La musique, un domaine de prédilection de la SEIN

La Société d’encouragement pour l’industrie nationale s’est intéressée de manière durable au domaine musical et, plus généralement, au domaine du son : entre 1802 et 1940, ce ne sont pas moins de 216 communications, rapports, mémoires, qui ont été publiées dans son Bulletin sur ces thèmes, parfois de manière très développée et illustrée.

Dans une communication faite en août 2011 au Congrès de l’International Committee for the History of Technology (ICOHTEC), tenu à Glasgow, et que nous publions ici, Serge Benoit a abordé les raisons et les aspects de cet intérêt de la Société: il porte aussi bien sur les innovations en matière de facture d’instruments, que sur la démarche des physiciens pour étudier et analyser les ondes sonores.

Au cours du XIXe siècle, la musique étend ses publics, et les instruments trouvent de nouveaux utilisateurs. A côté de l’exigence de qualité –l’exigence de pureté du son -, voulue en tout premier lieu par les compositeurs et les interprètes, on voit bien comment l’exigence esthétique, mais aussi, surtout s’il s’agit d’un instrument de salon, l’exigence de formes sont importantes. Pour séduire de nouveaux publics, de nouveaux instruments, ou de nouveaux registres de jeu sont proposés. On voit dans l’article la fortune des pianos droits, mais aussi l’intérêt pour des instruments plus surprenants à nos yeux contemporains, tel le violonista, ce violon mécanique que mentionne Serge Benoit.

A côté de la demande pour une musique jouée en salle de concert, et pour une musique de salon, la demande pour un jeu plus grandiose, destiné à accompagner les cérémonies religieuses, dans les grandes églises, appelle la mise au point de nouvelles grandes orgues, capables d’un jeu plus varié. Serge Benoit le montre dans l’étude de la question des relations de la Société avec Cavaillé-Coll au milieu du XIXème siècle

Dans les préoccupations de la Société, la question du son et de son réglage, apparaît comme une question récurrente. On le voit dès la Restauration avec l’encouragement à la fabrication de cordes de qualité, cordes et chanterelles en boyau, mais aussi cordes métalliques, un point qui n’entre pas dans le cadre de cette communication. Par contre Serge Benoit, développe largement la question de la recherche, effectuée par Jules Lissajous au milieu du XIXème siècle, sur la définition du la normal, sous l’égide de la Société.

La souplesse d’exécution et le registre des instruments suscitent aussi l’intérêt de la Société : elle porte une grande attention aux mécanismes – ceux des pianos, ou ceux des orgues- et aux dispositifs – notamment les pédales – qui permettent de varier les jeux.

Serge Benoit s’attache également à montrer la dimension économique de la facture et le soutien apporté à l’organisation d’entreprises innovantes comme celle de Pleyel et Wolff.

Il évoque, enfin, dans sa communication, les hommes, les dirigeants de la Société qui se chargent de ces études : un Francoeur, un Lissajous sont des savants et des connaisseurs du domaine musical, surtout le premier qui était à la fois un éminent mathématicien et un bon violoniste.

En conclusion, cet article, comme d’autres travaux récents, souligne, au-delà du domaine musical, l’intérêt de la Société, pour toutes les questions à la fois scientifiques et techniques, qui touchent aussi le domaine de l’art ou celui de l’esthétique. Il n’est que de prendre l’exemple de la lithographie, puis de la photographie, celui des matériaux de moulage pour le décor, le vaste domaine, enfin, des produits d’imitation, destinés à l’équipement de la maison (tapis, tentures, vases,) ou simplement aux personnes (les bijoux en simili par exemple).

C’est que la SEIN, à son échelle, ne cherche pas uniquement à répondre aux attentes de spécialistes, me semble t’il. Elle inscrit son activité dans une société qui aspire de plus en plus à s’approprier les valeurs, à partager les goûts qui étaient naguère l’apanage d’élites restreintes. Favoriser les perfectionnements de la facture musicale, explorer davantage le domaine du son, c’est participer aussi à la popularisation de la musique dans cette société.

 

Daniel Blouin, commission d’histoire de la SEIN

Boris Vian, un ingénieur très parisien par Jean-François Belhoste, Mardi 21 janvier à 17 h 30

Boris Vian, un ingénieur très parisien

conférence de Jean-François Belhoste, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes-études, membre de l’association Centrale-Histoire

mardi 21 janvier 2014, à 17 h 30,

1513251_731740260178151_1296022051_n
Archives nationales, hôtel de Soubise, Chambre du Prince, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75004 Paris (M° Hôtel de Ville ou Rambuteau).

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

L’itinéraire personnel de Boris Vian s’inscrit tout entier dans le cadre parisien. Entré à l’Ecole centrale des arts et manufactures, il y fit sa scolarité rue Montgolfier, à deux pas du Conservatoire des arts et métiers, entre 1940 et 1942. Né à Ville d’Avray (Hauts-de-Seine), il avait fait ses classes préparatoires au lycée Condorcet. Et c’est place de la Bourse qu’il trouva son premier emploi à l’Association française de normalisation (Afnor) où il resta jusqu’en 1946 et écrivit ses premiers romans. Amoureux du jazz, Vian passait cependant ses soirées à jouer de la trompette dans les caves, ce qui le conduisit à Saint-Germain-des-Prés où il côtoya Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir au café de Flore et aux Temps Modernes. Son œuvre non seulement se ressent de cette vie toute parisienne, mais exprime aussi, à peine voilée, sa formation axée sur la technique et les sciences appliquées. L’Association des Centraliens a choisi Boris Vian comme « Centralien de l’année 2013 » et la promotion des élèves de cette année porte son nom.

Conférence de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France

Les paris de l’industrie, 1750-1920 : une exposition, des conférences, un colloque, un ouvrage

EXPOSITION, du 5 décembre 2013 au 7 janvier 2014
 
                     Les paris de l’industrie, 1750-1920
 
 image006
Signe de l’entrée dans la modernité pour les uns, porteur de régression sociale pour les autres, l’ère industrielle est assurément une période de profondes transformations du tissu urbain et d’importants bouleversements du champ économique et social. Cette révolution, qui s’entend sur plusieurs décennies, a non seulement bouleversé les rapports de la société à son environnement, mais elle a aussi apporté de nouveaux risques, largement débattus dans l’espace public : habitants, médecins, ouvriers, administrateurs et entrepreneurs s’interrogent et parfois s’opposent sur la manière d’appréhender ce choc industriel. Cette exposition rend compte de cette mutation extraordinaire, des paris de l’industrie, en prenant appui sur des matériaux souvent peu connus, rarement montrés et jamais réunis, en se focalisant principalement sur les transformations de la capitale, sans oublier les traces subsistant aujourd’hui encore dans le patrimoine. 
 
INFORMATIONS PRATIQUES

Lieu : Réfectoire des Cordeliers, 15, rue de l’Ecole de Médecine, Paris 6e

Dates : 5 Décembre 2013- 7 Janvier 2014

Horaires : Tous les jours de 11 h 00 à 19 h 00, nocturne le jeudi jusqu’à 20 h 30.
Fermé le 25 décembre et le 1er janvier.
Accès : Métro Odéon ou Cluny-la-Sorbonne. RER B, Luxembourg ou Saint-Michel.

Entrée libre

Vernissage, le mardi 10 décembre à 18 h
Exposition organisée par le Comité d‘histoire de la Ville de Paris et placé sous le commissariat scientifique de Thomas Le Roux, chercheur au CNRS, Maison française d’Oxford, Centre de recherches historiques (EHESS).
ACTIVITES CONNEXES 
 
_Cycle de conférences
4 octobre 2013- 14 Janvier 2014, Les paris de l’industrie, au Petit Palais. conférences à venir :
 
_Colloque international
19 et 20 décembre 2013, Risques et accidents industriels, fin XVIIe-fin XIXe siècle,  Conservatoire National des Arts et Métiers
 
 _Livre.
Thomas Le Roux, Les paris de l’industrie, 1750-1920. Paris au risque de l’industrie, Créaphis, 2013.
En librairie en décembre 2013

L’imaginaire et les techniques, Colloque international du 14 au 16 novembre à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale

flyer_head

JEUDI, 14 NOVEMBRE 2013

09h30-10h00 Accueil des participants par la Commission d’histoire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale

10h00 – 12h00 Présentation du colloque

10h00 – 10h30 Introduction
Marina Maestrutti et Fabian Kröger
10h30 – 11h00 L´Imaginaire et la pensée technique – Une approche anthropo-historique
Anne-Françoise Garçon (Equipe d ́Histoire des Techniques, Institut
d‘histoire moderne et contemporaine (IHMC), CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
11h00 – 11h30 Design, imaginaire, et innovation collective
Mathias Béjean (UPEC, Mines Paris chaire DTMI), Olivier Hirt et Marine Royer (ENSCI)
11h30 – 12h00 L’objet chargé d’âme et le progrès
Victor Scardigli (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CETCOPRA)

12h00 – 13h45 Pause déjeuner

Session 1 : L’imaginaire de la mobilité

Présidence: NN
14h00 – 14h30 Railway Travel, Mythologies of Modernity, and Collective Imagination in Interwar France
Natalia Starostina (Young Harris College, USA)
14h30 – 15h00 « Papa, Maman et … Auto ». Comment André Citroën a imaginé l’automobile domestiquée
Mathieu Flonneau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IRICE
15h00 – 15h30 Histoire technique et imaginaire de la voiture autonome
Fabian Kröger (Doctorant, Équipe d ́Histoire des Techniques, Institut d‘histoire moderne et contemporaine (IHMC), CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

15h30 – 16h00 Pause café

Session 2 : L´imaginaire dans la conception technique et dans le design

Présidence: Laurence Raineau, (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, CETCOPRA)
16h00 – 16h30 Décoder le réel en apprenant à concevoir son identité imaginaire
Gilbert Giacomoni et Mathias Béjean (CGS – Chaire TMCI (FIMMM) – Mines ParisTech)
16h30 – 17h00 Quelques défis anthropologiques de la robotique personnelle
Gérard Dubey, (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CETCOPRA)
17h00 – 17h30 Critical Design : Des futurs possibles, probables et préférables
Marine Royer (EHESS – ENSCI-Les Ateliers)
17h30 – 18h00 Biologie Narrative
David Benqué (Royal College of Art, London)

Présentation des projets du workshop « Biotechnologies et design », ENSCI

VENDREDI, 15 NOVEMBRE 2013

Session 1 : L´Imaginaire des grands systèmes techniques

Présidence: Bernadette Bensaude-Vincent (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CETCOPRA)
09h00 – 09h30 Les imaginaires de l’innovation technique. Regard anthropologique sur le passé dans la perspective d’un avenir incertain
Alain Gras (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CETCOPRA)
09h30 – 10h00 L’institution imaginaire de l’aéronautique
Sophie Poirot-Delpech (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CETCOPRA)

10h00 – 10h30 Pause café

Session 2 : L’Imaginaire des sociétés techniciennes

Présidence: Victor Scardigli (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CETCOPRA)
10h30 – 11h00 Techno-imaginaire des réseaux
Pierre Musso, (Chaire Modélisations des imaginaires, Télécom ParisTech et Univ. Rennes 2)
11h00 – 11h30 Imaginaires et promesses. Deux approches des discours sur la technique
Patrice Flichy (Professeur émérite Université Paris Est Marne la Vallée, LATTS)
11h30 – 12h00 Les cercueils de verre : Imaginaire de la « virtopsie »
Valérie Souffron (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

12h00 – 14h Pause déjeuner

Session 3 : L´imaginaire dans la conception technique et dans le design

Présidence: Anne-Françoise Garçon (Équipe d ́Histoire des Techniques, Institut
d‘histoire moderne et contemporaine (IHMC), CNRS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)
14h00 – 14h30 Etendre les imaginaires, parler des techniques qui n´existent pas: Les théories de la conception comme langage de l´inconnu
Benoit Weil et Pascal Le Masson (Chaire Théorie et Méthodes de la Conception Innovante, MINES ParisTech)
14h30 – 15h00 Imaginaire de l’industrie, (re)design de la visite d’usine
Simon d’Hénin (ENSCI)
15h00 – 15h30 Design et partenariats d’exploration CEA / entreprise : le design comme vecteur d’émergence de nouveaux objets de coopération
Noémie Lesartre et Stéphane Villard (ENSCI)

16h00 -16h15 Pause café

Session 4 : Le rôle de l´image dans l´imaginaire technique

Présidence: Nicolas Pierrot (Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire / Chercheur associé à l ́Équipe d ́Histoire des Techniques, Institut d‘histoire moderne et contemporaine (IHMC), CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
16h15-16h45 L’imaginaire et techniques anciennes en Afrique subsaharienne
Hélène Kienon-Kabore (Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody à Abidjan)
16h45 – 17h15 Emergence et transmission de l’image du bateau-cheval en Scandinavie ancienne et médiévale
Barbara Auger (Centre de Recherche sur l’Imaginaire de Grenoble)
17h15 – 17h45 Poids Akan à peser l’or du XV au XXè siècle. Imaginaire, symbolisme et culture technique
Koffi Innocent Diezou (Doctorant, Équipe d ́Histoire des Techniques, Institut
d‘histoire moderne et contemporaine (IHMC), CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

17h45 – 18h15 Entre théorie et pratique : construire l’imaginaire de l’ingénieur
Benjamin Ravier-Mazzocco (Docteur en histoire, chercheur associé
à l ́Équipe d ́Histoire des Techniques, Institut d‘histoire moderne et contemporaine (IHMC), CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Cocktail

SAMEDI, 16. NOVEMBRE 2013

Session 1 : Mise en imaginaire des techniques: Récit, Science, Fiction I

Présidence: Marina Maestrutti  (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, CETCOPRA)
9h-9h30 Généalogie imaginaire de la technoscience
Gilbert Hottois (Université libre de Bruxelles)
9h30-10h00 L’imaginaire technique dans les fictions policières : des représentations à la production de récits policiers
Marianne Chouteau, Céline Nguyen (Université de Lyon, ITUS – UMR 5600 Environnement, Ville, Société)
10h00-10h30 Résurgence des figures mythiques et réflexion sur l’évolution individuelle et sociétale dans l’imaginaire contemporain, l’exemple de quelques séries (Fringe, Dark Angel, Dollhouse, Continuum, Orphan Black)
Hélène Machinal, (Université de Bretagne Occidentale, EA 4249 HCTI)

10h30 – 10h45 Pause café

Session 2 : Mise en imaginaire des techniques: Récit, Science, Fiction II

Présidence: Marina Maestrutti  (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, CETCOPRA)
10h45 – 11h15 Télégraphe, enregistrement audio, internet: trois technologies, trois techniques d’écriture, pour trois imaginaires de la communication et de la modernité ?
Isabelle Krzywkowski (Université Stendhal-Grenoble 3, Centre de recherche sur l’imaginaire (CRI))
11h15 – 11h45 Imaginer la vie humaine durable grâce à la science-fiction
Sylvie Allouche, (Université de Technologie de Troyes (CREIDD)/University of Bristol (CEM))
11h45 – 12h15Roland Barthes à Tchernobyl. Une approche Barthésienne des mythes nucléaires
Frédérick Lemarchand (Université de Caen, Pôle RISQUES, MRSH-CNRS UMS3486)

12h15 – 13h00 Conclusion générale avec les directeurs des séances.

