Archives par mot-clé : Une

Les symboles gravés de la Societé d’encouragement


Pour se donner une identité, la Société d’encouragement a cherché dès ses premières années à se doter de symboles, qui allaient figurer sur les médailles qu’elle décernait aux personnes qu’elle souhaitait récompenser, ou comme en-têtes sur ses actes officiels et sa correspondance.

L’étude de cette symbolique permet de comprendre ce que la Société entendait donner comme image d’elle-même, et d’en montrer les évolutions. Elle permet également d’apprécier la qualité de certaines des gravures , preuve que les relations entre la Société et les milieux artistiques ont toujours été étroites.

Pour accéder à l’article

 

La bibliothèque de la Société d’encouragement : un projet logique, une histoire complexe

 

L’histoire de la bibliothèque de la Société d’encouragement est complexe : forme d’action jugée majeure par les fondateurs de la Société, la mise à disposition d’une documentation, technique, ouvrages, périodiques, textes manuscrits, documents iconographiques, fut sans doute, de tous leurs projets, celui qui fut réalisé le plus tard, puisque près de quatre-vingt-dix ans s’écoulèrent avant l’ouverture effective.

Une première approche de cette histoire avait été présentée en novembre 2015. De nouvelles recherches ont été menées par la suite; elles ont permis de mieux comprendre la place qu’avait tenu la bibliothèque et ses collections dans les projets et les activités de la Société, et d’élaborer un phasage de son histoire; ces travaux ont été présentés, à l’occasion d’un colloque “Penser/Classer les collections techniques” organisé par la Société des Arts de Genève en novembre 2016. 

Ces recherches ont été élargies et approfondies par la suite, pour une meilleure compréhension de ces différentes phases, ainsi que des éléments récurrents dans les manières successives devoir ses collections pour la Société. 

Une présentation de ce nouvel état des recherches a été fait en février 2019, au cours du séminaire EHESS de Madame Liliane Perez, “L’expérience des techniques : collections, reconstitutions, savoirs et savoir-faire”. 

Pour lire l’article

 

Histoires de bouteilles : La SEIN et l’innovation dans la préparation et le conditionnement des boissons (des années 1820 au début du XXème siècle)

 

Cette note correspond d’abord au texte d’une communication orale faite en avril 2012 au séminaire de Jean-François Belhoste. Dans le cadre du cycle “connaissance des matériaux : de la production à l’usage”, une session avait en effet été consacrée à l’évolution de la fabrication des bouteilles, en relation avec l’évolution de la consommation de vin et donc des “usages de table”, en relation également avec l’essor des marchés de consommation et donc les problèmes de transport, et enfin bien sûr en relation avec les problèmes de garde. Mon intervention était consacrée à la présentation de trois axes d’innovation suivis par la société dans les années 1820-1840 : sur la résistance des bouteilles, sur leur bouchage, et sur leur étiquetage, essentiellement pour les vins mousseux de Champagne.

Mais il m’a semblé intéressant d’élargir ici la perspective, en montrant comment la société avait également suivi, en étroite relation avec les questions précitées, trois autres questions : celle de la fabrication et du conditionnement des eaux gazeuses, dans les années 1820-1880, celle du bouchage et du débouchage rapide des bouteilles, et enfin celle de la fabrication semi-mécanisée puis mécanisée des bouteilles dans la seconde moitié du XIXème siècle.

La démarche d’encouragement sur tous ces thèmes constitue en effet un très bon exemple de la façon dont la société conduit l’innovation dans une filière : elle mène, tout d’abord, des actions parallèles dans des domaines proches, par exemple celui des eaux gazeuses et celui des vins mousseux; mais elle est également capable de relancer, dans le temps, des questions mal résolues, comme celle de l’homogénéité des caractéristiques des bouteilles qui ne sera réglée qu’à la fin du XIXème siècle

Il m’a enfin paru intéressant de souligner à quel point, sur le long terme, ces efforts d’innovation ne sont pas uniquement le produit de considérations techniques, mais qu’ils reflètent une demande sociale en constante évolution.

Le présent travail est encore en cours de finition et de relecture ; il manque encore, notamment, l’appareil critique qui lui conférera une assise plus scientifique. J’ai indiqué par contre, en caractères italiques gras les numéros des planches de la présentation, accessible par un autre lien, auxquelles le texte se réfère. 

 Daniel Blouin, Commission d’histoire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale