Archives de catégorie : Outils

Bibliographie de la societe d’encouragement

Cette bibliographie rédigée par la commission d’histoire de la Société  (à jour au 30 mars 2021) fait le bilan de  tous les ouvrages ou articles à caractère historique qui font référence à  la Société d’encouragement, que ce soient des études centrées sur ses aspects généraux, sur  des aspects ou des personnages spécifiques, ou des études faisant largement références à son activité. Elle inclut également des études et  des communications éditées sur le blog de la commission d’histoire, Histoire et Innovation,  en ligne sur hypotheses.org  

Daniel Blouin

25 mai 2021

Consulter la bibliographie

Les collections imprimées de la bibliothèque de la société d’encouragement

 

Alors que le long travail de classement et d’inventaire des collections imprimées qui forment la bibliothèque de la Société d’encouragement est en voie d’achèvement, et que le classement de ce fonds patrimonial, à côté des archives de la Société, en souligne l’intérêt pour le chercheur, il a semblé nécessaire à la commission d’histoire de le présenter brièvement, tel qu’il se présente actuellement. Pour l’histoire de la constitution de ce fonds, le lecteur peut se reporter à l’article publié dans ce blog par Daniel Blouin et Gérard Emptoz : « Constitution, usages et valorisation des collections de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, (Années 1800-Années 2000) un projet fondateur, une mise en œuvre tardive, une sauvegarde récente »,  en septembre 2019 : http://histoiresein.hypotheses.org/686 

La composition et l’organisation du fonds imprimé de bibliothèque

En février 2021, le fonds de bibliothèque de la SEIN est riche de 35 751 imprimés. Cet ensemble se décompose en 17.419 volumes et 1.182 titres français et étrangers de périodiques, à quoi on ajoutera 81 « Recueils factices », des brochures et des pièces isolées contenues dans 157 cartons, ainsi que des catalogues commerciaux groupés dans 31 cartons.

L’Hôtel de l’industrie, installé depuis 1851 à l’adresse actuelle, a connu de nombreux réaménagements, ce qui fait que les collections se trouvent dans plusieurs emplacements. La salle principale est celle de la bibliothèque historique, créée en 1890 sur deux niveaux, la salle inférieure destinée aux ouvrages, la galerie supérieure ou mezzanine destinée aux périodiques.  Le reste des collections est réparti dans d’autres salles, soit prévues d’origine pour abriter des volumes, comme la salle Montgolfier et celle des Trois consuls, soit affectées à cet usage en raison des vicissitudes des réaménagements de l’Hôtel : on compte au total onze emplacements différents.

Qu’il s’agisse de monographies, sous forme d’ouvrages, de brochures ou de périodiques, c’est une bibliothèque de sciences, de techniques et d’industries, qui correspond aux activités historiques de la SEIN. Les collections ont été constituées au fil du temps par des acquisitions, des dons et des échanges avec des sociétés savantes dans le monde entier.

La période couverte par la majorité des collections s’étend du début du XIXe jusqu’à la seconde Guerre mondiale. Cet ensemble patrimonial, dont l’histoire a pu être reconstituée récemment par la Commission d’histoire, reste accessible à toute demande extérieure de consultation.

 

Ses ouvrages

La plupart des disciplines techniques sont représentées dans cet ensemble de 17.419 volumes : on peut citer par ordre d’importance décroissante : agriculture et agroalimentaire, mines et métallurgie, génie civil et transports, chimie industrielle, machines et mécanique, économie sociale, enseignement, économie, sciences pures, etc … 

Il convient d’ajouter à cet inventaire le remarquable fonds donné en 1834 par l’un des fondateurs et vice-président de la Société, l’érudit et philanthrope Charles Philibert de Lasteyrie : il est riche de 809 ouvrages anciens allant de la fin du xvie jusqu’au début du xixe siècle, en plusieurs langues, un fonds principalement riche en ouvrages d’agronomie. 

De nombreux dons d’autres dirigeants et de sociétaires, souvent ingénieurs des Grands Corps de l’État ont aussi étoffé les collections dans beaucoup de domaines.

Certains ouvrages de la bibliothèque présentent une iconographie très riche. On trouve à côté de gravures parfois superbes contenues dans certains d’entre eux, des atlas de grande dimension, dans les domaines de la mécanique, du génie civil ou parfois dans des domaines scientifiques comme l’astronomie.

Une part conséquente de ces ouvrages (plus de 50%) date de la période 1881-1939, période où la Société s’est impliquée dans la valorisation de la science industrielle, dans le cadre de la seconde industrialisation, et où elle a joué un rôle significatif, grâce à une bibliothèque pleinement fonctionnelle, dans la production de bibliographies spécialisées. On note cependant, à côté du fonds Lasteyrie déjà mentionné, un nombre significatif d’ouvrages (près de 10% du fonds) remontant aux premières décennies de l’histoire de la Société :  ce sont notamment des traités fondamentaux de chimie industrielle ou de mécanique, alors que la Société entendait, par la promotion de la technologie, s’impliquer pleinement dans le soutien à la première industrialisation.

Ses périodiques 

Le fonds de périodiques, fort de 1.182 titres, compte un total de 11.337 volumes. Si les deux-tiers environ des titres sont en français, une des spécificités de cet ensemble est la forte présence de publications scientifiques et techniques notamment britanniques et allemandes, mais aussi américaines ou italiennes, majeures dans leur domaine. Cette importance est sensible dès le début du xixe siècle

Le fonds offre également une grande diversité de thèmes : on rencontre des publications plus généralistes comme celles de la Smithsonian Institution de Washington, à côté de grandes séries comme les Annales des Mines ou le Génie civil. Si le fonds conserve des périodiques purement scientifiques, souvent de chimie, de physique mais aussi de géologie, il est constitué, pour la plus grande part, par des périodiques techniques, dont le nombre de titres et la diversité vont en augmentant, surtout à partir des années 1890, pour les raisons évoquées plus haut de production de bibliographies spécialisées. Ces titres couvrent principalement le domaine de la chimie appliquée, ceux de la sidérurgie et d’autres domaines des techniques du feu comme la céramique et la verrerie, les domaines de la mécanique et du génie civil, les domaines de la seconde industrialisation, telles l’électricité, l’automobile et l’aéronautique, et enfin le domaine de l’agriculture.

Quant au Bulletin de la SEIN, paru entre 1801 et 1943, plusieurs collections en sont conservées, dont une complète préservée sur place et enregistrée à la BNF. 0n compte aussi une collection quasi-complète de la revue L’industrie nationale parue entre 1948 et 2003 à la suite du Bulletin.

La collection du bulletin a aussi été entièrement numérisée et est accessible sur le site du CNUM. Les lecteurs désirant faire des reproductions numériques de qualité sur les planches originales peuvent néanmoins accéder aisément aux volumes, de même qu’est possible la consultation des exemplaires rares des trois premières années, dont les collections extérieures ne conservent que des rééditions. La majeure partie de la collection de l’Industrie nationale est également numérisée et n’est consultable que sur place.

Ses collections des brochures et de tirés à part

Ces collections sont un des éléments les plus originaux de la bibliothèque : elles ont composées de brochures biographiques concernant souvent des dirigeants de la Société, mais surtout par la documentation envoyée, dès les premières années de la Société, par les inventeurs qui désiraient obtenir son appréciation sur les sujets les plus divers, machines, constructions, outillages, procédés. Ces documents de la première moitié du XIXe siècle forment un ensemble de 81 « Recueils factices » représentant 1523 pièces. Il convient d’ajouter à ce premier ensemble 4695 brochures, tirés à part, notices diverses, envoyées à la Société à partir de la seconde moitié du xixe siècle et placées dans 157 cartons. On trouve enfin 767 catalogues commerciaux de la même période placés dans 31 cartons.

Une bibliothèque d’intérêt majeur pour l’historien des sciences et des techniques

Le rapprochement, initié en 2017 et encore en cours, de l’ensemble des collections de la SEIN bibliothèque avec le SUDOC, fait d’ores-et-déjà apparaître que 4234 ouvrages ne se trouvaient qu’à la SEIN par rapport à toutes les bibliothèques du SUDOC et que 40 périodiques représentant 224 volumes ne se trouvaient également qu’à la SEIN.

Il convient d’ajouter que la bibliothèque de la SEIN permet aux chercheurs parisiens la consultation sur demande d’ouvrages, certes présents dans la base du SUDOC, mais qui ne sont accessibles que dans des bibliothèques de province.

On soulignera également que les lecteurs sont accompagnés par la Commission d’histoire dans leurs recherches dans la bibliothèque de la SEIN. L’accès aux ouvrages, même anciens se fait directement, sans les délais souvent demandés dans d’autres bibliothèques dont les fonds anciens peuvent être dans des réserves parfois éloignées.