 

incriptions https://techniqueimaginaire.wordpress.com/

Parution : Les expositions universelles en France au XIXe siècle…

  Si les expositions universelles sont au cœur de l’histoire des pratiques culturelles, elles sont aussi l’un des lieux de naissance de la technique comme utopie du    progrès et de la modernité. Parce qu’elles favorisent des rapprochements entre le passé et l’avenir de l’humanité, entre les civilisations du monde, entre la diversité des productions humaines, elles promeuvent un universalisme de la technique. Dans un mouvement réflexif, la technique devient un savoir public, elle intéresse les visiteurs bien au-delà des cercles professionnels. Nouvelle mythologie, elle acquiert une valeur d’identifiant national et le statut de lieu de mémoire. Et pourtant, qu’en est-il, au milieu du xixe siècle et dans le demi-siècle qui suit, des espoirs libéraux et saint-simoniens mis dans l’industrie, à l’heure où l’autonomisation de la technique et les logiques émancipatrices qui lui étaient associées plient sous l’emprise d’une division du travail dont le sens se fait de plus en plus aliénant ? Qu’en est-il aussi de l’admiration pour la technique, alors que s’affirment l’hégémonie des beaux-arts et la sacralisation de l’artiste comme figure du génie ? En lien, quelle place est faite au patrimoine technique éphémère des expositions universelles ?

C’est l’intérêt de ce volume de restituer la complexité des discours, des intentions et des perceptions autour de la technique et de la modernité dans la société française de la seconde moitié du xixe siècle. Cinq thèmes structurent l’ouvrage : les représentations, l’innovation et les savoirs techniques, les produits nouveaux et les stratégies de valorisation, les publics des expositions, le patrimoine technique des expositions.

 

Anne-Laure Carré (Musée des arts et métiers) est spécialiste de l’histoire des matériaux, en particulier du verre, et des liaisons entre art et industrie.

Marie-Sophie Corcy (Musée des arts et métiers) est historienne de la photographie et des techniques visuelles, ainsi que des collections techniques.

Christiane Demeulenaere-Douyère (précédemment aux Archives nationales), historienne des sciences et des techniques, a consacré des travaux aux expositions universelles à partir des fonds des Archives nationales et organisé en 2010 l’exposition Exotiques expositions… Les expositions universelles et les cultures extra-européennes.

Liliane Hilaire-Pérez (Université Paris-Diderot/EHESS) travaille sur l’histoire de l’invention et des savoirs opératoires, en particulier en milieu artisanal.

 

En savoir plus

Évolution du rôle sociétal de l’entreprise en Europe du XIXe au XXIe siècle : dialogues interdisciplinaires 28-29 novembre 2012 Université Paris 7

 

 

28 novembre: 8h.45 – 17h.30:

Salle 454A Luc Valentin, bâtiment Condorcet, 10 rue Alice Domon et Léonie Duquet,

 

29 novembre: 9h.00 – 17h.30

MATIN: Amphi Buffon, bâtiment Buffon, 15 rue Hélène Brion

APRES-MIDI: Salle 415B, bâtiment Halle aux Farines, 17 esplanade Pierre Vidal-Naquet

 

 

Contact: petia.koleva@univ-paris-diderot.fr

Comité d’organisation: Petia Koleva et Thomas Lamarche (LADYSS), Liliane Pérez (ICT), Koen Vermeir (SPHERE)

 

 

 

28 novembre: 8h.45 – 17h.30

Salle 454A Luc Valentin, bâtiment Condorcet, 10 rue Alice Domon et Léonie Duquet, XIIIe

 

8h45-9h : Accueil des participants

9h10-9h30 : Introduction : Petia Koleva et Liliane Perez

 

Session 1. La RSE entre communication et pratiques

Président de séance: Yorgos Rizopoulos (Paris 7 Ladyss), discutante: Jouhaina Gherib (Université de la Manouba, Tunis)

– 9h30-10h: Olivier Blandin – Univ. Paris 7 et ATEMIS (Enjeux sociaux et modèle économique d’entreprise : le cas de la prise en compte des clients fragiles par la Poste)

– 10h-10h30: Arnaud Passalacqua – Univ. Paris 7 (La RATP et sa responsabilité sociale : entre service public, fascination pour la technique et exposition sur l’espace public de 1949 à nos jours)

– 10h30-11h: Marie-Pascale Senkel – Univ. de Nantes (Etude longitudinale du discours sur l’environnement dans le rapport d’entreprise : le cas Deutsche Post- DHL)

– 11h-12h: Discussion

 

Session 2. L’entrepreneur, une figure humaniste au XIXe siècle ?

Président de séance : Koen Vermeir (Paris 7 Sphere), Discutants : Natacha Lillo (Paris 7 ICT) et André Gueslin (Paris 7 ICT)

– 14h- 14h30: Daisy Bonnard – Musée des Tissus, Lyon, Liliane Pérez – Univ. Paris 7 (Les Guimet père et fils. De l’entreprise chimique au musée des religions, XIXe-XXe siècles)

– 14h30-15h: Thierry Renaux – EHESS-Centre A. Koyré et Institut pour l’Histoire de l’Aluminium (Une industrie en genèse et ses territoires : le cas de l’aluminium en France (1855-1890))

– 15h-15h30: Pause café

– 15h30-16h : Valérie Burgos – CNRS et centre KOYRE (La prise en compte des demandes de la société civile par les entrepreneurs : le cas des conférences de la Société d’Encouragement)

– 16h-16h30: Shai Srugo – Univ. de Haïfa/ICT (Le rôle de Alliance dans la formation professionnelle au Maroc, 1914-1945)

– 16h30-17h30: Discussion

 

29 novembre: 9h.00 – 17h.30

MATIN: Amphi Buffon, bâtiment Buffon, 15 rue Hélène Brion, XIIIe

APRES-MIDI: Salle 415B, bâtiment Halle aux Farines, 17 esplanade Pierre Vidal-Naquet

 

Session 3. Perspectives comparées de la RSE dans l’Europe et son voisinage

(séance avec le séminaire annuel du GIS Collège international des sciences du territoire)

Président de séance : Jean-Yves Moisseron (IRD et GIS CIST), discutant : Pierre Beckouche (Paris 1 et GIS CIST)

– 9h-9h30: Petia Koleva – Univ. Paris 7 et Jouhaina Ghérib – Univ. de la Manouba, Tunis (Quelle place pour la RSE dans les sociétés en transition : une comparaison PECO – Tunisie )

– 9h30-10h: Pascal Grouiez – Univ. de Nantes (Responsabilité sociale des exploitations agricoles russes et structuration de la filière agroalimentaire : enjeux économiques et sociétaux)

– 10h-10h30: Pause café

– 10h30-11h: Manuela Martini – Univ. Paris 7 : (Paternalisme à petite échelle. Récits et pratiques entrepreneuriales dans la France des Trente Glorieuses)

– 11h-11h30: Liliane Crips – Univ. Paris 7 (Genre et RSE dans un pays émergent : le cas d’une entreprise de tapis en Azerbaïdjan)

– 11h30-12h30: Discussion

 

Session 4. Lectures institutionnalistes de la RSE face à la crise [Salle 415B!]

Présidente de séance : Nicole Azoulay (Paris 7 Ladyss), discutant : Thomas Lamarche (Paris 7 Ladyss)

– 14h-14h30: Jean-Pierre Chanteau – Univ. de Grenoble (RSE et mode de régulation)

– 14h30-15h : Nicolas Postel – Univ. Lille 1 (RSE et transition institutionnelle)

– 15h-15h30: Pause café

– 15h30-16h: Michel Capron – Univ. Paris 8 (Pour une lecture socio-historique de la RSE)

– 16h-16h30: Olivier Favereau – Univ. Paris 10 (La réinstitutionnalisation de la firme)

– 16h30-17h30: Discussion

Télécharger le programme


Colloque sur William Le Baron Jenney, centralien et architecte des premiers gratte-ciels, les 17, 18 et 19 décembre à Paris

William Le Baron Jenney fait partie de ces jeunes étrangers qui sont venus faire leurs études d’ingénieur à l’Ecole centrale : un colloque récent a souligné combien ils furent nombreux depuis sa fondation jusqu’à la fin du XIXème siècle, y compris des étudiants américains.

Le  Baron Jenney, issu d’une famille de la grande bourgeoisie de la côte Est des Etats-Unis, est une de ces personnalités aventureuses qui jalonnent l’histoire du développement de ce pays. Désireux de se former à la carrière d’ingénieur, il choisit la France et l »Ecole centrale : il va vivre et étudier dans un pays qui, dans cette période des débuts du second Empire, est en pleine expansion, notamment grâce à l’essor des chemins de fer, et dans un Paris en pleine mutation urbanistique. Ayant obtenu son diplôme en 1856, avec comme spécialité la construction, et après avoir complété sa formation à l’Ecole des Beaux-Arts, il finira, après maintes péripéties, par s’établir comme architecte et urbaniste aux Etats-Unis, où il est considéré comme l’un des pères des premiers gratte-ciels édifiés à Chicago à partir des années 1880.

Un colloque lui sera consacré à Paris les 17, 18 et 19 décembre : il réunira spécialistes français et américains qui analyseront l’importance et le contexte de sa formation française ainsi que le caractère novateur de ses réalisations dans le cadre de l’expansion urbaine aux Etats-Unis durant le dernier tiers du XIXème siècle.

Voici le programme

Séminaire : histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles), année 2012-2013

Lé séminaire de l »EPHE « histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles) », animé par Jean-François Belhoste vient de reprendre ses activités.

Comme les années précédentes, ce séminaire est articulé autour de deux grands thèmes :

  • 1. Technique, science et industrie à Paris.
  • 2. Connaissance des matériaux : de la production à l’usage.

La diversité des origines et des pôles d’intérêt des participants, chercheurs, étudiants en mastère et doctorants en histoire des sciences et des techniques, en histoire de l’art, ou encore en histoire de l’architecture et de l’urbanisme, favorise le dialogue et permet de jeter un regard croisé sur les questions abordées.

Parmi les questions à l’ordre du jour cette  année, citons William le Baron Jenney, centralien et l’un des premiers réalisateurs de gratte-ciels aux Etats-Unis, en relation avec le colloque international qui lui sera consacré au mois de décembre, à l’initiative de Centrale Histoire.

La mode masculine dans la première moitié du XIXème siècle, entre représentations, création et matériaux.

La fabrication d’instruments de musique à Paris au début du XIXème siècle : les hommes, les entreprises, les innovations.

