solutions pratiquées à l’étranger. En 1872, une notice présente un extrait du Traité d’assainissement industriel de Charles de Freycinet, qui présente les travaux d’assainissement dans les ateliers de chiffon des papeteries, et l’ingénieur Gérardin présente son procédé d’assainissement des eaux issues des féculeries de la plaine de Gonesse.

Limiter les émissions de fumées

Parmi les problèmes environnementaux liés à l’activité industrielle, à côté de la question des effluents et des sous-produits, la Société aborde la question plus générale des rejets de fumées, liés à l’équipement croissant en machines à vapeur, présentes non seulement des usines, mais aussi dans les ateliers qui forment la majeure partie du tissu industriel de la capitale, et aggravés par la création et le développement des grandes gares. Ces fumées, qui incommodent les riverains, sont de plus en plus dénoncées dans la presse. Alors que le préfet de Police prend la première ordonnance sur les rejets de fumée en novembre 1853, la Société, désireuse de fournir rapidement une solution, dans une démarche qui illustre bien sa volonté d’apparaître comme le référent des autorités, fait une promotion active des dispositifs fumivores. En 1855, un membre du comité de mécanique, ingénieur-mécanicien et inventeur d’un dispositif fumivore, Duméry, présente devant le conseil de la Société son dispositif, dans une longue communication qui s’apparente à une véritable conférence, alors que ses procédés sont encore en cours d’évaluation par une commission officielle à la Gare de l’Est. Cette communication est ensuite publiée dans le bulletin. La même année est marquée par une très longue note de l’ingénieur Jean-Baptiste Viollet, revue par un des rédacteurs du bulletin Charles Combes, qui fait le point sur la question : il compare la situation en France et en Angleterre, l’examine du point de vue théorique, avant de passer en revue les principaux procédés. La question est encore traitée devant le conseil et présentée dans le bulletin par Duméry les années suivantes, puis de nouveau en 1861 par la présentation de comparaisons d’expérimentations françaises avec les expérimentations menées par les compagnies ferroviaires britanniques ; on la retrouve encore en 1863 quand Elphège Baude fait une communication sur les résultats des expériences de la Compagnie de l’Est ; en 1864, c’est un rapport de Tresca et Silbermann sur l’expérimentation d’un modèle de foyer fumivore, cette fois pour les chaudières fixes. Le fait, assez peu fréquent, qu’un membre du conseil vienne présenter ses propres réalisations, comme le fait Duméry, montre bien l’importance attachée au sujet et la place que Dumas entend accorder dans le dispositif d’innovation soutenu par la Société à ces jeunes experts qu’il a fait rentrer au conseil à partir des années 1850. Il y attache d’autant plus de prix que la communication veut s’appuyer sur des considérations scientifiques – la théorie des gaz – et met en scène concrètement la « science industrielle » dans laquelle le savant et l’ingénieur doivent collaborer étroitement. La répétition du thème dans l’activité de la Société, outre qu’elle montre que le problème est loin d’être réglé, souligne aussi l’enjeu que représente sa solution pour un président qui a la double casquette de savant et d’homme politique, exposé au regard de l’opinion.

Une question qui se rattache étroitement au souci de contrôle de la qualité de l’air que pose la limitation des émissions de fumée, est celle de l’air ambiant dans les bâtiments publics. Les grandes concentrations de personnes qu’ils peuvent abriter, comme pour les salles de spectacle, les risques de propagation des maladies, dans le cas des établissements hospitaliers sont depuis dénoncés par les hygiénistes comme autant de dangers. La Société s’intéresse depuis longtemps à ces questions—elle a consacré de longs développements dans les années 1800 aux moyens de chauffage « hygiéniques » et présenté le premier grand équipement collectif de chauffage-ventilation à Paris dans les années 1820, à la Bourse— ; elle n’omet pas, à partir des années 1850, de présenter de grandes réalisations parisiennes, théâtres, hôpitaux ou établissements d’enseignement qui associe, grâce à des techniques de plus en plus élaborées, des dispositifs de chauffage et de ventilation ; elle souligne le lien étroit avec les recherches scientifiques sur la température, l’hygrométrie et la circulation de l’air, ainsi celles menées par Arthur Morin au Conservatoire dont elle se fait largement l’écho.

Poser la question des effluents de la ville sous l’angle de la science industrielle avant 1870

Si le renforcement de l’alimentation en eau de la capitale par la création de longs aqueducs et l’édification des réservoirs apparaît comme une des grandes réalisations haussmanniennes, il n’est cependant pas un sujet majeur à la Société. En 1866, Dumas présente lors d’une séance les travaux en cours d’achèvement des réservoirs de Ménilmontant et demande aux membres du conseil de les visiter. Une commission spéciale est d’ailleurs nommée, comme pour l’évaluation d’une technique innovante ; elle visite les réservoirs début janvier et l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Elphège Baude publie dans le bulletin une communication détaillée avec illustrations. De fait, le sujet est traité comme le sont, durant la même période les grandes réalisations de génie civil, tel le viaduc ferroviaire de Nogent, dont la visite et le rapport seront faits par le même Elphège Baude.

C’est la question de l’assainissement des eaux usées—les eaux-vannes comme on les appelle à l’époque—qui va être l’objet principal de l’attention de la Société, sans doute parce que, aux yeux de Dumas, elle peut être un champ de démonstration de la valeur de la science industrielle, comme inspiratrice de la technique et comme conseillère des politiques. Sa volonté de mettre en avant les améliorations dans ce domaine et le rôle que peut jouer la Société est marquée par le fait que nombre des présentations sur la question sont d’abord sous forme de communications devant le conseil, qui sont publiques, ou même des premières conférences ; les unes et les autres, souvent illustrées, s’inscrivent dans la politique de communication de la Société, qui vise à toucher, outre les spécialistes et la presse, un public épris de progrès. Les scientifiques et les ingénieurs français sont stimulés dans ce domaine par l’exemple anglais, notamment à la suite du Great Stink londonien de 1858 qui a conduit à une action énergique des autorités. Avant même cet épisode extrême, en 1855, un an après une nouvelle épidémie de choléra à Paris et alors que la France accueille la deuxième exposition universelle, le bulletin publie de larges extraits, évidemment destinés au lectorat de la SEIN, du rapport de l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Adolphe Auguste Mille au préfet de la Seine sur l’assainissement en Grande-Bretagne, suite à son voyage d’étude. En 1861, dans « les notices industrielles » du Bulletin, qui sont des résumés d’articles issus de revues françaises et étrangères, puis en 1864, en reproduisant directement un article du Journal of the Society of Arts, la Société souligne qu’elle entend promouvoir l’adoption à Paris du système britannique de tout à l’égout. En 1862, le bulletin, sous la plume d’un des deux rédacteurs, l’ingénieur des Mines Charles Combes ou le chimiste Eugène Péligot, publie une étude comparative des grands collecteurs dans les deux grandes métropoles de Londres et de Paris, d’après les documents du ministère du Commerce et ceux du Board of Works. Plus que d’une simple prise de position, il s’agit donc cette fois d’une synthèse destinée directement à éclairer les décideurs. La question des grands collecteurs est reprise par Dumas devant le conseil en 1865 lorsqu’il présente les grands travaux en cours, toujours en comparant Paris et Londres. L’année suivante, Elphège Baude, qui est lui aussi un de ces jeunes ingénieurs que Dumas a fait entrer au conseil au début des années 1850, fait une longue communication en séance publiée avec des planches dans le bulletin, sur le réseau d’égouts parisien tel qu’il est en train d’être mis en place. En 1871, enfin, Alfred Durand-Claye présente le remarquable travail de génie civil qu’a constitué la jonction des collecteurs rive droite et rive gauche, dans le cadre plus général, on le verra, de considérations sur l’épandage. Ce travail, illustré de gravures, est présenté dans le bulletin.

Le sort des eaux usées est largement abordé : le rejet dans la Seine est de plus en plus contesté et le bulletin informe à cet égard sur les débats en cours en Grande-Bretagne. Dans la présentation de 1865 mentionnée plus haut, Dumas lie la question de l’achèvement du réseau de grands collecteurs à la solution, qui commence à être mise en avant, de l’épandage. Il compare encore une fois la situation de Paris et celle de Londres dans ce domaine. L’année suivante, le bulletin publie un résumé d’un nouveau rapport de Mille au préfet de la Seine sur les solutions britanniques d’épandage, à l’issue d’un voyage d’études effectué à la demande du Conseil municipal, et donc à l’initiative, on peut le penser, de Dumas. L’auteur de l’article—un des rédacteurs du Bulletin—se livre alors de nouveau à une comparaison avec la situation des villes françaises et prend parti pour l’épandage, ce qui inclut, à ses yeux, l’emploi des vidanges qui permettraient de renforcer la fertilité de ces épandages—le système divisionnaire parisien adopté par Belgrand laissait de côté le contenu des fosses septiques—. La Société ne laisse pas passer une occasion de poser cette question, comme en en 1868 où le bulletin publie le rapport d’un autre ingénieur, Charles de Freycinet au ministre du Commerce, à l’issue d’un voyage à Londres, avec un bilan financier très précis.

Significativement, la Société lie la question à celle de des méthodes de désinfection des eaux d’égout. Dans le cadre plus général des concours qu’elle lance à l’époque sur la salubrité urbaine – par exemple la désinfection des résidus d’épurations des usines à gaz—elle lance un concours sur la désinfection et l’épuration des eaux d’égout. Ce concours «  à l’usage des villes moyennes » part d’une communication faire en 1867 par Dumas au conseil sur les expériences de clarification – en fait de séparation – chimique par les sels d’alumine faits à Paris. On voit donc que la Société, conformément à son habitude, cherche le procédé qui pourrait faire « effet de levier » pour systématiser la récupération des eaux d’égout, donc faciliter l’équipement en réseaux d’assainissement dans tout le pays. Cette voie « chimique » aurait l‘avantage, pour Dumas, de limiter les nuisances et de rendre les solutions d’épandage plus acceptables. En 1869, Alfred Durand-Claye, qui est au service des eaux le principal responsable de ces questions d’assainissement, vient d’ailleurs en personne présenter les expérimentations menées à Clichy sous la direction de Mille, en combinant les procédés chimiques dus à l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Louis Le Chatelier, également membre du Conseil, mais suggérés par Dumas : l’utilisation des sulfates d’alumine, qui sont un résidu industriel, et la décantation des boues.