En tout état de cause, les fonds contiennent des ouvrages d’une grande importance pour l’historien des sciences, des techniques et des entreprises, que ce soient les ouvrages d’agronomie anciens de la collection Lasteyrie, les ouvrages de chimie appliquée des premières décennies du xixe siècle, les atlas présentant de grandes réalisations de génie civil ou les ouvrages traitant des questions d’organisation et de normalisation.

Par ailleurs les collections de brochures, notices, pièces, catalogues comprennent des pièces parfois uniques, ou souvent difficiles à trouver dans les autres bibliothèques ; elles fournissent aux chercheurs des informations souvent très détaillées, accompagnées parfois d’une intéressante iconographie.

Les périodiques les plus anciens, français et étrangers, notamment allemands et anglais, constituent une source précieuse et riche en iconographies, sur les débuts de la première industrialisation en Europe. Les grandes collections de périodiques techniques étrangers de la fin du xixe siècle et des premières décennies du xxe siècle, telles les revues métallurgiques anglaises ou américaines et les revues chimiques allemandes, dont la Société se plaisait déjà à souligner l’importance, représentent une autre source essentielle d’information pour les recherches.

Un fonds dont l’inventaire est en voie d’achèvement

L’inventaire des collections, informatisé, est formé de deux bases de données Access, l’une consacrée aux monographies, l’autre aux publications en série ou périodiques.

Cet inventaire est actuellement pratiquement achevé.

Afin de compléter les manques dans des bases de données et les normaliser, la SEIN a fait intervenir en 2019 une société d’ingénierie documentaire, la société GRAHAL. Ce travail complémentaire a notamment permis d’ajouter 462 monographies et 5547 volumes de périodiques additionnels. Ces ajouts sont actuellement en cours de vérification pour intégration dans les deux bases Access existantes.

 

Daniel Blouin, Gérard Emptoz, Jean-Pierre Soleilhavoup

Février 2021

 

La collection numérisée du bulletin dans le CNUM

Le Bulletin de la société d’encouragement pour l’industrie nationale est une source indispensable, non seulement pour l’histoire de la société, mais aussi, comme l’on souligné depuis depuis longtemps, pour la compréhension de l’évolution des techniques; L’ampleur de la matière traitée,  la qualité des rapports sur les produits et les procédés  présentés, l’intérêt des planches et des illustrations, en font  un ouvrages de référence.

La Société d’Encouragement entreprend de publier un Bulletin comme support de son activité et de sa sociabilité à partir de l’automne de l’an XI/1802. Il est diffusé en priorité auprès des sociétaires, particuliers, entreprises ou institutions comme autres les sociétés savantes, mais aussi aux principales administrations et aux bibliothèques publiques nationales, ainsi qu’à des sociétés savantes et à de grandes bibliothèques étrangères.Il paraîtra sans interruption de l’an XI à 1943.

Publié sous la forme de cahiers mensuels d’un format inusité parmi les publications techniques de l’époque, reliés par année avec, durant les premières décennies, des cahiers annexes, comportant les programmes des concours  et les listes des adhérents, son volume augmente régulièrement: fort de près de 500 pages dès le milieu du XIXe siècle, il s’enrichit très fortement pour avoisiner les 2 000 au début du XXe . Dès le début, il est  accompagné de planches gravées sur cuivre, en hors-texte, accompagnées, dans les années 1820 de quelques essais de gravures lithographiques. A partir de 1855, des gravures sur bois sont également insérées dans le corps du texte. La photographie, enfin, est régulièrement utilisée pour les illustrations à partir du milieu des années 1890.

Ce Bulletin a eu pour finalité première de rendre compte, mois par mois, des travaux de son Conseil composé à l’origine de cinq Comités spécialisés (Arts mécaniques, Arts chimiques, Arts agricoles, Arts économiques, Commerce). Ces Comités remplissent une mission d’expertise des inventions et découvertes qui leur sont soumises, et d’encouragement à l’innovation par le biais de prix, concours et récompenses. Il devient rapidement bien davantage qu’un organe interne de la Société, comportant, en plus des rapports des Comités, des articles de fond originaux et des traductions d’articles techniques, des notices d’actualité; s’ajoutent, des listes de brevets français et étrangers dans la première moitié du XIXe siècle ainsi qe  des listes et des comptes rendus bibliographiques dont le nombre va se multiplier à partir de la fin du XIXe siècle.

De la sorte, le Bulletin s’est affirmé comme un instrument majeur d’information technique et industrielle. Son rayonnement est suffisamment attesté par le nombre de ses articles reproduits in extenso, résumés ou traduits dans nombre de périodiques français et étrangers ou dans les compte rendus des expositions industrielles. Ses illustrations gravées, soucieuses de précision, témoignent pour le début du XIXe siècle de l’avènement d’un nouveau graphisme technique développé autour du Conservatoire des arts et métiers où il est formalisé par Leblanc fils.  La multiplication des gravures insérées dans le corps des articles, dans la seconde moitié du siècle, marque le souci d’éclairer précisément ces derniers.

Ce Bulletin est diffusé auprès de ses sociétaires dans l’ensemble du pays ; il est également, avec la participation financière des autorités, accessible à tous dans toutes les bibliothèques publiques. De plus en plus étoffé et de mieux en mieux illustré, il fait l’objet d’échanges avec les principales institutions et sociétés scientifiques et techniques analogues en Europe, principalement en Angleterre, en Allemagne, en Belgique, mais aussi en Italie et en Espagne. On peut aussi le trouver dans les bibliothèques de grandes institutions des Etats-Unis, notamment celle de la prestigieuse Smithsonian Institution, ainsi qu’en Amérique latine

On peut se reporter à la communication de Catherine Koblentz,  ainsi qu’à sa thèse, pour en comprendre la structure du Bulletin et le rôle qu’il pu jouer dans le développement de l’activité de la Société durant la première moitié du XIXe siècle. La contribution rédigée par Daniel Blouin et Gérard Emptoz, « Constitution, usages et valorisation des collections de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale… (années 1800-années 2000) », dans Sylvain Wenger (dir), Penser, classer les collections des sociétés savantes, Slatkine, 2018, p. 19-30, permet également de comprendre sa fonction essentielle de diffusion de la documentation reçue par la Société.

Depuis 2008, le bulletin de la Société d’encouragement est numérisé dans le  Conservatoire Numérique (CNUM), ce qui évite les attentes dans les bibliothèques et les manipulations fastidieuses de volumes.  L’accès à la liste des volumes se trouve ici

Dix tables analytiques ont été publiées jusqu’en 1912, et sont également numérisées. Elles permettent donc de retrouver les références d’un mot-vedette de titre d’un article ou d’une planche, ainsi que d’un nom propre. Mais il faut se reporter ensuite au bulletin numérisé correspondant en repartant de la liste annuelle.  La liste des tables numérisées se trouve à la fin de la liste des volumes.

Il existe également une possibilité d’entrée et de recherche par les tables annuelles, où les entrées sont parfois plus détaillées que dans les tables analytiques, mais elle est assez longue, quand on ne recherche pas un volume précis.

La commission d’histoire détient  une collection complète des bulletins et des tables. Toutefois, ces ouvrages étant fragiles, il est conseillé de travailler sur la base du CNUM.  La possibilité d’accès aux originaux est réservée  aux chercheurs qui souhaiteraient reproduire, par photo numérique, des pages des bulletins, en particulier  des planches.

Pour faciliter les recherches dans l’ensemble des bulletins, la commission d’histoire a élaboré un outil d’interrogation dans l’ensemble des tables annuelles, qui  offre une  synthèse des occurrences des mots-clés recherchés. Cet outil est accessible sur un poste de travail dans ses locaux

Présentation des archives de la SEIN

Une des sources principales de l’histoire de la société d’encouragement est constituée par ses archives, qui couvrent la période qui va de la  fondation jusqu’au début des années 1980. Elles ont fait l’objet de deux campagnes de classement et d’inventaire, en 1995 et en 2011.

Elles sont accessibles sur rendez-vous auprès de la commission d’histoire de la SEIN, de préférence par couriel à l’adresse sein.histoire@gmail.com.

Le fonds est très important, sinon essentiel, pour l’histoire de la société en elle-même; il est d’un intérêt plus inégal en ce qui concerne l’histoire de l’innovation, en raison de certaines lacunes.

Les principes du classement et les principaux points d’intérêt du fonds sont présentés dans un texte d’introduction. Il est préférable, pour  les chercheurs intéressés, de le  consulter préalablement à une demande de rendez-vous. On peut le lire en ligne ici.