Les Jacob, fabricants de meubles à Paris.

Les banquiers parisiens dans la première moitié du XIXème siècle : les hommes, les réseaux, les activités, et l’implication dans l’industrialisation: on étudiera en particulier le cas des Périer.

L’aérostation : les acteurs, les réseaux et la recherche d’innovations. On étudiera en particulier le cas de Giffard.

 

Ce séminaire a lieu tous les mardis de 12 h à 14 h dans la salle de l’EPHE, à l’INHA, galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

 

 

Premier numéro d’e-Phaïstos, revue en ligne d’histoire des techniques

Le Centre d’Histoire des Techniques de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (équipe du CH2ST / EA 127) annonce la parution du numéro 1 d’e-Phaïstos, revue en ligne bi-annuelle d’histoire des techniques.
 Les éditeurs ont choisi de mettre l’accent sur la jeune recherche, sur l’ouverture à toutes les disciplines SHS travaillant sur les techniques et la technologie, et enfin sur l’ouverture à l’international.
Ce premier numéro comprend :

– Un dossier sur le patrimoine maritime, coordonné par Déborah Cvikel, de l’université de Haïfa, avec des articles d’Eric Rieth, Vanessa Loureiro, Manuel Montanez, Emilien Afane et Carlos del Cairo Hurtado.

– Différentes rubriques :

– « Un objet, une technique ». Ivan Lafarge ouvre cette rubrique avec un article sur les murs à palisser de Montreuil.
– « Un ouvrage nous a appris ». Bernard Delaunay détaille ici sa lecture de Nicolas Monteix et Nicolas Tran (dir.), Les Savoirs professionnels des gens de métiers. Etudes sur le monde du travail dans les sociétés urbaines de l’Empire romain, Naples, CNRS, Centre Jean Bérard, 2011
– publication de deux positions de thèses : Nicolas Pierrot et Yann Bencivengo.
– « Horizons internationaux ». La rubrique débute par un panorama de la patrimonialisation de l’industrie en Chine, rédigé en anglais par Yanqiu Xu, du Chengdu Municipal Museum (Sichuan; Chine).

Vous pouvez le télécharger ici

Faut-il encourager par la démonstration ? La destinée du cabinet des modèles de la SEIN dans la première moitié du XIXème siècle.

Dès les premières semaines de sa fondation durant l’hiver 1801-1802, la société d’encouragement pour l’industrie nationale avait souhaité se doter d’un cabinet de modèles. Elle renouait ainsi avec une tradition ancienne des institutions savantes, mais elle s’inscrivait aussi dans le souci didactique affirmé sous la Révolution, de faciliter par l’exemple la diffusion des savoirs.
Ce cabinet de modèles qui devait être étoffé par le dépôt des objets primés ou simplement exposés lors des séances générales devait, aux yeux de certains dirigeants constituer à terme un « musée industriel », qui devait être un des pôles d’attraction de la société au même titre que sa bibliothèque technique. Mais pour des raisons à la fois matérielles, le manque de place dans les locaux que la société occupera entre 1801 et 1851, mais aussi stratégiques – la majorité des dirigeants estimera très vite que la priorité devait être accordée à la diffusion du bulletin -, la collection de modèles sera peu à peu cantonnée dans des armoires, puis dans des remises. Lorsque la société s’établira dans son nouvel hôtel en 1851, après avoir tenté de nouveau de leur dédier un espace spécialisé, elle décidera de céder ces modèles à diverses institutions dont le Conservatoire des Arts-et-Métiers, qui en conserve encore aujourd’hui bon nombre dans ses collections.
Chloé Sauvalle, dans son rapport de stage de master 2 soutenu en 2006 à l’Université Paris-VII sous la direction de Pascal Crozet, Liliane Hilaire-Perez et Marie-Sophie Corcy, a étudié ce cabinet des modèles, en ce qu’il représente une histoire commune aux deux institutions, la société d’encouragement et le Conservatoire.
Ce travail très documenté, qui a utilisé les fonds d’archives,jette un éclairage utile à la fois sur la stratégie « mobile » de la société, dans le cadre de laquelle le cabinet apparaît, se structure puis disparaît, et la destinée des objets, une fois ces derniers transférés au Conservatoire.
Chloé Sauvalle qui a eu l’occasion de présenter ses recherches lors des journées d’étude « Cabinets de curiosités, collections techniques et musées d’arts et métiers : origines, mutations et usages, des Lumières à la seconde guerre mondiale » tenues en octobre 2011 à l’Université Paris Diderot, en cours de publication, a accepté notre demande de publication pour l’ensemble de ce travail de master.
Cliquez sur le lien

Trois articles sur la SEIN dans le bulletin de la société historique du VIème arrdt.

En novembre 2011, Denis Woronoff, Serge Benoit, Daniel Blouin et Gérard Emptoz avaient accueilli dans l’hôtel de la société, 4 place Saint-Germain-des-Prés, le président Bruno Delmas et les membres de la société historique du VIème arrdt,pour une visite commentée de l’hôtel et une série de trois conférences sur l’histoire de la SEIN (Serge Benoit), les 12 premiers présidents de la SEIN (Gérard Emptoz) et l’histoire de l’hôtel (Daniel Blouin).
La version imprimée de ces conférences est  désormais disponible dans le bulletin de la société historique du VIème arrdt , nouvelle série, n° 24, 2011. Ce bulletin peut être consulté à la commission d’histoire, au secrétariat de la SH VIème (à la mairie du VIème arrdt). Il est également accessible dans de nombreuses bibliothèques municipales parisiennes, en particulier celle du VIème arrdt, et existe en usuel à la bibliothèque historique de la Ville de Paris, rue Pavée.

Colloque Jomard, le savoir et l’action, le 5 octobre 2012 Amphithéâtre Becquerel, École polytechnique, Palaiseau

Colloque organisé par le Centre Alexandre Koyré/CNRS-EHESS-MNHN, la Société des amis de la bibliothèque et de l’histoire de l’École polytechnique (SABIX), et l’association Mémoire de Lozère le 5 octobre 2012 à l’Amphithéâtre Becquerel, École polytechnique, Palaiseau.
Daniel Blouin, membre de la commission d’histoire de la SEIN, présentera une communication « Animer et Inciter : Jomard et la SEIN (1816-1862) »

Il y a cent cinquante ans, le 23 septembre 1862, mourait Edme-François Jomard, dernier survivant de la Commission des sciences et des arts de l’expédition de Bonaparte, académicien des inscriptions et belles lettres, et habitant érudit de Lozère, hameau palaisien dont le souvenir est conservé par le nom de la station de RER qui dessert l’École polytechnique.
L’exposition organisée à la bibliothèque de l’École polytechnique, sous l’autorité d’ Yves Laissus, le biographe de Jomard, est l’occasion de revenir sur la personnalité et sur l’œuvre de cet ingénieur géographe, polytechnicien de la première génération, qui fut surtout responsable de la publication de la Description de l’Égypte et fondateur de la Société de géographie et du cabinet des cartes de la Bibliothèque nationale, mais également promoteur de l’instruction publique, de l’industrie nationale, des voyages de découverte et de l’ethnogéographie, et… ennemi de Champollion.

 

Alliant le savoir et l’action, Jomard fut encore un ardent acteur et un fervent partisan de la modernisation de l’Égypte sous Méhémet Ali, pour laquelle il œuvra à sa manière durant soixante ans après son retour de l’expédition de Bonaparte, notamment en dirigeant la Mission scolaire égyptienne à Paris et en coordonnant ou favorisant l’envoi d’experts français en Égypte. Jomard-Bey nous invite donc aussi à revenir sur les voies de la modernisation de l’Égypte, entre réformes, utopies, occupations et révolutions, objet de la table-ronde finale.

 

Programme

 

9h00         Accueil des participants

9h15         Patrice Bret (Centre Alexandre Koyré),

                  Présentation générale

 

Session 1 : L’homme et l’œuvre : quête et mise en scène du savoir

Présidence Yves Laissus (Paris)

 

9h30          Hervé Martin (Mémoire de Lozère),

                  Cultiver son jardin : Jomard à Lozère

 

10h00        Paul-Marie Grinevald (Paris),

                  Jomard et la Description de l’Égypte

 

10h30        Pause-café

 

Session 2 : L’altérité, du terrain au musée       

Présidence Claude Blanckaert (CNRS/Centre Alexandre Koyré)

 

10h45       Hélène Richard (Inspection générale des bibliothèques, ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche/ministère de la Culture),

                  Jomard et la diffusion des sciences géographiques

 

11h15       Michel Van Praët (MNHN/Centre Alexandre Koyré),

                  La question muséologique : présentation fonctionnelle ou géographique des collections

 

11h45       Discussion générale

12h00        Déjeuner

13h30       Visite de l’exposition Jomard, sous la conduite d’Yves Laissus, commissaire,

Marie-Christine Thooris, Delphine Gallot et Olivier Azzola (Centre de ressources historiques de l’École polytechnique)

Session 3 : Militance et pédagogie du progrès

Présidence Bruno Belhoste (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

 

14h15       Daniel Blouin (SEIN, Paris),

                  Animer et inciter : Jomard et la Société d’encouragement pour l’industrie nationale

 

14h45       Renaud d’Enfert (Institut français de l’éducation/SHE & Univ. Paris Sud/ GHDSO)

                  Jomard, Francœur… et les autres : des polytechniciens engagés dans le développement de l’instruction élémentaire

 

15h15       Discussion générale

 

Session 4 : Avec, sans et après Jomard : les voies de la modernisation en Égypte

Présidence Jean-Luc Chappey (IHRF/Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

 

15h30       Bruno Argémi (Provence Égyptologie, Marseille),

                  Jomard, Clot-Bey et la modernisation de la médecine dans l’Égypte de Méhémet Ali

 

16h00         Pause-café

 

Session 4 (suite)

16h15        Table ronde et discussion générale

animée par Jean-Luc Chappey (IHRF/Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), autour des thèmes suivants : L’Égypte, un espace de réformes et d’utopies au XIXe siècle ? La place de l’Égypte dans l’espace colonial français et européen au XIXe siècle. Questions sur l’histoire contemporaine de l’Égypte…

 

Avec la participation de :

Michel Levallois (Société des études saint-simoniennes, Paris), sur la présence des saint-simoniens en Égypte au XIXe siècle.

Arnaud Ramière de Fortanier (Association Ferdinand de Lesseps et du canal de Suez, Paris), sur Lesseps et le Canal de Suez, et sur les nouvelles coopérations entre la France et l’Égypte.

Christiane Demeulenaere-Douyère (Archives nationales, Paris), sur l’Égypte et la modernité dans les expositions universelles.

Armelle Le Goff (Archives nationales, Paris), sur les transferts et échanges d’histoire naturelle avec l’Égypte Khédiviale.

 

et Robert Solé (journaliste et écrivain, Paris), sur l’histoire contemporaine, de l’indépendance à la révolution égyptienne.

 

17h45       Yves Laissus (Paris),

                  Conclusion : Jomard revisité

 

18h00        Cocktail

Journée d’étude Usines 3D

La modélisation 3D au service du patrimoine industriel

La journée d’étude  » USINES 3D – Bilan et perspectives d’une recherche ANR », s’est tenue Vendredi 3 février 2012 à la Cité des sciences et de l’industrie. Cette journée a rendu compte d’un travail de recherche historique mené depuis 2008 par le CRHST et le LHEST dans le cadre de l’ANR « Corpus et outils de la recherche en sciences humaines et sociales ». Elle présente la méthode mise en place, les acquis des chantiers engagés et les supports de la dissémination de ses principaux résultats. Par la reproduction en images de synthèse de quatre sites et installations remarquables du patrimoine industriel français, Usines 3D renseigne de façon inédite sur l’histoire du travail en usine et des processus industriels de fabrication.

Grâce à la réalité virtuelle 3D, nous suivons l’impact d’une implantation industrielle ou manufacturière sur son territoire, le poids durable des bâtiments et des infrastructures même après leur disparition du paysage, les traces d’un travail souvent oublié, car en grande partie occulté par les sources historiques classiques. Ces modèles virtuels sont fondés sur l’élaboration de corpus numériques complexes. Ils s’appuient sur le dossier documentaire complet de chaque établissement à reconstituer. Ces sources sont indexées et intégrées à des bases de données informatiques inter-opérables. La reconstitution en 3D restitue l’enveloppe du bâtiment dans son environnement, suit l’évolution des équipements successifs de l’usine et permet la simulation des gestes du travail. La maquette sert donc de plateforme de confrontation des ressources documentaires produites par le corpus. Elle propose une représentation correspondant à un état de la recherche et permettant un approfondissement de l’analyse historique.

Avec ce produit multimédia original, le programme répond également aux attentes des entreprises concernées, des villes de tradition industrielle et des institutions patrimoniales soucieuses de proposer des repères concrets et des moyens de transmission des mémoires du travail.

usine 3d

© LHEST/Archéovision
photo de groupe usines 3d

Les intervenants

Bruno Jammes, directeur adjoint de la BSI; Alain Zozime, professeur et vice-président de l’université  d’Évry; Alain Michel, maître de conférences (LHEST, université d’Évry /CRHST, CSI) ;Stéphane Pouyllau, ingénieur de recherche (Adonis, CNRS); Loïc Lespinasse, modeleur (ArchéoVision, CNRS) ;
Robert Vergnieux, ingénieur de recherche (ArchéoVision, CNRS); Jean-Louis Loubet, professeur (LHEST, université d’Évry) ; Nicolas Hatzfeld, professeur (LHEST, université d’Évry); Paul Smith, ingénieur d’études (direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture et de la communication); Serge Benoît, maître de conférences (LHEST, université d’Évry); Olivier Rignault, réalisateur et Alain Michel co-réalisateur; Delphine Usal, technicienne (centre Alexandre-Koyré, CNRS); Alain Pichon, ingénieur d’études (LHEST, université d’Évry); Michel Cotte, professeur honoraire, université de Nantes.

voir les enregistrements des interventions sur  le site de la Bibliothèque des Sciences et de l’Industrie/CSI. Paris.

Crédits

© Bibliothèque des Sciences et de l’Industrie/CSI. Paris.

Réalisation du dossier : Jean-Marc Baholet

Date de mise en ligne : 28 Juin 2012

Projet de thèse : Du comité aux conférences, les espaces de sociabilité du Comité des arts physiques de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (1948-1980).

Projet de thèse

Du comité aux conférences : les espaces de sociabilité du Comité des arts physiques de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (1948-1980).

Cette étude, qui constitue un prolongement de mon master d’histoire des techniques du Conservatoire national des arts et métiers soutenu en octobre 2011, s’inscrit dans l’histoire de la sociabilité industrielle, technique et scientifique à travers l’observation d’une société savante : la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (SEIN). Si cette institution a déjà été étudié à maintes reprises, on ne connait encore que peu sa période contemporaine du fait notamment de l’inaccessibilité de ses fonds d’archives postérieurs à la Seconde Guerre mondiale.

Ma recherche interroge les liens entre industrie, technique et science, dans le contexte particulier d’une société savante « dans le monde nouveau qui émergeait de la guerre», notamment en mobilisant l’apport de méthodes des sciences sociales, à savoir la prosopographie, l’analyse de réseau et la lexicométrie.

Je prépare ce doctorat à l’EHESS sous la direction de  Liliane Hilaire-Pérez  au sein du Centre Koyré.

Un carnet de thèse rendra compte de cette recherche.