Rester partie prenante des débats sur l’épandage agricole après 1870

Durant le siège et dans les premières années 1870, alors que Dumas a perdu tout rôle politique et municipal, la question de l’assainissement continue d’être suivie par la Société, mais la tonalité a sensiblement changé. Alfred Durand-Claye revient devant le conseil à la fin de 1870 pour une nouvelle communication, cette fois sur les essais en grand dans la plaine de Gennevilliers « occasion en cette période de désastres de trouver des ressources nouvelles » : il montre la montée de la demande des agriculteurs et souhaite que la Société use de son influence pour que l’épandage soit systématisé. Dans son commentaire, Dumas veut souligner la différence entre l’approche pratique de la question par les anglais et l’approche plus scientifique faite en France qui a permis « d’étendre les applications du système et d’obtenir des résultats plus considérables.. ». Mais lorsqu’il revient sur la question en 1871, en expliquant que durant le siège, on a déversé une partie des matières destinées jusqu’alors à la voirie de Bondy dans le collecteur, sans problème aucun, pour aboutir à Gennevilliers, il conclut, sans parler de traitement chimique, en souhaitant que cette pratique soit systématisée, en relation avec le développement de l’épandage.

Ce centrage sur la question de l’épandage est marqué par la nouvelle intervention d’Alfred Durand-Claye, au cours de la troisième des quatre toutes premières conférences, du moins officielles, tenues à la Société, en 1874 : il en fait l’historique en l’associant à la question des rejets dans la Seine, puis il montre l’intérêt et l’importance prise par l’épandage, en apportant d’ailleurs des fruits et des légumes issus de ces champs ; comme cela avait été le cas auparavant, il fait une étude comparative avec les métropoles étrangères. Dumas semble, dans la conclusion de la conférence laisser de côté la « voie chimique » en évoquant seulement la nécessité de couvrir les dépenses engagées par des activités rémunératrices. Le recours à la science industrielle semble donc abandonné au profit d’un réalisme économique.

La Société se contente désormais, dans ses publications de souligner l’urgence de la question de l’utilisation des eaux d’égout. L’année suivante, en 1875, le Bulletin publie, en deux parties, le rapport de la commission mixte formée par des ingénieurs du ministère des travaux publics, des ingénieurs du service municipal, Alphand, Belgrand et Mille, et des membres du conseil de salubrité, dont Chevalier, Alfred Durand-Claye étant le secrétaire de cette commission. Dans sa première partie, le rapport met en évidence, de manière accablante et chiffrée, la pollution de la Seine en aval de Paris du fait des rejets des égouts de la capitale. Dans la deuxième partie sur l’examen des solutions, la commission reconnait que les dragages financés par la Ville sont un palliatif ; après avoir écarté les solutions de purification des eaux par dilution ou décantation, elle examine les procédés chimiques qui avaient été soutenus en 1867-1869 au sein de la Société, et les rejette, sauf pour des opérations ponctuelles, en se basant sur les examens faits à Clichy dès cette date, pour leur inefficacité et leur coût élevé, sans compter que la question des résidus de la purification n’est pas résolue. La commission est par contre unanime à reconnaître l’avantage de l’épandage dans des terrains perméables ou drainés ; à cet égard, elle fait un rapport très favorable sur l’épandage de Gennevilliers, du point de vue de la rapidité, de la qualité et de l’aspect économique : elle approuve donc la systématisation, décidée par la Ville depuis 1872, de l’épandage sans traitement à Gennevilliers par le prolongement des collecteurs pour une partie des eaux usées, ainsi que l’expansion de l’épandage dans les communes voisines de la plaine alluviale de la Seine pour l’autre partie.

La Société semble donc entériner sans discussion la « voie agricole » et ce qui en découle, l’extension de l’épandage à d’autres secteurs de l’aval parisien. La commission conclut en effet en retenant l’idée proposée « par un de ses membres » et visant à étendre l’irrigation dans la boucle de la Seine au nord de la forêt de Saint-Germain : on aura reconnu ici les futurs champs d’épandage de Montesson. Elle préconise d’ailleurs, pour faire bonne mesure, d’étendre l’épandage aux rejets des industries agro-alimentaires, nombreuses dans la région parisienne et aux déchets issus des voiries qui n’auraient pas été recyclés dans le cadre de l’économie de l’usé, très importante encore à cette date. En 1878, le bulletin publie une dernière communication d’Alfred Durand-Claye à la Société des Agriculteurs de France où il évoque le développement de l’épandage au nord-ouest de Paris, et plus précisément le projet d’épandage au nord de la forêt de Saint-Germain, défendu par la commission Schlœsing du département de la Seine ; il fait aussi une étude comparative des réalisations dans ce domaine en France et à l’étranger.

La question est abordée une dernière fois en 1898 devant la Société, lorsque le directeur du service municipal, l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Georges Bechmann, vient faire dans une conférence un historique de la question des égouts et du sort des eaux-vannes. Il souligne le rôle qu’ont joué Mille et Dumas à la tête de la commission chargée d’étudier la question en 1866 : il rappelle que Dumas, en tant que président du Conseil municipal, n’avait consenti à l’expérience initiale de Clichy qu’à la condition que soient étudiées des solutions d’épuration chimique, et fait adopter le procédé de Louis Le Chatelier, contre la solution du traitement agricole. Mais il rappelle qu’ensuite la solution de l’épandage direct a triomphé, grâce à la constitution, à l’initiative de Charles de Freycinet, d’une société agricole dans la plaine de Gennevilliers, génératrice de profits. Il montre ensuite, parallèlement à l’extension du réseau d’égouts, lié à l’accroissement de la population et surtout à l’adoption enfin réalisée du tout-à-l’égout quatre ans plus tôt, le renforcement du réseau de collecteurs, grâce à de grands travaux de génie civil, utilisant par exemple la technique du bouclier, a permis l’extension laborieuse de l’épandage vers le nord de la forêt de Saint-Germain ; il souligne qu’elle a été finalement réalisée grâce à l’action énergique du préfet Poubelle et aux rapports du professeur Proust. Il conclut en indiquant qu’il sera enfin possible de présenter aux visiteurs de la future exposition universelle un assainissement enfin réalisé, un demi-siècle après les premiers débats qui avaient été lancés au moment de l’exposition de 1855.

On voit donc que la démarche de la Société est radicalement modifiée du fait de la rupture politique que représente la guerre de 1870. Il n’est plus question, après cette date, d’envisager des solutions proposées par un establishment scientifique et technocratique au service d’un pouvoir autoritaire. On est désormais dans un régime parlementaire où tous les intérêts sont confrontés et les groupes de pression libres de se manifester : il y a d’abord la pression des riverains en aval de Paris pour empêcher les rejets dans la Seine, ce que le ministre des Travaux publics admet en 1874. Il y a ensuite l’évaluation du rapport entre le coût et l’efficacité des traitements chimiques, fussent-ils frappés au sceau de la science et forts du renom de leurs tenants, Dumas ou Pasteur ; si la « voie agricole » s’impose sur le plan économique, on voit enfin s’affronter les intérêts de la Ville et ceux de sa grande périphérie nord-ouest qui ne veut pas d’un épandage nauséabond qui déprécie la valeur des terrains environnants et diminue l’attractivité des communes concernées.

Ce sont finalement les intérêts de la ville, défendus énergiquement par le préfet Poubelle, qui vont l’emporter, d’autant que ce dernier inscrit l’assainissement dans une politique globale d’évacuation de tous les déchets. Du coup, malgré l’hommage, sans doute de circonstance, rendu par Bechmann au rôle pionnier de Dumas, ce ne sont plus les savants qui ont le rôle d’experts—même si le professeur Proust a joué un rôle décisif auprès du préfet—mais les ingénieurs du corps des Ponts-et-Chaussées, qu’ils soient au ministère ou au service municipal, ce qui ne peut manquer de faciliter une transaction acceptable par tous. La Société, composée, dans ses organes dirigeants, non seulement de savants, mais de plus en plus d’ingénieurs et d’industriels, renonce, dans cette logique nouvelle, à un rôle d’expertise semi-officielle et accepte désormais de jouer celui d’un groupe de pression, marqué par l’hygiénisme et rallié à la solution de l’épandage agricole, au prix de travaux de génie civil très élaborés.

Daniel Blouin

Commission d’histoire de la Société d’encouragement

Janvier 2013, m. à j. 2024.

Ce travail est basé sur le dépouillement des Bulletins de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale de 1802 à 1910.

Une rétrospective ancienne, rapide mais encore indispensable sur l’équipement en eau et l’assainissement des eaux usées à Paris fournit le contexte :

« L’eau et l’hygiène », Paris et ses réseaux, Naissance d’un mode de vie urbain. xixe-xxe siècles, Paris, BHVP, 1990, Chapitre II, p. 121-203.

Les travaux sur l’histoire des pollutions urbaines et sur les politiques d’assainissement se sont multipliés depuis les années 1990 et les recherches pionnières d’André Guillerme :

André Guillerme, Naissance de l’industrie à Paris. Entre sueurs et vapeurs. 1750-1830, Champ Vallon, Coll. Milieux, 2007.

Sur la période étudiée, on peut citer :

Sabine Barles, La Ville délétère. Médecins et ingénieurs dans l’espace urbain. XVIIIe-XIXe siècles, Champ Vallon, Coll. Milieux, 1999.

André Guillerme, Anne-Cécile Lefort, Gérard Jigaudon, Dangereux, insalubre set incommodes. Paysages industriels en banlieue parisienne. xixe-xxe siècles, Champ Vallon, Coll. Milieux, 2004.

Thomas Le Roux, Le laboratoire de pollutions industrielles. Paris 1770-1830, Albin Michel, , Coll. L’Évolution de l’humanité, 2011.

Thomas Le Roux, Michel LettÉ (dir.), Débordements industriels. Environnement, territoire et conflits. xviiie-xxie siècles, PUR, 2013.

Jean-Baptiste Moïse Jollivet (1753-1818) Le premier grand donataire de la Société d’encouragement

Alors qu’on s’apprête à commémorer les deux cents ans de la reconnaissance des statuts de la Société d’encouragement, il me semble nécessaire de mettre en ligne sur le carnet de recherche de la commission d’histoire de la Société, une notice sur l’homme qui, par le legs d’une partie de sa fortune en 1822, a été indirectement, le déclencheur de cette reconnaissance, Jean-Baptiste Moïse Jollivet. S’il n’est pas aussi connu que d’autres personnalités des premiers temps de la Société, tel Chaptal, Delessert ou même Degérando, une notice Wikipédia lui est néanmoins consacrée1 ; fondée en majeure partie sur la notice biographique du Dictionnaire des parlementaires français de Robert et Cougny2 reprenant elle-même celle du Dictionnaire Michaud de 18173 , elle souffre, à mon sens, des limites inhérentes à ce type de publication et elle occulte en particulier totalement ses relations avec la Société.

Cette notice se limite à la présentation du personnage, en associant ce que l’on connaît de sa trajectoire personnelle, de ses engagements politiques et de son action administrative avec sa place au sein de la Société d’encouragement, ainsi que les relations qu’il a pu nouer avec certains de ses dirigeants. Elle n’est pas destinée à développer les suites de ce legs  : les difficultés qu’il a pu susciter, la manière dont les dirigeants de la Société en ont tiré profit pour donner un statut juridique fort à la Société d’encouragement et, enfin, les conséquences de ce statut sur son développement et son rayonnement feront l’objet d’un article dans la revue Artefact.

Daniel Blouin, commission d’histoire de la Société d’encouragement, mars 2024.

L’ascension sociale du fils d’un officier seigneurial

Jean-Baptiste Moïse Jollivet, né en 1753 dans « la basse-cour du château » du village de Turny, dans le Sénonais4 , aux confins de la Bourgogne et de la Champagne, est le fils d’un petit officier seigneurial. Après avoir fréquenté l’école de son village puis celle d’un village voisin, ce dont il se souviendra dans son testament, il part sans doute au collège de Sens, avant de faire, comme son frère, qui deviendra également notaire, des études de droit. Il embrasse d’abord la profession d’avocat et devient un temps « commissaire aux terriers », chargé de vérifier les droits des seigneurs dans le cadre de la réaction seigneuriale ; il publie même avec son frère un traité très documenté sur la question5 . Il s’établit notaire à Nemours au début des années 1780 et se marie en 1785 avec la veuve d’un noble du village voisin de Gretz-sur-Loing, Louise Durand6 .

Le notable devenu homme politique aux débuts de la Révolution

Aux débuts de la Révolution, il exerce des fonctions électives à Gretz-sur-Loing dont il est maire, puis au Directoire du département de Seine-et-Marne. En 1791, il est élu député de Seine-et-Marne à l’Assemblée législative où il siège parmi les constitutionnels ; il commence à réfléchir sur les principes d’un cadastre jugé nécessaire pour asseoir un des nouveaux impôts directs, la contribution foncière((Alphonse Aulard, « Les députés de Seine-et-Marne à l’Assemblée législative, La Révolution française. Revue historique, tome treizième, juil.-déc. 1887, p. 303-305.)). Se faisant le relais auprès de ses collègues des travaux de l’équipe menée par Prony, il propose l’adoption pour le cadastre et les actes juridiques d’un format de papier basé sur la formule H√27 . Profondément hostile aux Jacobins, dès avant la chute de la monarchie, Il défend fortement le droit de propriété dans le projet de nouvelle constitution8 et combat l’idée d’un impôt progressif dont il montre les conséquences négatives9 . Ses idées le conduisent à la prison de l’Abbaye durant la Terreur, où il impressionne  ses codétenus par son calme et sa capacité à s’absorber dans le travail.

Le haut fonctionnaire spécialiste des questions financières pendant la Convention thermidorienne et le Directoire

Libéré et revenu en grâce durant la Convention thermidorienne, et toujours aussi violemment anti-jacobin, il travaille un temps à la Commission des poids et mesures, avant d’être nommé en ventôse de l’an III (mars 1795) membre de la commission extraordinaire des finances chargée de trouver les moyens de résoudre la crise financière : Il est ensuite nommé en thermidor (juillet), suite au vote de la loi de thermidor établissant le nouveau régime hypothécaire, Conservateur général de la nouvelle administration des hypothèques, sans doute en raison de son expérience notariale  passée ; il aura par la suite à défendre la nouvelle organisation, tant au plan juridique qu’administratif, au moment du vote des lois de brumaire et de ventôse an VII (novembre 1798-mars 1799) ; il publiera d’ailleurs toute une série d’ouvrages pour justifier le nouveau régime hypothécaire et présenter son organisation10 . Sous le Directoire, il participe en frimaire de l’an V (décembre 1796) à la « commission extraordinaire des principaux négociants de la République » que le ministre des finances, Ramel, cherche à constituer comme organe consultatif dans le cadre de ses efforts de remise en ordre des finances11 ; Jollivet, qui est alors considéré, dans le prolongement de ses travaux de 1791, comme un des théoriciens de la fiscalité, aux côtés de Cambon ou de Say, soutient le rétablissement d’une fiscalité indirecte, publiant à ce sujet un nouvel ouvrage en 179812 . Ramel suivra effectivement cette voie.

Le conseiller d’État et administrateur sous le Consulat et l’Empire

Jollivet, proche du grand juriste Roederer, se rallie au régime consulaire. Il est nommé au Conseil d’État dès la création de ce dernier en nivôse de l’an VIII13 . Il fait partie des conseillers que le nouveau pouvoir appelle à administrer des territoires annexés14 : il est nommé préfet du département du Mont-Tonnerre—une partie de l‘actuel Palatinat, autour de Mayence—dès l’an VIII puis commissaire du gouvernement dans les nouveaux départements de la rive gauche du Rhin. Revenu au Conseil d’État durant l’hiver de l’an X, il met son expertise des questions foncières et hypothécaires au service de ses collègues pour préparer les passages du Code civil relatifs aux hypothèques et aux expropriations forcées. Chevalier de la Légion d’honneur, il est élevé au grade de commandeur en l’an XIII15 . De retour cette même année dans les départements annexés, il est chargé de liquider leurs dettes. Il est un temps ministre plénipotentiaire auprès de la Confédération germanique et, en 1807, il est nommé, avec deux autres collègues, administrateur du nouveau Royaume de Westphalie, avant l’arrivée du futur roi, Jérôme ; il est par la suite ministre des Finances de ce dernier et se charge de mettre en place un système juridique et fiscal analogue à celui de la France. Mal supporté par Jérôme, qui le considère, semble-t-il, comme « l’espion » de son frère, ses services sont jugés suffisamment importants pour qu’il reçoive en 1808 le titre de comte d’Empire. De retour au Conseil d’État, il décide de se mettre en congé en juillet 1814 ; devenu honoraire, il se retire définitivement après le retour des Bourbons à l’été 1815. Degérando dira de lui plus tard qu’« il se fit remarquer par son esprit de méthode, par une précision singulière, par une exactitude scrupuleuse : sa manière de procéder, son langage, son style, quel que fût le sujet qu’il embrassât, étaient toujours empruntés aux formes des géomètres ».

La constitution d’un solide patrimoine

Durant la période consulaire, Jollivet est déjà jugé suffisamment comme un membre du Conseil d’Etat suffisamment important pour recevoir, comme cinq autres de ses 40 collègues, des actions de la Banque de France dès sa fondation en l’an VIII16 . Durant la période impériale, en plus du traitement attaché à ses différentes fonctions, il reçoit des dotations impériales, attachées à son titre de comte, en Poméranie suédoise, en Illyrie et sur le canal du Midi. Ayant déjà acquis aux débuts de la Révolution l’ancien prieuré de Gretz, avec ses bâtiments, ses terres et ses bois, il se bâtit par la suite une fortune foncière consistante avec deux maisons, dont une propriété à caractère résidentiel, ainsi que des terrains « dans le quartier du Désert »» dans la partie haute de la rue des Martyrs, 10 ha de terres labourables dans le nord-ouest parisien, à Clichy, Montmartre Saint-Ouen et Neuilly, 14 ha également en terres labourables et prés dans le sud-ouest de la plaine de France, à Écouen, Piscop et Saint-Brice. Il acquiert enfin aux débuts de la période impériale dans l’Yonne, à Avrolles près de Saint-Florentin, le château ainsi que 114 ha de terres, prés, vignes et bois, domaine qu’il veille à arrondir par la suite. Il détient également un grand nombre de valeurs mobilières, essentiellement de la rente perpétuelle. On évaluera le patrimoine du couple, au moment de la disparition de son épouse, à plus de 550 000 f17 .

Un testament aux clauses précises

Il rédige son testament dans les mois qui suivent sa retraite, le 7 octobre 181518 , en accord avec son épouse, qui rédige également son testament le même jour. N’ayant pas d’héritier direct, il fait de la Société « libre » d’encouragement, son légataire universel. Elle bénéficie de la majeure partie de sa fortune, sauf à verser des rentes à un certain nombre de bénéficiaires, des membres de sa famille proche ainsi que de celle de son épouse pour près de 110 000 f, des serviteurs et les communes de sa jeunesse et de sa résidence avant la Révolution, pour environ 80 000 f. Il indique ensuite les conditions strictes auxquelles son exécuteur testamentaire, son ami et collègue du Conseil d’État, Félix Bigot de Préameneu, est chargé de veiller : les biens fonciers doivent être vendus, le plus possible, par petits lots sur plusieurs années ; le produit des ventes doit être converti en rentes perpétuelles 5% ; les fonds ne seront disponibles qu’après un délai de cinq ans ; seuls les revenus seront à la disposition de la Société et le quart de ceux-ci devra servir à l’acquisition de nouvelles rentes. Il meurt trois ans plus tard le 29 juin 1818 et Louise Durand le 30 janvier 1822 ; le testament de cette dernière, ouvert à ce moment, n’offre que quelques modifications mineures dues à un codicille rédigé en 1821, accroissant les sommes versées aux cousins de son mari et à ses nièces et à leurs filles19 .

Une place relativement réduite à la Société

Lors de la séance générale du 9 avril 1822, le fait que Degérando éprouve le besoin de présenter la carrière de Jollivet à des membres du conseil qui sont pourtant, pour une partie non négligeable d’entre eux, des vétérans de la Société et de bons connaisseurs du personnel politique et administratif de la période précédente, montre que ce dernier n’y a pas eu une activité remarquable20. Il figure sur les listes des membres de la Société depuis le 9 nivôse de l’an X (30 décembre 1801)21 quelques semaines après la création de cette dernière le 9 brumaire (31 octobre) et le restera jusqu’à sa disparition. Par la suite, il entrera dans l’organe dirigeant de la Société, son conseil d’administration, en étant élu membre du comité du commerce, lors de la séance générale du 9 avril 1817, à la place du négociant, devenu membre du Conseil des Anciens, puis Tribun, et enfin conseiller à la Cour des Comptes, Pierre-Nicolas Perrée, décédé22 , mais il mourra, comme on l’a vu, un an plus tard. Il n’y a, au demeurant, dans les registres de procès-verbaux disponibles, aucune mention d’une intervention de sa part devant le conseil23 .

L’adhésion d’un membre du haut personnel du Consulat

En l’absence de documents, on ne peut que supposer les circonstances de son entrée à la Société, au moment où elle commence à se développer au-delà du cercle des fondateurs en recrutant dans les relations et dans les cercles dont ils font partie, que par des rapprochements. Le premier est, alors qu’il vient de réintégrer, au début de nivôse les rangs du Conseil d’Etat après avoir été remplacé par Jean-Bon-Saint-André à la préfecture du Mont-Tonnerre24, est la présence parmi les initiateurs de la Société d’un de ses collègues au conseil, l’influent Regnaud de Saint-Jean d’Angély25 . Il est cependant plus que probable que la présence dans la première liste publiée à l’issue de la séance constitutive de la Société, le 9 brumaire de son ancien collègue de la Législative qu’il vient de retrouver au Conseil d’État, Félix Bigot de Préameneu, avec qui il s’est lié d’amitié et qui sera son exécuteur testamentaire, soit l’élément décisif26 . Il y a au demeurant, dans les listes de cette période de mise en route de la Société, aux côtés des consuls, dont l’exemple doit avoir une valeur fortement incitative, et du ministre de l’Intérieur et président de la Société, une bonne partie du haut personnel politique et administratif de la période, hauts fonctionnaires ministériels, préfets, membres du Tribunat et conseillers d’État. Ces derniers sont dix sur la même liste du 9 nivôse, dont Portalis, avec qui il travaillera sur l’élaboration du Code civil, et Crétet, qui comme lui, avait été un des grands acteurs des discussions sur la fiscalité durant la période de la Convention thermidorienne et du Directoire, et qui mettra définitivement en place le cadastre dont Jollivet avait jeté les bases.

Quels liens avec Degérando ? 

Dans sa présentation du legs en 1822, Degérando, laisse supposer à ses auditeurs, par la connaissance qu’il donne de la carrière, de l’œuvre et du caractère de Jollivet, une certaine proximité avec ce dernier. Jollivet a pu rencontrer Degérando, esprit brillant, vite remarqué pour ses qualités intellectuelles et d’exposition27 , dans les salons de Mme de Staël et de Mme Récamier aux débuts du Consulat, ainsi que dans celui de Mme Degérando, également très fréquenté. Les deux hommes ont eu, durant la période impériale, des carrières semblables, en alternant des missions d’administrateur et une activité au Conseil d’État, mais sont dissemblables par l’âge—Degérando est né en 1772—et ne se sont que rarement croisés au conseil où Degérando n’est entré qu’en 1808. Leur proximité peut davantage être liée aux cercles des idéologues, dont Degérando a été proche à la fin du Directoire et aux débuts du Consulat, en particulier à des liens communs avec Destutt de Tracy, qui avait partagé la détention de Jollivet et échangé avec lui des idées sur le système fiscal; il était resté proche de lui par la suite comme Degérando le souligne en 182228 . On pourrait également se demander si Jollivet, comme d’autres sociétaires qui sont davantage des « esprits éclairés » que des praticiens de la science et de la technique, ne fait pas partie des cercles philanthropiques, très présents à la Société, comme le montre l’exemple de Chaptal et de Degérando ; il n’a cependant jamais fait partie des cercles dirigeants de la Société philanthropique, seule son épouse étant une animatrice de la Société de charité maternelle dans son quartier ; Degérando souligne au demeurant son désir de ne jamais se mettre en avant et son goût pour la réflexion solitaire.

Une conception du rôle de la Société qui rejoint celle des fondateurs

Il y a néanmoins un point commun entre les fondateurs de la Société et Jollivet qui réside dans la conception du rôle que doit jouer la Société. Dans son testament, Jollivet écrit qu’il fait son legs à la Société « libre » d’encouragement car « il est nécessaire de lui fournir des moyens assez énergiques pour vaincre les obstacles s’opposent au développement de l’industrie française la rivalité des peuples voisins mieux encouragés ou plus protégés par leur gouvernement ». Il tient donc un discours récurrent depuis l’Ancien Régime chez de nombreux promoteurs du développement économique du pays, pour qui le développement de « l’industrie », entendue alors au sens d’activité productive, doit bénéficier d’une impulsion « d’en haut » pour des motifs autant patriotiques que purement progressistes. Ce discours, qui justifie habituellement, depuis Colbert, l’initiative d’État, prend néanmoins ici une coloration spécifique, celle du rôle que doit jouer une association « libre », c’est-à-dire fondée sur le regroupement de personnes privées poursuivant le même but collectif. Les termes de Jollivet sont à rapprocher, en ce sens, des objectifs énoncés par le futur secrétaire de la Société, Joseph Degérando, lorsqu’il rédige au printemps de l’an IX son projet de Société « libre » d’encouragement, et surtout du discours qu’il prononce lors de la séance de fondation du 9 brumaire an X, lorsqu’il parle du rôle nécessaire des encouragements donnés par « une société indépendante » sur le modèle de la Society of Arts britannique qu’il cite dans son discours et qu’il semble considérer comme un acteur de la puissance de ce pays29 .

Le désir de soutenir la Société dans une période difficile

Jollivet décide de rédiger son testament en octobre 1815, quelque mois après le retour définitif des Bourbons, dans un contexte de réaction après l’épisode des Cents-Jours où de nombreux dirigeants de la Société, avaient été mis en avant, comme son ami Bigot de Préameneu, qui, après avoir retrouvé son ministère des Cultes, avait été nommé à la chambre des Pairs prévue dans l’Acte additionnel, ou comme Chaptal également nommé pair et ministre du Commerce et où la Société avait pu mettre en avant ses idées, par exemple dans le domaine de l’instruction primaire. Les relations de la monarchie restaurée avec la Société sont désormais empreintes de méfiance : méfiance envers des dirigeants suspects de déloyauté ou de bonapartisme qui, dans un contexte de réaction, perdent les postes officiels qu’ils occupaient—Bigot et Chaptal perdent leur pairie, les secrétaires adjoints Claude-Anthelme Costaz et Léonor Mérimée perdent leurs fonctions ; méfiance plus fondamentale envers une institution porteuse de toutes les principes proclamés depuis 1789 dans le domaine économique : la subvention dont elle bénéficiait est supprimée en 1816. Jollivet, qui semble avoir une certaine distance avec le nouveau régime, si l’on en juge par son congé de 1814 et son honorariat à l’été 1815, peut donc, par son legs, avoir voulu consolider la Société, du moins sur le plan matériel, alors que le contexte général, la perte du Grand Empire et la fin d’un sociétariat nombreux, la fin d’une économie isolée, l’amènent à se repenser. Au demeurant, Il va pouvoir constater dans les années suivantes, en entrant au comité de commerce, position plus théorique qu’active, parce qu’il voulait « observer l’activité de la Société » dira Degérando, qu’elle a su relancer son activité, à un moment où les relations avec le pouvoir s’améliorent, et que son legs pourra être bien employé.

Daniel Blouin, 

Commission d’histoire de la Société d’encouragement

  1. https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Jean-Baptiste-Moïse_Jollivet&veaction=edit, en ligne 2009-2024. []
  2. « Jean-Baptiste-Moïse Jollivet », Adolphe Robert, Gaston Cougny (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, FES-LAV, Paris, Bourloton, 1891, p.421. []
  3. « Jollivet (Le comte Jean-Baptiste-Moïse) », Michaud (dir.), Biographie des hommes vivants, Paris, Michaud, vol. 3, 1817, p. 476-477. []
  4. AD89, 5Mi 958/1, paroisse de Turcy, naissances, 1753. []
  5. Jollivet, Méthode des terriers, ou Traité des préparatifs et de la confection des terriers…, par MM. Jollivet frères, commissaires aux Droits seigneuriaux, Paris, Musier fils, 1776. []
  6. AN, MC/ET/LXVIII/614, contrat de mariage, 3 février 1785 ; AD77, 5Mi 4117, paroisse de Grès [Gretz], mariages, 1785. []
  7. Benoit Rittaud, Le Fabuleux destin de rac. 2 https://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=http%3A%2F%2Fpagesperso-orange.fr%2Fjean-luc.bregeon%2FPage%25200-21.htm#federation=archive.wikiwix.com&tab=url, en ligne 2009. []
  8. Jollivet, Principes fondamentaux du régime social comparés avec le plan de la Constitution présenté à la Convention nationale de France, Paris, L’Auteur, 1793, []
  9. Jollivet, Sur l’impôt progressif et le morcellement du patrimoine, Paris, Dupont, an I (1792). []
  10. Jollivet, De la Conservation générale des hypothèques.., Impr. de la République, an IV ; id., « Instructions sur le nouveau régime des hypothèques », Bulletin des lois, an VII ; etc.. []
  11. Gazette nationale, 6 frimaire an V (26 novembre 1795) ; « Ramel (Dominique) », Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007. []
  12. Jollivet, De l’Impôt sur les successions, de celui du sel, et de leur comparaison, soit entre eux, soit avec l’impôt direct, Paris, 1798. []
  13. Lentz, Le Grand Consulat. 1799-1084, Fayard, 1999, p. 370-372. []
  14. Charles Durand, « Conseil d’État », Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, A-H, Fayard, 1999, p. 499-508. []
  15. AN, LH /370/52 []
  16. Arnaud Manas, « Le mythe des 30 deniers du 18 brumaire », L’Économie selon Napoléon, Pierre Branda (dir.), Vendémiaire, Coll. Bibliothèques du xxe siècle, 2016, p. 85-93. []
  17. AN, MC/ET/XLVI/777, inventaire après décès de Louise Durand, épouse Jollivet, le 2 mars 1822 []
  18. AN, MC/ET/XLVI/752, testament de Jean-Baptiste Moïse Jollivet, 30 juin 1818. []
  19. AN, MC/ET/XLVI/732, testament de Louise Durand, 15 juin 1815 ; MC/ET/XLVI/772, codicille, 30 juin 1821. []
  20. Joseph Degérando, « Séance générale du 17 avril 1822. Nécrologie : notice sur le Cte et la Ctsse Jollivet », BSEIN, vol. 21, 1822, p. 145-150. []
  21. ASEIN, GEN-1/19, Liste des membres de la Société d’encouragement…, arrêtée dans la séance du 9 nivôse an X. []
  22. ASEIN, PV du CA, GEN-R5, séance générale du 9 avril 1817. []
  23. Id. ; le registre pour l’année 1818 est en déficit. []
  24. Bulletin des lois, arrêté du 29 frimaire an X,, p. 593. []
  25. Sa présence parmi les initiateurs de la Société, bien que non attestée par les réunions préparatoires, sera mentionnée en 1818 par le secrétaire-adjoint de la Société, Claude-Anthelme Costaz, ((Costaz, Essai sur l’administration de l’agriculture, du commerce, des arts et des manufactures…, Paris, Huzard, 1818, p. 321-322. []
  26. ASEIN, GEN-1/19, Liste des membres…arrêtée…dans la séance du 9 nivôse an X. []
  27. Jean-Luc Chappey, Carole Christen, Igor Moullier, « Introduction », Jean-Luc Chappey, Carole Christen, Igor Moullier (dir.), Joseph-Marie de Gérando (1772-1842). Connaître et réformer la société, PUR, col. Carnot, 2014, p. 11-45. []
  28. François Picavet, Les idéologues…, Alcan, 1891 (reéd. Hachette, 2013), p. 303. []
  29. ASEIN, GEN-R1, Séance générale du 9 brumaire an X. []

Bibliographie de la commission d’histoire de la Société d’encouragement

A côté de la bibliographie générale sur la Société d’encouragement, nous mettons en ligne une bibliographie limitée aux travaux des membres de la Société d’encouragement  et portant sur cette dernière.

NB : cette bibliographie est à jour en avril 2024

Daniel Blouin et Gérard Emptoz,

Avril2024

Cette bibliographie peut être lue ici 

Activités et figures des comités de la Société d’encouragement (1800-1980)

Après avoir décrit dans un premier article, l’évolution de l’organisation et de la composition des comités de de la Société d’encouragement, nous présentons ici un second volet consacré à la présentation des figures marquantes et aux activités majeures successives, au fil des décennies de ces mêmes comités. Ils ont en effet été, au-delà des politiques générales initiées par les dirigeants, les centres d’impulsion de l’action de la Société.

Daniel Blouin, Gérard Emptoz 

L’article peut être lu ici 

Les comités de la Société d’encouragement: principales activités et grandes figures des années 1800 aux années 1980

A l’image de sociétés plus anciennes, et notamment de celle qui a servi de modèle principal à la Société d’encouragement, la Society of Arts de Londres, la Société a divisé son organe opérationnel, son conseil d’administration, en comités spécialisés: ils étaient au nombre de 5 initialement, et leur nombre a été augmenté par la suite, pour répondre à des tâches de plus en plus diversifiées. D’emblée, il a été décidé de les former des personnalités les plus qualifiés dans leur domaine; afin de garantir une expertise de haut niveau. 

Nous voudrions, dans cet article, présenter l’évolution de l’activité de ces comités sur la longue durée ,des années de fondation aux années 1980, limite chronologique supérieure que nous avons décidé de retenir, en raison de l’avancement encore limité du classement et de l’analyse des archives postérieures à cette date.

L’article peut être lu ici   

Les comités de la Société d’encouragement. Organisation et missions (années 1800-années 1990)

Dès sa création, la Société d’encouragement s’est dotée de statuts fixant ses buts, les modalités de son recrutement ainsi que ses règles de fonctionnement. Ces statuts, qui précisaient également la division de son organise délibératif et opérationnel, le conseil d’administration, en comités spécialisés ont été plusieurs fois révisés par la suite. Ces révisions, effectuées dans un cadre juridique contraint du fait du statut d’utilité publique de la Société, ont toujours traduit une volonté d’adaptation à l’évolution de ses missions.    

la présente note avait été rédigée et illustrée dans une perspective de mise en place de de pages historiques sur le site de la Société, l‘Industrie nationale, à l’occasion des 220 ans de la Société, La refonte de ce dernier site l’a rendue inaccessible, comme un certain nombre d’autres notes que nous avions alors écrites dans le cadre des travaux de la commission d’histoire de la Société.

Nous la plaçons donc sur le carnet de recherche de la commission: elle peut être consultée ici.

Daniel Blouin, Gérard Emptoz,

Février 2024.

 

La Société d’encouragement et les pierres factices . La recherche de matériaux pour le cadre de vie (début des années 1800 – début des années 1830).

Dès ses premières années, la Société s’intéresse à la question des matériaux préparés utilisables dans la construction et le décor, que l’on appelle alors les pierres factices, un intérêt qui sera récurrent jusqu’aux années 1860 .

Elle est par exemple, en première ligne dans l’examen des procédés de fabrication des ciments romains de Parker, que le “transfuge” anglais John Smith présente aux autorités françaises au temps de la paix d’Amiens. Après avoir cherché à améliorer les procédés de préparation des plâtres, largement utilisés dans la construction parisienne, elle examine , durant la période de l’Empire, des matériaux de décor, cartons pierres, mortiers, mastics, présentés par divers inventeurs.

Cet intérêt s’amplifie durant la période de la Restauration, avec le recours croissant à ces matériaux : Elle examine les multiples procédés ou préparations qui lui sont soumis, cartons pierres, marbres factices, matériaux de moulage destinés le plus souvent à des décors intérieurs, mais aussi parfois extérieurs, tels les mastics de Dihl. 

Dès l’examen des ciments romains, elle s’était convaincue de l’intérêt de la mise au point d’un matériau polyvalent, permettant à la fois de réaliser des éléments de premier et second œuvre ainsi que des éléments décoratifs isolés d’extérieur, statues, vasques, vases, etc… susceptibles de résister aux intempéries : elle décide, en 1821, d’ouvrir sur ce thème un concours, que l’on appellera rapidement concours des pierres factices  : elle examinera dans ce cadre différentes solutions, basées sur les mastics, les mortiers, ou des combinaisons des deux.. Mais elle donnera vite la préférence aux solutions basées sur les ciments hydrauliques, en valorisant les travaux de d’ingénieurs tels Vicat, Lacordaire; elle décernera finalement le prix en 1831 aux réalisations de la cimenterie du Point-du-Jour de Brian et Saint-Léger.

Cette démarche aux multiples aspects, preuve d’un intérêt toujours en éveil pour toutes les solutions, même si elles se révélaient à l’usage d’une fiabilité limitée, est présentée dans un ensemble de trois études. Elles étaient initialement destinées à servir de base à une communication sur la Société d’encouragement et les pierres factices (1800-1830), au Congrès international d’histoire de l’art prévu à Lyon en juin 2024. Des raisons personnelles m’empêchant d’être présent à ce Congrès, je mets donc les textes de ces études en ligne : 

La première porte sur la démarche de la Société dans les années du Consulat et de l’Empire.

La deuxième porte sur l’examen des procédés et des matériaux de décor dans les années de la Restauration.

La troisième porte sur le concours des pierres factices

Les décennies suivantes sont marquées par un intérêt plus discontinu, mais néanmoins réel , pour les matériaux de décor d’intérieur comme pour les ciments hydrauliques, mais la Société, malgré la création d’une commission du ciment, semble alors renoncer à toute tentative de globalisation de la question, comme elle l’avait fait avec son concours des années 1820. Il est d’ailleurs significatif que, dans les années 1860, alors que cette commission reçoit des documents d’inventeurs comme Coignet ou Monier dont les réalisations auraient pu l’intéresser à cet égard, elle ne cherche pas à les valoriser.  J’ai donc choisi de ne pas présenter cette période dans l’immédiat.   

Daniel Blouin

 

22O ans de la Société d’encouragement

 

En décembre 2021; la commission d’histoire a organisé dans les locaux de l’hôtel de l’industrie , à la demande des dirigeants de la Société, une commémoration des 220 ans de la Société. 

A l’occasion de cette manifestation la Société a édité une plaquette rédigée par des membres de la commission d’histoire , rappelant son évolution ainsi que l’importance de ses fonds patrimoniaux.

Ce document, épuisé, est désormais disponible en version numérique.

Daniel Blouin, Gérard Emptoz, commission d’histoire de la SEIN

   

La Société d’encouragement et la formation technique et professionnelle (début des années 1800-début des années 1920)

La Société d’encouragement naissante avait, dans son programme, “la diffusion des lumières de l’instruction” selon les termes de son secrétaire, Joseph Degérando. Ce volet de son action, qui aurait pu la rapprocher d’institutions comme le Lycée des Arts ou la Royal Institution britannique sera cependant laissé de côté, au profit d’un soutien à des écoles ou institutions.

Elle se préoccupera néanmoins dans la première moitié du XIXe siècle , du développement d’un enseignement technique, par le recrutement d’élèves et parfois le financement de bourses pour l’Ecole vétérinaire d’Alfort dès 1806, les Ecoles d’arts et métiers à partir de 1816, l’Ecole centrale à partir de sa création en 1829. Elle défendra, une première fois en 1848, puis à la fin de l ‘Empire et aux débuts de la IIIe République, la création d’un Institut agronomique. Elle s’intéressera parallèlement à la formation élémentaire, notamment à travers son soutien à la Société pour l’instruction élémentaire à partir de 1815, veillant à ce que l’enseignement mutuel dispensé dans les écoles de cette dernière comporte des notions de géométrie et de dessin pour préparer les futurs travailleurs à leur métier; elle soutiendra également, à partir des années 1830, les cours de dessin de l’école de la rue Monsieur-le-Prince, destinée à former notamment des créateurs de motifs pour les arts industriels. Elle s’intéressera enfin, sous la Restauration à la formation professionnelle des aveugles.  

Dans la seconde moitié du XIXe siècle et jusqu’aux années vingt du XXe siècle,  elle renoncera à un soutien direct aux écoles, mais agira davantage comme un groupe de pression, pour défendre – elle avait amorcé cette politique dès la Monarchie de Juillet – la création d’écoles professionnelles puis l’introduction de matières techniques dans l’enseignement primaire et secondaire. Elle s’intéressera ensuite de plus en plus à l’apprentissage, étant partie prenante de la création, à la fin de l’Empire, de la Société de protection des apprentis; elle encouragera la création par cette dernière, durant les années 1900, de formations en alternance. Elle sera partie prenante, par la constitution d’une commission  spéciale qui sera amenée à examiner des formules très diverses, des longs débats préalables au vote de la loi sur la formation professionnelle en 1921. Elle se donnera enfin, à la fin du premier conflit mondial, une mission de formation des jeunes démobilisés désirant suivre des études d’ingénieurs, en partenariat avec l’Aviation militaire, et décernera un diplôme à l’issue de cette formation.

C’est l’ensemble de cette démarche étendue, comme on le voit, sur la longue durée, qui a été l’objet d’une conférence faite, en décembre 1820, devant les membres de la Bibliothèque des amis de l’Instruction.  Une étude plus développée est en cours de rédaction. Dans l’immédiat, le texte, sous forme de présentation orale, de cette conférence accompagné d’un Powerpoint, est mis en ligne.  

Daniel Blouin, 

Septembre 2023

Georges Claude, un ingénieur civil chercheur et innovateur

Pr Gérard Emptoz Université de Nantes,

Société d’encouragement pour l’industrie nationale

Cet article est une version modifiée de notre contribution pour le projet d’un ouvrage collectif sur « Les ingénieurs civils et la science (19e-20e siècles) » lancé en 2012 au CNAM, à la suite du séminaire organisé par Claudine Fontanon et Konstantinos Chatzis. La première version, soumise aux éditeurs, n’a pas encore été publiée comme prévu.

Suite à de nouvelles recherches dans les fonds historiques de la SEIN, une version remaniée et complétée en mars 2023 de l’article est présentée dans le carnet de recherche de la Commission d’histoire pour mieux souligner les relations que Georges Claude a eues avec la Société d’encouragement au cours de sa carrière.

Le cas de Georges Claude semble particulièrement représentatif du rôle tenu par des ingénieurs civils dans la recherche scientifique et technique, durant les années de la première moitié du XXe siècle. Cet ingénieur s’est distingué par la variété et l’ampleur de ses contributions, aussi bien sur le plan de la recherche fondamentale et de l’invention technique que du développement d’innovations. En même temps, son nom est très connu dans le monde industriel, en particulier pour ses créations d’entreprises, dont la plus célèbre est la société « L’Air liquide » en 1902, entreprise dont la renommée internationale a perduré jusqu’à nos jours. D’autres contributions sont à porter à son actif : l’éclairage au néon, la synthèse de l’ammoniac et aussi l’énergie thermique des mers, pour ne citer que les principales, toutes issues de ses activités inventives.

 

De ce personnage quelque peu atypique, on présentera la carrière d’ingénieur civil et de savant devenu membre de l’Académie des sciences. Parallèlement à la création de ses entreprises, l’ingénieur a su utiliser de nombreux médias pour faire connaître ses travaux et se faire reconnaître comme notable dans le monde des savants et des ingénieurs de son époque1. Enfin, son nom est peut-être également connu à cause de ses choix politiques avant et durant la Seconde Guerre mondiale, avec des conséquences désastreuses pour lui à la Libération.

Pour lire l’article

 

Des espaces au service d’un projet : les hôtels de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale et leurs fonctions au XIXe siècle (1801-1914)

 

En 1997, Serge Benoit et Daniel Blouin ont  rédigé une communication pour le XXème colloque international d’histoire des sciences, tenu à Liège, pour  présenter la façon dont la Société a approprié ses hôtels successifs à ses missions. 

Le texte de cet article, publié dans les actes du colloque mais difficilement accessible dans les bibliothèques, peut être consulté  en ligne (à l’exception des illustrations). sur demande auprès de la commission d’histoire.

Il y a 220 ans, la création de la Société d’encouragement

Le 31 octobre 1801 (9 brumaire an X), un petit groupe d’hommes venus d’horizons divers, savants, hauts fonctionnaires, experts techniques, banquiers, entrepreneurs et esprits « éclairés » au sens du xviiie siècle, se réunit en présence du Premier Consul, Bonaparte, à la préfecture de la Seine alors place Vendôme, sous la présidence du grand chimiste et industriel Jean Antoine Chaptal, ministre de l’Intérieur, pour créer officiellement la Société d’encouragement pour l’industrie nationale.

Ses fondateurs ne sont « certains que de leur bonne volonté » ; certains doutent même de la réussite de l’entreprise. Pourtant, deux-cent-vingt années plus tard, la Société est toujours vivante et l’esprit de ses fondateurs toujours présent. C’est ce long parcours que la commission d’histoire voudrait retracer brièvement ici en s’appuyant sur ses recherches dans les fonds patrimoniaux d’archives et d’imprimés de la Société, qu’elle a la charge de gérer et qui sont désormais officiellement classés.

Une institution originale créée sous le patronage de Bonaparte

Cette création intervient alors que le Premier Consul Bonaparte entend remettre en ordre le pays au sortir de la période révolutionnaire. Il a assigné à Chaptal la tâche de relancer son économie et de lui donner les cadres indispensables à son développement. La Société d’encouragement pour l’industrie nationale est donc conçue comme une institution originale, qui associe l’initiative privée et l’initiative publique.

Son programme lui donne pour mission de « seconder l’industrie dans son développement […] par des encouragements sagement conçus et appliqués » ; nous dirions en termes modernes encourager la créativité afin de stimuler l’activité productive, à une époque où il s’agit de capitaliser la dynamique de modernisation issue du xviiie siècle.

Elle semble prolonger l’activité des sociétés savantes du xviiie siècle, par la mise en œuvre de concours comme par l’affichage d’un désir de mobiliser un « esprit public », imprégné de l’idéologie du progrès et de l’utilité sociale de l’invention, ainsi qu”elle le rappellera constamment.

Elle est néanmoins une institution originale dans le paysage français : son refus des formes académiques, son souci d’utilitarisme, son désir d’efficacité sont autant d’emprunts explicites à la Society of Arts britannique, fondée en 1754, sans équivalent en France et à laquelle on attribuait un rôle important dans l’essor technique de la Grande-Bretagne.

Héritière de l’esprit des sociétés savantes apparues durant la période révolutionnaire, qui affirmaient la valeur de l’œuvre des producteurs, elle proclame qu’elle veut mettre sur le même pied le savant et « l’artiste » dont la théorie et la pratique se fécondent mutuellement.

Elle se caractérise également par l’affirmation d’un libéralisme économique hérité de cette période. Elle valorise la démarche entrepreneuriale individuelle et affirme l’importance de la propriété industrielle.

La Société entre dans le dispositif conçu par Chaptal pour accomplir la mission dont il est chargé, en constituant un lieu central de rencontre entre une action publique qui veut prolonger et amplifier celle des régimes précédents et l’initiative privée, capable de répondre aux sollicitations de l’une et de l’autre, tout en associant dans son activité des experts d’état, des savants et des entrepreneurs.

Daniel Blouin,

Commission d’histoire de la Société d’encouragement

Décembre 2020

L’image multipliée dans les archives de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale : l’exemple des dossiers de concours de la lithographie (années 1820 – années 1840)

Communication faite à la journée d’étude sur : « Formes et fonctions du dessin technique (XVIe-XXe siècle) »,14 octobre 2020, Bibliothèque de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale

Je voudrais, dans mon intervention, vous présenter de manière rapide les archives de la Société, en mettant l’accent sur quelques dossiers, dont l’un sera plus spécialement commenté, et en restant dans la thématique de l’image multipliée. Je voudrais ainsi donner un exemple de ce que nos fonds peuvent apporter au chercheur dans le domaine général de l’image et dans celui, plus spécifique du dessin technique. Vous pourrez par ailleurs regarder tout à l’heure sur les tables et dans les deux vitrines, les documents que je commente, ainsi que les autres dossiers du même ensemble, et qui sont repérés par des étiquettes.

Les sources de documentation sur l’activité de la Société

 Je voudrais d’abord dire quelques mots de nos archives en tant que source de documentation sur l’activité de la Société, ce qui m’amènera à évoquer rapidement le fonctionnement de la Société, et les moyens qu’elle employait pour sélectionner et promouvoir les inventions qu’elle avait jugé utiles.

L’activité de la Société se reflète à travers ses archives

L’activité de la Société était centrée sur son organe délibératif et exécutif, le conseil d’administration, qui recevait les mémoires des inventeurs, ainsi que les mémoires, ouvrages, objets et documents divers, organisait le travail d’examen, écoutait les rapports qui faisaient suite à ces examens, et décidait de récompenser et de promouvoir les inventions qui avaient été jugées utiles. Toute cette activité était consignée dans les procès-verbaux du conseil, dont nous possédons la série à peu près complète. Je vous ai apporté deux registres de des procès-verbaux, dont je vous présenterai l’intérêt, au cours de mon intervention.

Par contre, une grande partie de la correspondance que le secrétariat de la Société entretenait avec les inventeurs, les autorités, les entreprises, et qui aurait pu fournir des informations précieuses, a malheureusement disparu.

Le travail d’examen était réparti, à l’image de la Société de Londres, entre des comités spécialisés : ils étaient à la fondation au nombre de cinq, puis six à partir des années 1870 : mécanique, chimie, arts économiques, – tout ce qui concerne l’équipement de la ville, de la maison, de la personne, agriculture et commerce, encore que ce dernier n’ait longtemps joué aucun rôle. Plus tard un comité de construction et beaux-arts sera créé. Les membres de ces comités proposaient l’organisation de concours, souvent pluriannuels, et examinaient les inventions qui leur étaient transmises par le conseil dans ce cadre, et proposaient de récompenser, prolonger, modifier et clore ces concours. Ils pouvaient également examiner des inventions hors du cadre de ces concours et récompenser celles jugées utiles, c’est ce qu’on appelait les encouragements. Mais il était fréquent que l’examen soit transversal et confié à des membres de plusieurs comités. L’activité de ces comités peut être suivie par des dossiers annuels plus ou moins complets, et par des dossiers de concours souvent lacunaires. Ce n’est pas le cas, toutefois, de l’ensemble des dossiers de concours sur la lithographie, dont je vous ai apporté quelques exemplaires.

On peut ajouter pour parfaire cette brève présentation, que la Société tenait soigneusement sa comptabilité, qui nous permet de suivre de manière extrêmement précise le détail de ses activités, par les dépenses qu’elle pouvait engager en relation avec elles, expériences, déplacements, récompenses, sans parler des dépenses du bulletin. J’ai apporté un registre de comptes pour que vous puissiez découvrir cette source

Le rôle majeur du bulletin

Ce dernier, en effet, créé à l’automne 1802 était le principal organe de promotion de l’activité de la Société, et contenait des rapports sur les inventions jugées utiles, des mémoires originaux et des traductions accompagnées de gravures. Ce bulletin, servi en priorité aux sociétaires, mais également vendu par la suite, d’un format inusité parmi les revues techniques des premières décennies du XIXe siècle, connaîtra un grand succès en France et à l’étranger, comme en témoigne la croissance de sa pagination et du nombre de ses illustrations : il demeure la principale source d’information sur l’activité de la Société. Je vous ai également apporté deux bulletins, afin de vous montrer comment ils complètent, ou remplacent l’information des sources d’archives.

La lithographie, un des temps forts de la question de l’image multipliée

J’ai donc choisi d’inscrire ma présentation dans la problématique de l’image multipliée

L’importance de la question de l’image multipliée

La question de l’amélioration des procédés permettant de reproduire de manière efficace et économique des images sur de supports variés, papier, mais aussi tissus ou céramiques, évoquée par Liliane dans son introduction, puis par Laetitia dans sa communication, à propos notamment du polytypage, a été posée par la Société dès les premiers temps de sa fondation. Elle s’est ensuite vite intéressée à la lithographie naissante, et a soutenu activement, durant les décennies suivantes le développement et les améliorations de ce procédé. Par la suite, à partir de la fin des années 1830, elle s’intéressera aux développements d’une nouvelle technique, la photographie, et à toutes ses possibilités. Elle s’intéressera enfin aux possibilités du cinéma, mais de façon plus marginale.

Plus que sur les besoins propres de la Société, pour sa communication, notamment par le bulletin, cet intérêt reposait sur l’idée, conforme au projet d’utilité sociale sous-jacent dès sa création, que l’image devait être diffusée le plus largement possible, grâce à la diminution des coûts rendue possible par le progrès technique, tout en conservant à l’image une certaine qualité.

Le but était double : tout d’abord didactique, en augmentant la diffusion d’une illustrations scientifique et technique, mais aussi esthétique, en facilitant l’accès à des œuvres à caractère artistique, qu’elles soient des originaux ou des copies.

L’enjeu pour ce groupe d’experts, majoritairement savants et ingénieurs, mais aussi chefs d’entreprise ou « esprits éclairés » qui formaient le conseil de la Société, résidait également dans la valeur ajoutée scientifique et technique qu’ils pouvaient conférer aux progrès du procédé, par la « rationalisation » et l’amélioration des processus chimiques ou physiques, ou des moyens mécaniques qu’il fallait mettre en œuvre pour obtenir ces progrès, et qu’ils pouvaient stimuler, sinon apporter eux-mêmes dans le dialogue qu’ils établissaient avec les inventeurs.

Dans cette présentation de documents d’archives, j’ai choisi de me focaliser sur la question de la lithographie, que la Société a abordé très précocement, et dont elle a été un des principaux promoteurs en France dans la première moitié du XXe siècle.

La lithographie : un procédé pour lequel la Société manifeste un intérêt précoce

Les dossiers d’archives que je vous ai apportés et que vous allez pouvoir consulter tout à l’heure sont ceux d’un ensemble de concours qui retracent un des temps de cet intérêt pour l’image multipliée, lee temps de la lithographie. La Société, après avoir eu connaissance des travaux de Senefelder et des tentatives d’André pour implanter le nouveau procédé à Paris, avait participé fortement, dans les années 1815 à la promotion du nouveau procédé, à l’initiative de l’un de ses dirigeants, son vice-président, Charles-Philibert de Lasteyrie, qui montera la première imprimerie lithographique parisienne en 1815. Outre les travaux de ce dernier, elle va distinguer particulièrement les productions d’Engelmann. Elle va ensuite chercher à démontrer les possibilités du nouveau procédé, eu égard au graphisme technique et publier une lithographie dans son bulletin en 1816, au demeurant, sans résultats probants, malgré la réduction sensible des coûts de production, comme vous vous en rendre compte par vous-mêmes en regardant ce bulletin qui est sur la table.

Au début des années 1820, elle va décider d’accentuer ce soutien, en agissant d’une manière récurrente dans sa démarche, qui consiste à identifier le ou les points sur lesquels il convient d’agir pour améliorer une filière.

Les tout premiers concours, au début des années 1820, vont porter sur la recherche de pierres « indigènes » donc moins coûteuses, et sur celle de supports de substitution, questions qui seront assez rapidement abandonnées, avant d‘être reprises par la suite.

Comme le montre le registre des procès-verbaux du Conseil d’administration, dont on peut voir ici un exemple d’utilisation, la Société va estimer rapidement que l’effort initial n’est pas suffisant

(Doct 1-A, interventions de Jomard, Lasteyrie,  devant le conseil d’administration le 19 juillet 1826)

Ce document montre comment se construisent au sein du conseil les décisions de la Société, en fonction des interventions de différents dirigeants : ici, lors de la séance du 19 juillet 1826, c’est le secrétaire-adjoint, Edme-François Jomard, chargé de la publication de la Description de l’Egypte, et donc spécialiste des questions de gravure, ingénieur-géographe de formation, qui prend l’initiative du débat. Il pose un objectif, le tirage de cartes à bon marché, et un enjeu, un but pédagogique. Il propose au conseil de créer de nouveaux concours sur ce procédé le libellé proposé montre qu’il envisage un champ d’améliorations possibles très large : perfectionner les moyens et procédés de la lithographie, tant pour les instruments…que pour le tirage et l’impression. » Il est soutenu dans sa démarche par Lasteyrie qui estime qu’il y a trop peu d’artistes, mais encore beaucoup de difficultés. Anselme Payen, un « jeune » scientifique, industriel et membre depuis peu du comité de chimie, spécialiste de chimie industrielle et futur professeur de cette discipline à Centrale, intervient à son tour pour souligner que les compositions des encres et des crayons lithographiques sont trop aléatoires. Il voudrait un prix pour un manuel présentant les procédés. Le constructeur-mécanicien Calla, enfin, membre du comité de mécanique, intervient pour demander que l’on distingue dans les concours entre questions de chimie et questions de mécanique. Une commission spéciale est donc constituée

Cette commission spéciale est constituée, d’Edme-François Jomard, de Charles-Philibert de Lasteyrie, d’un « mécanicien », Louis-Benjamin Francoeur, professeur de mathématiques à la Faculté des Sciences, et de trois chimistes : Anselme Payen, Henri-François Gaultier de Claubry, pharmacien et industriel, futur professeur à l’école de pharmacie et d’un personnage incontournable dans l’examen de toutes les questions où sont les jeu les considérations esthétiques et graphique, Léonor Mérimée, secrétaire de l’école des Beaux-Arts. Jomard, Lasteyrie, Francoeur et Mérimée sont en outre depuis longtemps intéressés par la lithographie pour des usages didactiques, par exemple pour la mise au point de tableaux d’enseignement mutuel. Le choix des thèmes, l’élaboration détaillée des concours et leur suivi sera donc un travail d’équipe, même si Payen et surtout Gaultier de Claubry seront le plus souvent chargés des rapports.

L’activité de la commission de la lithographie

Doct 1-B : l’intervention de Payen devant le conseil le 27 septembre 1826)

Le même registre des procès-verbaux relate, quelques semaines plus tard, qu’Anselme Payen va présenter les résultats des travaux de cette commission quelques semaine plus tard, le 27 septembre 1827 : après avoir fait un bilan de l’état actuel du procédé, le rapporteur délivre le verdit de la commission, si les ouvriers et les artistes sont devenus plus habiles, la commission estime qu’il est temps d’appeler à son secours la chimie et la mécanique, pour la délivrer de ses entraves » « l’art lithographique n’a pas connu de progrès technique alors qu’il pourrait s’appuyer sur la chimie et la mécanique ». Il lui faut passer du stade des pratiques empiriques à celui de la rationalisation éclairée, et se soumettre à l’examen des experts de la Société. Il propose un ensemble de 10 concours d’une valeur totale de 6700 f sur les 121 000 f de prix mis au concours cette année-là ; il s’agit donc, cettet, fois, d’agir dans plusieurs directions, d’abord celle des matériels permettant le tirage, rouleaux, procédés d’encrage mécanique et presses, ensuite celle des produits de traçage et d’impression, crayons, encres et vernis, puis deux éléments ponctuels du processus, la préparation des pierres par planage et la correction des travaux par incision, et enfin d’améliorer des techniques dont la commission estime devoir faciliter la mise au point : d’une part, celle de papiers et d’encres permettant l’autographie, et d’autre part, une technique associant l’incision des pierres, héritée de la fin des années 1810, et la lithographie « classique . La commission demande aussi la rédaction d’un véritable manuel, la production d’une « technologie », récompensé par une médaille d’or, d’une valeur de 500 f. Cet ensemble de concours va rapidement évoluer ainsi que les montants proposés, en fonction des clôtures ou des abandons de sujets ; certaines questions étant rapidement résolues, comme celle des presses, que l ;on va voir, d’autres resteront plus longtemps, parfois jusqu’à la fin des années 1840, comme celle des encres, en ayant parfois leur libellé modifié, comme celle de l’incision ; au profit d’une demande de typo-lithographie, notamment pour la production de cartes, dont on a vu l’intérêt que lui portait Jomard, et dont vous verrez des spécimens. D’autres questions sont ajoutées par la suite, comme en 1829, la recherche d’un procédé de lithographie en couleur, sans doute ajoutée devant la demande d’une production qui corresponde à la sensibilité esthétique du public, et que l’on retrouvera dans le soutien à la photographie, et plus tard au cinéma ; d’autres concours seront relancés, tel celui sur les pierres, vite complété par la possibilité de proposer des pierres factices ou des supports en carton ou en métal, comme cela avait été déjà demandé au début des années 1820, dans le but évident de diminuer le temps de préparation des supports et surtout le coût de production. Toutefois, la commission sera de plus en plus amenée à examiner et à récompenser par des encouragements des matériels et des procédés nombreux qui témoignent du dynamisme inventif des lithographes durant la période.

La démarche d’amélioration de la lithographie au prisme d’un dossier du concours sur les presses

 J’ai choisi de mettre l’accent sur un des concours de cet ensemble, celui sur les presses lithographiques, ouvert de 1827 à 1830, et en particulier sur un concurrent dont le dossier me semble bien mettre en évidence à la fois la relation entre la Société et les inventeurs, la manière dont ceux-ci s’efforçaient de répondre à ses propositions, comme l’examen qui était fait de leurs envois ; ils permettent ensuite de présenter la façon dont la Société envisageait la question de l’image multipliée, et plus généralement comment elle procédait dans sa démarche de recherche de l’invention utile, par rapport aux objectifs qu’elle s’assignait.

Le concours sur les presses à la fin des années 1820

Dans le cas du concours sur les presses, je présente d’abord un élément qui n’appartient pas aux archives, mais que chaque concurrent s’était procuré, ou du moins, dont il avait pris connaissance : il s’agit du programme, diffusé annuellement sous forme d’un cahier à part du bulletin, mais pouvant être relié ensuite avec lui, des concours (Doct 2 : programme des concours ouverts en 1826 : présentation générale et concours des presses). Pour chacun d’entre eux, la personne désirant concourir trouvait un programme précis, comportant des attendus et les conditions requises des concurrents : pour la fabrication des presses, le programme, publié dans une première version en 1826, pose, dans les attendus, un triple enjeu : la volonté d’« affranchir les lithographes de la dépendance d’hommes à métier, qui font payer cher leurs routines », le gain de temps dans le tirage, et la limitation des variations de pression, gage de la régularité d’un tirage de qualité..il demande qu’elles puissent être actionnées par une mécanique, et qu’elle assure des tirages d’une qualité au moins équivalente à celle d’ouvriers adroits utilisant des presses à bras. Ce concours est le plus fortement doté des 10, 2400 f , ce qui est logique, compte tenu du coût du matériel. La commission indique que l’évaluation se fera par des essais qu’elle procédera à des essais

Il s’agit donc ici de proposer d’inventer un matériel, visiblement en partant de l’existant, c’est-à-dire la presse d’imprimerie perfectionnée : c’est donc proposer un transfert sinon de technologie, du moins d’éléments de technologie connus.

Le dossier de Brisset

Le dossier dont je souhaite maintenant vous parler est celui d’un concurrent du concours des presses : il s’appelle Pierre-Denis Brisset. Son envoi comporte 7 pièces que vous pourrez voir tout à l’heure sur une table.

1°) Une lettre d’envoi du concurrent ( Doct 3-A : une lettre d’envoi reçue le 28 juin 1828) où le concurrent se présente ainsi que les spécificités de son matériel

2°) Le deuxième document (Doct 3-B : plan à échelle) est un plan à échelle 1/8e également enregistré par l’agent (en pieds pour pouces) de la presse présentée, vue de dessus, de face et de profil, détaillant le mécanisme d’entraînement du chariot.

3°) Le troisième document (Doct 3-C 1°) : détails du plan de format réduit) est un autre plan à échelle de plus petites dimensions (1/14e)  comporte quelques mentions, peut-être ajouté au moment de l’

4°) Le quatrième document est enregistré et signé : il s’agit d’une note présentant rapidement les avantages de cette presse, insistant sur sa solidité et la possibilité de rangement des accessoires, ainsi que les vêtements de l’ouvrier ; il insiste également sur la diminution de la fatigue de ce dernier. Il souligne enfin l’avantage du tirage à droite et à gauche qui empêche que les traits ou liaisons ne s’étalent comme c’est le cas dans une presse ordinaire, où l’on est obligé de retourner la pierre « quand elle fatigue »..

Il termine en donnant ensuite des prix par tirage croissant, mais il est difficile de savoir si ce sont les prix de la machine ?

5°) Le cinquième document, non enregistré, daté et signé du 25 juillet, donc inséré postérieurement dans le dossier, est un certificat du lithographe Renouf, rue d’Enghien, attestant de sa satisfaction à l’usage de la presse « grand aigle », (75 par 106) ce qui paraît surprenant par rapport aux dimensions données par Brisset précédemment, « depuis 6 moi ». Le certificat est également signé par les ouvriers qui en font usage.

6°) Le sixième document, (Doct 3-C 2°) : certificat de Coqueval) également non enregistré, daté et signé du même jour, est un autre certificat d’un lithographe, Coqueval, rue Saint-Denis, également signé par ses deux ouvriers, qui possède deux presses depuis 11 mois, du modèle admis à l’exposition ; il indique que la presse n’a connu depuis ce temps aucune réparation, qu’elle est solide et qu’elle offre la propreté d’un meuble.

7°) Le septième et dernier est un reçu de Brisset en date du 9 décembre 1828, d’un mandat de 400 f qui lui a été délivré par la Société pour sa presse.

On ne possède pas le rapport original effectué sur ce concours des presses pour l’année 1828 par le rapporteur, semble-t-il, Léonor Mérimée, mais on en possède la version imprimée dans le bulletin, (Doct 3-D : rapport de Mérimée sur le concours des presses – 19 novembre 1828) dans le compte-rendu de la séance générale du 3 décembre. Dans la mesure où le rapport, comme le montre le procès-verbal de la séance du conseil du 19 novembre 1828, est adopté sans débat, il est hautement probable, d’après mon expérience, qu’il s’agisse de la version présentée ce jour-là, et ensuite lors de la séance générale.

Ce rapport présente les concurrents qui se sont présentés au concours des presses, au nombre de 4. Il indique, dans le cas de Brisset, qu’il a vu fonctionner la presse chez Langlumé, sans doute parce qu’il est le plus connu des dirigeants, et de plus situé sur la rive gauche : il souligne l’intérêt de pouvoir réaliser des impressions à droite et à gauche ; reprenant la mention de Brisset, il indique la possibilité de faire des tirages de 30 pouces par 20, qui représentent la moitié de la longueur et les deux-tiers de la largeur de la presse. Il mentionne que la presse, en usage chez les deux autres lithographes dont Brisset avait envoyé les certificats, « depuis un an » ; a connu de notables améliorations, ce que l’inventeur laissait entendre. Il rappelle aussi l’usage qui avait été fait de deux presses en campagne en 1822 et la mention honorable de l’exposition de 1827, comme gages de qualité. Il ne reprend pas par contre l’argument de la solidité, ni celui de la facilité d’emploi ? La commission propose d’accorder à l’inventeur un encouragement de 400 f., somme qui peut correspondre au prix d’un tel matériel. Cette pratique de versement d’une récompense en accessit était fréquente depuis les premiers concours, sous le nom d’encouragement ; elle ne doit pas être confondue avec les encouragements, décernés pour des inventions non sollicitées a priori . Elle pouvait prendre la forme d’une médaille, ou d’une somme d’argent. Il est probable que dans le cas de Brisset, la somme était davantage appréciée que la médaille. Cette somme sera, comme on l’a vu dans le dossier, presque immédiatement versée à Brisset qui n’était pas présent à la séance générale, qui se tenait pourtant en soirée, un mercredi. Le registre de comptes présenté (Doct 3-I : extrait du registre de comptes de l’année 1828), atteste du versement de la somme à l’inventeur.

Analyse du dossier

Cet ensemble de documents, même s’il nous manque le rapport original du rapporteur, est extrêmement intéressant, car il nous montre la manière dont les inventeurs, souvent des artisans parisiens, cherchent à se présenter à la Société. Ce qui frappe dans le cas de Brisset, qui donnera plus de détails sur sa carrière dans une lettre à la Société en 1843 (Doct 3-E : lettre de Brisset en janvier 1843) c’est le désir de raconter sa biographie, de façon quelque peu confuse quant à la chronologie, depuis ses tous premiers pas : il se place d’emblée sous le patronage prestigieux de Senefelder pour qui il a fait des presses et qui a commencé à lui apprendre le métier. Il indique avoir ensuite travaillé pour un autre constructeur, qui lui faisait monter et démontrer le fonctionnement des presses, et qui lui a également fait faire des presses dont il s’est attribué le mérite. Brisset souligne qu’il a accepté cet état de fait, mais qu’il a persévéré dans ses efforts inventifs, pour son propre compte. Son humilité et sa persévérance ont donc fini par payer. On remarque ensuite son souci de  précision avec la  présentation d’un plan coté le plus précis possible, comme le demandent les attendus des concours depuis les années 1810.. Par contre, la rédaction de la présentation est assez maladroite, l’auteur aurait pu donner d’emblée la liste des lithographes qui employaient son matériel et les coûts de production de sa machine, par rapport à ceux d’une presse classique, mais peut-être les ignorait-il ? Enfin, la présentation montre un artisan visiblement intimidé par le fait de s’adresser aux sommités scientifiques et techniques qui composent la Société, et qui insiste sur son patriotisme, et sur sa démarche d’autodidacte.

L’ensemble met aussi en lumière les silences de l’examen, puisqu’on ne trouve pas de notes prises par le ou les rapporteurs, sauf peut-être, les annotations sur un des plans, mais il permet néanmoins de comprendre comment le rapporteur travaille, en visitant un des ateliers où fonctionne la presse, et en notant le point qui lui paraît le plus positif d’après les certificats des imprimeurs. Il est de toutes manières difficile d’en savoir plus, il est probable que les notes des rapporteurs étaient des documents personnels, qu’ils conservaient chez eux. En tout état de cause, Brisset est mis en compétition avec un procédé d’impression beaucoup plus novateur, la presse à cylindre de Lefrançois et Benoist, pour lequel le rapporteur manifeste un intérêt prudent, mais suffisamment fort pour proposer un encouragement trois fois supérieur à celui de Brisset.

La poursuite d’une stratégie inventive

Brissset, sans doute encouragé par sa première récompense, et qui désormais , se présente dans l’Almanach comme constructeur de presses lithographiques, continuera à perfectionner sa presse, et participera au concours suivant, organisé en 1830, puisque le concours n’avait pas été clos en 1828. Il retrouve deux autres concurrents de 1828, Engelmann, dont la presse en fer était alors en réparation, et François et Benoist, qui avaient reçu un encouragement de 1200 f pour leur presse à cylindre, et qui ont, eux aussi, perfectionné leur matériel.

Si nous ne possédons pas le dossier de Brisset pour ce nouveau concours, nous avons conservé le rapport manuscrit, que je présente sur une table pour que vous voyez comment il pouvait se présenter, (Doct 4 : le rapport de Gaultier de Claubry le 19 décembre 1830)  (ENC-5/95)). Il estime que la presse de Brisset, en bois, souligne-t-il, est bien conçue, mais qu’elle laisse subsister l’ancien système – ce n’est qu’une presse à bras perfectionnée, qu’on ne pourrait pas actionner par mécanique -, elle ne répond donc pas aux conditions du programme. Brisset ne sera donc que mentionné honorablement.

En fait, on comprend, à la lecture des rapports, que le rapporteur rejette le procédé de Brisset comme trop ancien pour pouvoir être converti à l’énergie mécanique, et donc inapte à une production en grand, ce qui est un des objectifs du concours. Gaultier hésite donc entre le procédé de la presse à cylindre, qui avait déjà été mis en pratique par Lenormand en 1817, proposé par Lefrançois et Benoist, procédé novateur et intéressant en terme de pression, surtout depuis les perfectionnements apportés, mais dont la construction est classique, et celui d’Engelmann, dont la novation réside dans l’usage d’un bâti en métal. Finalement, la Société récompensera les deux modèles.

Quant à Brisset, nullement découragé par le rapport de Gaultier, il continuera à perfectionner sa presse, et finira par déposer en 1833 un brevet de 5 ans pour un modèle bien différent de celui de 1828, ce qui montre que l’organisation de concours et l’examen par la Société pouvait être une étape parfois décisive dans une stratégie inventive. Il cédera en 1843 son affaire à son fils, qui perfectionnera encore ses presses. Mais il s’intéressera, comme c’était déjà le cas en 1833, à divers équipements périphériques, mais importants dans la lithographie , comme la machine à griser qui est présentée dans le dossier de 1843. La maison Brisset existera durant une grande partie du siècle, et que, même si la presse double effet ne semble pas avoir été développée ; sa presse « classique », la « bête à cornes », dans le jargon des lithographes, sera longtemps en usage dans le métier.

 

Daniel Blouin,

Le 14 octobre 2020

Albert Caquot, un acteur essentiel du développement de la société d’encouragement à la fin des années 40 et au début des années 50

 

La Société d’encouragement, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, doit trouver un nouveau souffle; elle y parviendra grâce à une équipe de dirigeants de grande qualité, parmi lesquels l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Albert Caquot (1881 – 1976). 

Si la carrière d’ingénieur et de haut-fonctionnaire technique d’Albert  Caquot est aujourd’hui bien connue, son rôle de dirigeant de la Société l’est moins. Nous voudrions aujourd’hui le mettre en valeur dans cet article.